Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Retour à l'accueil de JeSuisMort.com - le site des biographies des celebrites disparues Rechercher une célébrité disparue et sa biographie Classement des morts les plus célèbres et leur biographie Celebrites mortes le 4 juin et leur biographie Mentions légales - Le site des biographies Foire aux questions - Le site des biographies Contactez-nous - Le site des biographies
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com ! Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies. Vous cherchez une biographie, vous trouvez la celebrite correspondante. JeSuisMort.com : Le site des celebrites disparues et de leurs biographies.
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
C'est ici que vous trouverez la biographie d'une celebrite ! Toutes les biographies des celebrites sont sur www.JeSuisMort.com !
Biographie et celebrite Trouvez une biographie et sa célébrités
biographie de célébrité>   

Saddam HUSSEIN

Biographie et celebrite
Biographie Votez Lettre

Biographie de Saddam HUSSEIN :

 
1288ème
Saddam HUSSEIN
1937 - 2006
Découvrez la biographie de Saddam HUSSEIN
Score : 1 138
Homme d'état, Militaire et Président (Iraquien)
Né le 28 avril 1937 (approximativement)
Décédé le 30 décembre 2006 (à l'âge d'environ 69 ans)


Saddam Hussein Abd al-Majid al-Tikriti (présumément né le 28 avril 1937 - exécuté par pendaison le 30 décembre 2006 à Bagdad) était un militaire et homme d'État irakien de 1979 à 2003. Président de 1979 à 1991 et de 1994 à 2003. Il a été renversé lors de l'invasion de l'Irak en 2003, par les États-Unis, le Royaume-Uni et quelques autres pays de la coalition.

Son règne à la tête du pays a été extrêmement violent, de nombreux gouvernements et organisations non gouvernementales (ONG) l'accusent de crimes de guerre, meurtres, crimes contre l'humanité et de génocide envers les Kurdes. Capturé en décembre 2003, il est condamné à mort par pendaison le 5 novembre 2006 pour le massacre de Doujaïl de 148 villageois chiites, en 1982 : il devait être exécuté dans les trente jours suivant le verdict en appel du 26 décembre 2006. La sentence a été exécutée quelques jours après, le 30 décembre 2006 à six heures, heure locale (03H00 GMT), dans une caserne des renseignements militaires irakiens du quartier chiite d'Al-Khademiya à Bagdad.

On ne sait que peu de choses sur les premières années de sa vie. Il serait né le 28 avril 1937 dans une famille très pauvre de paysans sans terre du village d'al-Auja, non loin de Tikrit. Selon ses biographies officielles, son père, Saddam Hussein al-Majid serait mort, peu avant ou peu après sa naissance, mais selon d'autres biographies non officielles, il aurait en fait abandonné femme et enfants.

De fait, le petit Saddam est élevé par le nouvel époux de sa mère, un homme brutal et illettré, qui le traite rudement. Il vivait alors dans une petite maison en torchis, qui n'était composée que d'une pièce où il n'y avait pas d'électricité. Dès l'âge de six ans, il commence à travailler comme berger. Sa famille n'ayant pas les moyens de lui payer des chaussures, il allait travailler dans les champs pieds nus. À l'âge de huit ans, il fuit le domicile familial, il est recueilli à Bagdad par un oncle maternel, Khairallah Talfah, ancien officier qui avait soutenu la révolution de Rachid Ali Gaylani et qui est devenu maître d'école. Avant de le connaître, Saddam était appelé ibn aziqa ou littéralement, « fils des ruelles ». Son oncle le scolarise dans l'école municipale, Saddam était alors l'élève le plus âgé de sa classe. Khairallah part ensuite pour Bagdad avec le jeune Saddam, où, en plus d'aller à l'école, il exerçait de petits métiers comme celui d'assistant de chauffeur de taxi et de vendeur de cigarettes à la criée. Son oncle lui apprend également le maniement des armes, l'instruit sur l'histoire de l'Irak, Nabuchodonosor pour l'histoire antique et Saladin pour l'histoire médiévale.

Il donne sa fille en mariage à Saddam. Il rentre ainsi de plein pied dans la tribu des Albou Nasser. En 1981, son oncle lui écrivait encore de ne pas oublier « Trois choses que Dieu n'aurait pas dû créer : les Perses, les Juifs et les mouches ». Admiratif de son oncle, il décide de devenir comme lui, officier. Il se présente à l'école militaire pour passer le concours d'entrée mais il échoue.

Après la fin de ses études secondaires, le jeune Saddam rejoint une cellule clandestine du parti Baas (le parti socialiste de la Renaissance arabe). Ce parti, fondé par un Syrien chrétien, Michel Aflaq et par un musulman Salah al-Din al-Bitar, affilié à la IIe internationale socialiste, prônait en fait un arabisme laïc mélangé de références socialistes.

