Friedrich Hölderlin

 
Friedrich Hölderlin
1770 - 1843
 

Artiste, Écrivain, Philosophe, Poète (Art, Littérature, Philosophie).

Nationalité allemande Allemand, né en 1770 (environ) et mort en 1843 (environ)

73 ans Mort à l'âge de 73 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Friedrich Hölderlin ?


Contribuez !

Biographie

Friedrich Hölderlin (1770-1843) est un poète et philosophe de la haute période classico-romantique en Allemagne.

Il est une figure majeure d'une période littéraire que la tradition culturelle occidentale fait encore rayonner autour de la figure emblématique de Goethe. Cette acmé de la littérature allemande, précurseur du « classicisme » en Europe précédé d'un « pré-classicisme » avec Gotthold Ephraim Lessing, comprend un courant qui va du Sturm und Drang aux deux grands classiques allemands Goethe et Schiller pour engendrer les « Modernes » du romantisme allemand tels Tieck, ou Novalis.

L'énorme élaboration philosophique allemande d'alors, sécularisatrice de la religion par le protestantisme culturel, est partie prenante de cette époque : pour Hölderlin, le grand nom est Emmanuel Kant qu'il qualifie en ces termes : « Kant est le Moïse de notre nation ». Par Johann Gottlieb Fichte (qualifié de « titan » par Hölderlin qui a été son étudiant à Iéna en 1794-1795) qui trouve la « révolution copernicienne » de Kant « inachevée », on aboutit à l'idéalisme allemand : le « trèfle » Hölderlin – Hegel – Schelling, étudiants en théologie ensemble au Stift, le Grand Séminaire protestant de Tübingen.

Né le 20 mars 1770 à Lauffen, en Bade-Wurtemberg, Hölderlin perd à l'âge de deux ans son père, administrateur de biens conventuels, qui meurt à 36 ans. En 1774, sa mère, Johanna Christina Hölderlin, alors âgée de 26 ans, se remarie avec le conseiller Gock, bourgmestre de Nürtingen, qui décédera en 1779. Cette situation de l'enfant Hölderlin exposé à la mort accidentelle de son « second père » répétant celle de son « vrai père » a suscité après coup au XXe siècle l'intérêt de la psychanalyse. En fait, l'enfance de Hölderlin, qui, à la suite des veuvages de sa mère, baigne dans un milieu familial essentiellement maternel et féminin, plonge dans une succession de vies et de morts : la plupart de ses petites soeurs, ainsi qu'un anonymus meurent en bas âge, ce qui est monnaie courante à la fin du XVIIIe siècle. Seuls restent en vie sa deuxième soeur et chère « Rike », Heinrike Hölderlin, née en 1772, et un demi-frère, Karl Gock, né en 1776.

Poussé par sa mère, qui souhaiterait le voir devenir pasteur comme son propre père, Hölderlin entre en 1784 au petit séminaire de Denkendorf, où il apprend le grec ancien, le latin et l'hébreu. Il va lire Klopstock, et la poésie idéaliste de Schiller. Vers l'âge de quatorze ans, il écrit ses premiers poèmes (comme Mon propos), ainsi que ses premières lettres retenues. Hölderlin trouve l'aide d'un père spirituel, comme il l'écrira dans une lettre à Nathanaël Köstlin, en la personne du diacre de Nürtingen : « Je vous prie très humblement, très cher Monsieur le Diacre, d'être mon guide, mon père, mon ami ». Deux ans plus tard, Hölderlin poursuit ses études au séminaire de Maulbronn, où il se lie avec son condisciple Immanuel Nast, qu'il appelle son Cher frère dans les lettres qu'il lui adresse, et connaît son premier amour avec Louise Nast, la cousine de ce dernier.

De 1788 à 1793, il est étudiant en théologie au Grand Séminaire protestant ou Stift de Tübingen, en même temps que Hegel et le précoce Schelling (lequel Schelling est d'ailleurs un lointain cousin de Hölderlin par la branche maternelle). Ces trois brillants esprits vont former le « trèfle » de l'idéalisme allemand. La Révolution française remplit d'enthousiasme des jeunes Stiftler qui vont planter un arbre de la liberté sur les rives du Neckar. Dès ses années du Stift, Hölderlin rencontre aussi celui que certains considéreront comme son Méphisto, Isaac von Sinclair (de).

