Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier

5191ème
Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier
1627 - 1693
Score : 0

Comtesse, Duchesse, Femme d'état, Princesse (Histoire).

Nationalité française Française, née le 29 mai 1627 et morte le 5 avril 1693

65 ans Morte à l'âge de 65 ans (de quoi ?).

Enterrée (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
d'Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier ?


Contribuez !

Biographie

Anne Marie Louise d'Orléans — dite « La Grande Mademoiselle » —, née le 29 mai 1627 et morte le 5 avril 1693, fut duchesse de Montpensier, dauphine d'Auvergne, comtesse d'Eu et de Mortain et princesse de Joinville et de Dombes. Fille de Gaston d'Orléans et de Marie de Bourbon et petite-fille du roi Henri IV, elle était la cousine germaine de Louis XIV.

L'Histoire la désigne sous le titre de « La Grande Mademoiselle », qu'elle tient de son père, Gaston de France (1608-1660), qui portait celui de Monsieur en tant que frère cadet du roi Louis XIII, puis « Le grand Monsieur » lorsqu'il fallut le distinguer de Philippe, frère cadet de Louis XIV, appelé lui « Le petit Monsieur » ; sa fille devint alors « La Grande Mademoiselle ».

Elle tenait son titre de duchesse de Montpensier de sa mère, Marie de Bourbon, duchesse de Montpensier, richissime et unique héritière d'une branche cadette des Bourbons. À cela s'ajouta la fortune de son père, ce qui fit de la Grande Mademoiselle la princesse la plus riche et la plus titrée d'Europe. Sa signature était « Anne Marie Louise d'Orléans ».

À sa naissance, le 29 mai 1627, elle se retrouva la plus riche héritière du royaume de France, sa mère étant morte en la mettant au monde. Dans ses Mémoires, elle s'indigne que selon l'opinion les « grands biens que sa mère lui a laissés à sa mort pouvaient bien [la] consoler de l'avoir perdue ».

Marié contre son gré pour que la fortune des Montpensier soit attribuée à la famille royale et peut-être jaloux de la richesse de sa fille, son père Gaston d'Orléans lui porte peu d'affection. Il se remarie par amour en 1632, avec Marguerite de Lorraine sans l'assentiment du roi. De ce fait, la nouvelle duchesse d'Orléans vit plus de dix ans en exil à Bruxelles auprès de la reine-mère Marie de Médicis - elle aussi en exil - pendant que Gaston intrigue contre le pouvoir royal et son représentant, le cardinal de Richelieu. Anne-Marie-Louise n'est autorisée à être présentée à son royal oncle Louis XIII qu'après la mort du cardinal et peu avant celle du roi (1643).

Quant à sa belle-mère, pourtant pieuse et douce, Anne-Marie-Louise la prend tout de suite en grippe mais donne son affection à ses demi-soeurs - notamment la seconde Françoise-Madeleine, qui a l'âge d'être sa fille - tandis que son immense fortune attire à elle les plus brillants partis d'Europe.[réf. nécessaire]Malgré son physique plutôt disgracieux, elle se voit proposer de nombreux projets de mariage et faillit épouser nombres de princes et souverains, mais ils échouent tous à cause de son encombrante fortune, de son père et du roi son cousin qui en étaient jaloux, ainsi que de la haute opinion qu'elle avait de son rang. Son cousin Louis XIV, qui avait onze ans de moins qu'elle, lui aurait bien convenu, mais Mazarin fait tout pour s'opposer à une telle union, s'attirant l'inimitié de la duchesse.

Anne Marie Louise rejoint alors son père dans le clan des Frondeurs contre le pouvoir royal. Le 27 mars 1652 elle se jette dans Orléans menacé par les troupes royales. Mais cette action d'éclat n'empêche pas l'avance des armées de Turenne après la bataille de Bléneau. Le 2 juillet 1652, lors de la bataille du faubourg Saint-Antoine, elle fait tirer les canons de la Bastille sur les troupes royales pour sauver son cousin le prince de Condé, pour lequel elle nourrit également des projets matrimoniaux. Ces deux épisodes ruinent sa réputation et sa faveur : le roi l'exile trois ans en Bourgogne.

