Alexandre Litvinenko

 
Alexandre Litvinenko
1962 - 2006
 

Espion (Politique).

Nationalité russe Russe, né le 4 décembre 1962 et mort le 23 novembre 2006

43 ans Mort à l'âge de 43 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
d'Alexandre Litvinenko ?


Contribuez !

Biographie

Alexandre Valtérovich Litvinenko, né le 4 décembre 1962 et mort le 23 novembre 2006, est décrit selon les médias comme un ancien agent des services secrets russes, ex-lieutenant-colonel du FSB, service de contre-espionnage de Russie. Néanmoins, la veuve d'Alexandre Litvinenko a affirmé dans le Talk-Show de Charlie Rose que son mari n'avait non seulement jamais été un espion russe mais qu'il travaillait en fait pour les services secrets britanniques.

Il a travaillé pour le KGB puis pour son successeur le FSB à partir de 1986.

Opposant à Vladimir Poutine depuis 2000, date à laquelle il accuse publiquement le président russe de négliger la lutte contre la corruption, il quitte son pays pour s'établir à Londres où il se lie d'amitié avec le représentant des séparatistes tchétchènes Akhmed Zakaïev ainsi qu'avec Boris Berezovsky, un ancien oligarque russe lui aussi lié avec les djihaddistes tchétchènes comme Chamil Bassaïev. Ce dernier l'héberge et lui donne du travail, tous les deux étant recherchés par le parquet russe qui demande leur extradition. Litvinenko publie deux ans plus tard un livre dans lequel il accuse les services secrets russes d'avoir organisé eux-mêmes la vague d'attentats en Russie en 1999 attribuée aux Tchétchènes puis un autre livre dans lequeil il accuse le FSB d'avoir réactivé le laboratoire de toxicologie n°12 du KGB (en) créé par Lénine. Litvinenko est mortellement empoisonné fin 2006 dans des circonstances encore non élucidées, quelques jours après s'être, selon son père, converti à l'islam.

Le 1er novembre 2006, il déjeune dans un restaurant de sushis à Londres avec un contact, l'italien Mario Scaramella (en), universitaire napolitain soupçonné d'avoir trempé dans plusieurs trafics et qui prétendait détenir des preuves reliant le gouvernement de Vladimir Poutine à l'assassinat de la journaliste et opposante russe Anna Politkovskaïa. À 16h30, il se rend à l'Hôtel Millennium où deux russes l'attendent, Dmitry Kovtun (en) et Andrei Lugovoi. Anciens membres du FSB, ils sont à la tête d'une société de sécurité et souhaitent que son entregent les aide à décrocher des contrats dans leur domaine. Alors qu'ils commandent un verre de gin, Litvinenko se fait servir un thé. Deux heures plus tard, après qu'il a été ramené chez lui Akhmed Zakaïev, ancien chef de guerre tchétchène lui aussi réfugié à Londres, il se tord de douleurs et tombe gravement malade. Comprenant qu'il s'agit d'un empoisonnement, il avale deux litres d'eau pour laver son estomac, en vain. Deux jours plus tard, il est admis à l'University College Hospital.

Les médecins de l'University College Hospital pensent qu'il est atteint par un virus mais son état se dégrade rapidement : il perd ses cheveux, son rein et sa moëlle épinière se détériorent. Ses symptômes font penser initialement à un empoisonnement au thallium, un composant de la mort aux rats dont un antidote existe. Il décède le 23 novembre, à 21h21 à l'University College Hospital de Londres.

De « hautes quantités de radiations, probablement dues à une substance appelée polonium 210 », une matière hautement radioactive, sont détectées dans les urines de l'ancien espion selon les autorités sanitaires britanniques, bien que le rapport d'autopsie officiel n'ait jamais été rendu public. Après avoir cru que l'empoisonnement avait eu lieu dans un restaurant à sushi, les autorités confirment que l'empoisonnement s'est en fait produit en buvant le thé au bar de l'Hôtel Millennium, les enquêteurs ayant de plus retrouvé des traces de polonium dans tous les lieux où sont passés Kovtun et Andrei Lugovoi.

