Blaise Pascal

781ème
Blaise Pascal
1623 - 1662
Score : 37 268

Mathématicien, Philosophe, Physicien, Scientifique, Théologien (Histoire, Science).

Nationalité française Francais, né le 19 juin 1623 et mort le 19 août 1662

39 ans Mort à l'âge de 39 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Blaise Pascal ?


Contribuez !

Biographie

"Un génie". Tel est qualificatif le plus souvent associé au nom de Blaise Pascal. Un génie qui, malgré une mort prématurée et une grande partie de son temps consacré à la religion, a marqué l'histoire de la science, en particulier par sa grande rigueur d'analyse et son sens de l'expérience. Né à Clermont, en Auvergne le 19 juin 1623, Blaise Pascal est le seul fils d'Antoinette Begon, morte alors qu'il n'a que trois ans, et d'Etienne Pascal. Ce père, juriste et mathématicien, prend totalement en charge l'éducation du garçon. Il commence par les lettres, réservant les mathématiques pour un âge plus avancé, mais le jeune Pascal est précoce. A 12 ans, il commence à travailler seul sur la géométrie et découvre que la somme des angles d'un triangle est égale à deux angles droits.

Installé à Paris avec sa famille en 1631, Blaise Pascal fréquente dès 1635 le cercle de mathématiciens de Marin Mersenne où il côtoie des savants comme Roberval, Gassendi, Mydorge ou Desargues. Ce dernier justement lui inspire l'un de ses premiers travaux, Essai sur les coniques (1640), dans lequel il reprend les méthodes de géométrie projective de son aîné et énonce le théorème de Pascal selon lequel les points d'intersection des couples de côtés d'un hexagone inscrit dans une conique sont alignés. Lorsque Etienne est nommé par Richelieu commissaire pour l'impôt dans la région de Haute-Normandie, les Pascal emménage à Rouen, où ils resteront sept ans. C'est alors une période d'intense activité scientifique qui débute pour le jeune Blaise.

En 1642, il entreprend de développer une machine à calculer afin d'aider son père dans son travail de comptabilité fiscale. Il n'a alors que 19 ans. Destinée au calcul abstrait et financier, la "Pascaline" additionne, soustrait, multiplie et divise, grâce à un système composé de six roues à dix dents. Bien qu'elle ne soit pas la première du genre (Wilhelm Schickard avait inventé une machine similaire en 1623), Blaise Pascal n'a pas connaissance des travaux antérieurs lorsqu'il invente son calculateur et celui-ci reste comme l'une de ses plus grandes contributions à la science. Au bout de trois ans d'effort, Pascal offre au chancelier Séguier une machine finalisée et décide de la commercialiser ; un certain nombre d'exemplaires sont fabriqués, mais le coût est trop élevé et la production sera suspendue.

Ce sont ensuite les expériences sur le vide, à la suite des travaux de Torricelli, qui occupent pleinement Pascal. De 1646 à 1654, il multiplie ces propres expérimentations avec toutes sortes d'instruments. L'une d'entre elles, décrite en détail dans Récit de la grande expérience de l'équilibre des liqueurs (1648), lui permet de confirmer la réalité du vide et de la pression atmosphérique et d'établir la théorie générale de l'équilibre des liqueurs. Pascal est également à l'origine de l'invention de la presse hydraulique, basé sur le principe qui porte son nom et qui veut que, dans un fluide incompressible en équilibre, les pressions se transmettent intégralement.

Grâce à ses connaissances en hydrostatique, il participe à l'assèchement des marais poitevins, à la demande du Duc de Roannez. Celui-là même avec qui il créera les fameuses lignes de carrosses à cinq sols pour circuler dans Paris, préfigurant les transports en commun et qui reflètent parfaitement le souci d'action concrète qui habite le savant.

A partir de 1650, Pascal s'intéresse au calcul infinitésimal et, en arithmétique, aux suites de nombres entiers. S'il n'est pas le premier à travailler sur le triangle de Pascal, puisque des mathématiciens chinois et arabes l'ont fait bien avant lui, on lui doit l'étude la plus systématique. Et c'est à l'occasion du Traité sur le triangle arithmétique qu'il énonce pour la première fois le principe du raisonnement par récurrence.

