Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Retour à l'accueil de JeSuisMort.com - le site des biographies des celebrites disparues Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Classement des morts les plus célèbres et leur biographie Celebrites mortes le 4 juin et leur biographie Mentions légales - Le site des biographies Foire aux questions - Le site des biographies Contactez-nous - Le site des biographies
OK
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com ! Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies. Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies.
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
Biographie et celebrite Trouvez une biographie et sa célébrités
biographie de célébrité >   

Harry TRUMAN

 
Biographie et celebrite

Biographie de Harry TRUMAN :

 
574ème
Harry TRUMAN
1884 - 1972
Découvrez la biographie de Harry TRUMAN
Score : 12 801
Homme d'état et Président (Américain)
Né le 08 mai 1884
Décédé le 26 décembre 1972 (à l'âge de 88 ans)


Harry S. Truman (8 mai 1884 - 26 décembre 1972) fut le 33e président des États-Unis. Élu comme vice-président de Franklin D. Roosevelt en 1944, Truman lui succéda à sa mort le 12 avril 1945. Truman présida à la fin de la Seconde Guerre mondiale et à la montée des tensions avec l'Union soviétique qui se transforma en guerre froide.


Truman est né dans le Missouri et a passé la plus grande partie de sa jeunesse dans la ferme familiale. Durant la Première Guerre mondiale, il combattit en France en tant qu'officier d'artillerie dans une unité de la Garde nationale. Après la guerre, il posséda brièvement une mercerie et rejoignit la machine politique démocrate de Tom Pendergast à Kansas City dans le Missouri. Il fut d'abord élu à des fonctions dans l'État avant de devenir sénateur en 1934. Il accéda à la notoriété nationale durant la guerre en tant que président du comité Truman qui enquêta sur les gaspillages, les fraudes et la corruption dans les contrats militaires.

Alors que l'Allemagne capitula quelques semaines après l'accession à la présidence de Truman, il prit la décision d'utiliser des armes nucléaires contre le Japon pour mettre un terme à la guerre. Sa présidence marqua un tournant dans la politique étrangère des États-Unis car le pays adopta une politique interventionniste en conjonction avec ses alliés européens. Travaillant étroitement avec le Congrès, Truman participa à la fondation des Nations-Unies, appliqua la doctrine Truman et fit voter le plan Marshall pour reconstruire l'Europe. L'alliance avec l'Union soviétique durant la guerre se transforma en une opposition ouverte appelée guerre froide. Il supervisa le pont aérien vers Berlin en 1948 et la création de l'OTAN en 1949. Lorsque la Corée du Nord envahit la Corée du Sud en 1950, il envoya immédiatement des troupes américaines et obtint l'approbation des Nations-unies pour la guerre de Corée. Après des succès initiaux, les forces onusiennes furent repoussées par une intervention chinoise et le conflit entra dans une impasse qui dura jusqu'à la fin de la présidence de Truman.

Truman parvint à remporter de justesse l'élection présidentielle de 1948 malgré la division de son parti grâce à une campagne fougeuse. La corruption de l'administration Truman, liée à certains membres du Cabinet et du personnel de la Maison-Blanche, fut une question centrale de l'élection présidentielle de 1952. Truman ne se représenta pas et son successeur démocrate, Adlai Stevenson, fut battu par le républicain Dwight D. Eisenhower. Très impopulaire lorsque qu'il quitta le Bureau ovale, les évaluations de sa présidence sont devenues plus positives après sa retraite de la politique.

Harry S. Truman est né le 8 mai 1884 à Lamar dans le Missouri. Il était le premier des trois enfants de John Anderson Truman (1851-1914) et de Martha Ellen Young Truman (1852-1947). Ses parents choisirent le prénom Harry d'après le frère de sa mère, Harrison « Harry » Young (1846-1916) mais ils étaient en désaccord sur le second prénom. Ils choisirent l'initiale « S » d'après ses deux grands pères, Anderson Shipp Truman et Solomon Young. Le « S » n'est donc pas l'initiale d'un nom, ce qui était une pratique courante chez les Américains de d'ascendance irlando-écossaise. Harry avait un frère, John Vivian (1886-1965) et une sœur, Mary Jane (1889-1978).

John Truman était un agriculteur et un marchand de bétail. La famille vécut à Lamar jusqu'à ce qu'Harry soit âgé de 10 mois avant de s'installer dans une ferme près de Harrisonville. Elle déménagea ensuite à Belton puis en 1887 dans la ferme de 240 ha de ses grands-parents à Grandview. Lorsque Truman eut six ans, ses parents déménagèrent à Independence pour qu'il participe à l'école dominicale de l'église presbytérienne. Truman n'alla pas à l'école traditionnelle avant d'avoir huit ans.

Durant sa jeunesse, Truman s'intéressait à la musique, la lecture et l'histoire sous l'impulsion de sa mère avec qui il resta très proche ; durant sa présidence, il lui demanda des conseils tant politiques que personnels. Il se levait chaque matin à cinq heures pour s'exercer au piano qu'il étudiait deux fois par semaine jusqu'à ses quinze ans. Grâce des relations de son père actives dans le parti démocrate, Truman fut garçon d'honneur à la convention démocrate de 1900 à Kansas City.

Après avoir été diplômé du lycée d'Independence en 1901, Truman travailla comme chronométreur sur le chemin de fer de Santa Fe et dormait dans les campements de vagabonds près des voies ferrées. Il travailla ensuite dans des bureaux et fut brièvement employé dans le bureau de tri du journal Kansas City Star. Il retourna à la ferme de Grandview en 1906 où il resta jusqu'à son entrée dans l'armée en 1917. Durant cette période, il courtisa Bess Wallace et il la demanda en mariage en 1911 mais elle refusa. Truman dit qu'avant de la demander à nouveau, il voulait gagner plus d'argent qu'un simple fermier.

