Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Retour à l'accueil de JeSuisMort.com - le site des biographies des celebrites disparues Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Classement des morts les plus célèbres et leur biographie Celebrites mortes le 4 juin et leur biographie Mentions légales - Le site des biographies Foire aux questions - Le site des biographies Contactez-nous - Le site des biographies
OK
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com ! Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies. Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies.
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
Biographie et celebrite Trouvez une biographie et sa célébrités
biographie de célébrité >   

Pierre ARPAILLANGE

 
Biographie et celebrite

Biographie de Pierre ARPAILLANGE :

 
4748ème
ARPAILLANGE
1924 - 2017
Découvrez la biographie de Pierre ARPAILLANGE
Score : 25
Homme d'état, Homme de loi, Homme politique, Magistrat, Ministre et Ministre de la justice (Francais)
Né le 13 mars 1924
Décédé le 11 janvier 2017 (à l'âge de 92 ans)


Pierre Arpaillange, né le 13 mars 1924 à Carlux (Dordogne) et mort le 11 janvier 2017 à Cannes (Alpes-Maritimes), est un magistrat et homme politique français. Il est ministre de la Justice entre 1988 et 1990 sous François Mitterrand puis premier président de la Cour des comptes entre 1990 à 1993 toujours sous François Mitterrand.


Pierre Arpaillange est fils d'un couple d'instituteurs.

Après ses études au lycée de Périgueux, il entre dans la Résistance en 1943 : il y remplit, de janvier à juin 1944, diverses missions et participe à des opérations militaires dans le Sarladais. Engagé ensuite pour la durée de la guerre contre l'Allemagne sur le territoire européen, il prend part aux actions sur le front de Royan. Démobilisé en septembre 1945, il poursuit ses études de droit à Toulouse et à Paris.

Pierre Arpaillange commence une carrière dans la magistrature en 1949. Juge suppléant à Orléans (1949), puis à Paris (1950), substitut à Meaux (1953), détaché au fichier de la Cour de cassation (1954-1959), substitut à Versailles (1959) puis à Paris (1962), secrétaire général du parquet de la cour d'appel de Paris et secrétaire général du parquet de la Cour de cassation (1962).

Magistrat détaché au ministère de la Justice de 1965 à 1974, Pierre Arpaillange devient conseiller technique du ministre et, à plusieurs reprises, directeur du cabinet du Garde des sceaux (des gaullistes : Jean Foyer, Louis Joxe et Pierre Taittinger) et entre 1968 et 1974 directeur des Affaires criminelles et des Grâces de la Chancellerie. En février 1971 il rend un avis défavorable sur le recours en grâce déposé par Paul Touvier. En tant que directeur de cabinet du Garde des sceaux Jean Taittinger, il signe la circulaire du 22 février 1973, plus connue comme « circulaire Arpaillange », sur la politique générale de la justice, puis sur la circulaire du 30 mars 1973 relative à la répression en matière de stupéfiants . Il tente de faire moderniser les prisons et en 1973 il fait installer le chauffage dans les cellules de certaines d'entre elles. Il devient également membre du Haut Conseil de l'audiovisuel en 1973.

Considéré comme un proche du cabinet de Georges Pompidou (il tente de « circonscrire l'incendie » provoqué par l'affaire Markovic), après l’élection de Valéry Giscard d'Estaing, Pierre Arpaillange est mis à l'écart par Jean Lecanuet, garde des Sceaux du Gouvernement Jacques Chirac (1) (d'autres sources évoquent sa mise en retrait volontaire, refusant le poste de directeur de cabinet que le ministre lui propose car il est démocrate-chrétien). Il est nommé conseiller à la Cour de cassation, affecté à la chambre sociale, le 7 septembre 1974. Il est l'auteur de deux séries d'articles sur la justice pour Le Monde, et devient le porte-drapeau de l'opposition à la politique musclée de Alain Peyrefitte, Garde des sceaux de Valéry Giscard d'Estaing de 1977 à 1981, et à la loi no 81-82 du 2 février 1981, dite « Loi sécurité et liberté ». Pour Robert Badinter, il est l'« un des hommes qui connaissent le mieux notre justice pénale » .

En 1980, il fait publier La Simple justice chez Julliard ; ce texte reprend le contenu du « rapport Arpaillange », un projet de loi préparé en 1972 lorsqu'il était à la direction des affaires criminelles : il y défend plus d'indépendance pour les magistrats, propose de rattacher la police judiciaire au ministère de la Justice, s'oppose aux courtes peines d’emprisonnement et souhaite humaniser le monde carcéral. Cependant, le ministre de la Justice René Pleven s'était énervé de la publication de ce rapport dans Le Monde et le président Georges Pompidou avait du intervenir pour soutenir Pierre Arpaillange.

En 1981, il est directeur de la campagne électorale de Marie-France Garaud, alors candidate à l'élection présidentielle. Le 1er juillet 1981, le Conseil des ministres le désigne procureur général près la cour d'appel de Paris. En octobre 1981, il est nommé par le garde des Sceaux, Robert Badinter, membre de la commission du révision du code pénal, chargée d'élaborer un avant-projet de code pénal. Des travaux de cette commission a origine l'actuel code pénal entré en vigueur le 1er mars 1994, dont le projet du premier livre a été présenté au Parlement en 1989 par M. Arpaillange en tant que garde des Sceaux.

