Alexandre Soljenitsyne

 
Alexandre Soljenitsyne
1918 - 2008
 

Artiste, Écrivain (Art, Littérature).

Nationalité russe Russe, né le 11 décembre 1918 et mort le 3 août 2008

89 ans Mort à l'âge de 89 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
d'Alexandre Soljenitsyne ?


Contribuez !

Biographie

Alexandre Issaïevitch Soljenitsyne (11 décembre 1918, Kislovodsk – 3 août 2008, Moscou) est un romancier et dissident russe, auteur notamment de Une journée d'Ivan Denissovitch et de L'Archipel du Goulag.

La mère d'Alexandre, Taisia Chtcherbak, d'origine ukrainienne, partit étudier à Moscou où elle rencontra un jeune officier de l'armée, Isaakiy Soljenitsyne. En 1918, Taisia est enceinte d'Alexandre. Peu après l'annonce de la grossesse de sa compagne, Isaakiy meurt dans un accident de chasse. Alexandre naît à Kislovodsk, une station thermale russe du kraï de Stavropol dans le nord du Caucase. Le 7 avril 1940, il épouse Natalia Alekseïevna Rechetovskaïa, une étudiante en chimie dont il divorce en 1952, puis se remarie en 1957, divorce à nouveau en 1972, et, l'année suivante, il épouse Natalia Dmitrievna Svetlova, une mathématicienne.

Sa mère avait encouragé son penchant pour la littérature et les études scientifiques, mais mourut peu avant leur début, en 1940. Élève à l'école et à l'université des sciences de Rostov-sur-le-Don, il étudie la littérature, les mathématiques et la doctrine communiste. Il adhère à l'idéologie officielle de l'époque. Lors de l'invasion allemande en 1941, il se bat comme artilleur dans l'Armée rouge. Il est condamné en 1945 à 8 ans de prison dans les camps de travail pour « activité contre-révolutionnaire », après avoir entretenu une correspondance critique à l'égard de la politique de Staline et de ses compétences guerrières.

Soljenitsyne au Goulag, v. 1953

Il fut condamné à l'époque comme traître. À sa sortie du camp en 1953, quelques semaines avant la mort de Staline, il est envoyé en exil perpétuel au Kazakhstan. Il est réhabilité en 1956 et s'installe à Riazan, à 200 km au sud de Moscou, où il enseigne les sciences physiques.

C'est son ouvrage Une journée d'Ivan Denissovitch, publié en 1962 dans la revue soviétique Novy Mir, grâce à l'autorisation de Nikita Khrouchtchev en personne, qui lui acquiert une renommée tant dans son pays qu'internationalement. Le roman décrit les conditions de vie dans un camp de travail forcé russe du début des années 1950 à travers les yeux d'Yvan Denissovitch Choukhov, archétype du paysan russe moyen que l'on suit au cours d'une journée.

Il est reçu au Kremlin par Khrouchtchev. Cependant, deux ans après, sous Brejnev, il lui est de plus en plus difficile de publier ses textes en Union des républiques socialistes soviétiques. En 1967 dans une lettre au Congrès des écrivains soviétiques, il exige la « suppression de toute censure – ouverte ou cachée – sur la production artistique ».

Ses romans Le Premier Cercle et Le Pavillon des Cancéreux, ainsi que le premier tome de son épopée historique La Roue rouge, paraissent en Occident où il reçoit le Prix Nobel de littérature en 1970, récompense qu'il ne pourra percevoir que quatre ans plus tard après avoir été expulsé d'URSS. Il n'a en effet pas pu se rendre à Stockholm de peur d'être déchu de sa nationalité soviétique et de ne pouvoir rentrer en URSS, le gouvernement suédois ayant refusé de lui transmettre le prix à son ambassade de Moscou. Sa vie devient une conspiration permanente pour voler le droit d'écrire en dépit de la surveillance de plus en plus assidue du KGB. Une partie de ses archives est saisie chez un de ses amis en septembre 1965, et il manque d'être assassiné en août 1971 (par un « parapluie bulgare »). Une de ses plus proches collaboratrices a échappé de justesse à un étranglement et un accident de voiture.

En décembre 1973, paraît à Paris (en version russe) L'Archipel du Goulag où il expose le système concentrationnaire soviétique du Goulag, qu'il a vécu de l'intérieur, et la nature totalitaire du régime. Écrit entre 1958 et 1967 sur de minuscules feuilles de papier enterrées une à une dans des jardins amis, une copie avait été envoyée en Occident pour échapper à la censure. Il décida sa publication après qu'une de ses aides fut retrouvée pendue : elle avait avoué au KGB la cachette où se trouvait un exemplaire de l'oeuvre. Cette publication lui vaut d'être déchu de sa citoyenneté et d'être arrêté puis expulsé d'Union Soviétique en février 1974. Ses textes continuent d'être diffusés clandestinement, sous forme de samizdats.

