Armand Peugeot

 
Armand Peugeot
1849 - 1915
 

Ingénieur, Inventeur (Invention).

Nationalité française Francais, né le 18 juin 1849 et mort le 4 février 1915

65 ans Mort à l'âge de 65 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
d'Armand Peugeot ?


Contribuez !

Biographie

Armand Peugeot, né le 18 juin 1849 à Valentigney, dans le Doubs, France, et mort le 4 février 1915 à Neuilly-sur-Seine, est un membre de la famille Peugeot, qui a lancé Peugeot dans l'ère de l'automobile et de la bicyclette.

Armand Peugeot est issu d'une famille d'industriels du département du Doubs spécialisée dans la fabrication de moulins à café, de lames de scie, d'outils etc. Il succéda à son père et son oncle à la tête de l'entreprise familiale avec son cousin Eugène.

Armand Peugeot a passé une partie de sa vie à Leeds en Angleterre où il a vu l'importance de la bicyclette dans la vie quotidienne. Lors de la réunion des associés Peugeot du 6 juin 1885 il a dit « Nous devons nous intéresser à la fabrication de vélocipèdes et de tricycles ». Pour accélérer leur fabrication, il n'hésite pas à donner à l'entreprise une partie de son jardin. Dès 1885, les premières bicyclettes sortent ainsi des usines de Peugeot.

Visionnaire, Armand Peugeot décide de fabriquer des automobiles. En 1889, il fait construire un tricycle à vapeur entraîné par une chaudière conçue par Léon Serpollet. Elle est la première a disposer de véritable siège, de ressorts. Son moteur dispose de deux cylindres et entraine l'essieu moteur avec une chaine. Il la présente à l'exposition universelle de Paris et obtient des commentaires mitigés. Dans L'année scientifique, Louis Figuier écrit : « On en voyait un modèle à l'Exposition, mais il laissait beaucoup à désirer et on ne peut considérer encore cet appareil de locomotion que comme à l'état d'étude ».

Il se persuade cependant que le moteur à explosion permet de construire une voiture plus fiable et plus légère. À la même époque, Émile Levassor constructeur de moteurs sous licence Daimler, propose la fabrication d'automobiles à Armand Peugeot. C'est ainsi qu'en janvier 1891, Peugeot produit et commercialise l'une des premières voitures « sans chevaux », un vis-à-vis, suivent les type 2 et type 3. Développant une puissance de 8 ch, elles atteignent une vitesse d'environ 15 km/h.

Contrairement à Armand, son cousin, Eugène Peugeot, est hostile à l'automobile, les deux cousins se séparent. Eugène continue seul les fabrications en excluant les voitures et Armand fonde la « Société des automobiles Peugeot » qui s'installe en partie à Lille, où sont déposés les statuts de l'entreprise le 2 avril 1896. L'usine principale est créée en 1897, dans le Doubs à Audincourt. À la fin du xixe siècle, s'ajoute l'atelier de Lille-Fives.

En 1910, les deux sociétés fusionnent pour devenir la « Société anonyme des automobiles et cycles Peugeot ».

En 1912, l'usine de Sochaux est inaugurée elle fabrique des camions. Avant la Première Guerre mondiale, Peugeot construit près de 10 000 automobiles, soit la moitié de la production française.

Armand Peugeot meurt en 1915 et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (95e division).

En 2014, la ville de La Garenne-Colombes a créée une nouvelle rue en son nom pour lui rendre hommage ainsi qu'à Peugeot pour son implémentation dans la ville.

----------------------

La famille Peugeot

----------------------

La Famille Peugeot est une famille historique d'industriels Francs Comtois français surnommée « le clan des Sochaliens » connus depuis le XVe siècle et fondatrice et propriétaire de l'empire industriel automobile Peugeot (actuellement PSA Peugeot Citroën).

La famille Peugeot de Vandoncourt près de Sochaux du pays de Montbéliard en Franche-Comté (alors Comté de Montbéliard vassal de l'empire Germanique) est connue depuis le XVe siècle. Les Peugeot sont agriculteurs, meuniers et notables de religion protestante luthérienne engagés.

Jean-Pierre Peugeot (1734-1814) fonde la société Peugeot, entreprise de teinturerie, tannerie et de meunerie à huile et à céréales avec la construction de plusieurs moulins à eau dans une région riche en cours d'eau.

En 1810, Jean-Pierre (1768-1852) et Jean-Frédéric Peugeot les deux fils aînés de Jean-Pierre s'associent avec Jacques Maillard-Salins (grande famille d'industriels horlogers du Haut-Doubs) ainsi que la famille Japy. Ils fondent « Peugeot-Frères et J. Maillard-Salins » et s'orientent vers la métallurgie. Les moulins à grains sont transformés en fonderie et forges d'acier.

