Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Retour à l'accueil de JeSuisMort.com - le site des biographies des celebrites disparues Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Classement des morts les plus célèbres et leur biographie Celebrites mortes le 4 juin et leur biographie Mentions légales - Le site des biographies Foire aux questions - Le site des biographies Contactez-nous - Le site des biographies
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com ! Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies. Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies.
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
Biographie et celebrite Trouvez une biographie et sa célébrités
biographie de célébrité>   MADAME DE MAINTENON
Biographie et celebrite
Biographie Votez Lettre Sites
Biographie de MADAME DE MAINTENON :
Afficher la version imprimable de la biographie de MADAME DE MAINTENON  Version imprimable
1465ème
MADAME DE MAINTE...
1635 - 1719
Découvrez la biographie de MADAME DE MAINTENON
Score : 491
Conjoint de célébrité et Maitresse de célébrité (Française)
Née le 27 novembre 1635
Décédée le 15 avril 1719 (à l'âge de 83 ans)


Françoise d’Aubigné, (27 novembre 1635, prison de Niort - 15 avril 1719, Saint-Cyr-l'École), marquise de Maintenon, plus connue comme Madame de Maintenon, fut secrètement l'épouse de Louis XIV (1638–1715), roi de France et de Navarre.

Françoise d’Aubigné est née le 27 novembre 1635 à la prison de Niort, geôle de son père Constant d'Aubigné, le fils du célèbre poète Agrippa d’Aubigné. Née catholique, elle passe sa petite enfance chez Mme de Vilette, sa tante huguenote, au Chateau de Mursay, au nord de Niort. Elle va ensuite avec ses parents en Guadeloupe où son père est nommé gouverneur de Marie-Galante, un séjour qui lui vaudra le surnom de « Belle Indienne ». Elle revient en France en 1645 après la disparition de son père Constant d'Aubigné et est prise en charge par Mme de Neuillant, sa marraine, qui la place immédiatement chez les Ursulines pour la reconvertir au catholicisme, et abjurer sa foi calviniste.

En avril 1652, à l'âge de seize ans, elle épouse l'écrivain et poète paralytique Paul Scarron (1610–1660) de vingt-cinq ans son aîné, protégé de Mme de Neuillant. Elle fut son épouse de 1652 à 1660. Devenue « Madame Scarron », elle devient l’animatrice, du salon ouvert par son mari, rapidement fréquenté par les écrivains de l'époque. Elle se tisse alors, de son côté, un solide réseau de relations avec les beaux esprits du Marais parmi lesquels se trouve Athénaïs de Montespan. À vingt-cinq ans, elle devient veuve et, si Scarron lui avait inculqué une grande culture, il la laisse sans le sou. De son mariage, Françoise avait gagné l’art de plaire et en avait conservé les relations, ainsi Anne d’Autriche, sollicitée par des amis communs accorda à la veuve Scarron une petite pension. À la mort de la reine mère, sa pension est rétablie par une Mme de Montespan, non encore favorite ; les deux femmes s'étaient rencontrées chez le maréchal d'Albret, cousin par alliance de Mme de Montespan et proche de Scarron. Si Athénaïs de Montespan pensait à elle pour devenir la gouvernante des bâtards royaux, c'était que la veuve Scarron avait su la divertir et qu’elle était discrète mais aussi et surtout parce que Françoise savait bien que l’on gagnait toujours à servir le roi.

En 1669, elle accepte la charge de gouvernante des enfants illégitimes du roi et de madame de montespan alors qu’elle vient de refuser d'être la dame de compagnie de la reine du Portugal. Elle s’installe donc à Vaugirard et y rencontre pour la première fois le roi qui s’y aventurait pour voir ses enfants. Elle réapparaît à la cour en 1673 lors de la légitimation des bâtards royaux.

Sa véritable relation avec le roi débuta en 1675, d’ailleurs Louis XIV écrivit dans son journal « il y a quelques jours, un gentilhomme de gris vêtu, peut-être un prince errant incognito entreprit durant la nuit une nymphe égarée dans le parc de Saint-Germain. Il savoit le nom de cette nymphe qu’elle étoit belle, bonne, pleine d’esprit mais sage. La nymphe cependant se laissa faire et ne lui refusa aucune faveur. Cette nymphe ressemblait à s’y méprendre à Mme Sc. ; et je crois deviner qui étoit le prince vêtu de gris. Ce prince est comme moi, il déteste les femmes légères, il honnit les prudes, il aime les sages. », sa faveur commença à se déclarer lorsque en 1675, le roi la nomme « marquise de Maintenon », balayant ainsi le vieux poète Scarron.