Membre du parti Baas, il milite dès le début des années 1950, pour l'unité arabe. Quelques années plus tard, il est condamné avec son oncle à six mois de prison pour avoir tué un informateur de la police. Il participe en 1956 à un coup d'État avorté contre le roi d'Irak, soutenu et imposé par la Grande-Bretagne. En 1958, un autre groupe, sous la direction du général Kassem, officier nationaliste très à gauche, parvient à détrôner le roi.

Le 7 octobre 1959, il fait partie d'un groupe qui tente de tuer le général Kassem, mais ils échouent, et Saddam est blessé lors de cette opération où il n'a eu finalement qu'un rôle subalterne d'homme de main. Plus tard, ses services de propagande ont tenté d'embellir son action, jusqu'à en faire le personnage central de ce complot manqué et le héros d'une nouvelle « geste ».

Après sa tentative de meurtre manqué sur le président Kassem, il traverse l'Euphrate à la nage et avec l'aide des réseaux syriens, il traverse le désert, se réfugie parmi des bédouins et réussit à se réfugier d'abord à Damas ou il rencontre des baasistes syriens. Il reste à Damas pendant trois mois, c'est pendant ce court séjour qu'il fait la connaissance de Michel Aflaq. C'est avec sa rencontre avec le secrétaire-général du Baas, qu'il devient membre à part entière du parti. Puis il part au Caire, à l'époque de la République arabe unie, et il est condamné par contumace à mort par le gouvernement irakien. Il continue sa scolarité au Caire, où il obtient son diplôme en 1961, puis, en 1962, il entame des études de droit. Mais il est contraint d'abandonner ses études pour partir en Irak.

Après la révolution irakienne du 8 février 1963, lors de laquelle le général Kassem est renversé par des groupes baasistes commandés par le général Aref, Saddam Hussein revint en Irak en passant par la Syrie où il rencontre une nouvelle fois Michel Aflaq qui lui transmet un message qu'il devait donner à Bakr. Il se fait l'intermédiaire des baasistes syriens et irakiens. Il participe également à plusieurs conférences panarabes, du parti à Damas, ou il expose les mêmes idées qu'Aflaq.
Avec son retour en Irak, il travaille au recrutement de nouveaux militants.

En 1964, Saddam prévoit d'assassiner le président Aref. L'attentat qui était prévu pour le 5 septembre est connu de la police la veille et il se fait emprisonner avec un complice. Durant sa détention, sa femme Sajida lui rapporte des livres approfondissant ainsi sa culture nationaliste. Il parvient à s'évader le 23 juillet 1966 au cours d'un transfert entre deux prisons. Il se consacre alors à la constitution d'une branche clandestine du Baath qui implique une centaine de personnes.

Écarté du pouvoir, pour un temps, le parti Baas revient en force, lors d'un coup d'État, le 17 juillet 1968, et devient le parti le plus puissant et le mieux structuré de la région. Lors de la "révolution blanche" (nom donné parce qu'aucune goutte de sang n'a coulé pendant ce coup d'État), Saddam Hussein aurait - d'après les sources baasistes - assiégé le palais présidentiel avec un tank. Le 30 juillet 1968, Saddam limoge le premier ministre et le ministre de la défense en personne. Au sein du Baath, Saddam prend la tête des services de sécurité, à l'âge de 31 ans. Il occupe également le poste de vice-président du Bureau révolutionnaire. Il doit ce poste important à son oncle par alliance, le général Ahmad Hasan al-Bakr, dirigeant baasiste historique et nouveau président du pays.

Épaulé par son groupe, sa « tribu », constituée de sa famille proche, de ses nombreux cousins et alliés, et des natifs de sa ville de Tikrit, Saddam Hussein, peu à peu, « élimine » ses rivaux, et réussit à contrôler Bagdad, la capitale. Il devient vice président de la république en 1971. Cependant pour contrôler le pays, il a besoin d'un parti à sa dévotion, et prend modèle sur le Parti communiste de l'Union soviétique, avec laquelle l'Irak signe en 1972, un traité d'amitié. Saddam Hussein se rend aussi en France la même année, le 14 juin.

Le Parti Baas, devient rapidement omniprésent, omnipotent, et un passage obligé pour toutes les affaires et pour accéder au pouvoir. En quelques années, ce parti devient un instrument entièrement au service de Saddam Hussein, qui concentre tous les pouvoirs entre ses mains, passant d'un pouvoir collégial, au début, à un despotisme absolu, même s'il a conservé pour la forme, le Conseil de commandement de la révolution, censé détenir le pouvoir (Ezzat Ibrahim Al-Duri en est le vice-président).

Un diplomate avait dit du système politique irakien, qu'il fonctionnait comme un palmier, arbre qui est d'ailleurs le symbole de l'Irak : « Il demeure toujours vert si on coupe ses branches les plus basses ».