Truman fut le dernier président américain à ne pas avoir de diplôme universitaire. Lorsque ses amis de lycée s'inscrivirent sans l'université de l'État en 1901, Truman s'enrôla dans l'école de commerce Spalding's Commercial College de Kansas-City mais il ne resta qu'un semestre. En 1923-1925, il prit des cours du soir pour obtenir un diplôme de droit à la faculté de droit de Kansas City (aujourd'hui la faculté de droit de l'université du Missouri-Kansas City) mais il abandonna après avoir perdu son travail de fonctionnaire.

Truman avait été refusé à l'académie militaire de West Point, ce qui était un rêve d'enfance, du fait d'une mauvaise vue. Il s'enrôla dans la garde nationale du Missouri en 1905 et y resta jusqu'en 1911. Sa candidature fut initialement rejetée car son acuité visuelle était de 4/10 à droite et de 5/10 à gauche. Il fut accepté la seconde fois car il avait mémorisé le tableau.

À l'entrée en guerre des États-Unis dans la Première Guerre mondiale, Truman rejoignit la garde nationale. Avant son déploiement en France, il fut envoyé s'entraîner au camp Doniphan, près de Lawton (Oklahoma) dans l'Oklahoma. Il y géra la cantine du camp avec Edward Jacobson, un marchand de tissu juif de Kansas City. Dans la base voisine de Fort Sill, il rencontra le lieutenant James M. Pendergast, neveu de Thomas Joseph (Tom) Pendergast, un boss politique de Kansas City, un lien qui eut une influence profonde sur la vie de Truman.

Truman devint officier, puis commandant d'une batterie dans un régiment d'artillerie en France. Son unité, la batterie D du 129e régiment d'artillerie de la 60e brigade de la 35e division d'infanterie, était connue pour ses problèmes de discipline. Durant une soudaine attaque allemande dans les Vosges, des soldats commencèrent à s'enfuir et Truman parvint à ramener l'ordre avec des vulgarités qu'il avait « appris alors qu'il travaillait sur le chemin de fer de Santa Fe ». Sous le commandement de Truman, la batterie ne perdit aucun homme. Elle fournit également un soutien à la brigade blindée de George Patton durant l'offensive Meuse-Argonne de 1918. Le 11 novembre 1918, l'unité de Truman tira certains des derniers coups de la Première Guerre mondiale contre des positions allemandes avant l'entrée en vigueur de l'armistice à 11 h. La guerre fut une expérience importante qui développa les qualités de chef de Truman et son passé militaire rendit possible sa carrière militaire dans le Missouri.

À la fin de la guerre, Truman fut nommé capitaine et il retourna à Independence où il épousa Bess Wallace le 28 juin 1919. Le couple eut un enfant, Mary Margaret (17 février 1924 - 29 janvier 2008).

Peu avant le mariage de Truman, Jacobson et lui ouvrirent une mercerie à Kansas City. Malgré des débuts encourageants, le magasin fit faillite lors de la récession de 1921. Truman ne termina de rembourser la dette contractée avec ce magasin qu'en 1934 avec l'aide d'un sympathisant. Jacobson et Truman restèrent des amis proches et les conseils de Jacobson sur le sionisme jouèrent par la suite un rôle dans la décision du gouvernement américain de reconnaître Israël. En 1922, avec l'aide de la machine politique démocrate de Kansas City menée par le boss politique Tom Pendergast, Truman fut élu juge de la cour du comté de Jackson, une fonction administrative et non judiciaire.

Truman fut battu en 1924 par un républicain lors de la lame de fond menée par le président Calvin Coolidge. Les deux années suivantes passées à vendre des adhésions à une association automobile le convainquirent qu'une carrière de fonctionnaire était plus sûre pour un homme approchant l'age mur qui n'avait jamais été prospère dans le secteur privé. Avec le soutien de la machine de Pendergast, Truman fut élu juge président de la cour du comté et réélu en 1930. Truman supervisa le Ten Year Plan qui transforma la physionomie du comté de Jackson et de Kansas City avec des travaux publics dont la création d'un important réseau routier, la construction d'un nouveau bâtiment de la cour du comté et l'inauguration de douze monuments Madonna of the Trail honorant les femmes pionnières.

En 1933, Truman fut nommé directeur du programme fédéral de ré-emploi dans le Missouri (appartenant à la Civil Works Administration) à la demande du Postmaster General James Aloysius Farley. Il s'agissait d'une faveur envers Pendergast pour avoir donné le vote de Kansas City à Franklin D. Roosevelt lors de l'élection présidentielle de 1932. Le choix confirma le contrôle de Pendergast sur le clientélisme dans le Missouri et marqua l'apogée de son pouvoir politique. Il créa également une relation entre Truman et l'assistant de Roosevelt, Harry Hopkins et garantit le soutien indéfectible de Truman pour le New Deal.

Après son mandat de juge, Truman voulu faire campagne pour la fonction de gouverneur ou un poste au Congrès mais Pendergast rejeta ces idées. Truman pensait donc qu'il achèverait sa carrière dans une sinécure bien payée au niveau du comté. Cependant, après le refus de quatre autres personnes, Pendergast rappela Truman à contre-cœur comme candidat démocrate pour le poste de sénateur du Missouri en 1934. Durant la primaire démocrate, Truman battit deux congressistes, John J. Cochran et Jacob L. Milligan, grâce au soutien du comté de Jackson et à ses contacts au niveau de l'État créés durant son mandat dans le comté. Il défit ensuite le républicain en fonction, Roscoe C. Patterson, avec près de 20 points d'avance.

Truman prit ses fonctions avec la réputation de « sénateur de Pendergast » mais même s'il confia la nomination des fonctionnaires à Pendergast, il vota avec équité. Il défendit ensuite les choix clientélistes en avançant qu'en offrant un peu à la machine politique, il épargnait beaucoup. Durant son premier mandat de sénateur, Truman se prononça contre l'avidité des entreprises, les dangers des spéculateurs de Wall Street et l'influence disproportionnée d'intérêts particuliers fortunés dans les affaires nationales. Il fut largement ignoré par Roosevelt qui ne le prenait pas au sérieux à ce moment et avait du mal à échanger avec la Maison-Blanche.

