Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Retour à l'accueil de JeSuisMort.com - le site des biographies des celebrites disparues Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Classement des morts les plus célèbres et leur biographie Celebrites mortes le 4 juin et leur biographie Mentions légales - Le site des biographies Foire aux questions - Le site des biographies Contactez-nous - Le site des biographies
OK
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com ! Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies. Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies.
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
Biographie et celebrite Trouvez une biographie et sa célébrités
biographie de célébrité >   

Marie-France STIRBOIS

 
Biographie et celebrite

Biographie de Marie-France STIRBOIS :

 
30ème
STIRBOIS
1944 - 2006
Découvrez la biographie de Marie-France STIRBOIS
Score : 126 946
Députée, Femme d'état et Femme politique (Française)
Née le 11 novembre 1944
Décédée le 17 avril 2006 (à l'âge de 61 ans)


Marie-France Stirbois, née Marie-France Charles le 11 novembre 1944 à Paris (Seine) et décédée le 17 avril 2006 à Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) des suites d'un cancer, est une femme politique française, députée Front national élue à Dreux de 1989 à 1993, députée au Parlement européen de 1994 à 1999 et de 2003 à 2004.


Militante historique du Front national, Marie-france Stirbois a marqué la vie politique française en réalisant avec son mari Jean-Pierre Stirbois les premiers succès électoraux du FN, en 1983 à Dreux. Entre 1989 et 1993, elle fut la seule députée frontiste à siéger à l'Assemblée nationale, après que yann piat eut changé de camp politique.

Elle est la cadette de la famille Charles qui comptait quatre filles. Son père était un dirigeant d'une société d'entrepôts frigorifiques et de conserverie, et sa mère une femme au foyer, tous deux ardents gaullistes jusqu'en 1962 (Mme Charles fut décorée de la Croix de guerre avec palmes). La mère de Marie-france Stirbois fut emprisonnée par les Allemands, et ses deux sœurs furent agents de liaison de la Résistance jusqu'à la fin de la guerre.

Dans les années 1950, la famille Charles s'installe à Dreux. Le premier engagement politique de la jeune Marie-France remonte à la guerre d'Algérie, pour s'opposer à l'indépendance de ces départements français. En 1964, elle milite dans les comités Tixier-Vignancour, candidat de l'extrême droite à l'élection présidentielle de 1965. C'est à cette époque qu'elle a fait la connaissance de son futur mari, Jean-Pierre Stirbois. Elle se rapproche alors d'Occident.

Lors des événements de mai 1968, elle est étudiante à Nanterre, où, responsable de la Fédération nationale des étudiants de France (FNEF), elle manifeste contre les grévistes. Titulaire d'un Capes d'anglais, elle se marie l'année suivante et enseigne l'anglais pendant sept ans au lycée de Colombes, puis arrête de travailler pour élever ses deux enfants.

Comme son époux, elle milite d'abord dans la mouvance « solidariste » de l'extrême droite, au Mouvement jeune révolution, qui rejette le totalitarisme marxiste et le capitalisme international.

Lorsque le couple Stirbois adhère au Front national en 1977, créé cinq ans plus tôt, ils ont chacun une carrière politique militante. Elle devient la cogérante de l'imprimerie que son mari a créée alors qu'ils se lancent en politique à Dreux. Mais contrairement à son époux, Marie-france Stirbois fait ses premières armes pour les élections législatives de 1978 à Paris. Elle remporte un premier succès électoral lors des cantonales de 1982 avec un score de 10 %, puis se présente à Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, en 1985. Sa première candidature nationale à Dreux remonte aux législatives de 1986 alors que trois ans plus tôt, Jean-Pierre Stirbois était devenu l'un des adjoints FN au maire RPR de la ville, Jean Hieaux, à la suite d'une alliance électorale. Lors des élections régionales de 1986, comme son mari, elle est élue au conseil régional de la région Centre.

Après le décès de son mari Jean-Pierre Stirbois le 5 novembre 1988 dans un accident de voiture, elle prend sa succession dans l'engagement local et incarne le Front national à Dreux, d'abord comme conseillère municipale, puis comme tête de liste lors des élections municipales de mars 1989. Elle échoue dans sa tentative de remporter la mairie et est réélue simple conseillère municipale.

