Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Retour à l'accueil de JeSuisMort.com - le site des biographies des celebrites disparues Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Classement des morts les plus célèbres et leur biographie Celebrites mortes le 4 juin et leur biographie Mentions légales - Le site des biographies Foire aux questions - Le site des biographies Contactez-nous - Le site des biographies
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com ! Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies. Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies.
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
Biographie et celebrite Trouvez une biographie et sa célébrités
biographie de célébrité>   Bob MARLEY
Biographie et celebrite
Biographie Votez Lettre Sites
Biographie de Bob MARLEY :
Afficher la version imprimable de la biographie de MARLEY Bob  Version imprimable
348ème
Bob MARLEY
1945 - 1981
Découvrez la biographie de Bob MARLEY
Score : 8 142
Artiste, Chanteur, Compositeur et Musicien (Jamaïcain)
Né le 06 février 1945
Décédé le 11 mai 1981 (à l'âge de 36 ans)


Superstar du Reggae et prophète rasta, Bob Marley reste une des principales icônes du monde contemporain. Disparu prématurément en 1981, il a transformé un style issu de la musique populaire jamaïcaine en un mouvement majeur. Phénomène plutôt rare, Bob Marley est à la fois adulé du grand public, qui découvrit le reggae avec lui, et des connaisseurs les plus exigeants. Retour sur la vie et l’œuvre du Duppy conqueror. Robert Nesta Marley naît le 6 février 1945 à St-Ann, dans la paroisse de Nine Miles. Fils d'un capitaine blanc de la marine parti une fois son forfait commis et d'une paysanne jamaïcaine noire, il découvre la difficulté d’être métisse, pris entre deux mondes qui s’ignorent. Adolescent, il quitte la campagne pour Kingston, comme beaucoup de jamaïcains que la misère poussent vers les villes. Pourtant, le travail y est rare et Bob vit à Trenchtown, sordide ghetto où se concentrent la pauvreté, le crime et la crasse, dans une promiscuité bien peu poétique au premier abord. Là, il rencontre Bunny Livingston, puis Peter Mackintosh, comme lui passionnés de musique. Peter joue un peu de guitare et les trois amis chantent les tubes de Rythm'n'Blues entendus sur les radios de Miami.

Bob Marley enregistra son premier morceau, Judge not, à 16 ans, en 1961. Une industrie musicale commençait à se développer à Kingston, de façon désordonnée. Le taux de chômage était alors de 35 %. Il venait de laisser tomber son job de soudeur. Judge Not passe inaperçu mais Bob persiste. En 1964, il forme les Wailing Wailers avec Peter Tosh et Bunny Wailer. Bientôt, ils signent un contrat avec le Studio One, le label de Clement "Coxsone" Dodd. Leur premier titre, Simmer Down, sera le tube de 1961 en Jamaïque. Devenus les Wailers, ils travaillent avec Leslie Kong, puis avec Lee "Scratch" Perry. A chaque fois la collaboration est fructueuse sur le plan artistique mais décevante sur le plan financier.

En Jamaïque, les droits d’auteurs ne signifient pas grand chose, et même les chanteurs à succès ne parviennent pas, alors, à vivre de leur production. Les Wailers ne perçoivent que très peu d'argent tout en étant d'énormes vedettes locales. Cheveux courts, costumes chics, les Wailers jouent du ska et du Rock Steady. La compétition, alors, est rude. Pour beaucoup de jeunes du ghetto, la musique constitue un espoir de sortir de la misère. En 1971, la chanson Trenchtown Rock cartonne dans toute l'île.

Jusqu’en 66, d’ailleurs, la musique de Bob Marley reposait encore pour une très large part sur cette glorification du style de vie urbain des voyous jamaïcains. De Rude boy à Steppin’ razor, l’hymne des caïds de Kingston chanté par Peter Tosh, en passant par Rule them ruddy ou I’m the toughest (aussi chanté par Peter, et repris par une foultitude d’artistes, dont Johnny Clarke et I-Roy), le jeune Marley assumait le style ‘rocker’ pour épater la galerie. Il faut attendre sa rencontre avec Mortimo Planno, figure tutélaire du mouvement rasta à Kingston, pour que Bob se laisse pousser les dreads et laisse tomber les bracelets cloutés. Peu après, Vernon Carrington – "Gad the prophet" pour les Rastas et fondateur de l’Eglise des 12 tribus d’Israël – poursuivit l’éducation spirituelle de Bob Marley, bien que la star se défendra plus tard d’avoir eu besoin de quiconque pour trouver sa voie (c’est bien naturel) : "You have to look inside yourself to see rasta. Every Black is a rasta, dem only have to look inside themselves. No one had to tell me. Jah told me himself. I and I look inside I self and I saw Jah Rastafari".

