Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Retour à l'accueil de JeSuisMort.com - le site des biographies des celebrites disparues Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Classement des morts les plus célèbres et leur biographie Celebrites mortes le 4 juin et leur biographie Mentions légales - Le site des biographies Foire aux questions - Le site des biographies Contactez-nous - Le site des biographies
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com ! Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies. Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies.
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
Biographie et celebrite Trouvez une biographie et sa célébrités
biographie de célébrité>   

Carlo GOLDONI

Biographie et celebrite
Biographie Votez Lettre

Biographie de Carlo GOLDONI :

 
2394ème
Carlo GOLDONI
1707 - 1793
Découvrez la biographie de Carlo GOLDONI
Score : 45
Artiste, Metteur en scène et Scénariste (Italien)
Né le 27 février 1707
Décédé le 06 février 1793 (à l'âge de 85 ans)


Carlo Goldoni, né le 25 février 1707 à Venise et mort le 6 février 1793 à Paris, est un auteur de théâtre italien, de langues italienne, vénitienne et française.

Créateur de la comédie italienne moderne, il s‘est, à la suite de différents esthétiques, exilé en France en 1762.

Carlo Goldoni est né à Venise en 1707 d’un père apothicaire. Dès l’enfance, il a été attiré par le théâtre en jouant avec des marionnettes et, plus tard, envoyé faire ses études à Rimini, il quitte le collège pour accompagner une troupe de comédiens ambulants et revient à Venise.

En 1723, son père l’inscrit à l’austère Collegio Ghislieri de Pavie qui impose la tonsure et l’habit monastique aux étudiants. Carlo Goldoni poursuit des études de droit et, découvrant les comédies grecques et latines, commence à écrire. Lors de sa troisième année, il compose un poème satirique (Il Colosso) dans lequel il ridiculise les filles de certaines familles de la ville, ce qui - ajouté à d’autres débordements - le fait exclure du collège et l’oblige à quitter Pavie en 1725.

Il poursuit alors ses études de droit à Udine et à Modène et commence une carrière d’avocat à Chioggia puis à Feltre avant de revenir dans sa Venise natale où il réussit professionnellement.

Il abandonne ensuite partiellement sa carrière de juriste pour s’occuper de théâtre et écrire des pièces. En 1732, après la mort de son père et pour échapper à un mariage qu’il ne désire pas, il part pour Milan puis Vérone où le directeur de théâtre Giuseppe Imer l’encourage à écrire dans la veine comique et lui présente Nicoletta Conio que Goldoni épousera avant de revenir une nouvelle fois à Venise avec elle en 1743.

Sa vie sera dès lors liée à ses activités théâtrales.

Sa première œuvre est une tragédie (Amalasunta) représentée sans succès à Milan : Goldoni accepte les critiques et évoluant vers le drame italien en délaissant les règles d’Aristote, il fait jouer avec plus de succès Belisario en 1734.

Il écrit ensuite plusieurs tragédies mais il se rend vite compte que sa vraie voie est celle de la comédie : il combinera plusieurs influences dont celle de la commedia dell'Arte et de Molière et produira sa première véritable œuvre en 1738 avec l’Uomo di mondo.

Il ne cessera d’écrire en parcourant l’Italie et s’installera enfin à Venise : nommé directeur du théâtre Sant’Angelo, il en devient l’auteur attitré et abandonne définitivement le barreau. Par son talent, il fondera la comédie italienne moderne avec des œuvres comme Momolo Cortesan (qui reste en partie improvisée) ou La Donna di garbo en 1744 (La brave femme - première comédie entièrement rédigée.)

En 1757 une polémique l’oppose au traditionalisme de Carlo Gozzi qui critique dans ses fiabe le réalisme dangereux des comédies de Goldoni. Il est également critiqué par les partisans du théâtre baroque comme Chiari dont le théâtre bouffon et poétique conquiert les spectateurs. Lassé par ces querelles et marqué par la désaffection du public, il accepte en 1761 l’invitation à venir travailler à Paris que lui font les comédiens du Théâtre des Italiens. Ses dernières pièces italiennes, Le Baruffe chiozzotte (Baroufe à Chioggia) et Una delle ultime sere di Carnovale (Un des derniers soirs de Carnaval), sont représentées à Venise au début de 1762.