Dans la deuxième circonscription d'Eure-et-Loir, la démission le 2 octobre 1989 du député RPR Martial Taugourdeau qui vient d'être élu sénateur, provoque une élection partielle. Celle-ci a lieu les 26 novembre et 3 décembre 1989. Marie-france Stirbois recueille 42,5 % des voix au premier tour et 61,3 % des voix au second face au candidat RPR Michel Lethuillier. Elle est ainsi élue députée et sera la seule élue frontiste à siéger à l'Assemblée nationale durant la IXe législature (après l'exclusion de yann piat du FN en octobre 1988). Cette victoire est le résultat d'un long et intense travail d'implantation locale ainsi que d'un contexte national porteur. En septembre 1989 a lieu l'affaire des voiles islamiques de Creil qui domine fortement le débat politique. Le style rassurant de Marie-france Stirbois joue également en sa faveur. Le journal Le Monde note ainsi : « Personne ne savait comment contrer cette candidate qui caressait la joue des enfants et remontait gentiment le col des vieilles dames pour qu'elles ne prennent pas froid. » Et Le Nouvel Observateur après le premier tour écrit : « Elle a en plus le charme qui manquait à l'ancien numéro deux du Front national. Cette élégante femme blonde à la voix douce, un brin traînante, est une combattante en escarpins et gants de chevreau. Et ses propos sur l'immigration sont toujours parsemés de fleurs. » Par ailleurs, les divisions déjà anciennes des socialistes locaux, ainsi que celle du RPR et de l'UDF lui profitent. Enfin, comme l'analyse Le Nouvel Observateur, elle bénéficie de la protestation d'une partie des Drouais face à la présence d'une forte population immigrée qui représente 30 % de la population totale de la ville.

Elle conserve son mandat de députée jusqu'aux élections législatives suivantes de mars 1993 où elle perd de très peu face au candidat RPR Gérard Hamel (49,87 % au second tour). Ayant déposé une requête pour l'annulation de l'élection, le Conseil constitutionnel rejette sa demande le 23 septembre 1993. En 1990, elle fait son entrée au bureau politique du Front national, l'instance de direction du parti. En mars 1994, elle est élue conseillère générale dans le canton de Dreux-Ouest, poste qu'elle occupera jusqu'à la fin de son mandat en 2001. En juin 1994, elle est élue députée européenne avec dix autres membres de la liste du Front national sur laquelle elle était placée en sixième position. Elle démissionne peu après de son mandat de conseillère régionale du Centre, et siège au Parlement européen jusqu'aux élections européennes de 1999 où elle n'est pas réélue.

Après deux nouveaux échecs pour conquérir la mairie de Dreux (en 1995 et 1996), elle quitte la région Centre pour le sud où elle est élue conseillère municipale de Nice en 2001 après avoir recueilli 14,20 % des voix au second tour de l'élection municipale. En 1999, elle est nommée, au sein du Front national, déléguée nationale aux actions catégorielles. En 2003, elle reprend pendant un an le siège de Jean-Marie Le Pen après la déchéance de son mandat de député européen à la suite de sa condamnation à un an d'inéligibilité. En 2004, elle est élue conseillère régionale de Provence-Alpes-Côte d'Azur. La même année, Jean-Marie Le Pen l'écarte de la deuxième place éligible sur la liste FN aux élections européennes dans la circonscription Sud-Est, au profit de Lydia Schénardi. Il lui propose la deuxième place sur la liste FN dans la circonscription Sud-Ouest ce qu'elle refuse, préférant la dernière position, la « place d'honneur ».

Décédée le 17 avril 2006, après plusieurs mois de lutte contre le cancer et plusieurs semaines en soins palliatifs, ses obsèques sont célébrées en l'église Saint-Marc de Villeneuve-Loubet. Elle est inhumée au cimetière du Montparnasse (10e division) avec son mari.