Gad révéla donc à Bob le secret des 12 tribus d’Israël, selon lequel chaque personne appartient à une de ces tribus en fonction de son mois de naissance. Pour Bob, c’est clair, il est né en février, donc il appartient à la tribu de Joseph. D’ailleurs, dans Redemption song, Bob se présente comme la réincarnation de Joseph, fils de Jacob : "but my hand was strenghtened by the hand of the almighty".

A la fin des années 60, les Wailers devinrent le premier groupe jamaïcain populaire à faire de la philosophie et des rythmes rastas le fondement de leur musique. Les Wailers avaient accompli un chemin musical et spirituel d’envergure, donnant naissance à un mouvement culturel original et infléchissant l'évolution du reggae comme aucun autre artiste. Depuis un titre comme Simmer down, (1964, morceau écrit par Bob Marley et enregistré au Studio One) où le jeune Bob Marley s’époumone sur un beat très ska avec un chorus reprenant le refrain, le groupe a imprimé une marque indélébile à cette musique. "I and I are of the house of David. Our home is Timbuktu, Ethiopia, Africa, where we enjoyed a rich civilization long before the coming of the Europeans. Marcus Garvey said that a people without knowledge of their past is like a tree without roots".

Bientôt, la plupart des stars du reggae devinrent rastas et, en retour, le reggae devint le principal vecteur d’expression de la culture rasta et de ses revendications. Des chanteurs comme Marley devinrent plus que des amuseurs. Ils étaient des révolutionnaires (revolutionnary workers) et des représentants des pauvres de Kingston, chez qui leur message arrivait par la radio, comme dans tous les foyers de l’île.

"Them belly full but we hungry/ A hungry mob is an angry mob/ A rain a fall but the dirt is tough/ A pot a cook but the food no’ nough". Par ces mots simples chantés avec une voix squelettique, Marley diffusa au sein du peuple jamaïcain des éléments de conscience politique. Il s’en prit au système raciste (skinocratic system) de la Jamaïque, qui plaçait les blancs en haut de l’échelle sociale, les mulâtres au milieu et les noirs en bas. Dans Crazy baldhead, il chante : "Didn’t my people before me/ Slave for this country/ Now you look me with a scorn/ Then you eat up all my corn".

En 1967, Marley cessa d’enregistrer, quitta Kingston et retourna dans son village natal de St. Ann mountain. Dans ces collines, il conclut son engagement envers Jah Rastafari, donnant une inclinaison définitive à sa vie, à sa musique et au mouvement rasta lui-même. Pendant un an, Bob adopta le style de vie rasta. Lorsqu’il revint à Kingston à la fin de 68, il s’engagea dans le combat musical grâce auquel il demeure célèbre. Ironie du sort, Marley s’était isolé au moment où le monde changeait, où la jeunesse exprimait son ras-le-bol et son désir de nouveauté, comme si cet isolement avait été nécessaire, au milieu de la fureur, pour venir proposer aux masses occidentales une nouvelle spiritualité.

Les premières chansons à connotation religieuse de Bob Marley parurent en 1968. Il s’agit de Selassie I is the temple, Duppy conqueror, Small axe et Trench town rock. Pour Marley comme pour de nombreux rastas, les noirs sont une tribu perdue d’Israël. Ils se considèrent comme les véritables Hébreux et tiennent les occupants actuels d’Israël pour des imposteurs. Bien que certains rasta extrémistes (secte Nyabinghi) considèrent qu’il faut tuer l’oppresseur blanc, tous les rastas refusent de porter les armes. Comme l’explique Bongo-U, un guérisseur rasta de Montego Bay, "La violence est laissée à Jah. Seul Dieu a le droit de détruire". Les Rastas croient à la force spirituelle et au pouvoir des éléments : tremblement de terre, le tonnerre, l’éclair. Selon le précepte biblique, les Rastas s’interdisent de manger lorsque d’autres meurent de faim. Ils vivent en communauté, partageant leurs biens et s’échangeant des services.