Le 24 novembre 2006, la police entreprend des fouilles dans le domicile et le jardin de Litvinenko. Selon le quotidien londonien The Independent, toutes les hypothèses de mort sont alors en examen par la police britannique, y compris celle du suicide, qui aurait pu être commis afin de discréditer le président Poutine. En effet, plusieurs spéculations circulent sur les commanditaires de la mort de Litvinenko, mais aucune piste n'est encore privilégiée par les enquêteurs du Scotland Yard.

Le 6 décembre 2006, Scotland Yard considère désormais la mort d'Alexandre Litvinenko comme un meurtre.

L'homme d'affaire russe Andreï Lougovoï, soupçonné par les autorités judiciaires anglaises d'être mêlé à l'empoisonnement, nie son implication et rejette l'accusation sur les services secrets britanniques du MI6, qui auraient voulu se débarrasser d'un enquêteur encombrant. Selon l'édition du 27 octobre 2007 du Daily Mail, Litvinenko aurait effectivement été employé par le MI6. Par ailleurs, en avril 2012, Andreï Lougovoï a été soumis au détecteur de mensonges par des spécialistes britanniques qui ont conclu à son innocence .

Le général Oleg Kalouguine, ancien chef du contre-espionnage soviétique et aujourd'hui réfugié aux États-Unis, accuse le FSB qui selon lui « déteste les traîtres ; c'est pour cela qu'ils ont décidé de lui rabattre son caquet ».

Selon les déclarations de l'entourage de Litvinenko, trois jours avant sa mort, celui-ci aurait dicté une déclaration posthume à son ami, Alex Goldfarb (aussi le président de la « fondation de libertés civiques » de Boris Abramovitch Berezovski). Il mettait directement en cause le président Poutine dans son empoisonnement.

« Je veux remercier plusieurs personnes. Mes médecins, infirmières et le personnel de l'hôpital qui font tout ce qu'ils peuvent pour moi, la police britannique qui approfondit mon affaire avec vigueur et professionnalisme et me protège, moi et ma famille. Je veux remercier le gouvernement britannique pour son attention à mon égard. Je suis honoré d'être un citoyen britannique. Je veux remercier le public britannique pour ses messages de soutien et pour l'intérêt qu'il a montré envers ma condition critique. Je remercie mon épouse Marina, qui m'a soutenu. Mon amour pour elle et notre fils ne connaît aucune limite. Je peux entendre nettement le battement des ailes de l'ange de la Mort. Peut-être puis-je lui fausser compagnie, mais je dois dire que mes jambes ne courent pas aussi rapidement que je l'aimerais. Je pense donc qu'il est temps de parler un peu des responsables de ma condition présente. Vous pouvez réussir à me faire taire, mais ce silence a un prix. Vous vous êtes montré aussi barbares et impitoyables que vos critiques les plus hostiles le prétendent. Vous avez montré que vous n'aviez pas de respect pour la vie, la liberté et les valeurs de la civilisation. Vous vous êtes montré indignes de vos fonctions, de la confiance des hommes et femmes civilisés. Vous pouvez réussir à faire taire un homme mais les hurlements de protestation du monde entier retentiront à vos oreilles pendant le reste de votre vie, M. Poutine. Que Dieu vous pardonne pour ce que vous avez fait, non seulement à moi mais encore à la Russie et à son peuple. »

Interrogé lors d'une conférence de presse sur cette lettre, Vladimir Poutine a répondu que « Si cette lettre existe vraiment, je me demande pourquoi elle n'a pas été publiée de son vivant ».

Il convient néanmoins de se montrer circonspect par rapport à l'authenticité de cette lettre. Le père d'Alexandre Litvinenko, Aleksandr, veillant son fils le jour de sa mort, affirme qu'aucune lettre posthume n'a été écrite dans sa chambre d'hôpital et que la fameuse lettre "J'accuse Poutine" de son fils était un faux, probablement écrit par Boris Berezovski ou Alex Goldfrap.

Le Service des renseignements extérieurs de la Fédération de Russie (SVR) a rejeté les accusations sur son éventuelle implication dans l'empoisonnement de l'ancien officier du FSB russe Alexandre Litvinenko à Londres.

« Le SVR n'a rien à voir avec le mauvais état de santé d'Alexandre Litvinenko », a déclaré le chef du bureau de presse du SVR Sergueï Ivanov. Les informations diffusées par certains médias sur l'implication du Service dans cet incident sont « purement fausses et infondées », a-t-il ajouté.