Lors de l'élection sénatoriale de 1940, le procureur fédéral Maurice Milligan et l'ancien gouverneur Lloyd C. Stark défièrent Truman lors de la primaire démocrate. Truman fut politiquement affaibli par la condamnation de Pendergast pour évasion fiscale en 1939 ; le sénateur était resté loyal en affirmant que les juges républicains et non l'administration Roosevelt était responsable de la chute du boss. Le soutien du chef du parti démocrate de Saint-Louis, Robert E. Hannegan, se révéla décisif pour Truman ; il négocia par la suite l'accord qui plaça Truman sur le ticket présidentiel. Au final, Stark et Milligan se partagèrent le vote anti-Pendergast et Truman remporta la primaire avec 8 000 voix d'avance. Lors de l'élection de novembre 1940, Truman battit le républicain Manvel H. Davis avec 51 % des voix contre 49 %.

À la fin de l'année 1940, Truman se rendit dans différentes bases militaires. Les gaspillages et la corruption qu'il vit le poussèrent à utiliser sa fonction de président du Comité sur les Affaires militaires pour enquêter sur les abus alors que la nation se préparait à la guerre. Un comité séparé chargé de mener une enquête formelle fut constitué sous la direction de Truman et cette proposition fut soutenue par l'administration plutôt que de prendre le risque d'une enquête plus hostile menée par la Chambre des représentants. La présidence de ce qui fut appelé le « comité Truman » le fit connaître au niveau national. Le comité Truman enquêta sur un grand nombre d'abus allant de la construction de mauvaise qualité de bâtiments pour les ouvriers de l'industrie de guerre dans le New Jersey à la critique de la politique d'embauche du gouvernement. Au cours de la guerre, le comité est crédité d'avoir permis d'économiser près de 15 milliards de dollars et Truman fit la couverture du magazine Time du 8 mars 1943. Selon les compte-rendus historiques du Sénat, en dirigeant le comité, « Truman effaça son ancienne image de garçon de course pour les politiciens de Kansas City » et « aucun sénateur n'a retiré autant de bénéfices politiques de la présidence d'un comité d’enquête spécial qu'Harry Truman du Missouri ».

Le vice-président Henry Wallace, bien que populaire auprès des électeurs démocrates, était jugé trop à gauche par certains des conseillers de Roosevelt. Sachant que Roosevelt ne vivrait peut-être pas jusqu'à la fin de son quatrième mandat, le président et plusieurs de ses proches cherchèrent à remplacer Wallace. Parmi ceux-ci, le président sortant du comité national démocrate, Frank C. Walker, son remplaçant, Robert E. Hannegan, le trésorier du parti, Edwin W. Pauley, le maire de Chicago, Edward Joseph Kelly, le stratège Edward J. Flynn et le lobbyiste George E. Allen voulaient tous exclure Wallace du ticket. Roosevelt dit aux chefs du parti qu'il accepterait soit Truman soit le juge de la Cour suprême, William O. Douglas. Les chefs des partis aux niveaux locaux préféraient largement Truman et Roosevelt accepta. Truman ne fit personnellement pas campagne pour la vice-présidence et il accueillit l'offre comme une preuve qu'il était devenu plus que le « sénateur de Pendergast ».

Le choix de Truman, surnommé le « second compromis du Missouri » fut bien accueilli et le ticket Roosevelt-Truman remporta facilement l'élection présidentielle de 1944 face au gouverneur de l'État de New York, Thomas E. Dewey et le gouverneur de l'Ohio, John Bricker. Truman prêta serment le 20 janvier 1945.

La brève vice-présidence de Truman fut relativement peu mouvementée. Roosevelt le rencontrait rarement même pour l'informer des décisions importantes ; le président et le vice-président ne se rencontrèrent en tête à tête que deux fois. Il avait rarement échangé sur les affaires internationales ou intérieures avec Roosevelt et ignorait certaines initiatives liées à la guerre comme le projet Manhattan destiné à produire la première bombe nucléaire. Dans l'une de ses premières actions en tant que vice-président, Truman provoqua une controverse en assistant aux funérailles de Pendergast. Il repoussa les critiques en avançant simplement, « il a toujours été mon ami et j'ai toujours été le sien ».

Truman était vice-président depuis seulement 82 jours lorsque le président Roosevelt mourut le 12 avril 1945. Durant l'après-midi, Truman se trouvait au Sénat qu'il présidait comme à son habitude. Il venait juste d'ajourner la séance pour la journée et se préparait à prendre un verre dans le bureau du président de la Chambre des représentants Sam Rayburn lorsqu'il reçut un message l'enjoignant de se rendre de toute urgence à la Maison-Blanche. Truman supposa que Roosevelt voulait le rencontrer mais Eleanor Roosevelt l'informa que son époux venait de succomber à une hémorragie cérébrale. La première inquiétude de Truman fut pour Eleanor. Il lui demanda s'il pouvait faire quelque chose pour elle, ce à quoi elle répondit, « Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous ? Vous êtes celui en difficulté maintenant ! »

Peu après avoir prêté serment, Truman déclara à des journalistes :

« Les gars, si vous priez, priez pour moi. Je ne sais pas si une botte de foin vous est déjà tombé dessus mais lorsqu'ils m'ont dit ce qui est arrivé hier, j'ai l'impression que la Lune, les étoiles et toutes les planètes me sont tombées dessus. »

Lors de sa prise de fonction, Truman demanda à tous les membres de l'administration Roosevelt de rester en place, leur dit qu'il était ouvert à leurs suggestions mais exposa le principe central de son administration : il serait celui qui prendrait les décisions et ils devraient le soutenir. Même si Truman avait été rapidement informé dans l'après-midi du 12 avril que les Alliés disposaient d'une nouvelle arme extrêmement puissante, le Secrétaire à la Guerre Henry Lewis Stimson ne lui exposa les détails que le 25 avril. Truman profita d'un état de grâce à la suite de la mort de Roosevelt et des succès alliés en Europe. Il fut ravi de pouvoir annoncer la capitulation allemande le 8 mai 1945, le jour de son 61e anniversaire.

