Marcelin Berthelot

 
Marcelin Berthelot
1827 - 1907
 

Académicien, Chimiste, Historien, Homme politique, Scientifique (Science).

Nationalité française Francais, né le 25 octobre 1827 et mort le 18 mars 1907

79 ans Mort à l'âge de 79 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Marcelin Berthelot ?


Contribuez !

Biographie

ès le collège, où il réussissait aussi bien en lettres et en philosophie qu'en sciences, Marcellin Berthelot se fit remarquer par son intelligence, son étonnante mémoire et sa puissance de travail. C'est de cette époque que date l'amitié profonde et partagée – qui ne se démentira jamais - avec Ernest Renan, qui ne partageait cependant pas sa confiance dans l'avenir de la science.

Après avoir hésité longtemps sur le choix d'une carrière, Berthelot s'orienta vers la chimie et fréquenta tout d'abord le laboratoire de Jules Pelouze, où il s'initia à l'expérimentation en effectuant un premier travail sur la dilatation des gaz.

À 24 ans, il entre au Collège de France comme préparateur de Antoine Jérome Balard. C'est là qu'il réalise la synthèse de l'alcool méthylique, première étape d'une longue suite de synthèses, dont celle de l'acétylène (1863), effectuée à partir de carbone et d'hydrogène sous l'action d'un arc électrique (« oeuf électrique de Berthelot »), demeure la plus mémorable. À l'époque de cette synthèse, Berthelot était professeur à l'école de Pharmacie de Paris, ayant soutenu une thèse de doctorat en 1854 et obtenu son diplôme de pharmacien en 1858.

En 1865, cinq ans après la parution de son ouvrage fondamental Chimie organique fondée sur la synthèse (1860), on crée pour lui, au Collège de France une chaire consacrée à cette discipline, qu'il devait brillamment illustrer. Par les nombreuses synthèses qu'il a effectuées et la diversité des structures qu'il a obtenues, Berthelot montra la généralisation de l'obtention des molécules organiques sans que l'intervention d'une quelconque «force vitale» soit nécessaire, comme beaucoup le pensaient encore à l'époque.

Dans le domaine de la cinétique chimique, c'est vers 1864 qu'avec Péan de Saint‑Gilles il entreprit l'étude méthodique du phénomène de l'estérification, précisant les caractères de cette réaction et soulignant l'importance primordiale de la notion de vitesse de réaction. Il étudia de même les réactions réciproques ou réversibles des mélanges de gaz minéraux et de vapeurs organiques.

A côté de ses remarquables travaux de chimie organique, Berthelot fut le promoteur de la thermochimie, réalisant des recherches dans le but de déterminer les affinités qui président aux réactions mutuelles des corps ou qui assurent les équilibres chimiques.

Pour cela, s'appuyant sur le principe de l'état initial et de l'état final, et sur les multiples déterminations calorimétriques qu'il réalisa sur plus de 20 ans, il montra que les affinités pouvaient être mesurées par la quantité de chaleur qui résulte d'une combinaison, celle-ci ne différant de ses éléments que par la chaleur dégagée ou absorbée. Il appuyait ainsi les conclusions des études de Julius Thomsen pour qui, parmi plusieurs réactions possibles, c'est celle qui dégage le plus de chaleur qui se produit.

Dans son ouvrage Essai de mécanique chimique fondée sur la thermochimie (1879), Berthelot exposa ses recherches dans ce domaine, ainsi que les conclusions qu'il en retirait en chimie biologique. Si les bases théoriques sur lesquelles il s'appuyait étaient malheureusement insuffisantes pour prévoir les réactions chimiques et pour expliquer complètement la question de l'affinité, les expériences de Berthelot ont été le point de départ d'autres travaux sur l'énergétique, et la mesure des chaleurs de réaction, au plan pratique, a rendu des services importants dans le domaine des combustibles et dans celui des explosifs.

Les travaux de Berthelot sur les explosifs sont un complément des précédents et c'est en 1870 que pour les besoins de la défense nationale, il fut conduit à l'étude des poudres de guerre. Avec Paul Vieille, il inventa la poudre sans fumée qui eut une grande répercussion en artillerie. Par ailleurs, dans le laboratoire qu'il avait créé à Meudon, Berthelot s'occupa de chimie agricole, ce qui le conduisit (1885) à constater la fixation de l'azote atmosphérique par les plantes et par les microbes du sol, d'où découle l'emploi des engrais chimiques en culture.

Signalons encore les études réalisées avec Jungfleisch sur le coefficient de partage, le pouvoir réfringent spécifique, l'action de l'effluve électrique, l'allotropie, l'origine des pétroles.

L'oeuvre de Berthelot, considérable, comprend 1600 mémoires ou articles et un nombre important d'ouvrages. Professeur au Collège de France, membre de l'Académie de médecine (1863), de l'Académie des sciences (1873), et de l'Académie française (1901), 5 fois président de la Société chimique de France, Berthelot, fut également un homme politique influent : élu sénateur inamovible en 1881, il devint ministre de l'Instruction publique (1886-1887) et des Affaires étrangères (1895-1896).

