Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Retour à l'accueil de JeSuisMort.com - le site des biographies des celebrites disparues Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Classement des morts les plus célèbres et leur biographie Celebrites mortes le 4 juin et leur biographie Mentions légales - Le site des biographies Foire aux questions - Le site des biographies Contactez-nous - Le site des biographies
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com ! Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies. Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies.
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
Biographie et celebrite Trouvez une biographie et sa célébrités
biographie de célébrité>   

Ferhat ABBAS

Biographie et celebrite
Biographie Votez

Biographie de Ferhat ABBAS :

 
1165ème
Ferhat ABBAS
1899 - 1985
Découvrez la biographie de Ferhat ABBAS
Score : 1 476
Homme politique et Nationaliste (Algérien)
Né le 24 août 1899
Décédé le 24 décembre 1985 (à l'âge de 86 ans)


Ferhat Abbas (1899 - 1985)(en kabyle: Ferḥat Ɛabbas), de son vrai nom Ferhat Mekki Abbas, était un homme politique algérien, leader nationaliste et membre du FLN durant le guerre d'indépendance de l'Algérie. Premier président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) de 1958 à 1961, il est élu, après l'indépendance du pays, président de l'Assemblée nationale constituante devenant ainsi le premier Chef d'État de la République algérienne démocratique et populaire.

Il est né a taher wilaya de Jijel, le 24 août 1899, dans une famille paysanne de 12 enfants. Fils de caïd, son père est Saïd Ben Ahmed Abbas et sa mère Maga bint Ali. Sa famille originaire de la petite Kabylie, a du quitter la région après l'échec de la révolte menée en 1871 par Mohamed El Mokrani. Le grand père est alors chassé de ses terres par les autorités françaises et reconduit à la condition de fellah. Condamné à être ouvrier-agricole, il descend des Hauts-plateaux pour se rendre sur la côte.

Entrée à l'école à l'age de dix ans, Ferhat Abbas fait ses études primaires à Jijel et, bon élève, il est envoyé en 1914 faire ses études secondaires à Philippeville (actuelle Skikda). De 1921 à 1924, il fait son service militaire et commence déjà à écrire des articles pour différents journaux sous le pseudonyme de Kamel Abencejares. Étudiant en pharmacie à la faculté d’Alger de 1924 à 1933, il devient le promoteur de l’Amicale des étudiants musulmans d’Afrique du Nord, dont il est vice-président en 1926-1927, puis président de 1927 à 1931, date à laquelle il transforme l'amicale en association. Il est également élu vice-président de l'UNEF lors du Congrès d'Alger de 1930.

Ferhat Abbas est d'abord favorable à la politique d'assimilation avec un maintien du statut personnel, il milite activement au Mouvement de la Jeunesse Algérienne, qui réclame l’égalité des droits dans le cadre de la souveraineté française.

En 1931, il publie le livre Le Jeune Algérien, regroupant notamment ses articles écrits dans les années 1920, et dont la thèse se rapporte à la lutte contre la colonisation pour assurer l'entente entre les Français et musulmans, dénonce notamment 100 ans de colonisation française, il y est donc question également d'« algérianité », objet de convoitise des colons, d'État Algérien et d'Islam : « Nous sommes chez nous. Nous ne pouvons aller ailleurs. C’est cette terre qui a nourri nos ancêtres, c’est cette terre qui nourrira nos enfants. Libres ou esclaves, elle nous appartient, nous lui appartenons et elle ne voudra pas nous laisser périr. L’Algérie ne peut vivre sans nous. Nous ne pouvons vivre sans elle. Celui qui rêve à notre avenir comme à celui des Peaux-Rouges d’Amérique se trompe. Ce sont les Arabo-berbères qui ont fixé, il y a quatorze siècles, le destin de l’Algérie. Ce destin ne pourra pas demain s’accomplir sans eux ».

Diplômé docteur en pharmacie en 1933, il s’établit à Sétif où il devient rapidement une importante figure politique en devenant conseiller général en 1934, conseiller municipal en 1935 puis délégué financier. Il adhère à la « Fédération des élus des musulmans du département de Constantine » en tant que journaliste au sein de son organe de presse, l'hebdomadaire L’Entente franco-musulmane (communément appelé L’Entente), et se fait très tôt remarquer par son président le docteur Bendjelloul qui le promeut, en 1937, rédacteur en chef du journal.
Plus radical dans son combat et dans ses revendications, dénonçant notamment le « code de l'indigénat », il fonde son propre parti en 1938, l’Union populaire algérienne. L'Entente devient alors une véritable tribune politique pour Ferhat Abbas.