À la suite de la victoire alliée, Truman se rendit en Europe pour la conférence de Potsdam où il apprit que l'essai Trinity de la première arme nucléaire le 16 juillet avait été couronné de succès. Il indiqua à Joseph Staline que les États-Unis étaient sur le point d'utiliser un nouveau type d'arme contre les Japonais. Même si c'était la première fois que les Soviétiques étaient officiellement informé de l'existence de la bombe atomique, Staline était déjà au courant du projet Manhattan grâce à l'espionnage avant même que Truman ne le soit.

En août, après le refus du gouvernement impérial japonais d'accepter les demandes de capitulation, Truman autorisa les bombardements atomiques du Japon. Même si l'importance des dévastations et des effets des bombes atomiques étaient mal connus, Truman, comme la plupart des Américains, était peu enclin à la clémence envers les Japonais après les longues années de guerre. Truman a toujours affirmé que sa décision de bombarder le Japon a sauvé de nombreuses vies des deux cotés : les estimations militaires pour une invasion de l'archipel japonais envisageaient un an de combats et la mort d'entre 250 000 et 500 000 soldats américains. Il savait également que le projet Manhattan avait coûté deux milliards de dollars et il n'était donc pas enclin à renoncer à une alternative qui pourrait mettre rapidement fin à la guerre. Hiroshima fut bombardé le 6 août, Nagasaki le 9 et le Japon capitula le 14 août.

Les défenseurs de la décision de Truman ont avancé que, étant donné la défense japonaise acharnée des îles périphériques, les bombardements atomiques ont sauvé des centaines de milliers de vies qui auraient été perdues lors d'une invasion du Japon. En 1954, Eleanor Roosevelt déclara que Truman « a pris la seule décision qu'il pouvait » et que l'emploi de la bombe était nécessaire « pour éviter l'immense sacrifice de vies américaines ». D'autres ont avancé que l'usage d'armes nucléaires était inutile et profondément immoral. Truman écrivit plus tard dans sa vie, « je savais que ce je faisais lorsque j'ai arrêté la guerre… Je n'ai aucun regret et, dans les mêmes circonstances, je le referais ».

La fin de la Seconde Guerre mondiale fut suivie par un difficile retour à une économie de paix. Les planificateurs envisageaient que la guerre contre le Japon allait durer encore un an et pensaient donc qu'ils auraient le temps de faire des propositions pour transformer l'économie. La fin soudaine de la guerre et la rapide démobilisation montra que peu avait été fait pour organiser efficacement la transition vers la production de biens de consommation et éviter le chômage de masse des vétérans. Les représentants du gouvernement n'étaient pas d'accord sur la politique économique à appliquer. De plus, Roosevelt ne s'était pas préoccupé du Congrès dans ses dernières années et Truman dut affronter un rassemblement de républicains et de démocrates conservateurs du Sud.

Le président fut également confronté au retour des conflits sociaux qui avaient été mis en sommeil durant la guerre, à de sévères pénuries de biens de consommation et au mécontentement lié à l'inflation qui atteignit 6 % en juillet 1946. Une vague de grèves commença également dans les grandes industries et les réponses de Truman furent généralement jugées inefficaces. L'arrêt du contrôle de l'économie entraîna une hausse des prix et les ouvriers demandaient une augmentation des salaires. Une grève dans l'industrie sidérurgique en janvier 1946 impliqua 800 000 ouvriers, la plus grande de l'histoire du pays, et elle fut suivie par une grève de l'industrie charbonnière en avril et dans le secteur ferroviaire en mai. L'opinion publique était ulcérée et une majorité dans les sondages demandait l'interdiction du droit de grève pour les fonctionnaires et un moratoire d'une année sur les actions sociales. Truman proposa une législation pour enrôler les grévistes dans les forces armées et dans une apparition théâtrale devant le Congrès, il annonça le règlement de la grève dans le secteur ferroviaire. Sa proposition fut adoptée par la Chambre des représentants mais échoua au Sénat. Pour les produits dont le contrôle des prix était maintenu, les producteurs étaient souvent réticents à vendre à des prix artificiellement bas : les agriculteurs refusèrent de vendre des céréales pendant plusieurs mois en 1945 et 1946 jusqu'à ce que les prix soient significativement augmentés même si les céréales étaient désespérément nécessaires, non seulement pour le marché intérieur mais également pour lutter contre la famine en Europe.

Même si les luttes sociales s'apaisèrent après le règlement de la grève dans le secteur ferroviaire, elles continuèrent tout au long de la présidence de Truman. Les taux d'approbation passèrent de 82 % en février 1946 à 52 % en juin. Ce mécontentement avec les politiques de l'administration Truman entraîna une large victoire républicaine lors des élections de mi-mandat en novembre 1946 et les démocrates perdirent le contrôle du Congrès qu'ils possédaient depuis 1930. Le nouveau Congrès comprenait de nouveaux politiciens républicains qui devinrent influents dans les années qui suivirent comme le sénateur du Wisconsin, Joseph McCarthy, et le représentant de la Californie, Richard Nixon. Lorsque les taux d'approbation de Truman tombèrent à 32 %, le sénateur démocrate de l'Arkansas, William Fulbright, suggéra la démission de Truman ; le président répondit qu'il ne se préoccupait pas de ce que le sénateur « Halfbright » disait.

À la différence de la politique étrangère où ils coopérèrent étroitement, Truman affronta la forte opposition des chefs républicains en politique intérieure. L'influence des syndicats fut sévèrement limitée par la loi Taft-Hartley qui fut approuvée malgré le veto de Truman. Truman mit son veto à deux reprises sur des lois visant à réduire l'impôt sur le revenu en 1947. Les deux vetos furent cependant annulés par le Congrès dans une loi de baisse des impôts en 1948. Les partis coopérèrent sur plusieurs questions ; le Congrès adopta le Presidential Succession Act de 1947 qui faisait du président de la Chambre des représentants, le troisième dans l'ordre de succession présidentiel à la place du secrétaire d'État. Alors qu'il se préparait à l'élection de 1948, Truman montra clairement qu'il était un démocrate dans la tradition du New Deal en défendant une assurance maladie nationale, l'abrogation de la loi Taft-Hartley et un programme agressif en faveur des droits civiques. Ensemble, ces mesures formaient un programme législatif qui fut appelé Fair Deal. Les propositions de Truman ne furent pas très bien accueillies par le Congrès même avec des majorités démocrates après 1948. Une seule mesure importante du Fair Deal, le Housing Act de 1949, fut adoptée. D'un autre coté, les grands programmes du New Deal encore en cours ne furent pas abrogés et certains furent même légèrement améliorés et étendus.