Beaucoup ont pu toutefois reprocher à Berthelot, qui s'accrocha à la théorie des « équivalents » et combattit avec acharnement la théorie atomique, d'avoir par là compromis en France l'avancée normale des idées en France étant donné l'influence considérable qu'il exerçait dans les milieux officiels en tant qu'Inspecteur général de l'Enseignement supérieur et membre du Conseil supérieur de l'Instruction publique. L'hostilité de Berthelot à la théorie atomique (qui ne fut introduite que tardivement dans les programmes d'enseignement en France, puisque c'est seulement en 1902 que les définitions de l'atome et de la molécule figurèrent au programme du baccalauréat, alors qu'à cette date ces notions étaient enseignées depuis longtemps en Allemagne ou en Grande‑Bretagne), s'est effectivement révélée préjudiciable au développement de la chimie organique en France, et beaucoup de grands chimistes ont jugé sévèrement l'attitude de Berthelot, déplorant qu'un tel grand savant en soit venu à régenter la chimie. Ainsi, le chimiste suisse Alfred Werner (prix Nobel en 1913), qui avait effectué son stage de post‑doctorat dans le laboratoire de Berthelot, commenta ultérieurement l'influence de ce dernier : « Un tel sectarisme fut plus désastreux pour la France que le traité de Francfort » (traité qui avait conclu la paix entre la France et l'Empire allemand après la défaite de 1870).

Berthelot reste néanmoins un des très grands chimistes du XIXe siècle, tant par la fécondité que par l'immensité de son oeuvre scientifique. Il connut une célébrité universelle comparable à celle de Pasteur. Il repose aujourd'hui au Panthéon, à côté de son épouse avec qui il formait un couple profondément uni.

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Marcelin Berthelot en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Marcelin Berthelot.

Vous savez où se trouve la tombe de Marcelin Berthelot ?

Citations

Les meilleures citations de Marcelin Berthelot.

Toutes les fois que les conditions d'un phénomène se trouvent réalisées, il ne manque jamais de se produire.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Marcelin Berthelot. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Marcelin Berthelot, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Marcelin Berthelot.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Marcelin Berthelot
  • Nom complet : --
  • Prénom : Marcelin
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Berthelot
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Pierre Eugène Marcelin Berthelot, marcellin berthelot

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 79 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Marcelin Berthelot ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Marcelin Berthelot, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Marcelin Berthelot ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias Publication visible uniquement par les membres de JeSuisMort. Inscription/Connexion pour la lire.
Image visible uniquement
par les membres de JeSuisMort.


Inscription/Connexion
pour voir l'image.
Répondre - il y a 1 an
Donias Marcelin Berthelot
Répondre - il y a 1 an
Donias Berthelot avait maintes fois répété à ses enfants : « Je sens que je ne pourrai survivre à votre mère » (son épouse Sophie Berthelot, née Niaudet, qui était malade). Il meurt quelques minutes après la disparition de celle-ci, le 18 mars 1907. Les causes de sa mort n'ont pas été élucidées. Certains l'ont attribuée à l'angine de poitrine dont il souffrait depuis longtemps, mais pour Jean Jacques, les circonstances font penser au suicide. Georges Lyon, son gendre (mari de sa fille, Marie-Hélène Berthelot) écrit à Louis Breguet (oncle de Sophie Niaudet, épouse Berthelot) qu'il était très faible depuis longtemps et que la douleur l'emporta
Répondre - il y a 1 an
Donias Chimiste, essayiste, historien des sciences et homme politique français, ce curieux s’épanouit à l’époque du positivisme triomphant considérant que la science pouvait tout expliquer. Il débuta vraiment ses recherches dans le laboratoire privé de Théophile-Jules Pelouze, où il pouvait expérimenter à sa guise. Il entra au collège de France comme préparateur d’Antoine-Jérôme Balard, son ancien maître, en 1851.

Comme plusieurs autres chimistes de son temps, Berthelot débuta ses recherches sur des composés organiques de nature assez complexe. Il obtint son doctorat en 1854 grâce à sa thèse sur la structure et la synthèse des graisses et sur les combinaisons du glycérol avec les acides. Berthelot a fait sur les synthèses beaucoup de recherches fructueuses. Mais le domaine de ses intérêts était extrêmement large : il fut ainsi l’auteur d’études historiques sur les alchimistes du Moyen Âge.

Ses recherches portèrent particulièrement sur la thermochimie, le principe de combustion et la saponification des corps gras.

Il fut professeur à l’École supérieure de pharmacie en 1859, professeur de chimie organique au Collège de France en 1865, une chaire que l’on créa à son intention. Il fut inspecteur général de l’enseignement supérieur en 1876. Membre de plusieurs académies (médecine, sciences), il exerça aussi des fonctions politiques : il fut ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts de 1886 à 1887, puis reçut le portefeuille des Affaires étrangères entre 1895 et 1896.

La mort de Marcellin Berthelot est assez particulière : il avait maintes fois répété qu’il ne souhaitait pas survivre à son épouse Sophie Niaudet, malade et, en effet, quelques minutes après la disparition de celle-ci, le 18 mars 1907, il s’éteignit lui-même.Son jubilé scientifique fut célébré solennellement. Désireux d’honorer le grand homme, mais prenant acte des circonstances de sa disparition, le gouvernement, qui décida le transfert des cendres de Marcellin Berthelot au Panthéon, estima logique de ne pas le séparer de sa femme, qui fut inhumée avec lui : c’est donc la première femme entrée au Panthéon. Pour cette occasion, Clemenceau, toujours caustique, aurait déclaré : « Ci-gît Marcellin Berthelot. C’est la seule place qu’il n’ait jamais sollicitée ».
Répondre - il y a 1 an

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Marcelin Berthelot et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.