En 1762, il gagne la France : adopté à la Cour (il enseigne l’italien aux princesses royales) et nommé à la tête du Théâtre des Italiens à Paris, il écrit la plupart de ses pièces en français. Très apprécié par le public français, il écrit en particulier le Bourru bienfaisant, à l’occasion du mariage de Louis XVI et de Marie-Antoinette : la pièce est représentée à la Comédie-Française en 1771. Le roi lui accordera une pension que suspendra la Révolution avant qu’elle ne soit rétablie pour sa veuve par la Convention comme le demandait Marie-Joseph Chénier.

Pendant plusieurs années, de 1784 à 1787, il écrit en français ses Mémoires Pour servir à l’histoire de sa vie et celle de son théâtre et meurt à Paris le 6 février 1793.

Au total Carlo Goldoni a écrit en 20 ans plus de 200 pièces d’importance diverse et dans différents genres : tragédies, intermèdes, drames, livrets d’opéra ou saynètes de Carnaval ; mais ce sont ses comédies, écrites après 1744, qui assurent sa célébrité.

Carlo Goldoni a transformé la comédie italienne par ses productions plus que par ses écrits théoriques (Il Teatro comico – 1750). Il a su garder le dynamisme de la commedia dell'arte et le jeu des masques en les associant à la comédie d’intrigue et en recherchant un certain réalisme dans la représentation des comportements. En Italie, il se heurtera aux choix esthétiques de ses confrères : il sera moqué par le dramaturge traditionaliste Carlo Gozzi, qui condamne son réalisme dangereux, et également critiqué par les partisans du théâtre baroque comme Chiari avec son théâtre bouffon et poétique. Ces oppositions et la désaffection du public le conduiront d’ailleurs à l’exil en France.

Il se proclamera toujours admirateur de Molière en reconnaissant ne pouvoir égaler son génie. Il s’en différencie cependant par la légèreté des thèmes et par l’absence de pessimisme. Son œuvre est en effet marquée par sa confiance dans l’homme et son approche humaniste défend les valeurs de l’honnêteté, de l’honneur, de la civilité et de la rationalité. On peut également le rapprocher pour certains thèmes du théâtre de Marivaux.

Les personnages qu’il a créés ne sont ni des abstractions vertueuses ni des monstres immoraux mais des représentants ordinaires du peuple et de la bourgeoisie. Ce regard amusé et moqueur sur les classes sociales dans un monde qui change fait toujours le charme de ses comédies qui s’inscrivent aussi dans le courant des Lumières en luttant contre l’intolérance et les abus de pouvoir. Une remarque est cependant nécessaire : dans ses pièces italiennes, Goldoni n’aborde jamais les sujets touchant l’Église et la religion alors que ses comédies en français ont souvent un ton anticlérical et critiquent l’hypocrisie des moines et du clergé.

Les pièces italiennes sont écrites en toscan littéraire, à la base de l’italien moderne, ou en dialecte vénitien selon les moments et les lieux où elles ont été écrites.

L’époque moderne a redécouvert les œuvres de Carlo Goldoni et des mises en scène brillantes ont marqué les mémoires comme celle, hyperréaliste, de La Locandiera par Visconti en 1952, reprise à Paris en 1956 ou comme les spectacles inventifs de Giorgio Strehler au Piccolo Teatro de Milan repris plusieurs fois au Théâtre de l'Odéon, à Paris (en particulier Arlequin serviteur de deux maîtres de 1977 à 1998).

Les pièces de Goldoni sont toujours régulièrement jouées aujourd’hui par de nombreuses troupes.

Un des théâtres de Venise porte aujourd’hui le nom de Teatro Carlo Goldoni.
Page soumise à la GFDL.
Source : Article Carlo GOLDONI de Wikipédia


Rendez hommage à Carlo GOLDONI
en cliquant sur une carte !

Forum sur carlo goldoni  Nouveau ! 


Bienvenue sur le forum consacré à carlo goldoni. Cet espace de discussion est le vôtre : posez vos questions sur carlo goldoni, et si vous le pouvez, répondez à celles des autres. Veuillez garder à l'esprit que vos propos doivent être argumentés et courtois. L'objectif d'une discussion de forum est que sa lecture apporte un savoir à celui qui la lit. Accédez au forum >>
Carlo GOLDONI

Ecrivez une lettre posthume à Carlo GOLDONI


Votre lettre sera publiée sur le site mais personne ne vous répondra...