En tant qu'internationaliste wilsonien, Truman était un fervent défenseur de la création des Nations-Unies et plaça Eleanor Roosevelt dans la délégation américaine à la première Assemblée générale des Nations unies le 10 janvier 1946. Devant l'expansion soviétique en Europe de l'Est, Truman et ses conseillers en politique étrangère adoptèrent une ligne dure contre l'URSS. En cela, Truman suivait l'opinion publique américaine qui s'inquiétait d'une potentielle domination mondiale des Soviétiques.

Même s'il ne revendiquait aucune expertise personnelle en politique étrangère, Truman rassembla le soutien des deux partis pour la doctrine Truman qui formalisait une politique d'endiguement des Soviétiques et le plan Marshall dont l'objectif était de permettre la reconstruction de l'Europe d'après-guerre. Pour faire en sorte que le Congrès vote le large financement nécessaire à la reconstruction de l'économie européenne moribonde, Truman utilisa un argument idéologique en avançant que le communisme se développait dans les zones dévastées. Dans le cadre de la stratégie américaine de guerre froide, Truman signa le National Security Act de 1947 qui réorganisait les forces armées en regroupant le département de la Guerre et le département de la Marine au sein du National Military Establishment (renommé département de la Défense en 1949) et en créant l'U. S. Air Force. La législation créa également la CIA et le Conseil de sécurité nationale.

Le 24 juin 1948, l'Union soviétique bloqua les accès aux trois zones d'occupation occidentales de Berlin-Ouest. Le commandant de la zone d'occupation américaine en Allemagne, le général Lucius D. Clay, proposa d'envoyer une grande colonne blindée jusqu'à Berlin-Ouest en traversant la zone d'occupation soviétique avec l'ordre de se défendre si elle était arrêtée ou attaquée. Truman considérait que le risque de déclencher une guerre était trop grand et il approuva un plan pour ravitailler la ville par les airs. Le 25 juin, les Alliés mirent en place un pont aérien pour acheminer de la nourriture et du ravitaillement comme du charbon avec des avions militaires à une échelle encore jamais vue. Le pont aérien fonctionna et le blocus fut levé le 11 mai 1949 même si les ravitaillements aériens continuèrent pendant plusieurs mois après cette date. Le pont aérien fut l'un des plus grands succès de politique étrangère de Truman et il l'aida significativement dans la campagne électorale en 1948.

Truman s'intéressait depuis longtemps à l'histoire du Moyen-Orient et avait lu de nombreux ouvrages sur l'Antiquité et les événements associés à la Bible. Il était bien disposés envers ceux qui cherchaient à créer un foyer juif en Palestine mandataire. En tant que sénateur, il avait assuré les chefs juifs de son soutien au sionisme et lors d'un rassemblement à Chicago en 1943, il avait appelé à la création d'une patrie pour les juifs ayant survécu aux persécutions nazies. La création d'un état juif en Palestine était très populaire aux États-Unis et le soutien juif pouvait être décisif dans l'élection présidentielle à venir. Néanmoins, les représentants du département d'État craignaient d'offenser les Arabes qui étaient opposés à la création d'un état juif au milieu du monde arabe. Le secrétaire à la Défense, James Forrestal avertit Truman de l'importance du pétrole saoudien dans une autre guerre ; Truman répondit qu'il basait sa politique sur la justice et non sur le pétrole. De plus, quand les diplomates furent rappelés du Moyen-Orient pour conseiller Truman et défendre le point de vue arabe, Truman leur dit qu'il n'y avait pas beaucoup d'Arabes parmi ses électeurs.

Les stratèges politiques américains de 1947-1948 s'accordaient sur le fait que l'objectif principal de la politique étrangère américaine était l'endiguement de l'expansion soviétique. Du point de vue de nombreux officiels, la Palestine était secondaire par rapport à l'objectif de protéger la Grèce, la Turquie et l'Iran du communisme comme indiqué dans la doctrine Truman. Truman se lassa des convulsions politiques au Moyen-Orient et des pressions des chefs juifs durant son mandat et était indécis sur la politique à adopter. Il cita plus tard que sa décision de reconnaître l'État juif avait été prise après avoir écouté le conseil de son ancien partenaire, Eddie Jacobson, un juif non-religieux auquel Truman faisait entièrement confiance. Truman prit cette décision de reconnaître Israël malgré les objections du secrétaire d'État George Marshall qui craignait d'endommager les relations avec les pays arabes. Marshall considérait que la plus grande menace contre les États-Unis était l'Union soviétique et il craignait que le pétrole arabe ne soit perdu dans le cas d'une guerre ; il avertit Truman que les États-Unis « jouaient avec le feu et n'avaient rien pour l'éteindre ». Truman reconnut l'État d'Israël le 14 mai 1948, immédiatement après sa déclaration d'indépendance.

Au printemps 1948, les taux d'approbation de Truman étaient de 36 % et le président était très largement considéré comme incapable de remporter l'élection de novembre. Les tenants du New Deal au sein du parti démocrate dont le fils de Roosevelt, James Roosevelt, tentèrent de convaincre le parti de choisir le général Dwight D. Eisenhower, une personnalité très populaire dont les affiliations politiques étaient cependant inconnues. Eisenhower refusa avec véhémence et Truman s'attaqua à ses adversaires pour la nomination.