Au début des années 1970, il se donne le titre de général honoraire. Le 1er juin 1972 il commence une vaste nationalisation des compagnies pétrolières monopolistes qui se trouvaient jusque là entre des mains étrangères. L'Irak connaîtra alors un développement industriel et social sans précédent. Saddam Hussein s'est efforcé de moderniser l'économie et l'industrie. En 1973, il devient général, et en 1979, à 42 ans, se sentant assez puissant, il remplace à la présidence de l'Irak Ahmad Hasan al-Bakr suite à son renoncement précipité, officiellement pour « raison de santé ». Des milliers de cadres du parti Baas sont alors convoqués d'urgence et vingt-deux d'entre eux, accusés de trahison, sont arrêtés en pleine assemblée présidée par Saddam Hussein fumant le cigare et pleurant parfois, et sont emmenés à l'extérieur pour être exécutés sommairement. La scène est filmée et est suivi en direct dans tout le monde arabe, et servira à asseoir le pouvoir du nouveau dictateur en Irak et deviendra célèbre mondialement comme illustration de ses méthodes et de sa personnalité.

En 1979, à sa prise de pouvoir, il se nomme maréchal et commandant en chef des forces armées. Durant les trente-cinq années de son pouvoir, Saddam Hussein utilise tous les moyens pour contrôler la population et régner sans partage. Comme dans les régimes totalitaires, la propagande est omniprésente à travers les différents médias et les affiches représentant le portrait du rais. La presse est censurée et la peur d'être arrêté et exécuté paralyse les opposants. Le dictateur commanda un film au réalisateur égyptien Tawfiq Saleh intitulé Les Longs Jours : on y découvre un Saddam Hussein héroïque, qui tente d'assassiner le président Abdel Kerim Kassem, en 1959.

La prison d'Abu Ghraib est symbolique de l'arbitraire du régime. Les témoins rapportent que les cellules étaient réduites à 4 x 6 mètres. Elles n'étaient pas dotées de l'eau courante ni de toilettes. Les prisonniers, en grande partie des chiites, s'entassaient à plusieurs dans ces pièces sans confort. Certains furent exécutés pour « activités religieuses ».

Saddam Hussein a échappé à plusieurs tentatives d'attentat ou de renversement par la force.

Dans le même temps, d'énormes progrès au niveau social auront été accomplis sous sa présidence. L'Irak s'industrialise rapidement et devient l'un des pays arabes où le niveau de vie est le plus élevé, avec comme résultat l'émergence d'une véritable classe moyenne.

En 1973, Saddam lance la « Campagne nationale pour l'éradication de l'illettrisme » un plan ambitieux visant à lutter contre l'analphabétisme. L'école devient gratuite, obligatoire et séculière pour les garçons et les filles. En moins de dix-huit mois, le nombre d'enseignants atteint le nombre de soixante-deux mille personnes, par ailleurs le nombre de filles scolarisées est multiplié par trois. L'Unicef reconnaît que l'Irak a pratiquement éradiqué l'illettrisme et aura poussé la scolarisation des Irakiens à un niveau encore inédit au Moyen-Orient. En 1982, l'Unesco remet un trophée à l'Irak pour l'effort d'alphabétisation dont avait fait preuve le gouvernement à l'égard des filles. Près de 95% des filles étaient scolarisées.
En 1977, 70% des pharmaciens et 46% des dentistes étaient des femmes.
Par ailleurs, une élite intellectuelle et scientifique voit rapidement le jour. L'Unesco explique que :

« Le système éducatif en Irak avant 1991 était l’un des plus performants dans la région, avec un taux brut de scolarisation proche de 100 % dans l’enseignement primaire et un niveau élevé d’alphabétisation pour les deux sexes. L'enseignement supérieur était de qualité, particulièrement dans les établissements d’enseignement scientifique et technologique, et le corps enseignant compétent et motivé. »

De par sa jeunesse difficile, il souhaitait que tout le pays sache lire et écrire, car pour lui l'éducation gratuite était un pas de plus vers l'égalité.
Dans son esprit, l'éducation gratuite concerne aussi bien l'accès à l'école en elle même, que l'obtention de livres scolaires et la gratuité des moyens de transport. C'est pour cette raison que dans les années 1970 et 1980, le ministère de l'éducation irakien distribue tous les outils nécessaires à une bonne éducation. Les élèves pouvaient se rendre à l'école grâce à des bus qui étaient gratuits, et à la fin de leur année scolaire, tous les élèves recevaient un cadeau, comme des montres pour les collégiens et les lycéens.

