Marcel Dalio

 
Marcel Dalio
0 - 0
 

Nous n'avons pas de résumé pour le moment.
Vous pouvez nous proposer un résumé en commentaire en bas de page.

Proposez-nous sa nationalité, date de naissance et de mort en commentaire.né et mort

?? ans Mort (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Marcel Dalio ?


Contribuez !

Biographie

Nous n'avons pas de biographie pour le moment.

Vous pouvez nous proposer une biographie en commentaire en bas de page.

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Marcel Dalio en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Marcel Dalio.

Vous savez où se trouve la tombe de Marcel Dalio ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Marcel Dalio pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Marcel Dalio, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Marcel Dalio.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : --
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

  • Activités principales : --
  • Autres activités : --
  • Domaines : --

Noms

  • Nom usuel : Marcel Dalio
  • Nom complet : --
  • Prénom : Marcel
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Dalio
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Israel Moshe Blauschild

Naissance

  • Date de naissance : --
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Date de mort : --
  • Lieu de mort : --
  • Âge de mort : --
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Marcel Dalio ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Marcel Dalio, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Marcel Dalio ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Anonyme 70378 Dalio est retrouvé mort dans son appartement du 16e arrondissement, le 19 novembre 1983, son décès ayant sans doute eu lieu entre le 15 et le 181. Il est enterré au cimetière parisien de Bagneux, dans la 106e division.
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 70378 Ne se départissant que rarement d'un sourire, doté d'un inépuisable sens de l'humour, il ne fut jamais avare d'une bonne réplique : à quelqu'un qui lui demandait "Etes-vous Juif ?", il répondait, après un long soupir bien appuyé : "En temps de paix, oui !".Mais, l'humour ayant toujours chez lui le dernier mot, il avait choisi pour épitaphe "Redemandé partout, libre de suite".
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 70378 Dalio, plus précisément Marcel Benoît Blauschild, nait le 23 novembre 1899 dans une annexe de l'Hôtel-Dieu de Paris. Son père, Isidore, s'était installé dans l'étroite rue Barbette du Marais, comme maroquinier et brocanteur. Sa mère, Sarah Serf, a reprit la brocante dès la désertion maritale du toit conjugal.Ces aventures romanesques le poussent à se présenter au concours du Conservatoire où il finit, à son grand étonnement, par être admis. Sa carrière sur les planches commence dès 1915 par une série de représentations à Genève avant d'alterner théâtre et music-hall.En 1918, l'armistice signé, il revient du front orné de la croix de guerre et honoré de deux citations, mais surtout indemne ! La direction du "Little Palace", rue de Douai, l'engage pour des revues auxquelles participent également Jean BrochardJean Brochard, Robert Le ViganRobert Le Vigan et Pierre BrasseurPierre Brasseur. Dalio devient très vite l'ami de ce dernier dont il partage la concupiscence, la démesure et les folles nuits dans les brasseries d'après spectacles. Entre deux saouleries, ils écrivent une pièce, «Grisou», qui sera jouée plus tard sans grand succès, mais dont on tira cependant un film…Parfumé, les cheveux frisés enduits de gomina, l'œil de velours, un peu tzigane, un rien gitan, il court les conquêtes féminines en même temps que les cachets. On ira même jusqu'à lui prêter un mariage, qui n'eut jamais lieu, avec Simone RenantSimone Renant. En 1930, il passe au Théâtre des Capucines où il se montre dans une revue d'Henri JeansonHenri Jeanson avec Marie Dubas, avant que Steve Passeur ne lui taille sur mesure le costume d'un financier juif dans «Les tricheurs» !

En 1931, le cinéma le découvre grâce à Marc Allégret qui l'engage pour un court métrage, «Quatre jambes». Il joue les pattes avant d'un âne dont l'essieu arrière est dévolu au malicieux CaretteJulien Carette ! En 1936, le voici tout à la fois lanceur de couteaux sur scène et homme de paille gouape sur les trottoirs du «Chemin de Rio», destination finale d'une "traite des blanches" habilement orchestrée par Jules BerryJules Berry et Charles Granval. En 1937, il est partout, et Julien Duvivier en fait l'affreux mouchard visqueux trahissant Jean Gabin, alias «Pépé-le-Moko» (1937), dissimulé quelque part dans la casbah d'Alger.

Nul n'aura oublié le pathétique Rosenthal de «La grande illusion» (1937), ce Juif aisé qui s'évade d'un camp de prisonniers avec le lieutenant Maréchal. Sacha GuitrySacha Guitry le voit très bien en ministre abyssin flagorneur auprès de sa reine de Saba, une Arletty arrogante caressant le python enroulé autour de son cou, tout comme «Les perles de la couronne» (1937). Pierre Chenal l'introduit dans «La maison du Maltais» (1938) en amoureux d'une fille de joie (Viviane RomanceViviane Romance) qu'il aurait rendue enceinte. Le voici juge instruisant une affaire de paille dans le célèbre titre «Entrée des artistes» (1938) qui lui offre l'opportunité de retrouver Marc Allégret. L'année suivante, tout aussi fidèle, Jean Renoir l'expédie dans l'admirable forêt solognote pour les besoins de «La règle du jeu» (1939). Né pour jouer les usuriers levantins, les personnages louches, mielleux et repoussants, le metteur en scène n'a guère de difficultés de commuer notre Rosenthal en élégant marquis de la Chesnaye, transformation bien réussie mais jugée infamante par la noblesse qui dépêcha son duo blasphématoire, Maurice Bardèche et Robert Brasillach, pour massacrer le réalisateur et son interprète. Cette mésaventure n'empêchera pas, quelques années plus tard, le film de réapparaître jusqu'à être considéré comme un chef-d'œuvre offrant un sujet de thèse à nos futurs bacheliers !Bientôt, Dalio et Madeleine sont invités par des amis à Hollywood. Ils entament alors une carrière dans le cinéma américain : ils apparaissent tous deux dans Casablanca (1942) de Michael Curtiz avec Humphrey Bogart et Ingrid Bergman. Marcel Dalio y joue Émile, un croupier — petit rôle qui lui permet cependant de se faire connaître aux États-Unis — et Madeleine Lebeau joue Yvonne, l’amoureuse abandonnée par Humphrey Bogart. Le couple divorce l’année suivante.Dalio tourne encore dans Le Port de l'angoisse (1944) d'Howard Hawks, avant de rentrer en France à la Libération. Toute sa famille a disparu dans les camps nazis et on ne lui offre plus au cinéma, comme il le dira lui-même, que des rôles de « fou, de demi-fou, ou de quart de fou »5. On le voit notamment dans Dédée d'Anvers (1947) d'Yves Allégret où il joue le rôle du maquereau de Simone Signoret, ou bien dans Les Amants de Vérone (1948) d'André Cayatte, où il interprète un personnage de tueur fou.

Hollywood cependant le rappelle régulièrement .
Répondre - il y a 1 an

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Marcel Dalio et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.