Blaise Pascal est également, avec Pierre Fermat, le fondateur du calcul des probabilités. Une correspondance suivie s'établit entre les deux hommes autour de la résolution de problèmes comme celui posé par un joueur, le Chevalier de Méré, et transmis à Fermat par Pascal, présentant une situation dans laquelle deux joueurs veulent quitter la table avec la fin de la partie. Chacun s'ayant vu attribuer le nombre de points qui lui revenait, la question est de savoir comment distribuer les mises. En fait, chaque joueur prendra la mise minimale correspondante à ses points, la somme restante étant partagée également entre eux. Les deux mathématiciens arrivent à la même conclusion, mais par des chemins différents : Fermat utilise l'analyse combinatoire et Pascal un raisonnement par récurrence.

Parallèlement, l'homme développe ses réflexions autour de la religion, un thème qui tient tout au long de sa vie une place prédominante. De retour à Paris en 1647, il est bientôt séparé de son père, décédé en 1651, et de sa soeur Jacqueline qui, comme lui séduite par l'ardeur de la foi prônée par le jansénisme, entre en religion l'année suivante. Commence alors pour lui une période mondaine, faite de sorties et de jeux, qui s'achèvera subitement en 1654, à la suite d'une expérience mystique, une révélation qui conduit Pascal à une conversion totale. Il s'installe au monastère de Port Royal (1655), à une trentaine de kilomètres de Paris, et se consacre désormais presque exclusivement à la défense du jansénisme (Les provinciales) et à des oeuvres philosophico-religieuses (Pensées). Ses derniers travaux scientifiques concernent les cycloïdes. En 1658, il résout ainsi certains problèmes qui occupaient nombre de mathématiciens, liés notamment à l'aire et au volume créés par la rotation d'une cycloïde autour de son axe.

De santé précaire, Pascal meurt prématurément à l'âge de 39 ans, rongé par la douleur, probablement à cause d'une tumeur à l'estomac ayant migré jusqu'au cerveau. Mathématicien, physicien, théologien, philosophe, moraliste et fondateur de la prose classique en France, les nombreux talents de ce personnage hors du commun ont fait de Blaise Pascal une des figures les plus importantes de son siècle.

Source : www.infoscience.fr  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Blaise Pascal en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Blaise Pascal.

Vous savez où se trouve la tombe de Blaise Pascal ?

Citations

Les meilleures citations de Blaise Pascal.

Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point.
La force est la reine du monde et non pas l'opinion, mais l'opinion est celle qui use la force.
Personne ne parle en notre présence comme il en parle en notre absence. L'union qui est entre les hommes n'est fondée que sur cette mutuelle tromperie.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Blaise Pascal. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Blaise Pascal, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Blaise Pascal
  • Nom complet : --
  • Prénom : Blaise
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Pascal
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Pascal Blaize, blaise pascale

Naissance

  • Date de naissance : 19 juin 1623
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 39 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Blaise Pascal ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Blaise Pascal, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
3 notes
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Blaise Pascal est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Blaise Pascal au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 3 notes. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Pour l'éclairage tant scientifique que religieux qu'il a amené à son époque.
Pour l'éclairage tant scientifique que religieux qu'il a amené à son époque.
Il fut un des premiers à prôner le rapprochement judéo-chrétien.
Commentez - il y a 11 mois
 Il éleva les hommes scientifiquement, philosophiquement, politiquement, et dans les droits.
Homme majeur de l'Histoire de l'Homme, tout simplement. Il éleva les hommes scientifiquement, philosophiquement, politiquement, et dans les droits.
Commentez - il y a 8 mois
 « Les Pensées » sont le chef-d'oeuvre absolu où il a dépeint parfaitement le coeur humain.
Le plus grand philosophe (avec Saint Augustin). Les Pensées sont le chef-d'oeuvre absolu où il a dépeint parfaitement le cœur humain.
Commentez - il y a 5 jours

Votez !

x
= ? points

Tirez une carte pour faire gagner des points ? à Blaise Pascal afin qu'il grimpe dans le Top 50.

