Glenn Gould

 
Glenn Gould
1932 - 1982
 

Artiste, Compositeur, Écrivain, Musicien, Pianiste (Art, Littérature, Musique).

Nationalité canadienne Canadien, né le 25 septembre 1932 et mort le 4 octobre 1982

50 ans Mort à l'âge de 50 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Glenn Gould ?


Contribuez !

Biographie

Glenn Gould, né le 25 septembre 1932 à Toronto, au Canada, et mort le 4 octobre 1982 dans la même ville, est un pianiste, compositeur, écrivain, homme de radio et réalisateur canadien. Il est surtout célèbre pour ses interprétations pianistiques du répertoire baroque, en particulier pour deux enregistrements des Variations Goldberg de Bach (1955 et 1981). Célèbre pour son style analytique, ainsi qu'une certaine excentricité, Glenn Gould abandonne rapidement sa carrière de concertiste en 1964 et ne se produira plus jamais en public afin de se consacrer aux enregistrements en studio et à la production d'émissions de radio pour Radio-Canada.

Glenn Herbert Gould est le fils de Russell Herbert Gould, violoniste, et de Florence Grieg (lointaine parente du compositeur norvégien Edward Grieg), pianiste. Il apprend le piano avec sa mère jusqu'à l'âge de dix ans avant de rejoindre le Conservatoire royal de musique de Toronto afin d'étudier le piano auprès d'Alberto Guerrero (1943–52), l'orgue auprès de Frederick Silvester (1942–49) et la théorie musicale auprès de Leo Smith (1940–47). Il effectue sa première apparition publique avec orchestre en 1946 et son premier récital professionnel l'année suivante, enchaînant avec des apparitions à la radio (1950), la télévision (1952) et son premier enregistrement commercial en 1953. Pendant cette période, il compose dans un style alternant entre le dernier romantisme et le dodécaphonisme de Schoenberg.

En janvier 1955, il donne ses premiers concerts à Washington (Musée d'art moderne) et New York dans des programmes originaux comprenant Gibbons, Sweelinck, Bach, le dernier Beethoven (Hammerklavier), Berg (Sonate) et Webern (Variations, op. 27). Il est immédiatement marqué par son jeu très personnel et ses choix de programmation, comme un iconoclaste ou en français comme « excentrique ».

Alexander Schneider, membre du Quatuor de Budapest, rencontre David Oppenheim, patron de Columbia Masterworks. Celui-ci, après avoir écouté un enregistrement de Dinu Lipatti, s'exclame : « Pourquoi ne pouvons-nous pas en avoir un autre comme ça ? ». Schneider qui avait entendu Gould à Washington, répond : il y en a un, « une personne de Toronto, nommé Glenn Gould, qui est hélas un peu fou, mais il a un effet hypnotique remarquable au piano ». Il signe un contrat avec la firme CBS. Il a vingt-deux ans. Son premier disque des Variations Goldberg de juin 1955 dans les studios CBS de New York, publié en janvier 1956 et acclamé tant par la critique que le public, lui apporte la renommée internationale. Karajan le réclame pour Berlin et Salzbourg et même Khrouchtchev veut l'entendre à Moscou. Cette interprétation d'une vélocité et d'une clarté de voix hors du commun et hors des modes de l'époque, contribue notablement à son succès. Resté une référence absolue, cet enregistrement fait toujours partie des meilleures ventes du catalogue CBS/Sony. Suivent vingt-cinq ans de collaboration fidèle entre Gould et le label discographique, même après sa décision de ne plus se produire en public.

De 1955 à 1964, il donne de nombreux concerts, essentiellement sur le continent nord-américain, avec les plus célèbres chefs et interprètes (Dimitri Mitropoulos, Leonard Bernstein, Yehudi Menuhin, entre autres). Lors de trois tournées entre 1957 et 1959, il se produit en récitals dans les grandes capitales en URSS, en Israël et en Europe de l'Ouest, notamment à Londres, à Stockholm, à Berlin sous la direction d'Herbert von Karajan et à Salzbourg avec Mitropoulos (et l'Orchestre du Concertebouw d'Amsterdam).

Après un dernier récital à Chicago, le 28 mars, le 10 avril 1964, à l'âge de 32 ans, Glenn Gould quitte définitivement la scène pour se consacrer exclusivement aux médias électroniques : enregistrements en studio, réalisation d'émissions de radio et de télévision. Se succèdent, outre ses disques pour CBS, sept documentaires pour la CBC ou d'autres productions. Notamment les Chemins de la musique (1974, pour la télévision française avec le documentariste Bruno Monsaingeon et qui sera renommé ultérieurement Glenn Gould, l'alchimiste), une série de trois films intitulés Glenn Gould Plays Bach (1979–81). Dès 1966, Gould publie un article dans Hight Fidelity Magazine, « L'enregistrement et ses perspectives » pour s'en expliquer.

C'est lors de la diffusion de 1974 des Chemins de la musique, en début de soirée sur les trois chaînes de télévision en grève, qu'en France, Gould se fait admettre au rang qu'il lui revient : « un des génies de l'interprétation moderne »

En juin 1982, il entame une nouvelle carrière de direction d'orchestre, en enregistrant le Siegfried Idyll de Richard Wagner. En septembre, paraît la nouvelle version de ses Variations Goldberg.

