Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Retour à l'accueil de JeSuisMort.com - le site des biographies des celebrites disparues Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Classement des morts les plus célèbres et leur biographie Celebrites mortes le 4 juin et leur biographie Mentions légales - Le site des biographies Foire aux questions - Le site des biographies Contactez-nous - Le site des biographies
OK
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com ! Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies. Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies.
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
Biographie et celebrite Trouvez une biographie et sa célébrités
biographie de célébrité >   

Jorge Rafael VIDELA

 
Biographie et celebrite

Biographie de Jorge Rafael VIDELA :

 
5261ème
VIDELA
1925 - 2013
Découvrez la biographie de Jorge Rafael VIDELA
Score : 12
Homme d'affaire, Homme d'état et Président (Argentin)
Né le 03 octobre 1925
Décédé le 17 mai 2013 (à l'âge de 87 ans)


Jorge Rafael Videla, né à Mercedes, dans la province de Buenos Aires le 2 août 1925, est un général et homme politique argentin. Il est mort le 17 mai 2013. Il dirigea l'Argentine et la guerre sale, après le coup d'État militaire du 24 mars 1976 qui destitua Isabel Perón. En 1981, il céda la présidence de la junte au général Roberto Eduardo Viola. Il a été placé en résidence surveillée au retour de la démocratie en 1983, puis condamné à la prison à perpétuité lors du Procès de la junte de 1985. Amnistié en 1989 par le président Carlos Menem, son dossier est rouvert en 2007 et se conclut le 23 décembre 2010 par une condamnation à la prison à vie.


Né d'un père colonel, il obtient un diplôme du Collège militaire de la nation en 1944, puis entame sa carrière militaire. Après avoir travaillé au ministère de la défense de 1950 à 1962, il prend la direction de l’académie militaire en 1962. En 1971, Videla devient général, et deux années plus tard, il devient chef d’état-major avant d’être nommé, en 1975, commandant en chef de l’armée argentine, sous la présidence d’Isabel Perón, qui a succédé à son époux.

Le 24 mars 1976, Videla, à la tête d'une junte militaire, s’empare du pouvoir. La junte restera en place jusqu'au 10 décembre 1983. Elle se compose dans un premier temps de Videla, du commandant de la marine, l’amiral Emilio Massera et du commandant des forces aériennes, le Brigadier-général Ramón Agosti. Videla cède la présidence de la junte au général Roberto Viola en 1981.

Les militaires argentins répriment brutalement l'opposition de gauche, lors de la prétendue « guerre sale », qui n'eut de guerre que le nom : les guérillas (l'ERP et les Montoneros) étaient déjà démantelées en mars 1976, et les militaires s'attaquèrent aux opposants civils : politiques, syndicalistes, prêtres et nonnes - Alice Domon et Léonie Duquet, Gabriel Longueville etc. - Mères de la place de mai) ainsi qu'à leurs familles, leurs enfants, leurs amis, leurs voisins, etc. Cette entreprise aujourd'hui qualifiée par la justice argentine de « génocide » (voir par exemple la condamnation, en 2008, du général Antonio Domingo Bussi), fut justifiée par la junte au nom d'un anti-communisme virulent, lié à un national-catholicisme prétendant défendre la grandeur de la « civilisation catholique occidentale » contre les « rouges » et les « juifs ». 30 000 personnes furent victimes de disparitions forcées sous la dictature, 500 centres clandestins de détention et de torture créés, tandis qu'environ 500 000 personnes furent contraintes à l'exil, qui plus est clandestin dans les premières années de la junte, qui refusait alors de délivrer des visas de sortie.

Au cœur de la dictature, c'est lui qui remet la coupe du monde de football 1978 au capitaine de l'équipe argentine, Daniel Passarella, El Pistolero. Cette coupe du monde s'est déroulée au moment même où les tortures et assassinats s'exécutaient dans les sous-sols de l'ESMA (École supérieure de mécanique de la Marine), à proximité des stades de Buenos Aires où se jouaient les matches dans la liesse populaire.

Affaiblie par sa cuisante défaite face au Royaume-Uni lors de la guerre des Malouines, la junte cède la place en 1983 à un gouvernement civil démocratiquement élu avec pour président le radical Raúl Alfonsín.

Videla est jugé avec d'autres membres de la junte, ainsi que d'ex-guérilleros, lors du Procès de la Junte de 1985, et condamné à la perpétuité. Entre autres affaires, on le juge coupable d'homicides dans le massacre de Margarita Belén. Amnistié en 1989 par le président Carlos Menem, cette grâce fut annulée en 2007 par un tribunal, sentence confirmée en appel en juin 2009 (la Cour suprême a requis une peine de prison à perpétuité).