Il s'installe d'abord en Suisse, puis émigre aux États-Unis. Après une période agitée d'interviews et de discours (comme le fameux discours de Harvard prononcé en 1978), aux États-Unis, Soljenitsyne fut souvent invité à d'importantes conférences. Le 15 juillet 1975, il fut même invité à donner une conférence sur la situation mondiale au Sénat américain. L'occident découvre alors un homme orthodoxe conservateur et profondément slavophile très critique sur la société occidentale de consommation.

Il se retire avec sa famille à Cavendish dans le Vermont pour écrire l'oeuvre dont il rêvait depuis sa jeunesse : La Roue rouge. Épopée historique qui retrace l'embourbement de la Russie dans la folie révolutionnaire, elle compte plusieurs milliers de pages.

Dans le cadre de la Glasnost menée par Mikhaïl Gorbatchev, sa nationalité russe lui est restituée et l'Archipel du Goulag est publié en URSS à partir de 1989. Après la fin de l'URSS, via la France (inauguration du mémorial des Lucs-sur-Boulogne (Vendée) le 25 septembre 1993), il rentre en Russie le 27 mai 1994, où il résidera jusqu'à sa mort. Jusqu'en 1998, il conserve une activité sociale intense, a sa propre émission de télévision, voyage à travers la Russie, rencontre une multitude de personnes. La maladie interrompt cette activité.

Soljenitsyne vit ensuite retiré près de Moscou, au milieu de sa famille. Le Fond Soljenitsyne aide les anciens zeks et leurs familles démunies en leur versant des pensions, en payant des médicaments. Après avoir cru qu'il jouerait un rôle décisif dans la Russie post-communiste, puis, déçus, après l'avoir déjà plus ou moins « enterré », les Russes semblent ces derniers temps s'intéresser de nouveau à sa figure et redécouvrir la valeur de ses écrits politico-sociaux. Un colloque international sur son oeuvre lui a été consacré en décembre 2003 à Moscou.

Soljenitsyne: a XXth century paradox huile sur toile 61*46 cm par Valéry Grancher.

Le 12 juin 2007, le président Vladimir Poutine rend hommage à Soljenitsyne en lui décernant le prestigieux Prix d'État. L'ancien dissident Viktor Erofeev a estimé que « c'était vraiment un paradoxe douloureux de voir comment l'ancien prisonnier pouvait sympathiser avec l'ancien officier du KGB ». Malgré plusieurs rencontres privées avec Poutine et des marques de sympathie, Soljenitsyne a accusé la politique impérialiste d'épuiser à l'extérieur les forces vives de la Nation. Ces positions sur la politique extérieure de la Russie sont expliquées dès 1990 dans son essai Comment réaménager notre Russie.

Il meurt à son domicile moscovite à 89 ans dans la nuit du 3 au 4 août 2008 d'une insuffisance cardiaque aiguë. Il est enterré au cimetière du monastère de Donskoï.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe d'Alexandre Soljenitsyne en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture d'Alexandre Soljenitsyne.

Vous savez où se trouve la tombe d'Alexandre Soljenitsyne ?

Citations

Les meilleures citations d'Alexandre Soljenitsyne.

Quand on travaille pour des hommes, on en met un coup ; quand c'est pour des cons, on fait semblant.
Nulle part, aucun régime n'a jamais aimé ses grands écrivains, seulement les petits.
Ce qui est trop clair n'est pas intéressant.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases d'Alexandre Soljenitsyne. Vous pouvez consulter les meilleures citations d'Alexandre Soljenitsyne, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Alexandre Soljenitsyne.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Russe Drapeau russe
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

  • Activités principales : --
  • Autres activités : Artiste, Écrivain
  • Domaines : Art, Littérature

Noms

  • Nom usuel : Alexandre Soljenitsyne
  • Nom complet : --
  • Prénom : Alexandre
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Soljenitsyne
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Alexandre Issaïevitch Soljenitsyne, alexandre solienitsyne

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Date de mort : Dimanche 3 août 2008
  • Lieu de mort : --
  • Âge de mort : 89 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Alexandre Soljenitsyne ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Alexandre Soljenitsyne, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Alexandre Soljenitsyne ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias Sa nationalité russe lui est alors restituée et, symbole fort bien qu'ironique, "l'Archipel du Goulag" est enfin publié dans son pays, près de quarante ans après sa rédaction. Jusqu'en 1998, il conserve une activité sociale intense, a sa propre émission de télévision, voyage à travers la Russie, rencontre une multitude de personnes. Avant que la maladie ne l'affaiblisse.
_ Selon son fils, cité par une agence de presse russe, l'écrivain est mort des suites d'une "insuffisance cardiaque aiguë"
Répondre - il y a 1 an
Donias Alexander_Solzhenitsyn_in_Moscow,_December_1998.
Répondre - il y a 1 an

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle d'Alexandre Soljenitsyne et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres points communs avec Alexandre Soljenitsyne