La « Grèce de Hölderlin » est un « mythe créé » dans l'acception du mot « mythe » chez Hölderlin, c'est-à-dire au sens de toute l'oeuvre poétique de cet « écrivain » ( Dichter). C'est une autre Grèce que celles respectivement « classiques » de « Goethe » et de « Schiller ». Cette « autre Grèce » est aussi celle du retour hölderlinien au « natal » (ou « à la patrie ») : on y retrouve une étrange Grèce souabe profondément, c'est-à-dire poétiquement « habité »e de ses propres « dieux », la Nature du mythe hölderlinien.

En 1793 Hölderlin est présenté à Friedrich Schiller, avec lequel il entame une correspondance suivie et qui publie certains de ses poèmes. La même année il travaille comme précepteur à Waltershausen chez l'amie de Schiller, Charlotte von Kalb, où il connaît quelques déboires dans son travail d'éducateur à cause de la masturbation de son élève Fritz. Un tournant décisif dans sa vie est l'obtention d'un autre poste de précepteur dans une maison appartenant à un riche banquier de Francfort, Jakob Gontard. Hölderlin rencontre en Susette Gontard, qu'il appelle « Diotima » dans ses poèmes et dans son roman Hypérion, le grand amour de sa vie. Le bonheur de cette relation ne dure pas : le mari la découvre, et elle est incompatible avec l'époque. Pourtant, ils continuent à correspondre et à se rencontrer secrètement. Ils se voient pour la dernière fois en 1800. Les lettres de Suzette adressées au poète renseignent assez précisément sur ce qu'a pu être cet amour.

« Les plus grands poètes lyriques, comme Hölderlin ou Keats, sont des hommes en qui le pouvoir mythique de perception se brise encore vers son intensité extrême et son pouvoir d'objection... » (Ernst Cassirer dans Language and Myth, 1946).

Hölderlin quitte Francfort en septembre 1798. Survient alors une période d'intense créativité, avec les grandes élégies et le second volume de Hyperion. Il écrit également des textes philosophiques et une tragédie, Der Tod des Empedokles (La Mort d'Empédocle), restée inachevée en dépit de trois versions différentes dérivant du plan originel, dit « de Francfort ».

Au théâtre Friedrich Hölderlin, sa vie et son oeuvre, ont fait l'objet d'un culte, notamment par le metteur en scène allemand Klaus Michael Grüber, qui s'est attaché à traduire une esthétique théâtrale, conçue comme une alternance poétique autonome au texte et au parcours du poète souabe, tout en étant la traduction et le miroir. En réalisant Winterreise dans le stade olympique de Berlin, où eurent lieu les Jeux olympiques d'été de 1936 sous le régime nazi, Grüber mène, à travers la langue d'Hölderlin, une réflexion sur la destruction, l'errance, le crime, mais aussi la volonté de rédemption. Le comédien Michael König se trouve au centre de cette mise en scène historique. Il signera par la suite d'autres spectacles, tels qu'Hypérion présenté au Festival d'automne à Paris (1991), avec le grand comédien de langue allemande Bruno Ganz, qui a, quelques années plus tôt, incarné Empédocle, là aussi à l'Olympia-Stadion de Berlin, en 1976, dans une production du Théâtre de la Schaubühne.

En 1997, la réalisatrice allemande Nina Grosse (de) réalise un film, relativement romancé, Feuerreiter (Le Chevalier du feu) traitant de la vie et de l'oeuvre de Friedrich Hölderlin (interprété par Martin Feifel), notamment sous l'optique de sa relation avec Suzette Gontard (interprétée par Marianne Denicourt) et son ami Isaac von Sinclair (interprété par Ulrich Matthes). Le comédien Ulrich Mühe, grand acteur de l'ex-RDA, qui devint très populaire après la réunification, joue dans ce film l'un des rôles-clef, celui de Jacob Gontard, époux de Susette.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Friedrich Hölderlin en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Friedrich Hölderlin.

Vous savez où se trouve la tombe de Friedrich Hölderlin ?

Citations

Les meilleures citations de Friedrich Hölderlin.

C'est quand le danger est le plus grand que le salut est le plus proche.
A chacun sa mesure, car s'il est lourd de porter le malheur, plus lourd est le bonheur.
Nous ne sommes rien. Ce que nous cherchons est tout.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Friedrich Hölderlin. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Friedrich Hölderlin, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Friedrich Hölderlin.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Allemande Drapeau allemand
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Friedrich Hölderlin
  • Nom complet : --
  • Prénom : Friedrich
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Hölderlin
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Friedrich Holderlin

Naissance

  • Date de naissance : 1770
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Date de mort : 1843
  • Lieu de mort : --
  • Âge de mort : 73 ans (environ)
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Friedrich Hölderlin ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Friedrich Hölderlin, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Friedrich Hölderlin ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Friedrich Hölderlin et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.