Durant la convention nationale démocrate de 1948, Truman tenta d'unifier le parti en ajoutant une vague revendication pour les droits civiques dans le programme du parti ; l'objectif était d'apaiser les conflits internes entre les branches nordistes et sudistes du parti. Les événements balayèrent cependant les efforts de compromis du président. Dans un discours sévère, le maire Hubert Humphrey de Minneapolis et plusieurs boss politiques locaux convainquirent la convention d'adopter un programme engagé sur la voie des droits civiques. Truman approuva l'initiative avec enthousiasme mais tous les délégués de l'Alabama et une partie de ceux du Mississippi quittèrent la convention pour marquer leur désaccord. Imperturbable, Truman fut élu avec 71 % des voix des délégués et délivra un discours d'acceptation agressif attaquant le Congrès que Truman surnomma le Do Nothing Congress (« le Congrès qui ne fait rien ») et promit de remporter l'élection et « make these Republicans like it ⇔ faire que ces républicains aiment ça ».

Durant les deux semaines de la convention, Truman délivra l'ordre exécutif 9981 mettant un terme à la ségrégation raciale dans les forces armées américaines. Truman prit un risque politique considérable en soutenant les droits civiques et de nombreux démocrates aguerris craignaient que la perte du Dixiecrat, désignant les démocrates ségrégationnistes du Sud, n'entraîne la désintégration du parti. Cette peur semblait réelle car le gouverneur Strom Thurmond de la Caroline du Sud annonça sa candidature à la présidence comme un candidat dissident du parti démocrate défendant les droits des États du Sud à maintenir la ségrégation. Cette révolte sur la droite du parti fut suivie par un acte similaire à la gauche lorsqu'Henry Wallace présenta sa candidature sur un ticket progressiste. Immédiatement après cette première convention suivant la mort de Roosevelt, le parti démocrate était en cours de désintégration et la victoire de Truman en novembre semblait peu probable du fait de la présence de deux dissidences du parti. Après le refus du juge William O. Douglas de la Cour suprême de devenir son colistier, Truman accepta le choix du sénateur du Kentucky, Alben William Barkley, pour briguer la vice-présidence.

Au cours de la campagne présidentielle, le président sillonna les États-Unis en train sur près de 35 290 km. Ses discours depuis la plateforme arrière du wagon d'observation Ferdinand Magellan finirent par symboliser sa campagne. Ses apparitions combatives enflammaient l'opinion et attiraient de larges foules. Six arrêts dans le Michigan rassemblèrent une foule combinée d'un demi-million de personnes et un million de personnes assistèrent à une ticker-tape parade à laquelle participa Truman et son colistier.

Les larges rassemblements, généralement spontanés aux arrêts du train de Truman représentaient le signe d'un changement important dans la campagne mais cette transition passa virtuellement inaperçu chez les journalistes qui continuèrent d'annoncer la victoire certaine du candidat républicain Thomas E. Dewey. L'une des raisons de ces projections inadéquates était que les sondages étaient essentiellement menés par téléphone à une époque où de nombreuses personnes, dont une grande partie de la base populaire de Truman, n'en avait pas. Cela biaisa les données en faveur de Dewey et contribua à la perception que Truman allait perdre. Les trois principaux instituts de sondage arrêtèrent également de sonder bien avant l'élection du 2 novembre, en septembre pour Roper et en octobre pour Crossley et Gallup et ne mesuraient donc pas dans la période où Truman sembla être passé devant Dewey.

Au final, Truman conserva sa base progressiste du Mid-Ouest, arriva en tête dans la plupart des États du Sud malgré sa position sur les droits civiques et remporta des victoires serrées dans plusieurs états clés dont l'Ohio, la Californie et l'Illinois. Le décompte final montra que Truman avait obtenu les votes de 303 grands électeurs contre 189 pour Dewey, 39 pour Thurmond et 0 pour Wallace. La victoire surprise de Truman fut immortalisée par une photographie le montrant hilare avec un exemplaire du Chicago Tribune titrant Dewey Defeats Truman (« Dewey bat Truman »).

L'investiture de Truman fut la première à être retransmise à la télévision au niveau national. Son second mandat fut éreintant principalement du fait de la politique étrangère et des nombreuses menaces directes et indirectes contre sa politique d'endiguement. Il dut rapidement faire face à la perte du monopole américain sur l'arme nucléaire. Avec les informations obtenues grâce à son réseau d'espions aux États-Unis, le programme nucléaire soviétique avança plus rapidement que prévu et sa première bombe nucléaire explosa le 29 août 1949. En réponse, Truman annonça le 7 janvier 1953 le test de la première bombe à hydrogène américaine.

En 1951, les États-Unis ratifièrent le XXIIe amendement de la Constitution des États-Unis rendant le président inéligible pour un troisième mandat où à être élu une seconde fois après avoir servi plus de la moitié du mandat d'un précédent président. Cette seconde clause se serait appliquée à Truman en 1952 mais une clause de grand-père dans l'amendement excluait spécifiquement le président en exercice de cette provision.

Au moment de la primaire de 1952 au New Hampshire, aucun candidat n'avait reçu le soutien de Truman. Son premier choix, le chief justice Fred M. Vinson ne souhaitait pas faire campagne ; le gouverneur de l'Illinois, Adlai Stevenson avait également décliné l'offre de Truman, le vice-président Barkley était jugé trop vieux et Truman détestait le sénateur du Tennessee, Estes Kefauver, qui s'était fait un nom en enquêtant sur les scandales de l'administration. Truman avait espéré recruter le général Eisenhower pour la candidature démocrate mais ce dernier préféra chercher la candidature républicaine. Par conséquent, Truman laissa ses partisans présenter son nom dans la primaire du New Hampshire. Le très impopulaire Truman fut battu par Kefauver et 18 jours plus tard, le président annonça qu'il ne se représenterait pas pour un second mandat. Truman parvint finalement à convaincre Stevenson de se présenter et le gouverneur obtint la nomination lors de la convention démocrate de 1952.