Les frais d'hospitalisation sont dorénavant pris en charge par l'État et des subventions sont accordées aux fermiers. Le système de santé irakien devient l'un des plus modernes et efficace de tout le monde arabe ; les services publics ne sont pas en reste, car le recrutement se fait dorénavant sur le mérite.

L'Irak dépendant grandement du pétrole, Saddam tenta de diversifier l'économie en menant un plan d'industrialisation. L'Irak devient donc le premier État arabe à avoir utilisé sa rente pétrolière pour procéder à son industrialisation. Il entreprend la construction de routes, de grands axes autoroutiers et des bâtiments ainsi que le développement d'industries.
Il lance une révolution énergétique, amenant l'électrification de presque toutes les villes d'Irak (même les villes se situant dans les campagnes ou difficile d'accès). Près de dix mille villages ont été électrifiés en même temps. Par ailleurs, il fait distribuer gratuitement aux Irakiens des réfrigérateurs et des téléviseurs.

Avant les années 1970, l'Irak était un pays largement rural ; suite aux différentes réformes, l'urbanisation s'étend. Saddam redistribue les terres aux paysans, qui étaient auparavant dans les mains d'une minorité de personnes. Il lance une réforme agraire devant permettre aux fermiers de maximiser le profit de leur exploitation. L'agriculture est donc mécanisée, et les paysans ne sachant pas utiliser les nouvelles machines sont formés par le gouvernement. Cette réforme avait également comme but de mettre fin au féodalisme.

Il lance également une véritable politique culturelle, il réhabilite et entretient les anciens palais datant de l'Empire Abbasside, l'ancienne cité de Babylone, les palais de Nabuchodonosor, la triple enceinte ainsi que la porte d'Ishtar à Babylone. Il fonde plusieurs musées à Baghdad en vue de rassembler et de conserver le patrimoine historique irakien.

En 1980, l'Irak était le seul pays arabe en passe d'atteindre l'autosuffisance alimentaire.
Mais sa politique de modernisation ne s'arrêtait pas à l'Irak, car voulant la modernisation du monde arabe il lance le "Fonds national pour le développement extérieur". Il propose que l'augmentation du prix du brut, soit, en partie, consacrée à aider les États arabes les plus pauvres par l'intermédiaire d'un fonds de répartition. Cette proposition est saluée par les citoyens des pays arabes, mais elle est immédiatement rejetée par les émirs du Golfe.

Saddam Hussein avait comme rêve de restaurer le vieil empire babylonien, la grandeur de l'antique Mésopotamie et le rayonnement de l'empire abbasside. Il revendiquait un destin prestigieux pour l'Irak, voulant faire de son pays un État fort, première puissance militaire et technologique de la grande « nation arabe », au besoin par le fer et par le feu. Il lui aura manqué une juste appréciation du rapport des forces diplomatiques. Il se réclamait d'ailleurs une descendance directe avec Saladin.

Sous la direction de Saddam Hussein, l'Irak devient une puissance régionale, en partie grâce aux revenus du pétrole et au soutien à la fois des pays occidentaux et du Bloc de l'Est, mais bénéficiera également du support idéologique des partis socialistes affiliés à la IIe internationale, qui voient dans le parti Baas l'un des porte-paroles d'une prise de conscience socialiste dans les pays du tiers monde, voulant se réapproprier leurs ressources énergétiques dans une démarche « progressiste » et « anti-colonialiste ».

Après la révolution islamique d'Iran qui isole diplomatiquement ce pays, l'Irak est perçu par l'Occident comme une force stabilisatrice pour la région, un barrage territorial et humain qui peut et sera utilisé pour barrer la route aux islamistes vers les richesses de la « corne arabique ».

L'Irak bénéficie alors d'un large soutien international et des pays comme la France et les États-Unis (qui espéraient affaiblir le régime islamiste iranien et ainsi favoriser sa chute) lui fournissent en grande quantité armes et technologies, l'URSS restant toutefois le premier fournisseur d'armement. Le Raïs, qui se prend pour le nouveau Saladin — étant également né à Tikrit — et rêve de prendre la tête du monde arabe par la conquête militaire, est sacré champion de l'Occident. Les Nations unies n'ont jamais enquêté sur les crimes de Saddam Hussein car il était impossible de violer les principes de souveraineté et de non-ingérence dans les affaires intérieures d'un État. Aucune aide internationale ne vint soutenir les victimes kurdes des gazages et de la politique d'extermination.

En septembre 1980, Saddam Hussein lance son armée contre l'Iran des mollahs, pour la conquête de trois objectifs :

- occuper la totalité du Chatt-el-Arab (delta du Tigre et de l'Euphrate), le « fleuve des Arabes », qu'il avait dû partager avec l'Iran, par le traité de 1975 ;
- faire du Khalidj al-Farsi, le Golfe persique, le Khalidj al-Arabi, le Golfe arabique, en chassant définitivement les Iraniens des îlots qui contrôlent l'accès au détroit d'Ormuz.
- s'emparer de la province pétrolifère du Khouzistan, nommé par les nationalistes arabes, l'Arabistan.