Charles-Christophe et Jean-Jacques Peugeot s'orientent de leur coté vers l'industrie textile.

Fin 1814, la fonderie n'est pas rentable et est abandonnée. L'entreprise se reconvertit dans la production de scies et de ressorts pour mécanismes d'horlogerie.

En 1819, la société change son nom en « Peugeot Frères Aînés et Cie ». Les Peugeot déposent et exploitent un brevet de laminage à froid, exploitation les domaines forestiers de hêtre familiaux et fabriquent toutes sortes d'outillage à main pour l'artisanat, l'industrie et l'agriculture, des lames de ressort pour l'horlogerie et les baleines de corset pour l'habillement féminin.

Jules (1815-1874, École Centrale de Paris) et Émile Peugeot (1811-1889) succèdent à la tête de la société à leurs pères respectifs Jean-Pierre (1768-1852) et Jean-Frédéric Peugeot.

En 1825, une nouvelle usine de laminage à chaud est construite à Valentigney à coté de Sochaux Montbéliard au bord du Doubs.

En 1832, la société devient « Peugeot Frères Aînés » et trois nouvelles usines sont construites dans les environs de Sochaux : Terre-Blanche à Hérimoncourt, Valentigney et Beaulieu/Mandeure en bordure du Doubs.

Émile Peugeot puis sa fille Lucy, protestants pratiquants fervents par culture religieuse familiale sont des pionniers en matière sociale. Ils créent et financent diverses institutions de secours, une caisse de pensions pour les veuves en 1811, une assurance mutuelle sociale créée en 1853 près de 100 ans avant la sécurité sociale crée en 1945, des logements à bas prix pour leurs salariés, un système de caisse de retraite ouvrière, un hôpital à Valentigney où les ouvriers et leurs familles sont soignés gratuitement... Ils appliquent la journée de 10 heures avec trente ans d'avance sur les lois sociales.

En 1865, Jules et Émile commencent à passer la main à leurs fils respectifs, Eugène (1844-1907, HEC) et Armand (1849-1915, ingénieur de l'École centrale Paris).

Sous le second empire de Napoléon III du XIXe siècle l'industrie Peugeot est importante et prospère.

En 1882, fabrication en série avec succès du grand-bi, puis celle des tricycles et en 1885 les bicyclettes à roues égales et transmission par chaîne avec 16 000 unités en 1897 et 20 000 en 1900.

En 1889, Peugeot emploie 700 personnes à Valentigney, 300 à Beaulieu / Mandeure et 900 à Terre blanche / Hérimoncourt. Armand Peugeot, jeune ingénieur diplômé des Arts et Manufactures de Paris (École centrale Paris), féru de moteurs alors en plein essor, décide de motoriser ce qui peut rouler. Il expose quatre prototypes de Peugeot type 1, des tricycles équipés de chaudière à vapeur de Léon Serpollet sur le stand Peugeot de la galerie des " machines et des progrès techniques " de l'Expositions universelles de Paris.

Armand découvre durant cette exposition le nouveau moteur à explosion à essence de l'inventeur allemand Gottlieb Daimler qui fait fabriquer son moteur par Panhard et Levassor à Paris dès la fin de l'exposition et s'associe avec Armand Peugeot pour la construction du châssis d'un quatricycle, la Peugeot type 2 suivi un an plus tard da la Peugeot type 3. C'est le début de l'empire de l'automobile Peugeot amorcé par Armand.

En 1892, « Peugeot frères » devient « Les Fils de Peugeot Frères » et Armand Peugeot veux développer la construction automobile alors que son cousin Eugène reste hostile à cette invention à laquelle il ne croit pas.

Le 2 avril 1896, Armand Peugeot se sépare des activités de « Peugeot Frères » et fonde la nouvelle société « automobile Peugeot » alors qu'Eugène continue à fabriquer des bicyclettes, motos, tricycles et quatricycles avec ou sans moteur avec « Peugeot Frères » et également des outils, des articles ménagers, des moulins à café etc

En 1887, Armand Peugeot vend avec succès 54 voitures, 156 en 1888 et 500 en 1900.

En 1905, Robert (1871-1927), Pierre (1873-1945) et Jules Peugeot (1882-1959), les trois fils d'Eugène sortent une voiturette de marque « Lion-Peugeot » et « Peugeot Frères » fusionnent bientôt à nouveau avec succès à « Automobile Peugeot » de leur oncle Armand Peugeot en février 1910 après que leur père soit décédé en 1907. Robert Peugeot devient chef de famille et prend la tête du groupe Peugeot.