Sur ses terres de Saint-Fargeau, de 1652 à 1657, elle se lance dans l'écriture de mémoires dont elle poursuit la rédaction au château d'Eu, en Normandie. Dans ce récit elle raconte ses souvenirs comme une poignante confession. Elle brosse son portrait, confie ses états d'âme sans fausse pudeur et même avec un certain talent, teinté d'égotisme. Encore lues de nos jours, ses mémoires sont un témoignage important et, somme toute, unique de la vie d'une femme au XVIIe siècle, prisonnière de son éducation et de son rang : là où les autres mémorialistes disent ce qu'ils ont vécu, elle dit ce qu'elle a ressenti.

La duchesse revient à la Cour en 1657. Un épisode célèbre de sa vie est son aventure, à partir de 1670, à l'âge de 43 ans, avec Lauzun, un gentilhomme cadet de Gascogne, bellâtre et volage, de six ans plus jeune, qui lui fait une cour assidue. Le roi interdit le mariage et fait enfermer le prétendant dix ans à la citadelle de Pignerol. Pour l'en faire sortir, la Grande Mademoiselle doit faire donation de quelques biens, essentiellement des terres (le comté d'Eu, la principauté de Dombes et la baronnie de Beaujolais) au fils naturel de Louis XIV, le duc du Maine. Elle épouse secrètement Lauzun — cependant encore aujourd'hui le doute demeure — mais n'y trouve pas son bonheur. Lauzun se lasse bientôt d'elle — à moins que ce soit elle qui se soit lassée de lui — pour reprendre sa carrière de courtisan ambitieux et de séducteur invétéré.

Malgré son immense fortune, la Grande Mademoiselle n'est pas très populaire à la Cour. La plupart des courtisans et des princes, dont Louis XIV lui-même, sont jaloux non seulement de son argent, mais aussi de ses innombrables possessions. La marquise de Sévigné la décrit dans ses lettres comme une personne très avare et assez froide, qui a peu d'amis à Versailles.

Elle est inhumée dans le caveau des Bourbons en l'église abbatiale de Saint-Denis.

Son coeur est porté à la chapelle Sainte-Anne (nommée la « chapelle des coeurs » renfermant les coeurs embaumés de 45 rois et reines de France) de l'église du Val-de-Grâce. En 1793, lors de la profanation de cette chapelle, l'architecte Louis-François Petit-Radel s'empare de l'urne reliquaire en vermeil contenant son coeur, le vend ou l'échange contre des tableaux à des peintres qui recherchaient la substance issue de l'embaumement ou « mummie » – très rare et hors de prix – alors réputée, une fois mêlée à de l'huile, donner un glacis incomparable aux tableaux.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe d'Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture d'Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier.

Vous savez où se trouve la tombe d'Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier ?

Citations

Nous n'avons pas de citations d'Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Féminin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier
  • Nom complet : --
  • Prénom : Anne Marie Louise
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : D'Orléans de Montpensier
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Date de naissance : 29 mai 1627
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 65 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Votez !

x
= ? points

Tirez une carte pour faire gagner des points ? à Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier afin qu'elle grimpe dans le Top 50.

Top 50

5191ème
0 point
cumulés en 30 jours
Portrait de Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier
5191ème
Notez-la !

Drapeau France 1627 - 1693
Française, 65 ans

Comtesse, Duchesse, Femme d'état, Princesse (Histoire).
+2
places depuis hier
0 point
cumulés hier

C'est le classement de Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier dans le Top 50. Sa position est déterminée selon un score calculé à partir de points cumulés sur les 30 derniers jours. Si vous êtes un fan fidèle votant chaque jour, si vous incitez vos amis à vous soutenir et voter pour Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier, vous améliorez sont classement à chaque point gagné. Pour en savoir plus sur le fonctionnement du Top 50.

Les Fans

Il n'y a pas encore de fan de Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier.
Soyez le 1er fan en votant pour Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier.