Videla doit ainsi être jugé, en 2010, dans quatre procès différents: celui de l'Opération Condor (tribunal fédéral n°1), le procès TOF6 qui concerne le vol systématique des bébés des détenues-« disparues », qui étaient délivrés à des familles de militaires et de policiers, le procès Kamenetzky à Santiago del Estero, et enfin le procès à Córdoba, où il est accusé avec le général Luciano Benjamín Menéndez, les « groupes de travail » du Destacamento de Inteligencia 141 et du Département d'Information (D2, police politique) de la police provinciale5, de la torture et du meurtre de 32 prisonniers politiques à la prison de Córdoba et au centre clandestin de détention du Service de renseignement de la police.

Bénéficiant d'une assignation à résidence de 1998 à 2008, celle-ci fut annulée par le juge fédéral Norberto Oyarbide, chargé de l'enquête sur l'Opération Condor, qui l'a fait transférer à la prison de Campo de Mayo en octobre 2008. Par ailleurs, à la suite de l'identification, par l'Équipe argentine d'anthropologie judiciaire (EAAF), de la dépouille de l'argentin-allemand Rolf Nasim Stawowiok, un jeune militant de 20 ans de la Jeunesse péroniste qui fut enlevé le 21 février 1978, puis enterré anonymement, un magistrat allemand de Nuremberg a ouvert une enquête contre l'ex-dictateur.

Page soumise à la GFDL.
Source : Article Jorge Rafael VIDELA de Wikipédia


Donnez des points à Jorge Rafael VIDELA
en cliquant sur la carte...

Forum sur Jorge Rafael Videla  Nouveau ! 


Bienvenue sur le forum consacré à Jorge Rafael Videla. Cet espace de discussion est le vôtre : posez vos questions sur Jorge Rafael Videla, et si vous le pouvez, répondez à celles des autres. Veuillez garder à l'esprit que vos propos doivent être argumentés et courtois. L'objectif d'une discussion de forum est que sa lecture apporte un savoir à celui qui la lit. Accédez au forum >>
Biographie et celebrite
TOP OF THE TOP

Claude FRANCOIS Jacques BREL DALIDA Jésus DE NAZARETH Luis MARIANO Grégory LEMARCHAL Sacha DISTEL Louis DE FUNÈS Elvis PRESLEY Michael JACKSON Mike BRANT Jacques MESRINE Freddie MERCURY BOURVIL Daniel BALAVOINE Lino VENTURA Joe DASSIN Brian JONES (MUSICIEN) Bernadette SOUBIROUS COLUCHE Michael LANDON Jean FERRAT Adolf HITLER Edgar Allan POE Michael CRICHTON John WAYNE Jules VERNE Gilles MARCHAL MARIE DE NAZARETH MÈRE DENIS FERNANDEL ABBÉ PIERRE Joelle MOGENSEN Charly GAUL Marie-France DUFOUR Georges BRASSENS C JÉROME Didier PIRONI Napoléon BONAPARTE SAINT ANTOINE DE PADOUE Tony PONCET Patrick SWAYZE Guy WILLIAMS Roger PIERRE Susan HAYWARD Romy SCHNEIDER Jean MOULIN Thérèse DE LISIEUX Steve MCQUEEN Bruce LEE Victor FRENCH Patrick SAINT-ELOI Marilyn MONROE Karen LANCAUME Pierre BACHELET Jean-Pierre TREIBER Kalthoum SARRAI Odilon REDON Charles DE GAULLE Edith PIAF Victor HUGO Heather O'ROURKE MÈRE TERESA Ayrton SENNA François D'ASSISE CHE GUEVARA Montgomery CLIFT Audrey HEPBURN Kurt COBAIN Filip NIKOLIC Michael Clarke DUNCAN Charlie CHAPLIN Larry HAGMAN SOEUR EMMANUELLE Ludwig Van BEETHOVEN John LENNON AALIYAH Boris VIAN Elizabeth MONTGOMERY Bon SCOTT George HARRISON Maria CALLAS Marie-France STIRBOIS Charles BRONSON Giuseppe VERDI MAHOMET Thierry LE LURON Léo FERRÉ Lana TURNER Michel BERGER Bob MARLEY Donna REED Jules DASSIN Georges GUÉTARY Jimi HENDRIX Melina MERCOURI Johnny CASH Jim MORRISON Lady DIANA James DEAN

Tout le TOP OF THE TOP