Au milieu des années 60, lorsque la violence connut de nouvelles flambées dans les ghettos de Kingston Ouest, la police et le gouvernement s’en prirent aux Rastas, brûlant leurs maisons et les mettant à la rue. Au plus fort de la répression, les forces de police détruisirent le quartier de Black o’ wall, un endroit du bidonville où vivaient de nombreux rastas, dans des cabanes faites de bois et de tôle. A l’aube, alors que la population dormait, les policiers arrivèrent à la tête d’un convoi de bulldozers pour raser l’endroit. Dans la panique, beaucoup de femmes, d’enfants et d’hommes furent blessés et nombreux furent arrêtés. Ces épisodes inspirèrent un grand nombre de reggaemen, qui trouvaient là matière à actualiser leur combat contre l’oppression, contre l’injustice et contre Babylone, ancrant le reggae dans une réalité politique, géographique et sociale particulièrement passionnée.

Naturellement, la répression dont était victime le mouvement rasta, loin de l’affaiblir, renforçait sa popularité. Ses effectifs continuèrent d’augmenter tandis que le style rasta imprégnait désormais toute la société jamaïcaine. A l’étroit dans les villes, les Rastas historiques encouragèrent bientôt les jeunes à développer des communautés à la campagne, loin du "shitstem" (= système de merde). Les Rastas ont une culture de l’autonomie, fondée sur la pêche, la culture et l’artisanat. Cet appel à déserter Babylone se traduisit par une profusion artistique, les peintres, les sculpteurs sur bois et tous les autres Rastas doués d’un quelconque talent se mettant à transformer de nombreux endroits de l’île – à commencer par Kingston – en un lieu d’exposition et de méditation autour d’objets et de compositions de toutes sortes. Ce dynamisme culturel attire aujourd’hui un grand nombre de touristes sur l’île. Néanmoins, le principal impact de ce mouvement concerne le reggae, vers lequel affluèrent un grand nombre de jeunes désœuvrés, auparavant engagés dans des bandes et cherchant désormais à gagner leur vie et à développer leur talent dans la musique. Un type comme dillinger est représentatif de cette mouvance des "rude boys" transformés en reggaeman – certes survolté – par l’influence des communautés rastas.

En 72, durant les mois qui précédèrent les élections, le Premier Ministre Hugh Shearer, leader du Jamaican Labour Party, décide d’interdire la diffusion des chansons rastas à la radio. Ces efforts étaient dérisoires, le reggae étant partout dans l’île, un marché noir très animé s’étant même développé à l’occasion de cette interdiction. Le JLP fut d’ailleurs défait cette année là, tandis que Michael Manley, leader du People’s National Party, devenait Premier Ministre. Bien que Marley se défendait de faire de la politique ("Me no sing politics, me sing bout freedom"), il devint de facto une force électorale avec laquelle il fallait compter. Les deux camps eurent l’occasion de le récupérer (en le citant) ou de le poursuivre en justice. Comme les Rastas sont en contact direct avec Dieu – ils lisent au moins un chapitre de la Bible chaque jour – ils n’ont pas besoin d’intermédiaires. De là le rejet de tous les systèmes, qu’ils soient politiques, commerciaux ou administratifs. De même, le mouvement ne peut pas avoir de clergé ni de leader.
Source : www.fluctuat.net/.../ww.fluctuat.net/dossiers/bobmarley/

Rendez hommage à Bob MARLEY
en cliquant sur une carte !

Forum sur Bob Marley  Nouveau ! 


Bienvenue sur le forum consacré à Bob Marley. Cet espace de discussion est le vôtre : posez vos questions sur Bob Marley, et si vous le pouvez, répondez à celles des autres. Veuillez garder à l'esprit que vos propos doivent être argumentés et courtois. L'objectif d'une discussion de forum est que sa lecture apporte un savoir à celui qui la lit. Accédez au forum >>

Participez à la 1ère discussion !

Merci Bob Marley
rédigée par celle_qui_tisse_dans_lair_des_arcs_en_ciel
Lire 114
vues
1
mess.
Dernier message
Bob MARLEY

Ecrivez une lettre posthume à Bob MARLEY


Votre lettre sera publiée sur le site mais personne ne vous répondra...