Jusqu'en 1988, les deux pays sont plongés dans une guerre longue et sanglante et finalement sans beaucoup de résultats. Car sur tous ses objectifs, Saddam Hussein connaît un échec relatif, malgré l'aide massive apportée par l'Union Soviétique, la France, les États-Unis dans une moindre mesure et les Émirats arabes, qui redoutent avant toute chose la victoire iranienne, et donc des chiites, alors que Saddam Hussein est sunnite. Au terme de huit années de guerre, l'Irak réussit à prendre pied sur la rive iranienne du Chatt-el-Arab, mais au prix d'un million de morts et de sa jeunesse sacrifiée. Durant ce conflit, l'Irak utilise massivement et systématiquement des gaz lacrymogènes (1982), puis des armes chimiques mortelles, interdites d'emploi par de nombreux traités internationaux, comme des vésicants et des neurotoxiques à partir de 1983.

Le régime est l'auteur du massacre de plusieurs milliers de Kurdes (certaines estimations avancent le chiffre d'un million de morts), essentiellement dans le nord du pays. Dès 1963, la population kurde est persécutée et massacrée : 4 500 villages sont détruits, des mines antipersonnel sont dispersées dans la région et les terres agricoles sont dévastées. Pendant la guerre contre l'Iran, les Kurdes sont accusés d'être des « traîtres à l'Irak » et des « saboteurs », ce qui justifie le lancement de l'opération de l'Anfal. Pour la première fois dans l'Histoire, un gouvernement retourne ses armes de destruction massive (agents chimiques) contre sa propre population.

Elle aboutit à la disparition d'environ cent mille personnes si l'on en croit les affirmations du cousin de Saddam Hussein, Ali Hassan al-Majid, surnommé « Ali le Chimique ». Certaines associations de lutte pour les droits de l'homme parlent de « génocide ». Le 16 mars 1988, cinq mille Kurdes meurent dans la ville de Halabja et les bombardements provoquent trente mille à quarante mille contaminations. La coalition américano-britannique a trouvé, entre 2003 et 2005, 288 charniers contenant quelque 300 000 corps de personnes exécutées par le régime baassiste. Le 13 décembre 2004 a été découverte une fosse contenant près de cinq cents cadavres, dont ceux de femmes et d'enfants, dans les environs de Souleimaniye.

À la suite de l'utilisation d'armes chimiques, deux millions de civils terrorisés, majoritairement kurdes, mais aussi arabes chiites et assyro-chaldéens, s'enfuient au printemps 1991 vers les pays voisins de l'Irak. Saddam Hussein réussit à vider ces régions et à les soumettre à sa dictature. Des milliers d'individus considérés comme « de sang impur » sont déportés, torturés ou massacrés à la frontière avec la Turquie et dans tout le pays.

En 1990, pour des raisons économiques, il décide l'invasion du Koweït. Les États-Unis et leurs alliés affichent alors leur opposition à cette annexion. L'ONU approuve la guerre du Golfe (1990-1991), qui se termine par une défaite de l'Irak. Cependant, les forces de la coalition préfèrent « contenir » le régime irakien, plutôt que de risquer de déstabiliser la région. Ainsi, Saddam Hussein reste au pouvoir.

Un blocus économique est mis en place pendant douze ans (le programme "Pétrole contre Nourriture"), mais il échoua à renverser Saddam Hussein. Ce blocus aurait provoqué en douze ans la mort de cinq cent mille à un million d’enfants, selon les Nations unies.

Saddam Hussein mate les rébellions dans le sang et les gaz de combat, notamment l'insurrection des chiites dans le sud, où il détruit les marais de Mésopotamie où se dissimulaient les rebelles, sous les yeux des forces internationales qui refusent d'intervenir.

Il conserve le pouvoir sur son peuple, mais le pays reste contrôlé par les forces de la coalition et l'ONU. Seul le Kurdistan irakien, dans la partie nord du pays, échappe à sa surveillance grâce à l'action militaire des États-Unis en faveur des rebelles.

Le 20 mars 2003, les États-Unis et leurs alliés (principalement le Royaume-Uni) attaquent l'Irak et le régime de Saddam Hussein et le renversent lors d'une guerre éclair (mars-avril 2003).