Eisenhower et le sénateur Nixon furent choisis par la convention républicaine et firent campagne contre ce qu'ils dénonçaient comme étant les échecs de Truman : « Corée, communisme et corruption » et promirent de nettoyer la « pagaille à Washington ». Eisenhower remporta une large victoire sur Stevenson lors de l'élection de novembre, mettant fin à 20 ans de domination démocrate. Alors que Truman et Eisenhower avaient auparavant été de bons amis, Truman s'était senti trahi quand Eisenhower n'avait pas dénoncé les excès de McCarthy durant sa campagne. Parallèlement, Eisenhower fut ulcéré quand Truman, lors d'un rassemblement de soutien à Stevenson, accusa l'ancien général de fermer les yeux sur les « forces sinistres… antisémitisme, anticatholicisme et xénophobie » au sein du parti républicain. Eisenhower fut si révolté qu'il menaça de ne pas réaliser le trajet habituel sur Pennsylvania Avenue avec le président sortant avant l'investiture et de ne rencontrer Truman que sur les marches du Capitole où la prestation de serment a lieu.

Après avoir quitté la présidence, Truman retourna à Independence dans le Missouri dans la maison de la famille Wallace que Bess et lui avaient partagés pendant plusieurs années avec sa mère.

Après avoir quitté ses fonctions, Truman décida rapidement qu'il ne souhaitait pas travailler dans le privé en considérant que prendre avantage de telles opportunités financières diminueraient l'intégrité de la plus haute fonction du pays. Il refusa également de nombreuses offres pour des parrainages commerciaux. Comme ses anciennes entreprises n'avaient pas rencontré le succès, il n'avait aucune économie personnelle et fit face à des difficultés financières. Après avoir quitté la Maison-Blanche, le seul revenu de Truman était son ancienne retraite militaire de 112,56 $ par mois. Les anciens membres du Congrès et des cours fédérales recevaient une retraite fédérale et Truman étendit ce soutien financier aux anciens membres du Cabinet. Mais en 1953, rien n'était prévu pour les anciens présidents et il ne recevait aucun salaire pour son mandat de sénateur.

Truman contracta un prêt dans une banque du Missouri peu après avoir quitté le Bureau ovale et établit ensuite un nouveau précédent pour les futurs anciens présidents en acceptant une offre financière pour rédiger ses mémoires sur son mandat de président. Ulysses S. Grant avait déjà surmonté des difficultés financières similaires avec ses propres mémoires mais le livre avait été publié après sa mort et il avait peu écrit sur son passage à la Maison-Blanche. Pour ses mémoires, Truman reçut un seul paiement de 670 000 $ et dut payer les deux tiers de cette somme aux impôts ; il calcula qu'après avoir payé ses assistants, il ne lui restait que 37 000 $. Les mémoires furent cependant un succès critique et commercial ; elles furent publiées en deux volumes en 1955 et 1956 sous les titres Memoirs by Harry S. Truman: Year of Decisions et Memoirs by Harry S. Truman: Years of Trial and Hope.

En 1957, l'ancien président dit au chef de la majorité démocrate de la Chambre des représentants, John McCormack, « si je n'avais pas été capable de vendre une partie des propriétés que mon frère, ma sœur et moi avons hérités de notre mère, j'aurais pratiquement dut faire appel aux aides sociales mais avec la vente de cette propriété, je ne suis pas financièrement gêné ». L'année suivante, le Congrès vota le Former Presidents Act accordant une retraite annuelle de 25 000 $ pour chaque ancien président et il est probable que la situation financière de Truman a joué un rôle dans la promulgation de cette législation. Le seul autre président encore en vie à l'époque, Herbert Hoover, accepta également la retraite même s'il n'en avait pas besoin pour, selon certaines sources, ne pas embarrasser Truman.

Le prédécesseur de Truman, Franklin D. Roosevelt, avait organisé sa propre bibliothèque présidentielle mais la législation permettant aux futurs présidents de faire quelque chose de similaire n'existait pas encore. Truman rassembla des fonds privés pour construire une bibliothèque présidentielle qu'il céda au gouvernement fédéral, une pratique qui fut adoptée par ses successeurs. Il témoigna devant le Congrès pour que des fonds soient accordés pour copier et organiser les documents de la présidence et fut fier du passage de la loi en 1957. L'historien Max Skidmore, dans son ouvrage sur la vie des anciens présidents, nota que Truman était un homme lettré, particulièrement en histoire. Il ajouta que la loi sur les documents présidentiels et la fondation de sa bibliothèque « furent l'apogée de son intérêt pour l'histoire. Ensemble, ils formaient une énorme contribution aux États-Unis, l'une des plus importantes de n'importe quel président ».

En 1956, Truman défendit la seconde candidature malheureuse de Stevenson face à Eisenhower même s'il avait initialement privilégié la candidature du gouverneur de New York, William Averell Harriman. Il continua de faire campagne pour des candidats démocrates au Sénat pendant de nombreuses années. Le 80e anniversaire de Truman en 1964 fut célébré par une soirée à Washington et il s'adressa devant le Sénat. Après une chute dans sa maison à la fin de l'année 1964, sa santé déclina. En 1965, le président Lyndon B. Johnson signa la loi instaurant le programme d'assurance maladie Medicare dans la bibliothèque Harry S. Truman et donna les deux premières cartes à Truman et à son épouse Bess pour honorer son combat pour le système de santé durant sa présidence.

Le 5 décembre 1972, Truman fut admis à l'hôpital de Kansas City pour une pneumonie. Son état se détériora et il mourut à 7 h 50 le 26 décembre à l'age de 88 ans. Bess Truman choisit une cérémonie privée simple dans la bibliothèque plutôt que des funérailles nationales à Washington. Une semaine après les obsèques, les représentants étrangers et américains assistèrent à une cérémonie funèbre dans la cathédrale nationale de Washington. Après sa mort en 1982, Bess fut inhumée avec son mari dans la bibliothèque Harry S. Truman à Independence.

En 1956, Truman se rendit en Europe avec son épouse. Au Royaume-Uni, il reçut un diplôme honoraire en droit de l'université d'Oxford et rencontra Winston Churchill. En 1959, il reçut un prix pour sa longue implication avec la franc-maçonnerie. Il avait été initié le 9 février 1909 dans la loge maçonnique de Belton dans le Missouri. En 1911, il aida à établir la loge de Grandview et il en fut son premier vénérable maître. En 1940, durant sa campagne de réélection au Sénat, Truman fut élu Grand Maître de la Grande Loge du Missouri. Truman dit plus tard que cette élection assura sa victoire dans l'élection sénatoriale. En 1945, il devint Souverain Grand Inspecteur Général et un membre honoraire du conseil suprême du rite écossais à Washington D. C. Truman était membre des Fils de la Révolution américaine et des Fils des Vétérans confédérés car deux membres de sa familles avaient été des soldats confédérés.