Sergueï Iastrjembski, représentant spécial du président russe, a qualifié de « coïncidence inquiétante » les décès d'opposants au régime russe en place avec la tenue de forums internationaux où le président de la Fédération de Russie participe (la journaliste Anna Politkovskaïa avait trouvé la mort le 7 octobre 2006).

« Un nombre manifestement excessif de coïncidences de morts retentissantes de personnes qui, de leur vivant, se sont positionnées en opposant au pouvoir russe en place, avec les manifestations internationales auxquelles participe le président de la Fédération de Russie est pour le moins inquiétant », a notamment déclaré le représentant spécial du président russe pour les relations avec l'Union européenne, intervenant vendredi devant les journalistes à Helsinki à l'issue du sommet Russie-UE.

Sergueï Iastrjembski a dit ne pas être partisan de la théorie des complots. « Quoi qu'il en soit, on a bien l'impression d'être en présence d'une campagne bien orchestrée ou même de tout un plan de dénigrement continu de la Russie et de sa direction », a-t-il ajouté.

L'agence russe ITAR-TASS accuse l'agence britannique des relations publiques Bell Pottinger, proche de Bérézovski, d'être derrière la campagne de dénigrement du président russe. Les analystes russes, et même le président des affaires extérieures de la Douma Konstantin Kosatchev, accusent les milieux proches des séparatistes tchétchènes (dont l'émissaire de l'Itchkérie Akhmad Zakhaev recherché pour meurtres par la Russie et réfugié à Londres, ainsi que son sympathisant Bérézovski, avec lesquels Litvinenko avait de multiples contacts) d'être impliqués dans cet assassinat, pour effectivement discréditer le président russe. Selon le quotidien londonien The Independent, des traces de polonium 210 auraient été trouvées dans les bureaux de Boris Berezovsky.

Une Inquest (enquête judiciaire en cas de mort suspecte), menée par Sir Robert Owen, juge de la Haute Cour agissant en tant que médecin légiste, doit débuter le 1er mai 2013. Bien que des procureurs russes soient associés à cette enquête, Andrei Lugovoi, élu à la Douma en décembre 2007 et bénéficiant désormais de l'immunité parlementaire qui lui évite l'extradition, annonce en mars 2013 qu'il refuse de collaborer à cette enquête.

Le polonium 210 est un poison très puissant produit en très faibles quantités - 100 grammes par an par irradiation prolongée du bismuth dans le coeur d'un réacteur nucléaire. Il suffit d'une quantité infime (inférieure au microgramme) pour provoquer l'empoisonnement. Cependant, l'ingestion de polonium 210, bien que mortelle, est réputée pour provoquer une mort lente, laisser des traces radioactives facilement repérables (ce qui a permis à Scotland Yard de retracer rapidement le parcours de Litvinenko), et de fait, est rarement utilisé par les services, ce qui semble légitimer la thèse de la manipulation.

Le mardi 22 juillet 2014, Theresa May, ministre de l'Intérieur britannique déclare qu'une "enquête publique" sur la mort d'Alexandre Litvinenko est ouverte, alors que le Royaume-Uni a toujours refusé d'enquêter pour ne pas mettre son nez dans le rôle qu'aurait pu avoir la Russie. Theresa May déclarera :"J'espère vraiment que cette enquête offrira du réconfort à (la) veuve". L'enquête publique doit s'ouvrir jeudi 31 juillet 2014 : un sujet de discorde entre Londres et Moscou, ravivé au moment où la Russie subit de nouvelles sanctions pour son rôle dans la crise en Ukraine.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe d'Alexandre Litvinenko en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture d'Alexandre Litvinenko.

Vous savez où se trouve la tombe d'Alexandre Litvinenko ?

Citations

Nous n'avons pas de citations d'Alexandre Litvinenko pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Alexandre Litvinenko, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Alexandre Litvinenko.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Russe Drapeau russe
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

  • Activités principales : --
  • Autres activités : Espion
  • Domaines : Politique

Noms

  • Nom usuel : Alexandre Litvinenko
  • Nom complet : --
  • Prénom : Alexandre
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Litvinenko
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Alexandre Valtérovich Litvinenko

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 43 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Alexandre Litvinenko ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Alexandre Litvinenko, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Alexandre Litvinenko ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle d'Alexandre Litvinenko et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.