Il est promu procureur général près la Cour de cassation le 22 février 1984, en remplacement d'Henri Charliac qui est admis à faire valoir ses droits à la retraite à partir du 18 février.

Pierre Arpaillange est nommé Garde des sceaux, ministre de la Justice dans les 1er et 2e gouvernements de Michel Rocard (12 mai 1988 - 1er octobre 1990), comme « représentant de la société civile ». C'est un choix de François Mitterrand et non de Michel Rocard, ce dernier jugeant qu'« un professionnel du secteur fait en général un mauvais ministre ».

Peu habitué aux débats houleux de l'Assemblée nationale, il est pris à partie par l'opposition de droite quand le ministère décide de mettre un terme à l'isolement cellulaire des terroristes du groupe d'extrême gauche Action directe. Le ministre doit également affronter des grèves de surveillants de prison.

En 1988, il soumet un document au conseil des ministres reprenant l'esprit du « rapport Arpaillange » de 1972, mais avec moins d'ambitions dans ses objectifs.

Le 25 septembre 1990, contre l'avis du président de la République François Mitterrand, il donne au procureur général près la cour d'appel de Paris des instructions écrites de requérir des poursuites contre René Bousquet devant la chambre d'accusation pour crimes contre l'humanité.

Il est resté célèbre pour une bourde commise à l'Assemblée nationale française où, en tant que Garde des Sceaux, il répondait à une question d'actualité, en 1990, en déclarant « en 1989, sur cinquante-deux évadés, on en a repris cinquante-trois ».

André Santini lui avait dédicacé l'année précédente ce bon mot (qui reçut le prix de l'humour politique) : « Saint Louis rendait la justice sous un chêne. Pierre Arpaillange la rend comme un gland ».

Pierre Arpaillange quitte le gouvernement le 1er octobre 1990, pour assumer les fonctions de Premier président de la Cour des comptes. Il en est le Premier président honoraire depuis le 13 mars 1993. Il fut membre du Comité d'honneur du bicentenaire de la Cour des comptes.

Pierre Arpaillange est mort le mercredi 11 janvier 2017 à Cannes (Alpes-Maritimes, France) à l'âge de 92 ans.

Page soumise à la GFDL.
Source : Article Pierre ARPAILLANGE de Wikipédia


Donnez des points à Pierre ARPAILLANGE
en cliquant sur la carte...
Célébrités dédiées au thème «ministre de la justice» :

Pierre ARPAILLANGE | M'hamed BOUCETTA

Biographie et celebrite
TOP OF THE TOP

Claude FRANCOIS Jacques BREL DALIDA Jésus DE NAZARETH Luis MARIANO Grégory LEMARCHAL Sacha DISTEL Louis DE FUNÈS Elvis PRESLEY Michael JACKSON Mike BRANT Jacques MESRINE Freddie MERCURY BOURVIL Daniel BALAVOINE Lino VENTURA Joe DASSIN Brian JONES (MUSICIEN) Bernadette SOUBIROUS COLUCHE Michael LANDON Jean FERRAT Adolf HITLER Edgar Allan POE Michael CRICHTON John WAYNE Jules VERNE Gilles MARCHAL MARIE DE NAZARETH MÈRE DENIS FERNANDEL ABBÉ PIERRE Joelle MOGENSEN Charly GAUL Marie-France DUFOUR Georges BRASSENS C JÉROME Didier PIRONI Napoléon BONAPARTE SAINT ANTOINE DE PADOUE Tony PONCET Patrick SWAYZE Guy WILLIAMS Roger PIERRE Susan HAYWARD Romy SCHNEIDER Jean MOULIN Thérèse DE LISIEUX Steve MCQUEEN Bruce LEE Victor FRENCH Patrick SAINT-ELOI Marilyn MONROE Karen LANCAUME Pierre BACHELET Jean-Pierre TREIBER Kalthoum SARRAI Odilon REDON Charles DE GAULLE Edith PIAF Victor HUGO Heather O'ROURKE MÈRE TERESA Ayrton SENNA François D'ASSISE CHE GUEVARA Montgomery CLIFT Audrey HEPBURN Kurt COBAIN Filip NIKOLIC Michael Clarke DUNCAN Charlie CHAPLIN Larry HAGMAN SOEUR EMMANUELLE Ludwig Van BEETHOVEN John LENNON AALIYAH Boris VIAN Elizabeth MONTGOMERY Bon SCOTT George HARRISON Maria CALLAS Marie-France STIRBOIS Charles BRONSON Giuseppe VERDI MAHOMET Thierry LE LURON Léo FERRÉ Lana TURNER Michel BERGER Bob MARLEY Donna REED Jules DASSIN Georges GUÉTARY Jimi HENDRIX Melina MERCOURI Johnny CASH Jim MORRISON Lady DIANA James DEAN

Tout le TOP OF THE TOP