Le 27 septembre 1982, après avoir ressenti de forts maux de tête, Glenn Gould est victime d'un accident vasculaire cérébral, qui paralyse le côté gauche de son corps. Il est hospitalisé à l'hôpital général de Toronto où son état se détériore rapidement. Le 4 octobre 1982, alors que les preuves cliniques attestent que Gould est cérébralement mort, son père demande que l'on débranche les appareils le maintenant artificiellement en vie. Glenn Gould repose aux côtés de ses parents au cimetière Mount Pleasant de Toronto. Les premières mesures des Variations Goldberg sont gravées sur la pierre tombale. Selon la Fondation Glenn Gould[réf. souhaitée], le personnel du cimetière est souvent sollicité par ses admirateurs afin de localiser sa tombe.

Glenn Gould a peu joué les romantiques – jugés trop hédonistes – et la musique impressionniste, pour se concentrer essentiellement sur la musique baroque, classique, le dernier romantisme et la musique austro-allemande du début du XXe siècle, avec quelques remarquables incursions dans la musique des virginalistes anglais et la musique canadienne contemporaine. Si Glenn Gould aimait peu Chopin, ainsi que les dernières oeuvres de Mozart (« Mort trop tard », selon lui), il admirait en revanche la chanteuse britannique Petula Clark, à laquelle il consacra un article élogieux en 1964. Ces options sont liées à sa conception musicale dont il considère que l'essence se trouve dans le contrepoint.

Il acquiert sa réputation internationale grâce aux interprétations très originales des oeuvres de Bach. Son jeu pratiquement dépourvu de legato, presque sans pédale, aux réglages millimétrés de son piano fétiche, tendu à l'extrême pour gagner encore en rapidité sont sa propre marque. Gould a particulièrement excellé dans l'interprétation des Variations Goldberg dont il a su mettre en valeur la dynamique, la vivacité, la profondeur de l'articulation logique des thèmes, qui fut à l'origine de sa renommée internationale et dont le toucher était si différent qu'il en était immédiatement reconnaissable entre tous (hormis son chantonnement célèbre), et également beaucoup critiqué par certains. À cela s'ajoutaient une personnalité et une excentricité peu ordinaires. Le tout éclipsant, auprès du grand public, l'influence qu'a eu Rosalyn Tureck de 18 ans son aînée.

Marc Vignal résume d'un trait l'homme : « Son très grand talent n'a d'égal que son caractère excentrique, qui se manifeste aussi bien dans son comportement personnel que dans ses interprétations. » Notamment, au concert ou au disque, il chantonnait souvent en jouant, ce qui est perceptible sur certains enregistrements, comme dans son interprétation du Clavier bien tempéré ou des Variations Goldberg et particulièrement dans les films de Monsaingeon où il accompagne son chant de gestes de direction, d'un orchestre imaginaire outre son contre-chant vocal. Cela créait des difficultés pour les ingénieurs du son. Sa position au piano était très particulière : il se penchait très en avant vers son clavier, le visage au niveau des touches. Cela tenait à l'utilisation d'une seule et unique chaise pliante dont il avait scié les pieds et qui était ainsi bien plus basse qu'une banquette de piano. Cette chaise l'accompagnera sa vie durant. Même lorsque celle-ci fut dans un état de délabrement total, il l'emporta partout où il devait jouer. Devenus les symboles de Glenn Gould, la chaise et le piano Steinway CD318 sont conservés et exposés de manière permanente depuis juin 2012 au Centre national des Arts d'Ottawa.

Dans ses comportement extra-musicaux on note que, quelle que fût la température, il portait toujours de nombreuses couches de vêtements et, très souvent, des couvre-chefs et des gants.

En 1981, Gould reçoit la Médaille du Conseil canadien de la musique.

Le Voyager Golden Record, embarqué à bord des deux sondes spatiales lancées en 1977 au cours du Programme Voyager, contient un enregistrement de J. S. Bach interprété par Glenn Gould : le Prélude et fugue en do, du Clavier bien tempéré (Livre 2) .

Depuis sa disparition, la fascination durable pour la figure de Glenn Gould a inspiré de nombreuses entreprises, hommages ou publications littéraires et commerciales. Il existe la Fondation Glenn Gould (en), créé en 1983 à Toronto.

Les archives Glenn Gould sont déposées à la Bibliothèque nationale du Canada, à Ottawa.

Gidon Kremer et sa Kremerata Baltica a consacré un disque intitulé The art of instrumentation - Homage To Glenn Gould chez Nonesuch, comportant plusieurs arrangements d'oeuvres de Bach, de divers compositeurs.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Glenn Gould en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Glenn Gould.

Vous savez où se trouve la tombe de Glenn Gould ?

Citations

Les meilleures citations de Glenn Gould.

Je pense que les gens vont au concert parce que ça avive des souvenirs... La plupart de ceux qui vont au concert ne sont certainement pas musiciens et se préoccupent sans doute très peu de musique.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Glenn Gould. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Glenn Gould, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Canadienne Drapeau canadien
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Glenn Gould
  • Nom complet : --
  • Prénom : Glenn
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Gould
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 50 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Glenn Gould ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Glenn Gould, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Glenn Gould ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Glenn Gould et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres points communs avec Glenn Gould