Le motif invoqué par le Président américain George W. Bush pour l’attaque du pays est la détention par l'Irak d'armes de destruction massive. Cette guerre n’a pas eu l’aval de l’ONU. Un rapport officiel publié en octobre 2004 par Washington conclura que le régime de Saddam Hussein ne possédait pas d'armes de destruction massive bien que plusieurs tonnes de produits toxiques et cinq cents obus à charge chimique aient été trouvés. L'autre motif de cette invasion est la reconstruction d'un Moyen-Orient cultivant "la démocratie" au lieu de la tyrannie. Toutefois, les intérêts financiers de l'industrie pétrolière américaine en général et de la famille Bush en particulier ne sont pas étrangers à cette invasion. Certains affirment que le président Bush fils aurait promis à son père de terminer le travail qu'il avait commencé mais pas terminé. Néanmoins, aucune preuve ne vient corroborer ces hypothèses.

La chute de Bagdad, le 9 avril 2003, marque la fin officielle du régime de Saddam Hussein et sa fuite. Après plusieurs mois passés dans la clandestinité, Saddam Hussein est officiellement arrêté dans une cave par l'armée américaine à Tikrit dans la nuit du 13 au 14 décembre 2003.

Il est rapidement exhibé avec les cheveux et la barbe hirsutes aux médias par l'armée américaine, avec pour objectif de saper le moral des groupes armés proches du parti Baas.

L'ouverture de la phase préliminaire de son procès a eu lieu à Bagdad au début du mois de juillet 2004. C'est un tribunal d'exception, le Tribunal spécial irakien (TSI), qui le jugera pour génocide, crime contre l'humanité et crime de guerre, avec plusieurs autres membres importants du parti Baas.

Mille cinq cents personnes dont vingt-deux avocats principaux venant d'Irak, Jordanie, Libye, France, et États-Unis d'Amérique se sont proposés pour assurer la défense de Saddam Hussein. Jacques Vergès et Roland Dumas sont quelques-uns de ses nombreux avocats.

Le 7 juillet 2005, Ziad al-Khasawneh, le principal avocat de Saddam Hussein, démissionne, suite aux pressions des avocats américains, voulant l'empêcher de prendre position pour la résistance irakienne et contre l'invasion armée.

Le 8 août 2005, tous ses avocats sauf un Irakien, Khalil al-Doulaïmi, sont récusés par la famille Hussein qui les accuse de s'être autoproclamés défendeurs de Saddam Hussein sans avoir été mandatés.

Le 4 septembre, le porte-parole du gouvernement irakien annonce que l'ouverture du procès aura lieu le 19 octobre. Soit juste après le référendum sur le projet de Constitution, prévu le 15 octobre.

Ce procès concernera dans un premier temps le massacre de 143 chiites du village de Doujaïl en 1982 ainsi que la destruction de propriétés et l'exil interne pendant quatre ans des habitants de cette ville.

Le porte-parole du gouvernement a également déclaré que si Saddam Hussein était condamné à la peine de mort, la sentence pourrait être exécutée sans attendre son jugement pour d'autres actes d'accusations.

Le 19 octobre, Saddam Hussein défie le tribunal en ne reconnaissant pas son autorité et plaide non coupable pour le massacre de Doujaïl.

Les témoins programmés au procès, ayant trop peur d'être des témoins publics, ne sont pas venus à Bagdad. Le premier procès de Saddam Hussein est alors ajourné pour permettre d'entendre ces derniers dans des conditions de sécurité satisfaisante. La prochaine audience était prévue le 28 novembre, mais elle a été encore une fois reportée au 5 décembre. Le 6 décembre, Saddam Hussein continue de perturber le procès.

Le 23 janvier 2006, le juge Rizgar Amin démissionne, il est remplacé par Rauf Rashid Abd al-Rahman.

Le 15 mars, Saddam Hussein est appelé par l'accusation en tant que témoin. À la barre, il a fait quelques déclarations politiques, en disant notamment qu'il se considérait toujours comme Président de l'Irak et en appelant les Irakiens à cesser les violences entre eux et à combattre les troupes américaines. Le juge a alors coupé son microphone et la suite de l'audience s'est déroulée à huis clos.

Le 15 mai, il est formellement accusé de crimes contre l'humanité et refuse de plaider en déclarant qu'« il n'y avait aucune possibilité de juger le Président de l'Irak ».

Le 19 juin, Jaafar al-Moussaoui, le procureur général du tribunal pénal irakien requiert la peine de mort contre Saddam Hussein, ainsi que contre son demi-frère Barzan al-Tikriti, et contre l'ancien vice-président Taha Yassine Ramadan.

Le 5 novembre, Saddam Hussein est condamné à mort par pendaison pour crime contre l'humanité. D'après les statuts du tribunal, il y a automatiquement appel pour ce type de condamnation. Le procès en appel devrait durer trente jours.

Le 26 décembre, la cour d'appel irakienne confirme la condamnation à mort de l'ancien président irakien Saddam Hussein. Il devrait être exécuté par pendaison dans les trente jours à venir.

