Aaron Swartz

 
Aaron Swartz
1986 - 2013
 

Informaticien (Informatique, Internet).

26 ans Mort à l'âge de 26 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
d'Aaron Swartz ?


Contribuez !

Biographie

Aaron H. Swartz (né le 8 novembre 1986 à Chicago, mort le 11 janvier 2013 à New York) est un informaticien et militant de l'Internet, intéressé aussi à la sociologie, l'éducation civique et l'activisme.

Il est le cofondateur de DemandProgress.org (en) et du Progressive Change Campaign Committee (en).

Aaron Swartz naît le 8 novembre 1986 à Chicago. Il est le fils de Susan et Robert Swartz, ce dernier étant le fondateur d'une entreprise éditant des logiciels. Sa famille vit à Highland Park (Illinois). Très tôt, Swartz s'intéresse à l'informatique, à Internet et à la culture qui leur sont associés. À 13 ans il reçoit le ArsDigitaPrize, qui récompense les jeunes gens ayant créé des sites non commerciaux « utiles, éducatifs et collaboratifs ». Le titre lui donne droit à un voyage au MIT, où il rencontrera des personnalités importantes du web. Il participe, à l'âge de 14 ans, à l'élaboration de la spécification 1.0 du format RSS.

En 2002, il lance le Google Weblog, le premier blog non officiel sur Google (www.google.blogspace.com) et, en 2005, il rejoint Alexis Ohanian (en) et Steve Huffman (en), les fondateurs de Reddit, site d'actualités qu'ils lancent ensemble cette même année. Lorsque Reddit est racheté par Condé Nast, une incompatibilité de principes ou de visions le force à vendre ses parts et à quitter son poste.

En 2007, il crée le site Jottit, un site permettant de créer une page Web le plus simplement possible (entrer un titre, un texte, et cliquer sur publier). Il devient par la suite membre du W3C et du RDF Core Working Group et élabore, avec John Gruber (en), le langage Markdown.

Le 19 juillet 2011, il est accusé d'avoir téléchargé et mis à disposition en ligne 4,8 millions d'articles scientifiques disponibles dans JSTOR (soit la quasi totalité du catalogue). L'organisation JSTOR n'a pas pris l'initiative d'une telle démarche judiciaire, c'est le procureur des États-Unis Carmen M. Ortiz qui a engagé des poursuites contre Aaron Swartz dans le but de le faire arrêter.

D'après la plainte, c'est entre le 24 septembre 2010 et le 6 janvier 2011 que Swartz utilise plusieurs méthodes pour récupérer les documents. Il entre notamment par effraction dans la salle de câblage informatique du MIT via les conduits de ventilations, en portant un casque de vélo pour dissimuler son identité. La quantité de téléchargements aurait fait s'effondrer plusieurs serveurs de JSTOR, conduisant à un blocage de l'accès des utilisateurs du MIT au réseau.

Alex Stamos, témoin expert engagé aux côtés d'Aaron Swartz dans l'affaire, révèle sur son blog les circonstances et les modalités de l'action du jeune homme :

Le réseau du MIT offrait aux étudiants (au moment des faits) une adresse IP routable via un DHCP non identifié, sans contrôle des abus. Chacun pouvait donc s'identifier sur le réseau et se voir confier une adresse IP, ce qui est très rare pour un réseau de campus.

Cette organisation était le résultat d'une politique explicite de l'établissement, ce que le directeur de la sécurité des réseaux de l'université a admis face aux représentants de Swartz au cours du procès en décembre. L'université avait choisi de ne pas protéger le réseau d'abus éventuels, comme le téléchargement d'un grand nombre de fichiers simultanément.

Toujours au moment des faits, JSTOR autorisait un nombre illimité de téléchargements par les membres du réseau du MIT. Le site n'avait mis en place aucun outil pour empêcher les téléchargements abusifs (comme la mise en place de CAPTCHA, l'enregistrement pour le téléchargement de plusieurs fichiers, ou encore un avertissement pour l'utilisateur). Techniquement, Swartz n'a dont pas « hacké » le site JSTOR : il a seulement mis en place un script python qui listait les URLs des articles de journaux, puis en faisait la requête auprès du serveur.

Swartz n'a rien fait pour dissimuler son identité, n'a usé d'aucun système de cryptage et n'a même pas effacé son historique de navigation. Il a cependant changé son adresse MAC et fourni une fausse adresse mail (via Mailinator), se déclarant comme « Gary Host » (abrégé en « Ghost » - « fantôme » en anglais).