En 1975, la bourse d'étude fédérale Truman Scholarship fut créée pour récompenser les étudiants universitaires ayant démontré un dévouement remarquable pour la fonction publique. En 2001, l'université du Missouri fonda l'école Harry S. Truman d'affaires publiques pour faire progresser les études et les pratiques gouvernementales. Le club sportif de l'université du Missouri, les Tigers du Missouri, ont une mascotte officielle appelée Truman the Tiger. Le 1er juillet 1996, l'université du Nord-Est de l'État du Missouri devint l'université d'État Truman. pour marquer sa transformation d'un institut universitaire de formation des maîtres en une université d'arts libéraux plus sélective et pour honorer le seul Missourien à être devenu président. Un collège universitaire de Chicago dans l'Illinois est nommé Harry S. Truman pour honorer son engagement pour les universités et les écoles publiques. En 2000, le quartier-général du département d'État construit dans les années 1930 mais jamais officiellement nommé reçut le nom d'Harry S. Truman Building.

Malgré les efforts de Truman pour limiter la taille de la flotte aéronavale, qui entraîna la révolte des amiraux (en) de 1949, le porte-avion USS Harry S. Truman fut lancé le 7 septembre 1996. Le 129e régiment d'artillerie est appelé Truman's Own (« Celui de Truman ») pour rappeler le service de Truman dans l'unité pendant la Première Guerre mondiale.

En 1991, Truman fut inscrit dans le Hall of Famous Missourians et un buste en bronze le représentant est exposé dans la rotonde du capitole de l'État du Missouri. En 2006, Thomas Daniel, petit-fils de Truman, accepta l'étoile de son grand-père sur le Walk of Fame du Missouri à Marshfield. En 2007, John Truman, un neveu, accepta l'étoile de Bess Truman. Le jour de sa naissance, le 8 mai, est un jour férié appelé Truman Day dans le Missouri.

Parmi les autres sites associés à Truman :

Le Harry S. Truman National Historic Site regroupe la maison des Wallace à Independence et la ferme familiale de Grandview ; Truman vendit la plus grande partie de la ferme pour le développement urbain de Kansas City.
Le Harry S. Truman Birthplace State Historic Site à Lamar marque la maison de naissance de Truman où il passa les dix premiers mois de sa vie.
Le Harry S. Truman Presidential Library and Museum - La bibliothèque présidentielle à Independence
La Harry S. Truman Little White House - Résidence d'hiver de Truman à Key West en Floride

Page soumise à la GFDL.
Source : Article Harry TRUMAN de Wikipédia


Donnez des points à Harry TRUMAN
en cliquant sur la carte...

Forum sur Harry Truman  Nouveau ! 


Bienvenue sur le forum consacré à Harry Truman. Cet espace de discussion est le vôtre : posez vos questions sur Harry Truman, et si vous le pouvez, répondez à celles des autres. Veuillez garder à l'esprit que vos propos doivent être argumentés et courtois. L'objectif d'une discussion de forum est que sa lecture apporte un savoir à celui qui la lit. Accédez au forum >>
Citations de Harry TRUMAN
Harry TRUMAN Il y a récession quand votre voisin perd son travail, dépression quand vous perdez le vôtre.
Harry TRUMAN Chaque fois que vous avez un gouvernement efficace, c'est une dictature.
Harry TRUMAN La meilleure façon de donner des leçons à ses enfants, c'est de deviner ce qu'ils veulent et de leur conseiller de le faire.
Biographie et celebrite
TOP OF THE TOP

Claude FRANCOIS Jacques BREL DALIDA Jésus DE NAZARETH Luis MARIANO Grégory LEMARCHAL Sacha DISTEL Louis DE FUNÈS Elvis PRESLEY Michael JACKSON Mike BRANT Jacques MESRINE Freddie MERCURY BOURVIL Daniel BALAVOINE Lino VENTURA Joe DASSIN Brian JONES (MUSICIEN) Bernadette SOUBIROUS COLUCHE Michael LANDON Jean FERRAT Adolf HITLER Edgar Allan POE Michael CRICHTON John WAYNE Jules VERNE Gilles MARCHAL MARIE DE NAZARETH MÈRE DENIS FERNANDEL ABBÉ PIERRE Joelle MOGENSEN Charly GAUL Marie-France DUFOUR Georges BRASSENS C JÉROME Didier PIRONI Napoléon BONAPARTE SAINT ANTOINE DE PADOUE Tony PONCET Patrick SWAYZE Guy WILLIAMS Roger PIERRE Susan HAYWARD Romy SCHNEIDER Jean MOULIN Thérèse DE LISIEUX Steve MCQUEEN Bruce LEE Victor FRENCH Patrick SAINT-ELOI Marilyn MONROE Karen LANCAUME Pierre BACHELET Jean-Pierre TREIBER Kalthoum SARRAI Odilon REDON Charles DE GAULLE Edith PIAF Victor HUGO Heather O'ROURKE MÈRE TERESA Ayrton SENNA François D'ASSISE CHE GUEVARA Montgomery CLIFT Audrey HEPBURN Kurt COBAIN Filip NIKOLIC Michael Clarke DUNCAN Charlie CHAPLIN Larry HAGMAN SOEUR EMMANUELLE Ludwig Van BEETHOVEN John LENNON AALIYAH Boris VIAN Elizabeth MONTGOMERY Bon SCOTT George HARRISON Maria CALLAS Marie-France STIRBOIS Charles BRONSON Giuseppe VERDI MAHOMET Thierry LE LURON Léo FERRÉ Lana TURNER Michel BERGER Bob MARLEY Donna REED Jules DASSIN Georges GUÉTARY Jimi HENDRIX Melina MERCOURI Johnny CASH Jim MORRISON Lady DIANA James DEAN

Tout le TOP OF THE TOP