(jamais affiché sur le site)






Remerciement (Rebelmtis)
Cher Bob, tu nous a quitter en 1981 tu. Est. Né. Un 6 février ..... Moi g vu le jour un 6 mars 81 ...a mes 12' ans. C a dire 12 après ta disparition ton premier son me percuta ..!!!! J'en n'ai 33 ojourdui et ta spiritualité me suis tout les jours depuis ...je remercie dja de t'avoir fait guerrier et rendu porteur de message d'amour de paix et d'union pour tout les peuples de chaque continent...de cette terre ..... Running away crazy baldeahds live à tout jamais. !!!! Et. Ton éternel easy skankin... Lire la suite
hope(remember) (GuyDesign)
Cher Bob,merci pour tout le grand combat que tu as toujours mêné pour défendre nos valeurs et prologes en matière de racisme; je continu de croire, jour pour jour que tout celà changera et les coupables seront châtiers. que la paix de JAH RASTAFARI continue de te guider et surtout, inspire nous de là haut pour ke nos voix soient tjrs des plus juste. Reposes en paix Boby!!!... Lire la suite
super star ! (chrychry33)
Cher Bob, tu as était juste génial , tous ce que tu as pu faire a aider le monde !!!! malheureusemenil n'existe pas asser des gens comme toi ...!! Tu restera a jamais dans les mémoires !!! Vive Bob , Vive le regae !!! Peace every body !!! Mes plus grands hommages !!! Je t'aime !... Lire la suite
Cher Bob, tu me manque énormément dommage qu'il n y a plus des gens comme toi aujourd'hui on ne voitque le pognon tu resteras toujours le christ gros bisous rasta man.tu as été une révélation pour moi si tu devais revenir parmi nous tu n en reviendrais pas et tu ferais ton possible pour changer ça. Bisous rasta man.... Lire la suite
Cher Bob, tu as été une révélation pour moi. Tout ce que tu as vécu, violence, racisme, conflits, onfait de toi un homme fort. Tu es une personne extrêmement respectable. J'aurais tellement voulu te rencontrer ! Tu as fait de ce monde un monde meilleur. Leader du reggae, force des pays pauvres, tu as été le meilleur. Et tu es irremplaçable. Peace ♥... Lire la suite
Cher Bob, JE NE TROUVE PAS LES MOTS...............SIMPLEMENT EMUE ACCOMPAGNER DE QUELQUES LARMES............................PEACE...............................RASTA.................... COMME TOI JE SUIS METISSE? COMME TOI .........................JE VIE CHAQUE JOUR LA DISCRIMINATION DES 2 CÖTES...................COMME TOI JE FAIS AVEC ET COMME TOI JE ME BAT POUR CELA................................................................................................A VOUS METISSE BATONS NOUS PO... Lire la suite
Citations de Bob MARLEY
Bob MARLEY Dieu a créé les gens en technicolor. Dieu n'a jamais fait de différence entre un noir, un blanc, un bleu, un vert ou un rose.
Bob MARLEY Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l'or et l'argent.
Sites sur Bob MARLEY :
Biographie de Bob MARLEY : De nombreuses infos sur la vie de Bob MARLEY et les métis célèbres !
Biographie de Bob MARLEY : De nombreuses autres biographies de Bob MARLEY sur Monsieur-Biographie, le moteur de recherche en biographie.
Bob MARLEY : Retrouvez toutes les informations sur Bob MARLEY sur Annuaire-Celebrite, l'annuaire des célébrités. Tous les sites consacrés à Bob MARLEY, biographie de Bob MARLEY, photo de Bob MARLEY...
Portraits de Bob MARLEY : Découvrez de nombreux portraits de Bob MARLEY sur Stars-Portraits.com, le site des portraits de stars, peoples et célébrités, réalisés par de vrais artistes.

