Le vieil hommme et l'enfant (film)

Répondu à 0%

Altman
a posté cette publication
Merci !

Ce film me rappelle ma propre enfance. En 43 j'avais 10 ans. Avec de faux papiers, ma mère accompagnée de la grand-mère jouant la muette car ne sachant aucun mot de français (elle ne parlait que le yidish) et moi avons pris le train gare de Lyon pour passer en zone libre, à Grenoble - comme dans le film. Le contrôle des papiers ont été fait par des allemands, heureusement. Si des Miliciens les auraient remplacés, ils auraient été plus pointilleux, en faisant parler ma mère, par exemple, avec un accent russe.
Ainsi, nous avons rejoint mon père qui avait réussit aussi à passer la "frontière" peu avant 42. Nous étions logés chez de braves gens : les Barnier. Je fréquentais l'école à St-Martin d'Hères. Comme dans le film, j'ai subi des moqueries en tant que Parisien. Personne ne nous a trahi. Nous allions écouter radio-Londres chez des gens. Mon père avait été embauché comme ajusteur-tourneur chez Neyret-Bélier. En cachette, les ouvriers réparaient les fusils des maquisards. Derrière des panneaux, il y avais une grande carte de l'Europe où on plantais des petits drapeaux qui indiquaient l'avance des russes.
Ainsi, nous avons vécu tant bien que mal. J'avais toujours faim ! Après le débarquement des Américains,
les allemands fuyaient vers leur pays. A ce moment, mon père a échappé miraculeusement à la mort. Des miliciens se faisant passer pour des maquisards, ont raflés des personnes pour soi-disant chasser des miliciens cachés dans la montagne. Au moment de monter dans le camion, on lui donne l'ordre de faire demi-tour ! Le camion était archi-plein ! Peu après, nous avons appris que toutes ces malheureuses personnes raflées ont été mitraillés par des miliciens qui les attendaient à la descente du camion ! Comme quoi, dans la vie il faut une part de chance.
Comme dans le film ou à peu près, nous sommes revenus à Paris retrouver notre petit logement très petit....mais vivants !....
il y a 6 ans
Image