Top 50

781ème
37 268 points
cumulés en 30 jours
Portrait de Blaise Pascal
781ème

Drapeau France 1623 - 1662
Francais, 39 ans

Mathématicien, Philosophe, Physicien, Scientifique, Théologien (Histoire, Science).
-1
place depuis hier
0 point
cumulés hier

C'est le classement de Blaise Pascal dans le Top 50. Sa position est déterminée selon un score calculé à partir de points cumulés sur les 30 derniers jours.Comme Claude François possède une note de 5 / 5 (et donc supérieure à 2), ilestautoriséà participer au Top 50. Si vous êtes un fan fidèle votant chaque jour, si vous incitez vos amis à vous soutenir et voter pour Blaise Pascal, vous améliorez sont classement à chaque point gagné. Pour en savoir plus sur le fonctionnement du Top 50.

Les Fans

1 1
Anonyme 59538
28 500 points en 30 jours (3 actions).
Aucun point gagné hier (0 action).
Même position depuis hier.
2 2
Hal-9000
3 760 points en 30 jours (6 actions).
Aucun point gagné hier (0 action).
Même position depuis hier.

Ce sont les membres de la communauté qui aiment le plus Blaise Pascal. Pour devenir fan, il vous suffit de voter pour Blaise Pascal et tous les scores que vous obtiendrez seront cumulés à votre score de fan ainsi qu'au score de Blaise Pascal pour son classement dans le Top 50. Vous êtes qualifiés de fan tant que vous votez au moins 1 fois par mois. Pour en savoir plus sur le fonctionnement des fans.

Commentaires

Vous avez des questions sur Blaise Pascal ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias Blaise Pascal
Répondre - il y a 11 mois
Donias tombe de Blaise Pascal
Répondre - il y a 11 mois
Donias tombe de Blaise Pascal
Répondre - il y a 11 mois
Donias tombe de Blaise Pascal
Répondre - il y a 11 mois
Donias 500 Francs Blaise Pascal
Répondre - il y a 11 mois
Donias Masque mortuaire de Blaise Pascal.
Répondre - il y a 11 mois
Donias Testament de Blaise Pascal (Archives nationales de France).
Répondre - il y a 11 mois
Donias Quand Pascal revient à Paris, juste après avoir surveillé la publication de sa dernière lettre, sa croyance religieuse est renforcée par sa proximité avec un miracle apparent qui concerne sa nièce Marguerite Périer âgée de dix ans, dans la chapelle du couvent de Port-Royal. Sa sœur Gilberte Périer raconte dans La vie de Monsieur Pascal qu’elle a consacrée à son frère :

« Ce fut en ce temps-là qu’il plut à Dieu de guérir ma fille d’une fistule lacrymale, dont elle était affligée il y avait trois ans et demi. Cette fistule était d’une si mauvaise qualité, que les plus habiles chirurgiens de Paris la jugèrent incurable.

Et enfin Dieu s’était réservé de la guérir par l’attouchement d’une Sainte-Épine qui est à Port-Royal des Champs ; et ce miracle fut attesté par plusieurs chirurgiens et médecins, et autorisé par le jugement solennel de l’Église. »

Plus tard, les jansénistes et les catholiques utilisèrent pour leur défense ce miracle bien documenté.
En 1728, le pape Benoît XIII s’en servit pour montrer que l’âge des miracles n’était pas terminé.

Pascal mit dans son blason un œil surmonté d’une couronne d’épines, avec l’inscription Scio cui credidi
(« Je sais en qui j'ai cru »).

Sa foi renouvelée, il se décida à écrire son œuvre testamentaire, inachevée, les Pensées.
Répondre - il y a 11 mois
Donias La Pascaline.
Répondre - il y a 11 mois
Jesuismort (admin) Qu'est-ce donc ?
Répondre - il y a 11 mois
Donias à : La Pascaline fut l'un des premiers calculateurs. Les roues dentées qui la constituent comportent 10 positions (de 0 à 9).
A chaque fois qu'une roue passe de la position 9 à la position 0, la roue immédiatement à sa gauche, avance d'une position.
Elle permet de faire les quatre opérations.

La machine se présente sous la forme d'un coffret en laiton. Sa taille est comparable à celle d'un clavier d'ordinateur.
Elle comporte des affichages partiels et finaux.
Elle dispose d'un inscripteur, d'un mécanisme pour faire des additions, des soustractions, des multiplications et des divisions.