Elle s’acquitta avec succès de sa tâche puisque le roi lui conféra en 1680, la charge de « dame d’atour » de la dauphine. C’est à l’occasion de cette charge qu’elle se rendit à Barèges pour soigner le duc de Maine, franchissant le col du Tourmalet en 1675. Par la suite tout s'accéléra, sa faveur grandit, elle forma avec le roi le vrai couple parental des bâtards dont le duc de Maine.

La disgrâce progressive de Mme de Montespan, compromise dans l’affaire des poisons, et la mort, le 30 juillet 1683 de la reine Marie Thérèse d'Autriche (1638-1683) mettent fin au cas de conscience qui se posait à Mme de Maintenon concernant sa relation avec Louis XIV et lui permettent de prendre un ascendant grandissant sur le roi. Celui-ci, amoureux, a besoin d'une femme, mais sa « conversion » l'incite à fuir le péché de la chair. Ne voyant pas d'utilité en une union politique avec l'infante du Portugal ou la princesse de Toscane, pourtant citées comme favorites pour le trône, le roi penche vite pour un mariage d'inclinaison avec celle qu'il aime.

Avec le soutien actif de l'Église de France, Françoise d'Aubigné, veuve Scarron et âgée de près de cinquante ans épouse secrètement, dans la nuit du 9 au 10 octobre 1683, le roi de France et de Navarre, « le plus grand roi du monde » selon les dire de Louvois. Ce mariage « secret » ne restera secret que pour le peuple. À la Cour, l'on sait bien ce qu'il en est : le roi passe une grande partie de son temps dans les appartements de sa femme, et, lorsque madame de Maintenon se déplace en chaise à porteurs, les princesses doivent suivre immédiatement derrière. Ce qui fera dire à Madame de Maintenon : « Mon bonheur est éclatant ».

Mme de Maintenon fait planer sur la cour une ère de dévotion et de rigueur. On lui prête une grande influence, faite de rigueur et d’austérité sur le roi et sur la Cour, notamment concernant la décision ayant conduit à la révocation, en 1685, de l’édit de Nantes, qui, « interdisant » les protestants, provoqua l’exode massif de ceux-ci et de leurs capitaux, ce qui eut pour effet de ruiner la France, ou l’incitation au déclenchement de la guerre de Succession d'Espagne en 1701. Les historiens se sont beaucoup interrogés et s’interrogent encore sur le rôle réel joué par Mme de Maintenon, accusée de tous les maux. En ce qui concerne précisément la révocation de l'Édit de Nantes, l'ensemble des historiens souscrit aujourd'hui à la démonstration résumée par François Bluche dans sa biographie de référence sur le grand roi : « La marquise de Maintenon se réjouit des conversions, quand elles lui semblent le résultat de la persuasion et de la douceur. Mais elle répugne à la contrainte envers ses anciens coreligionnaires. Seules une polémique outrancière, puis une légende sans fondement pourront faire croire qu'elle ait encouragé le monarque à la dureté. »

Il est sûr que son statut ambigu (elle était une simple mondaine en public, reine en privé mais aussi collaboratrice, belle-mère et belle grand-mère) fut source pour elle d'une grande tension psychologique. Peu aimée de la famille royale, elle le fut encore moins des courtisans et du peuple qui lui prêtaient un pouvoir disproportionné et voyaient en elle le « mauvais génie » de Louis XIV.

Trois jours avant la mort du roi en 1715, elle se retire jusqu'à sa propre disparition à Saint-Cyr dans la Maison royale de Saint-Louis, fondée en 1686 (où elle reçoit la visite du tsar Pierre le Grand), maison d'éducation pour jeunes filles nobles et désargentées. En 1793, la Maison royale devint un hôpital militaire pour finalement accueillir, de 1808 à 1940, l’École spéciale militaire de Saint-Cyr et, depuis les années 1960, un lycée d'enseignement des enfants des décorés de la Légion d'honneur. À sa mort en 1719, Madame de Maintenon est embaumée et ensevelie à Saint-Cyr. Son corps, bien conservé, est déterré en 1793 par les révolutionnaires (« Ce jour-là, elle fut traitée en reine », écrit un de ses biographes, cité dans L'Allée du Roi) et sa trace se perd.