Engagé volontaire dans l’armée française en 1939, déçu par le régime de Pétain, la Seconde guerre mondiale a mis un terme à ces espoirs d'« égalité dans le cadre d’une souveraineté française », le convainquant que le colonialisme était « une entreprise raciale de domination et d'exploitation » dans laquelle même les élites républicaines françaises les plus éclairées étaient entièrement impliquées.

Après le débarquement allié (voir Opération Torch), Ferhat Abbas profite de la nouvelle audience que donne le gouvernement provisoire de la République française (GPRF) aux Algériens, et publie, le 10 février 1943, un manifeste demandant un nouveau statut pour l’Algérie : le « Manifeste du peuple algérien », suivi d'un additif en mai, un « Projet de réformes faisant suite au Manifeste du Peuple algérien » faisant notamment allusion à une nation algérienne. Le projet est alors soumis à la « Commission des réformes économiques et sociales musulmanes » tout juste créée par le gouverneur général Peyrouton. Mais son successeur, le général Georges Catroux, bloque le projet et rejette les initiatives prises par Ferhat Abbas qui est, de septembre à décembre, assigné à résidence à In Salah par le général de Gaulle.

Le 14 mars 1944 il crée l’association des Amis du manifeste de la liberté (AML) soutenu par le cheikh Brahimi de l'Association des oulémas et Messali Hadj. En septembre 1944, il crée l’hebdomadaire Égalité (avec pour sous-titre Égalité des hommes - Égalité des races - Égalité des peuples). Au lendemain des émeutes de Sétif de mai 1945, tenu pour responsable, il est arrêté et l'AML est dissoute. Libéré en 1946, Ferhat Abbas fonde l’Union démocratique du manifeste algérien (UDMA). En juin, le parti obtient 11 des 13 sièges du deuxième collège à la seconde Assemblée constituante et Ferhat Abbas est élu député de Sétif.

Après le refus à deux reprises de son projet sur le statut de l'Algérie, il démissionne de l'assemblée en 1947. Il durcit alors ses positions, l’hebdomadaire l’Égalité devient, en février 1948, Égalité - République Algérienne puis République Algérienne en juin de la même année. Alors qu'il y annonce dès 1953 une rupture imminente et définitive, le Front de libération nationale (FLN) lance le 1er novembre 1954 les premières actions armées et marque le début de la « révolution algérienne ».

Il rejoint, d'abord secrètement, en mai 1955 le FLN, après plusieurs rencontres avec Abane Ramdane et Amar Ouamrane, puis annonce publiquement son ralliement et la dissolution officielle de l'UDMA lors d'une conférence de presse au Caire le 25 avril 1956. Dès le 20 août 1956, à l'issue du congrès de la Soummam, il devient membre titulaire du CNRA (Conseil national de la révolution algérienne), puis entre au CCE (Comité de coordination et d'exécution) en 1957. Ferhat Abbas devient ensuite président du premier Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) à sa création le 19 septembre 1958, puis du second GPRA, élu par le CNRA en janvier 1960. En août 1961, considéré comme n’étant pas assez ferme face au gouvernement français, il est écarté du GPRA et remplacé par Ben Youcef Ben Khedda.

À l'indépendance de l'État algérien, lors de la « crise de l’été 1962 », opposant le GPRA de Ben Khedda et le bureau politique du FLN, Ferhat Abbas rallie le 16 juillet les partisans de Ben Bella, tout en désapprouvant le principe de parti unique retenu par le programme du congrès de Tripoli. Il succède à Abderrahmane Farès, président de l'Exécutif provisoire, et devient le président, élu par 155 voix contre 36 blancs ou nuls, de la première assemblée nationale constituante (ANC) fixée le 20 septembre. Le 25 septembre 1962, il proclame la naissance de la République algérienne démocratique et populaire.

Il quitte ses fonctions le 15 septembre 1963 suite à son profond désaccord avec la politique de « soviétisation » de l'Algérie par Ahmed Ben Bella dénonçant « son aventurisme et son gauchisme effréné » qui l'exclura du FLN et l'emprisonnera à Adrar dans le Sahara la même année. Il est libéré en mai 1965, à la veille du putsch du 19 juin par Houari Boumédiène.

