Ego selon Nietszche ?

Répondu à 20%

Dai
a posté cette publication
Merci !

Bonsoir,
Aurais-je cet insigne honneur d'être le premier à poster une discussion ? ;) Bravo pour l'initiative, quoi qu'il en soit !
La philosophie de Nietszche, que je découvre avec grande modestie, me paraît fascinante à bien des égards. Je lis actuellement le livre que Deleuze consacra à sa philosophie en 1962 : belle puissance d'analyse ! Sinon, je n'ai lu que Ainsi parlait (...) et la généalogie de la morale, mais il y a fort longtemps... Je suppose par ailleurs que le 1er tome à la Pleiade doit être une bien belle entrée (traduction ; commentaire et analyse). Tout cela étant dit, je ne comprends pas bien encore ce que Nietzsche développe autour de l'ego. Il semble qu'il réfute cette conception, en lien avec sa dénonciation de l'atomisme. Il chante pourtant "les louanges de l'égoïsme", mais peut-être se place t-il alors sur un autre plan ? Quelqu'un de plus éclairé pourrait m'en dire davantage ?
il y a 7 ans
Image
Phoenix Bonjour,
Étant donné que je viens de découvrir ce post, je vous prierai de bien vouloir faire preuve d'une certaine indulgence à mon égard pour le délai de réponse. Ceci étant dit, votre question me semble particulièrement intéressante et je tâcherai donc d'y répondre du mieux que je pourrais.

Concernant l'ego, comme vous l'avez deviné, Nietzsche remet en cause l'acception générale de ce terme. Le fait que nous imaginions qu'il faille au préalable l'action d'un sujet pour penser, relève selon lui d'une erreur entretenue par la grammaire qui fait décliner le verbe à partir du sujet.
En réalité nous dit Nietzsche "quelque que chose pense en nous", de là on se méprend donc lorsque l'on essaye de rendre l'individu responsable de ses actes. Ne pourrait-on pas alors voir dans cet entêtement la prédominance de l'instinct de punir sur celui de vérité ?

Concernant l'égoïsme, comme vous l'avez suggéré, il convient ne pas de le mettre sur le même plan. Cependant, la vision que Nietzsche s'en fait découle logiquement de l'idée qu'il a de la notion d'égo.
Afin d'être à même de comprendre cette vision, il faut savoir que, selon Nietzsche, la conduite de chaque individu est régie par sa volonté de puissance, c'est à dire volonté vers la puissance. Si celle-ci apparaît déclinante, on en vient à fonder des jugements qui viennent déprécier la vie.
De là naîtra alors chez l'individu un égoïsme "malsain", cherchant à se venger de la vie, qui au lieu de vouloir le dépassement de soi en épousant son destin dans les moindres recoins de son existence, préfèrera viser sa propre conservation.
Le surhumain, notion centrale dans la philosophie de Nietzsche (exprimé pour la première fois dans Ainsi Parlait Zarathoustra), se veut alors une invitation à l'Éternel Retour "Vivre de sorte qu'il te faille désirer revivre, c'est là ton devoir". Conception qui, d'après Nietzsche, est la plus haute qu'un être humain puisse se forger au cours de son existence. Celle d'un égoïsme bien compris.

Ainsi s'achève la brève réponse que je viens de formuler à votre endroit et ne sais si celle-ci trouvera son écho. Si toutefois, celle-ci vous parvenait et que certains points de la philosophie de ce "géant" méritent d'être éclaircis je serais véritablement ravi de m'atteler à cette tâche.

PS: A mon avis vous pourriez trouver d'autres auteurs que ce cher Deleuze qui sauront mieux à même de vous expliquez la philosophie de Nietzsche, ou alors feriez tout aussi bien de vous plonger dans d'autres d'écrits de ce penseur hors du commun.A vos risques et périls !

Amicalement vôtre,
Répondre - il y a 3 ans