Proche de Jacques Bompard, qui avait rejoint le MPF à l'automne 2005, Marie-france Stirbois s'opposait dans les dernières années de sa vie régulièrement à Jean-Marie Le Pen. Elle affirma qu'elle ne voterait pas pour Marine Le Pen si celle-ci était la candidate du Front national à l'élection présidentielle de 2007. Elle fut deux fois sanctionnée par les institutions frontistes et fut suspendue provisoirement de ses fonctions au bureau politique du parti en octobre 2005. Commentant cette décision, elle déclara : « J'observe qu'une coterie formée de quelques personnes exerce une influence néfaste sur Jean-Marie Le Pen. C'est une sorte d'État lilliputien. Ils ont réussi à le déconnecter de ses vrais amis et du mouvement. Depuis, il n'y a plus de débat au bureau politique. Les décisions sont prises ailleurs. »

Elle avait rejoint l'association locale de Jacques Bompard, « L'Esprit public ». Elle semblait, selon ce dernier, sur le point de rejoindre à son tour Philippe de Villiers].

Page soumise à la GFDL.
Source : Article Marie-France STIRBOIS de Wikipédia


Donnez des points à Marie-France STIRBOIS
en cliquant sur la carte...

Forum sur Marie-france Stirbois  Nouveau ! 


Bienvenue sur le forum consacré à Marie-france Stirbois. Cet espace de discussion est le vôtre : posez vos questions sur Marie-france Stirbois, et si vous le pouvez, répondez à celles des autres. Veuillez garder à l'esprit que vos propos doivent être argumentés et courtois. L'objectif d'une discussion de forum est que sa lecture apporte un savoir à celui qui la lit. Accédez au forum >>

Participez à la 1ère discussion !

Marie-france Stirbois est morte assassinée ?
rédigée par crom
Lire 342
vues
0
mess.
Ecrivez le 1er message
Biographie et celebrite
TOP OF THE TOP

Claude FRANCOIS Jacques BREL DALIDA Jésus DE NAZARETH Luis MARIANO Grégory LEMARCHAL Sacha DISTEL Louis DE FUNÈS Jacques MESRINE Elvis PRESLEY Michael JACKSON Mike BRANT Freddie MERCURY BOURVIL Daniel BALAVOINE Lino VENTURA Brian JONES (MUSICIEN) Joe DASSIN Bernadette SOUBIROUS COLUCHE Michael LANDON Jean FERRAT Edgar Allan POE Adolf HITLER Michael CRICHTON John WAYNE MARIE DE NAZARETH Gilles MARCHAL Jules VERNE MÈRE DENIS FERNANDEL ABBÉ PIERRE Joelle MOGENSEN Marie-France DUFOUR Georges BRASSENS Charly GAUL C JÉROME Napoléon BONAPARTE Didier PIRONI SAINT ANTOINE DE PADOUE Roger PIERRE Tony PONCET Patrick SWAYZE Guy WILLIAMS Romy SCHNEIDER Susan HAYWARD Thérèse DE LISIEUX Jean MOULIN Steve MCQUEEN Bruce LEE Patrick SAINT-ELOI Victor FRENCH Karen LANCAUME Marilyn MONROE Pierre BACHELET Odilon REDON Jean-Pierre TREIBER Kalthoum SARRAI Charles DE GAULLE Victor HUGO Edith PIAF Heather O'ROURKE MÈRE TERESA Ayrton SENNA François D'ASSISE CHE GUEVARA Montgomery CLIFT Filip NIKOLIC Audrey HEPBURN Larry HAGMAN Kurt COBAIN Michael Clarke DUNCAN Charlie CHAPLIN SOEUR EMMANUELLE Ludwig Van BEETHOVEN John LENNON Bon SCOTT Elizabeth MONTGOMERY Marie-France STIRBOIS AALIYAH Boris VIAN Maria CALLAS George HARRISON Charles BRONSON Giuseppe VERDI Léo FERRÉ MAHOMET Thierry LE LURON Lana TURNER Donna REED Michel BERGER Bob MARLEY Jules DASSIN Melina MERCOURI Georges GUÉTARY Jimi HENDRIX Johnny CASH Jim MORRISON Lady DIANA James DEAN

Tout le TOP OF THE TOP