Cette machine a été fabriquée dans de nombreux modèles : cuivre, ébène, ivoire. Malheureusement elle coûtait 100 livres.
C'était un prix très élévé. Sa commercialisation fut un échec.
Le Conservatoire national des Arts et Métiers à Paris conserve 4 exemplaires de la Pascaline, 2 sont à Clermont (musée du Ranquet) d'autres existent dans des collections privées (IBM...).
Répondre - il y a 11 mois
Donias Épitaphe de Pascal dans l'église Saint-Étienne-du-Mont (5e arrondissement de Paris).
Répondre - il y a 11 mois
Donias T. S. Eliot décrit Pascal, à cette période de sa vie, comme « un homme mondain parmi les ascètes et comme un ascète parmi les hommes du monde ». Le style de vie ascétique de Pascal venait de sa foi en ce qu'il était naturel et normal pour un homme de souffrir.

Dans ses dernières années troublées par une mauvaise santé, il rejette les ordonnances de ses médecins en disant : « La maladie est l'état naturel du chrétien. »

D'après sa sœur Gilberte, il aurait écrit alors sa Prière pour demander à Dieu le bon usage des maladies.

En 1659, Pascal tombe sérieusement malade.

Louis XIV a interdit le mouvement janséniste de Port-Royal en 1661.

En réponse, Pascal a écrit un de ses derniers travaux, Écrit sur la signature du formulaire, recommandant instamment aux jansénistes de ne pas le signer.

Plus tard au cours de cette année, sa sœur Jacqueline meurt, ce qui convainc Pascal de cesser sa polémique à propos du jansénisme.

Grâce à ses connaissances en hydrostatique, il participe à l’assèchement des marais poitevins, à la demande du Duc de Roannez. C'est avec ce dernier qu'il inaugurera la dernière de ses réalisations qui reflète parfaitement le souci d’action concrète qui habite le savant : la première ligne de « transports en commun », convoyant les passagers dans Paris avec des carrosses à cinq sols munis de plusieurs sièges.


En 1662, la maladie de Pascal est devenue plus violente.
Conscient du fait qu'il a peu de chances de survivre, il songe à trouver un hôpital pour les maladies incurables, mais ses médecins le déclarent intransportable.
À Paris, le 17 août 1662, Pascal a des convulsions et reçoit l’extrême onction.
Il meurt à une heure du matin du 19 au no 8 de la rue Neuve-Saint-Étienne-du-Mont (devenue le 2 rue Rollin), ses derniers mots étant « Puisse Dieu ne jamais m'abandonner ».

Il est enterré dans l'église Saint-Étienne-du-Mont.

L'autopsie pratiquée après sa mort révélera de graves problèmes stomacaux et abdominaux, accompagnés de lésions cérébrales.
Malgré cette autopsie, la raison exacte de sa santé chancelante n'est pas connue.

Des spéculations ont eu lieu à propos de tuberculose, d'un cancer de l'estomac ou d'une combinaison des deux.
Les maux de tête qui affectaient Pascal sont attribués à la lésion cérébrale.
(Marguerite Périer, sa nièce, dit dans sa biographie de Pascal que l'autopsie révéla que « le crâne ne comportait aucune trace de suture autre que la lambdoïde… avec une abondance de cervelle, dont la substance était si solide et si condensée… »).

Les professeurs M. Dordain et R. Dailly de la Faculté de Médecine de Rouen développent, dans les années 1970, les travaux de MM. Augeix, Chedecal, Crussaire et Nautiacq et établissent un « diagnostic d’insuffisance rénale chronique » avec « suspicion d’une maladie polykistique des reins » et « présence de lésions vasculaires cérébrales en voie de complications (thrombose) ».

Pascal aurait donc été atteint « d’une maladie génétique… [dont] les expressions cliniques [entrent] dans le cadre des dystrophies angioplasiques congénitales… objet de travaux (Pr J.-M. Cormier et Dr J.-M. André, 1978 et 1987) ces dernières années »
Répondre - il y a 11 mois

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Blaise Pascal et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.