Après la révélation de ses agissements, Aaron Swartz retourne les disques durs contenant les articles, en promettant de ne pas les diffuser. JSTOR décide alors de ne pas entamer de poursuites judiciaires, le bureau du procureur et le MIT maintenant cependant leurs poursuites.

Le 11 janvier 2013, Aaron se suicide par pendaison dans son appartement de Brooklyn. Son procès fédéral en lien avec ces accusations de fraude électronique devait débuter le mois suivant. En cas de condamnation, il encourait une peine d'emprisonnement pouvant atteindre 35 ans et une amende s'élevant jusqu'à 1 million de dollars.

Le lendemain, le MIT annonce l'ouverture d'une enquête interne pour déterminer le rôle joué par l'institution dans le suicide du jeune homme « depuis le moment où des activités inhabituelles ont été détectées sur le réseau à l'automne 2010 jusqu'à aujourd'hui ». Elle sera menée par Hal Abelson, fondateur des Creative Commons et de la Free Software Foundation, également directeur au sein de l'université.

Le même jour, la famille et les proches de Swartz mettent en place un site web à sa mémoire, sur lequel ils déclarent :

« La mort d'Aaron n'est pas seulement une tragédie personnelle. C'est le résultat d'un système judiciaire où l'intimidation et les poursuites excessives sont monnaies courantes. Les décisions prises par le bureau du procureur et le MIT ont contribué à sa mort. Le procureur des États-Unis a poursuivi pour un nombre de chefs d'accusation particulièrement sévères, faisant risquer jusqu'à plus de 30 ans de prison, pour un crime sans victime. Au même moment, et contrairement à JSTOR, le MIT a refusé de prendre parti pour Aaron et pour les principles chéris par sa communauté. »

Plusieurs initiatives voient le jour à la suite de son décès : sur Twitter, plusieurs chercheurs publient notamment leurs travaux en accès libre en forme d'hommage à son engagement, et une archive contenant une grande part des documents issus de JSTOR est mise en ligne sur The Pirate Bay (ce qui peut être vu comme une manifestation de l'Effet Streisand). Une pétition est également mise en place sur le site de la Maison Blanche pour réclamer la démission de la procureur à l'initiative de l'affaire, signée par plus de 10 000 personnes au lendemain du décès. Le site du MIT subit un défacement de quelques heures affichant un message de soutien d'Anonymous, qui dénonce les pressions du gouvernement américain et appelle à une réforme du système du copyright et de la propriété intellectuelle.

Le 3 juillet 2014, le documentaire sur la vie et la mort d'Aaron Swartz "Internet's Own boy" (l'enfant d'Internet) est en accès gratuit sur le réseau mondial. Le film est un véritable pavé dans la mare de l'administration américaine.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe d'Aaron Swartz en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture d'Aaron Swartz.

Vous savez où se trouve la tombe d'Aaron Swartz ?

Citations

Nous n'avons pas de citations d'Aaron Swartz pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Aaron Swartz, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Aaron Swartz.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Américaine Drapeau américain
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

  • Activités principales : --
  • Autres activités : Informaticien
  • Domaines : Informatique, Internet

Noms

  • Nom usuel : Aaron Swartz
  • Nom complet : --
  • Prénom : Aaron
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Swartz
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 26 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Aaron Swartz ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Aaron Swartz, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
2 notes
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Aaron Swartz est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Aaron Swartz au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 2 notes. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Aaron n'a aucune raison de se tuer, parce que, dès le début, il a placé le plus grand bien de son propre bien-être personnel.
Merci Aaron, pour suivre votre lumière interne en nous pour nous tous.

À mon avis, un combattant militant et de liberté comme Aaron n'a aucune raison de se tuer, parce que, dès le début, il a placé le plus grand bien de son propre bien-être personnel. Toutes ses actions reflètent cela. Beaucoup plus probable, il a été suicidée. Tué par un corrupté, le fasciste d'entreprise corporatif «gouvernement,» qui ne voulait pas le voir monter à une plus grande importance après le succès de la Sopa.
Commentez - 1 - il y a 12 mois
 A subi des vautours qui n'ont eu aucune pitié pour lui
c était un grand de l informatique qui a subi des vautours qui n ont aucune pitié pour lui ...il a dû partir de lui même à cause de son intelligence ....repose en paix
Commentez - il y a 1 an

Commentaires

Vous avez des questions sur Aaron Swartz ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle d'Aaron Swartz et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres points communs avec Aaron Swartz