Le 29 décembre, on apprend par le député Sami al-Askari, collaborateur du Premier ministre Nouri al-Maliki que Saddam sera exécuté dans la nuit du 29 au 30 décembre ou au plus tard le 4 janvier 2007 (après l'Aïd el-Kebir, la fête la plus sacrée du calendrier musulman).

Le 30 décembre, il a été finalement décidé d'exécuter l'ancien président irakien à Bagdad peu avant 6 heures (03h00 GMT). Sa pendaison met fin à toutes les actions dont celui-ci devait répondre, dont sept autres procédures. Cette date fut préférée à celles prévues début 2007 car l'on souhaitait qu'il fût exécuté avant le nouvel an et avant l'Aïd el-Kebir.
Page soumise à la GFDL.
Source : Article Saddam HUSSEIN de Wikipédia


Rendez hommage à Saddam HUSSEIN
en cliquant sur une carte !

Forum sur Saddam Hussein  Nouveau ! 


Bienvenue sur le forum consacré à Saddam Hussein. Cet espace de discussion est le vôtre : posez vos questions sur Saddam Hussein, et si vous le pouvez, répondez à celles des autres. Veuillez garder à l'esprit que vos propos doivent être argumentés et courtois. L'objectif d'une discussion de forum est que sa lecture apporte un savoir à celui qui la lit. Accédez au forum >>

Discussions récentes

Saddam Hussein était un brave homme
rédigée par yussuf
Lire 0
vues
2
mess.
Dernier message
Je ne vous aime pas !
rédigée par lilislater
Lire 60
vues
0
mess.
Ecrivez le 1er message
Pas du tout d'accord...
rédigée par lilislater
Lire 55
vues
0
mess.
Ecrivez le 1er message

Discussions populaires

Bravo aux soldats iraquiens
rédigée par lilislater
Lire 77
vues
0
mess.
Ecrivez le 1er message
Saddam HUSSEIN

Ecrivez une lettre posthume à Saddam HUSSEIN


Votre lettre sera publiée sur le site mais personne ne vous répondra...






(jamais affiché sur le site)






Cher Saddam, Comment des gens peuvent-ils prendre pour vous après tout ce que vous avez fait . Vousussi tout comme le Ben la di-dine toujours en l'air (Ben Laden) vous en avez massacré des pauvres gens, surtout sans défense. Je vous ai, tout comme le Ben quoi (je parle de Ben Laden) qui donne de très bonnes images de lui, jugé en bien. Des images qui semblent être celles d'un pauvre homme qui attire les cœurs les plus purs m'ont tourné contre les Américains. Avez-vous couché avec le Ben la di-di... Lire la suite
tactique (Burma 895)
Cher Saddam, Vous n'auriez pas du faire face aux USA et bien montrer que vous n'aviez pas d'armenucléaires. Vous pensiez que votre armée allait faire face à la machine de guerre US, malheureusement vous aviez tout faux. Votre Garde présidentielle bien payée ont été les premiers à vous lacher. Cependant je pense que les USA ont eut tort de vous destabiliser car on voit le résultat aujourd'hui, combien de mort??? plus aucune sécurité, des attentats meurtriers pratiquement chaque jours... Lire la suite
M. LE PRéSIDENT (TON FILS)
Cher Saddam, VOUS RESTEZ NOTRE HéROS moi je me souviens de votre fièrté et de ta décision chaque jouj'ai achté votre témoignage publié par l'avocat brave khalil adlim je suis toujours avec vous vous êtes notre fierté pour toujours wa ALLAH oAKBAR WAL YAKHSA I AL KHASSI OUN AHHHHH YA AKHOU HADLA ALMAJID ton fils du Maghreb arabe 1431-2010... Lire la suite
Cher Saddam, avant tout je dois vous dire que vous m'avaez manquer,et je dois vous dire aussi que tot le peuple arabes et muslman vous respecte beaucoup.... deuxiement (rahamt allah alik walaka alferdaous al aala incheallah amin,amin,amin........ *j'ai pas besoin de me repondre,car ce lui qui dois repondre est mort pour la dignité du monde arabe et muslman... signature: hussein barkaoui 00 33 645416939... Lire la suite
Cher Saddam, "De nombreux gouvernements et organisations non gouvernementales (ONG) vous ont accsé de crimes de guerre, meurtres, crimes contre l'humanité et de génocide envers les Kurdes. " Mais on vous "condamne à mort par pendaison le 5 novembre 2006 pour le massacre de Doujaïl de 148 villageois chiites, en 1982." ! Vous étiez encore vivant lorsque le gouvernement pakistanais nous annonçait qu'il venait de faire la même au Pakistan. Il n'avait que que des "bandits" dans la baraque qu'i... Lire la suite
Cher Saddam, tu as été président comme tous les chefs d'etat du monde.La seule difference c'estue tu t'es laissé pieger par un président cow boy.Tu savais mieux que quiconque qu'il ne fallait pas faire la guerre à tes voisins Iraniens,occuper le Koeit,punir les kurdes...La grande erreur,c'est que tu t'es prendre et pendre.Une fin tragique,certes,maiscourageuse.Lemonde arabe voyait et verra en toi le père de la nation.ue DIEU te pardonne...( Mohamed)... Lire la suite
Célébrités dédiées au thème «président» :