L'établissement occupé par les Allemands est détruit par les bombardements de 1944. C’est pendant des travaux de reconstruction qu’on découvre, dans les greniers de Saint-Cyr, une caisse marquée « Ossements de Madame de Maintenon ». Ces restes, d'abord placés dans la chapelle royale du château de Versailles, sont enterrés depuis le 15 avril 1969 dans la chapelle de l'école militaire de Saint-Cyr, alors que toutes les dépouilles des Rois de France ont été dispersées à la Révolution. Conformément à ses souhaits, Madame de Maintenon est inhumée dans l'ancienne Maison Royale de Saint-Louis à Saint-Cyr, Saint-Cyr dont elle aurait dit en 1715 en s'y retirant à la mort du roi : « Ces murs fermant ma retraite seront aussi ceux de mon tombeau ».

Curiosité de l'Histoire de France, la « reine sans couronne » est arrivée jusqu'à nous.

À noter qu'il existe dans le château de Maintenon un cénotaphe de Madame de Maintenon comportant le fac-similé de la plaque épitaphe du premier tombeau de Madame de Maintenon à Saint-Cyr.
Page soumise à la GFDL.
Source : Article MADAME DE MAINTENON de Wikipédia


Rendez hommage à MADAME DE MAINTENON
en cliquant sur une carte !

Forum sur Madame de Maintenon  Nouveau ! 


Bienvenue sur le forum consacré à Madame de Maintenon. Cet espace de discussion est le vôtre : posez vos questions sur Madame de Maintenon, et si vous le pouvez, répondez à celles des autres. Veuillez garder à l'esprit que vos propos doivent être argumentés et courtois. L'objectif d'une discussion de forum est que sa lecture apporte un savoir à celui qui la lit. Accédez au forum >>
MADAME DE MAINTENON

Ecrivez une lettre posthume à MADAME DE MAINTENON


Votre lettre sera publiée sur le site mais personne ne vous répondra...






(jamais affiché sur le site)






lettre à Madame de Maintenon (millicent milton-may)
Chère Madame de Maintenon, M'est-il permis d'avoir pour vous une infinie admiration ainsi qu'une dlicate et réelle affection? J'ai toujours découvert tout ce qui vous concerne avec le plus vif intérêt et je cherche encore à rassembler tous documents m 'invitant dans votre univers tellement multiple ,parfois contradictoire et ,de ce fait si proche de moi ! Soyez assurée,Chère Madame de Maintenon ,de mes sentiments reconnaissants et fidèles au-delà du temps et des espaces !... Lire la suite
Chère Madame de Maintenon, . Votre vie fut vraiment extraordinaire au sens propre du terme. Petit-fille d'Agripa d'Aubigné, née dans la prison de Niort, veuve du burlesque Paul Scaron vous êtes devenue l'épouse certes morganatique mais l'épouse tout de même de Louis XIV. Vous auriez pu vous contenter de la vie oisive et insouciante qui est celle traditionnelle d'une reine, au contraire vous avez fait oeuvre personnelle en fondant la maison royale Saint-Louis à St-Cyr. Plus de trois siècles a... Lire la suite
Admiration (nicole)
Madame, Ma vie (et elle longue je vais avoir 70 ans) je l'ai passée entre Sa Majesté et Vous. Ma bbliothèque regorge de livres vous concernant. Mais ce jour, je voudrais vous dire mon admiration pour la façon dont vous avez mené votre vie, en effet rien ne vous prédisposait à devenir (Reine de France) même si ce titre vous ne l'avez jamais porté. Mon Roi vous a cependant permis de porter le manreau d'ermine en vous disant que vous le méritiez bien. Je pense , si je puis me permettre , qu'il... Lire la suite
Chère Madame de Maintenon, Qu'il fût aisé et agréable de lire votre Biographie. Votre vie Madame,t l'une des plus passionnante que je connaisse. Je rend hommage à votre courage , à votre opiniâtreté, à votre intelligence à votre Beauté enfin Madame...J'aurais aimé vivre à votre époque et avoir l'honneur de vous rencontrer, vous connaitre et vous aimez . Milles respects... Votre dévouée R.R.... Lire la suite
Citations de MADAME DE MAINTENON
MADAME DE MAINTENON On se plaint de la brièveté de la vie, et tous nos efforts tendent à la passer brièvement.
MADAME DE MAINTENON La jalousie d'un coeur de femme est l'obscure terreur que sa joie doit finir.
Sites sur MADAME DE MAINTENON :
Biographie de MADAME DE MAINTENON : De nombreuses autres biographies de MADAME DE MAINTENON sur Monsieur-Biographie, le moteur de recherche en biographie.
MADAME DE MAINTENON : Retrouvez toutes les informations sur MADAME DE MAINTENON sur Annuaire-Celebrite, l'annuaire des célébrités. Tous les sites consacrés à MADAME DE MAINTENON, biographie de MADAME DE MAINTENON, photo de MADAME DE MAINTENON...