(jamais affiché sur le site)






Citations de Carlo GOLDONI
Carlo GOLDONI Si l'on faisait attention à ce que les autres peuvent dire de nous, cela arriverait bientôt à nous enlever toute possibilité de faire le bien.
Carlo GOLDONI La nature est un professeur universel et sûr pour celui qui l'observe.
Célébrités dédiées au thème «scénariste» :

Bernard HALLER | Shirley TEMPLE | Carlo LIZZANI | Norman MAILER | Louis DELLUC | Artus DE PENGUERN | Jacques LANZMANN | Jacques SICLIER | Mickey ROONEY | Serge GRENIER | Yvan DELPORTE | Frederic GRAZIANI | Daniel DUVAL | Abel GANCE | Francois VILLIERS | MORRIS | Jose GIOVANNI | Jean ROLLIN | Aaron SPELLING | Claude CHABROL | Raymond SOUPLEX | David MILLER (REALISATEUR) | Claude DESAILLY | Denys DE LA PATELLIERE | Arthur LAURENTS | Eddie CANTOR | Marie-France PISIER | Sage STALLONE | Menahem GOLAN | MOLIERE | Jean DELANNOY | Gabriel AXEL | Michael GLAWOGGER | Felix MOLINARI | Raymond BUSSIERES | Daniel GELIN | John CASSAVETES | Bernd EICHINGER | Rene FALLET | Michel LANG | Nora EPHRON | ALEXIS (DESSINATEUR) | George Bernard SHAW | Carlos TRILLO | William ASHER | Zoe LUND | Cliff ROBERTSON | JIJE | Jean GREMILLON | Yves ROBERT

Thèmes associés
Art, Théâtre, Artiste, Metteur en scène, Scénariste.

Haut de page
Biographie et celebrite
Biographie et celebrite
Restez informé dès qu'une célébrité disparaît.
TOP OF THE TOP

Claude FRANCOIS Jacques BREL Jésus DE NAZARETH Luis MARIANO Grégory LEMARCHAL DALIDA Sacha DISTEL Michael JACKSON Elvis PRESLEY Louis DE FUNÈS Mike BRANT Daniel BALAVOINE Freddie MERCURY Lino VENTURA BOURVIL MÈRE DENIS Joe DASSIN Jules VERNE COLUCHE Michael LANDON Adolf HITLER Bernadette SOUBIROUS Didier PIRONI Brian JONES (MUSICIEN) Jean FERRAT Jean-Pierre TREIBER Michael CRICHTON Tony PONCET John WAYNE Napoléon BONAPARTE FERNANDEL ABBÉ PIERRE C JÉROME Jean MOULIN Susan HAYWARD Patrick SWAYZE Roger PIERRE Georges BRASSENS Bruce LEE Karen LANCAUME Romy SCHNEIDER Thérèse DE LISIEUX Marilyn MONROE Edgar Allan POE Kalthoum SARRAI SAINT ANTOINE DE PADOUE Guy WILLIAMS Ayrton SENNA Kurt COBAIN Patrick SAINT-ELOI Victor FRENCH Charles DE GAULLE Steve MCQUEEN Pierre BACHELET Ludwig Van BEETHOVEN Joelle MOGENSEN MÈRE TERESA CHE GUEVARA SOEUR EMMANUELLE Audrey HEPBURN Filip NIKOLIC Bon SCOTT Victor HUGO MAHOMET Charlie CHAPLIN Edith PIAF Thierry LE LURON Gilles MARCHAL Elizabeth MONTGOMERY John LENNON Charly GAUL Michel BERGER Montgomery CLIFT George HARRISON Maria CALLAS Boris VIAN Heather O'ROURKE Jim MORRISON AALIYAH Melina MERCOURI Jacques MESRINE Charles BRONSON François MITTERRAND François D'ASSISE Bob MARLEY James DEAN Jimi HENDRIX Georges GUYNEMER Lana TURNER TUPAC Alan LADD Lady DIANA Léo FERRÉ Sacha GUITRY Amalia RODRIGUES Giuseppe VERDI Mado ROBIN Anne FRANK Heinrich HIMMLER Johnny CASH

Tout le TOP OF THE TOP