Frederick CHILUBA | Raymond POINCARE | Ahmed SEKOU TOURE | Bingu wa MUTHARIKA | Woodrow WILSON | Joseph KASA-VUBU | Georges POMPIDOU | Nestor KIRCHNER | Richard NIXON | Corazon AQUINO | Slobodan MILOSEVIC | Rene COTY | Dwight David EISENHOWER | MOBUTU SESE SEKO | Hamani DIORI | Anouar EL SADATE | Lyndon BAINES JOHNSON | Nelson MANDELA | Jorge Rafael VIDELA | Ramiz ALIA | Laurent-Desire KABILA | Felix HOUPHOUET-BOIGNY | Konrad ADENAUER | Francois MITTERRAND | Vincent AURIOL | Omar BONGO | Lansana CONTE | Aristides PEREIRA | Ali SAIBOU | Hugo CHAVEZ | Ronald REAGAN | Salvador ALLENDE | Gamal Abdel NASSER | ROH MOO-HYUN | Chadli BENDJEDID | Hafez EL-ASSAD | Malam Bacai SANHA | Dobrica COSIC | NAPOLEON III | Juan Maria BORDABERRY | John ATTA-MILLS | Ange-Felix PATASSE | Francisco FRANCO | Herbert HOOVER | Nicolae CEAUSESCU | Paul DOUMER | Miguel DE LA MADRID | Albert LEBRUN | Yasser ARAFAT | Oscar Luigi SCALFARO

Thèmes associés
Histoire, Politique, Homme d'état, Militaire, Président, sadam, hussen, Abd al-Majid al-Tikriti, sadam hussain, sadam ussain, sadam husein, sadam mussen, sadam hussein, sadam ushein, sadamusène, sadam husen, saddam houssein, saddam husein, sadamhussein, sadamhussen, SADAM HUSSEINE, Saddam Husseim, Saddam Hussuim, sadam houssein, saddam husseim, saddamhussein.

Haut de page
Biographie et celebrite
Biographie et celebrite
Restez informé dès qu'une célébrité disparaît.
TOP OF THE TOP

Claude FRANCOIS Jacques BREL Jésus DE NAZARETH Luis MARIANO DALIDA Grégory LEMARCHAL Sacha DISTEL Michael JACKSON Elvis PRESLEY Louis DE FUNÈS Mike BRANT Daniel BALAVOINE Freddie MERCURY Lino VENTURA BOURVIL Joe DASSIN MÈRE DENIS Jules VERNE COLUCHE Michael LANDON Bernadette SOUBIROUS Adolf HITLER Brian JONES (MUSICIEN) Didier PIRONI Jean FERRAT Michael CRICHTON Jean-Pierre TREIBER John WAYNE Tony PONCET FERNANDEL Napoléon BONAPARTE ABBÉ PIERRE C JÉROME Jean MOULIN Susan HAYWARD Patrick SWAYZE Edgar Allan POE Roger PIERRE Georges BRASSENS Romy SCHNEIDER Bruce LEE Marilyn MONROE Karen LANCAUME Thérèse DE LISIEUX SAINT ANTOINE DE PADOUE Kalthoum SARRAI Guy WILLIAMS Kurt COBAIN Ayrton SENNA Patrick SAINT-ELOI Victor FRENCH Pierre BACHELET Charles DE GAULLE Steve MCQUEEN Joelle MOGENSEN Ludwig Van BEETHOVEN Gilles MARCHAL CHE GUEVARA MÈRE TERESA Audrey HEPBURN SOEUR EMMANUELLE Filip NIKOLIC Edith PIAF Victor HUGO Bon SCOTT Charlie CHAPLIN MAHOMET Charly GAUL Thierry LE LURON Elizabeth MONTGOMERY Montgomery CLIFT John LENNON Michel BERGER Heather O'ROURKE George HARRISON Boris VIAN Maria CALLAS Jacques MESRINE AALIYAH Jim MORRISON Charles BRONSON Melina MERCOURI François D'ASSISE Bob MARLEY François MITTERRAND James DEAN Jimi HENDRIX Georges GUYNEMER Lana TURNER Lady DIANA TUPAC Léo FERRÉ Alan LADD Heinrich HIMMLER Sacha GUITRY Mado ROBIN Johnny CASH Giuseppe VERDI Amalia RODRIGUES Anne FRANK

Tout le TOP OF THE TOP