Commentaires

Vous avez des questions sur Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias Elle meurt le 5 avril 1693 d'une maladie de vessie qui s’aggrava rapidement
Elle est inhumée dans le caveau des Bourbons en l'église abbatiale de Saint-Denis.

Son cœur est porté à la chapelle Sainte-Anne (nommée la « chapelle des cœurs » renfermant les cœurs embaumés de 45 rois et reines de France) de l'église du Val-de-Grâce.

En 1793, lors de la profanation de cette chapelle, l'architecte Louis-François Petit-Radel s'empare de l'urne reliquaire en vermeil contenant son cœur, le vend ou l'échange contre des tableaux à des peintres qui recherchaient la substance issue de l'embaumement ou « mummie » – très rare et hors de prix – alors réputée, une fois mêlée à de l'huile, pour donner un glacis incomparable aux tableaux
Répondre - il y a 11 mois
Donias La Grande Mademoiselle possédait de très nombreux titres, terres et seigneuries. Voici ceux qui sont connus :

Première princesse du sang puis petite-fille de France (rang créé par Louis XIII sous la pression de Gaston)
Premier pair et première mademoiselle de France
Duchesse et pair de Montpensier (1627)
Duchesse et pair de Châtellerault (1627)
Duchesse et pair d'Aumale (1686-1686)
Duchesse de Saint-Fargeau (1627-1681) (duché donné à Lauzun, vendu en 1713 aux Le Pelletier (de Saint-Fargeau)
Princesse souveraine de Dombes (1627-1681) (principauté donnée au duc du Maine, échangée en 1762 avec Louis XV)
Princesse de La Roche-sur-Yon (1627)
Princesse de Joinville (1627-1689)
Dauphine d'Auvergne (1627)
Marquise de Mézières (1627-1669) (marquisat vendu à Isaac Bartet pour 180 000 livres)
Comtesse et pair d'Eu (première pairie de France à cette époque) (1657-1681) (comté vendu à Louis Auguste, duc du Maine)
Comtesse de Forez
Comtesse de Mortain
Comtesse de Bar-sur-Seine
Vicomtesse de Bresse
Vicomtesse d'Auge
Vicomtesse de Domfront
Baronne de Beaujolais et dame de Beaujeu
Baronne de Montaigut-en-Combrailles et dame du pays de Combrailles
Baronne de Roche-en-Régnier
Baronne de Thiers-en-Auvergne (baronnie donnée à Lauzun, vendue au financier Crozat])
Baronne de Cuverville(-sur-Yères)3
Dame de Champigny-sur-Veude (1627-1635) - échangé de 1635 à 1656 puis retrouvé en 1656 - et de Bois-le-Vicomte (échange : 1635-1656)
Dame d'Argenton, Aigurande, Cluys (Indre) & Le Châtelet (Cher)
Dame de Choisy-sur-Seine (1678), Sainte-Sévère, Ecolle (Ercole ?).

La duchesse de Montpensier avait droit en France au prédicat d'altesse sérénissime, du fait de son rang de première princesse du sang de France. Le prédicat d'altesse royale ne sera conféré au premier prince du sang que sous le règne de Charles X au profit du duc d'Orléans, futur roi Louis-Philippe Ier.

Toutefois, en tant que petite-fille de France, et donc petite-fille de roi, elle portait néanmoins le titre d'altesse royale. Son appellation officielle à la Cour était d'ailleurs « S.A.R. Mademoiselle ». Ce rang a été créé par Louis XIII à l'instigation du père de la duchesse, pour lui accorder un rang supérieur aux autres princesses du sang.
Répondre - il y a 11 mois
Donias caveau des Bourbons en l'église abbatiale de Saint-Denis
Répondre - il y a 11 mois
Donias Publication visible uniquement par les membres de JeSuisMort. Inscription/Connexion pour la lire.
Image visible uniquement
par les membres de JeSuisMort.


Inscription/Connexion
pour voir l'image.
Répondre - il y a 11 mois

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle d'Anne Marie Louise D'Orléans de Montpensier et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.