Célébrités dédiées au thème «amant de célébrité» :

Eva BRAUN | Dodi AL FAYED | MADAME DU BARRY | Pamela COURSON | MADAME DE MAINTENON | Jane STUART | Juliette DROUET

Thèmes associés
Gotha, Histoire, Conjoint de célébrité, Maitresse de célébrité, Françoise d’Aubigné, Mme de Maintenon, Françoise d'AUBIGNE, marquise de Maintenon.

Haut de page
Biographie et celebrite
Biographie et celebrite
Recevez une publication dès qu'une célébrité disparait...
Le Cimetière du Père-Lachaise :
Promenades au fil du temps
Avec près de 44 hectares, le cimetière du Père-Lachaise est le plus vaste et le plus ancien des parcs publics intérieurs de Paris. Véritable musée d'art et d'histoire en plein air, il représente un fleuron du patrimoine culturel de la capitale. Cette nécropole est aussi un lieu cosmopolite, symbole de pluralisme politique, social, idéologique, artistique et religieux... Cet ouvrage propose des parcours thématiques, présentant la vie des célébrités à travers l'histoire, tout en dévoilant de véritables chefs-d'œuvre de l'art funéraire.

+ de détails >>
Restez informé dès qu'une célébrité disparaît.
TOP OF THE TOP

Claude FRANCOIS Jacques BREL Jésus DE NAZARETH Luis MARIANO Grégory LEMARCHAL DALIDA Sacha DISTEL Michael JACKSON Elvis PRESLEY Louis DE FUNÈS Mike BRANT Daniel BALAVOINE Freddie MERCURY Lino VENTURA MÈRE DENIS Jules VERNE BOURVIL Joe DASSIN COLUCHE Michael LANDON Adolf HITLER Didier PIRONI Bernadette SOUBIROUS Jean-Pierre TREIBER Brian JONES (MUSICIEN) Jean FERRAT Napoléon BONAPARTE Tony PONCET Michael CRICHTON John WAYNE FERNANDEL C JÉROME ABBÉ PIERRE Jean MOULIN Roger PIERRE Patrick SWAYZE Georges BRASSENS Susan HAYWARD Bruce LEE Marilyn MONROE Ayrton SENNA Karen LANCAUME Kurt COBAIN Romy SCHNEIDER Thérèse DE LISIEUX SAINT ANTOINE DE PADOUE Patrick SAINT-ELOI Charles DE GAULLE Guy WILLIAMS Victor FRENCH Kalthoum SARRAI Steve MCQUEEN Pierre BACHELET Ludwig Van BEETHOVEN Bon SCOTT Audrey HEPBURN CHE GUEVARA SOEUR EMMANUELLE MÈRE TERESA MAHOMET Victor HUGO Filip NIKOLIC Thierry LE LURON John LENNON Charlie CHAPLIN Joelle MOGENSEN George HARRISON Michel BERGER Elizabeth MONTGOMERY Maria CALLAS Edith PIAF Edgar Allan POE Montgomery CLIFT Boris VIAN Jim MORRISON Melina MERCOURI François MITTERRAND Charles BRONSON James DEAN AALIYAH Georges GUYNEMER Bob MARLEY Alan LADD Jimi HENDRIX Jacques MESRINE TUPAC Gilles MARCHAL Amalia RODRIGUES Lady DIANA Lana TURNER Giuseppe VERDI Johnny CASH François D'ASSISE Léo FERRÉ Mado ROBIN Heinrich HIMMLER Charlton HESTON Charly GAUL Anne FRANK Heather O'ROURKE

Tout le TOP OF THE TOP