Retiré de la vie politique, mais toujours militant et fervent démocrate, il rédige avec Ben Youcef Ben Khedda, Hocine Lahouel, ex-secrétaire général du PPA-MTLD, et Mohamed Kheireddine, ex-membre du CNRA, en mars 1976, un « Appel au peuple algérien », réclamant des mesures urgentes de démocratisation et dénonçant « le pouvoir personnel » et la Charte Nationale élaborée par Boumédiène. Il est alors une nouvelle fois assigné à résidence jusqu’au 13 juin 1978. En 1980, il publie ses mémoires dans Autopsie d’une guerre puis, en 1984, dans L’Indépendance confisquée, virulente dénonciation de la corruption et de la bureaucratie, qui régnait alors en Algérie, engendraient par les régimes successifs de Ben Bella et Boumédiène. Il est décoré au nom du président alors en exercice, Chadli Bendjedid, le 30 octobre 1984, de la médaille du résistant dans sa villa du quartier de l'Hussein Dey .Ferhat Abbas est mort à Alger le 24 décembre 1985. Il est enterré au Carré des martyrs du cimetière El Alia d'Alger.

Œuvres

* Le Jeune Algérien. La Jeune Parque, Paris, 1931 [réédition Garnier, 1981. Le Jeune Algérien :
1930. De la colonie vers la province. (suivie de) Rapport au maréchal Pétain : Avril 1941.
(ISBN 2705003584)].
* J’accuse l’Europe. Libération, Alger, 1944.
* Guerre et révolution I : La nuit coloniale. Julliard, Paris, 1962.
* Autopsie d'une guerre : L’aurore. Garnier, Paris, 1980 (ISBN 2705002901).
* L'indépendance confisquée. Flammarion, Paris, 1984 (ISBN 2080647180).
Page soumise à la GFDL.
Source : Article Ferhat ABBAS de Wikipédia


Rendez hommage à Ferhat ABBAS
en cliquant sur une carte !

Forum sur Ferhat Abbas  Nouveau ! 


Bienvenue sur le forum consacré à Ferhat Abbas. Cet espace de discussion est le vôtre : posez vos questions sur Ferhat Abbas, et si vous le pouvez, répondez à celles des autres. Veuillez garder à l'esprit que vos propos doivent être argumentés et courtois. L'objectif d'une discussion de forum est que sa lecture apporte un savoir à celui qui la lit. Accédez au forum >>

Discussions récentes

Autopsie d'une Guerre (livre de Ferhat Abbas)
rédigée par pierrecaravano
Lire 32
vues
0
mess.
Ecrivez le 1er message
Le fils de Ferhat Abbas
rédigée par organza
Lire 145
vues
0
mess.
Ecrivez le 1er message
Célébrités dédiées au thème «nationaliste» :

Ferhat ABBAS

Biographie et celebrite
Biographie et celebrite
Restez informé dès qu'une célébrité disparaît.
TOP OF THE TOP

Claude FRANCOIS Jacques BREL Jésus DE NAZARETH Luis MARIANO DALIDA Grégory LEMARCHAL Sacha DISTEL Michael JACKSON Elvis PRESLEY Louis DE FUNÈS Mike BRANT Daniel BALAVOINE Freddie MERCURY Lino VENTURA BOURVIL Joe DASSIN Jules VERNE MÈRE DENIS COLUCHE Adolf HITLER Michael LANDON Bernadette SOUBIROUS Brian JONES (MUSICIEN) Didier PIRONI Jean FERRAT Michael CRICHTON John WAYNE Jean-Pierre TREIBER Tony PONCET FERNANDEL Napoléon BONAPARTE ABBÉ PIERRE C JÉROME Jean MOULIN Edgar Allan POE Susan HAYWARD Patrick SWAYZE Roger PIERRE Georges BRASSENS Romy SCHNEIDER Bruce LEE Marilyn MONROE Thérèse DE LISIEUX Kalthoum SARRAI Karen LANCAUME SAINT ANTOINE DE PADOUE Guy WILLIAMS Kurt COBAIN Ayrton SENNA Patrick SAINT-ELOI Victor FRENCH Joelle MOGENSEN Steve MCQUEEN Pierre BACHELET Charles DE GAULLE Gilles MARCHAL CHE GUEVARA Ludwig Van BEETHOVEN MÈRE TERESA Audrey HEPBURN Edith PIAF SOEUR EMMANUELLE Charly GAUL Filip NIKOLIC Charlie CHAPLIN Victor HUGO Bon SCOTT MAHOMET Thierry LE LURON Elizabeth MONTGOMERY Montgomery CLIFT John LENNON Heather O'ROURKE Michel BERGER Maria CALLAS Boris VIAN George HARRISON Jacques MESRINE AALIYAH Jim MORRISON Charles BRONSON François D'ASSISE Melina MERCOURI Bob MARLEY François MITTERRAND James DEAN Jimi HENDRIX Lana TURNER Georges GUYNEMER Sacha GUITRY Lady DIANA Léo FERRÉ TUPAC Alan LADD Heinrich HIMMLER Mado ROBIN Giuseppe VERDI Johnny CASH Anne FRANK Amalia RODRIGUES

Tout le TOP OF THE TOP