En 1912, ouverture du nouveau important site industriel Peugeot de Sochaux.

En 1914, la Première Guerre mondiale met un coup d'arrêt à l'évolution et à la prospérité de Peugeot. Les usines sont occupées ou mobilisés pour l'effort de guerre et fabrique des vélos, des voitures, des camions, des moteurs, des chars, des moteurs d'avions, des bombes et des obus en imposant définitivement la nouvelle ère de la grande série. En 1919, Peugeot est techniquement dépassé par la nouvelle concurrence anglaise et américaine des surplus militaires et s'endette lourdement.

En 1926, la partie rentable de fabrication de cycles est séparé de l'automobile déficitaire.

En 1928, Jean-Pierre Peugeot (1896-1966), fils de Robert prend la direction de Peugeot et invente le sponsoring en devenant président du club de football qu'il vient de créer : le Football Club Sochaux-Montbéliard (FC Sochaux).

En 1940-1945, durant la Seconde Guerre mondiale, les usines Peugeot sont occupées ou sabotées.

Article détaillé : Peugeot pendant la Seconde Guerre mondiale.

En 1948, le lion des armes de Franche-Comté est adopté pour représenter la marque.

En 1953, Peugeot réintègre toutes ses différentes entités sous le nom unique Peugeot.

En 1960, disparition de Jean-Pierre Peugeot. Son fils Roland Peugeot (1926) lui succède à la tête de la société.

En 1965, constitution de PSA (Peugeot Société Anonyme) qui assure une gestion financière unique pour l'ensemble du groupe (automobiles, cycles, aciers et outillages).

En 1966, François Gautier est nommé PDG du groupe par les membres dirigeant de la famille Peugeot. Il est le premier dirigeant du groupe à ne pas être un membre de la famille.

En 1976, Peugeot acquiert 90% du capital Citroën à Michelin et devient le groupe PSA Peugeot Citroën, société à directoire et conseil de surveillance. PSA rachète aussi les filales européennes de Chrysler en 1978.

En 1982, l'entreprise PSA Peugeot Citroën connaît alors d'importantes difficultés financières et la famille Peugeot fait appel aux services de l'énarque Jacques Calvet qui est nommé Président du directoire. Emblématique et médiatisé, il dirige le groupe avec succès durant 13 ans, de 1984 à 1997. (Jean-Martin Folz lui succédera de 1997 à 2006.

En 1988, Pierre Peugeot, président du conseil de surveillance du groupe PSA Peugeot Citroën inaugure le Musée de l'Aventure Peugeot sur le site industriel historique de Sochaux.

En 2002 à la mort de son père Pierre, Thierry Peugeot diplômé de l'ESSEC est élu président du conseil de surveillance du groupe PSA Peugeot Citroën et Jean-Philippe Peugeot en est vice-président. Fin 2006, il nommera Christian Streiff pour succèder à Jean-Martin Folz à la tête de PSA début 2007.

Directeur de la direction de l'innovation et de la qualité (DINQ) sous l'ère Folz, Robert Peugeot (ingénieur de l'école Centrale) en a brigué la succession. Supplanté par Christian Streiff, Robert Peugeot est nommé au conseil de surveillance de PSA et au conseil d'administration de Faurecia. Il reste PDG de la société FFP, holding côté qui détient la plus grande partie de la participation de la famille dans le groupe PSA ainsi que des actifs de diversification.

Le 12 avril 1960, Éric Peugeot, quatre ans et demi, fils de Roland et Colette Peugeot, est enlevé dans un parc près de Saint-Cloud. Une demande de rançon ponctuée de menaces de mort est retrouvée près du toboggan où jouait le petit garçon. L'opinion publique est en émoi. Les parents cèdent au chantage et le petit Éric retrouve la liberté 48 heures seulement après son enlèvement, en échange de 50 millions de francs. Il faudra onze mois d'enquête pour que les preneurs d'otage, Larcher et Rolland, soient arrêtés et traduits en justice.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe d'Armand Peugeot en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture d'Armand Peugeot.

Vous savez où se trouve la tombe d'Armand Peugeot ?

Citations

Nous n'avons pas de citations d'Armand Peugeot pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Armand Peugeot, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Armand Peugeot.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Armand Peugeot
  • Nom complet : --
  • Prénom : Armand
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Peugeot
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Date de naissance : 18 juin 1849
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 65 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Armand Peugeot ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Armand Peugeot, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Armand Peugeot ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias tombe de Armand Peugeot
Répondre - il y a 1 an
Donias tombe de Armand Peugeot
Répondre - il y a 1 an
Donias Armand Peugeot meurt en 1915 et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (95e division)
Répondre - il y a 1 an

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle d'Armand Peugeot et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.