Célébrités dédiées au thème «musicien» :

Michel PETRUCCIANI | Bob QUIBEL | Josephine BAKER | Melina MERCOURI | Andre CLAVEAU | Del SHANNON | Alan WILSON | Michel EMER | Georges GUETARY | Cass ELLIOT | Cesaria EVORA | Helmut ZACHARIAS | Stephane SIRKIS | Chet BAKER | EAZY-E | Nelson NED | Celia CRUZ | Theo SARAPO | Bon SCOTT | LIBERACE | Pierrette ALARIE | Sam RIVERS (SAXOPHONISTE) | Nick DRAKE | Perry COMO | Luther VANDROSS | Amy WINEHOUSE | Vince TAYLOR | Gerry RAFFERTY | CHI CHENG | Daniel DARC | Brian JONES (MUSICIEN) | Jean-Claude DARNAL | Terry CALLIER | Ravi SHANKAR | Lucien JEUNESSE | Stuart SUTCLIFFE | Bill HALEY | Maurice ANDRE | Marguerite MONNOT | Solomon BURKE | Luigi TENCO | Hillel SLOVAK | Pinetop PERKINS | Jerome LEMAY | Sylvain LELIEVRE | Gustav HOLST | Jason MOLINA | Arthur RUBINSTEIN | Claude FRANCOIS | Serge GAINSBOURG

Thèmes associés
Art, Musique, Artiste, Chanteur, Compositeur, Musicien, bob marely, bob marly, Robert Nesta Marley, bob marlet, bob marlye, bob marlez, Bb Marley, bobe marlé, bob marlaye, bob marely, bobe marley, bobo marley, bobmarley, bob maley, bobe marly, bob marler, bobmarler, bob marlei.

Haut de page
Biographie et celebrite
Biographie et celebrite
Recevez une publication dès qu'une célébrité disparait...
Le Cimetière du Père-Lachaise :
Promenades au fil du temps
Avec près de 44 hectares, le cimetière du Père-Lachaise est le plus vaste et le plus ancien des parcs publics intérieurs de Paris. Véritable musée d'art et d'histoire en plein air, il représente un fleuron du patrimoine culturel de la capitale. Cette nécropole est aussi un lieu cosmopolite, symbole de pluralisme politique, social, idéologique, artistique et religieux... Cet ouvrage propose des parcours thématiques, présentant la vie des célébrités à travers l'histoire, tout en dévoilant de véritables chefs-d'œuvre de l'art funéraire.

+ de détails >>
Restez informé dès qu'une célébrité disparaît.
TOP OF THE TOP

Claude FRANCOIS Jacques BREL Jésus DE NAZARETH Luis MARIANO Grégory LEMARCHAL DALIDA Sacha DISTEL Michael JACKSON Elvis PRESLEY Louis DE FUNÈS Mike BRANT Daniel BALAVOINE Freddie MERCURY Lino VENTURA MÈRE DENIS Jules VERNE BOURVIL Joe DASSIN COLUCHE Michael LANDON Adolf HITLER Didier PIRONI Bernadette SOUBIROUS Jean-Pierre TREIBER Brian JONES (MUSICIEN) Jean FERRAT Napoléon BONAPARTE Tony PONCET Michael CRICHTON John WAYNE FERNANDEL C JÉROME ABBÉ PIERRE Jean MOULIN Roger PIERRE Patrick SWAYZE Georges BRASSENS Susan HAYWARD Bruce LEE Marilyn MONROE Ayrton SENNA Karen LANCAUME Kurt COBAIN Romy SCHNEIDER Thérèse DE LISIEUX SAINT ANTOINE DE PADOUE Patrick SAINT-ELOI Charles DE GAULLE Guy WILLIAMS Victor FRENCH Kalthoum SARRAI Steve MCQUEEN Pierre BACHELET Ludwig Van BEETHOVEN Bon SCOTT Audrey HEPBURN CHE GUEVARA SOEUR EMMANUELLE MÈRE TERESA MAHOMET Victor HUGO Filip NIKOLIC Thierry LE LURON John LENNON Charlie CHAPLIN Joelle MOGENSEN George HARRISON Michel BERGER Elizabeth MONTGOMERY Maria CALLAS Edith PIAF Edgar Allan POE Montgomery CLIFT Boris VIAN Jim MORRISON Melina MERCOURI François MITTERRAND Charles BRONSON James DEAN AALIYAH Georges GUYNEMER Bob MARLEY Alan LADD Jimi HENDRIX Jacques MESRINE TUPAC Gilles MARCHAL Amalia RODRIGUES Lady DIANA Lana TURNER Giuseppe VERDI Johnny CASH François D'ASSISE Léo FERRÉ Mado ROBIN Heinrich HIMMLER Charlton HESTON Charly GAUL Anne FRANK Heather O'ROURKE

Tout le TOP OF THE TOP