Gregory Villemin

 
Gregory Villemin
1980 - 1984
 

Victime de meurtre (Crime, Justice).

Nationalité française Francais, né le 24 août 1980 et mort le 16 octobre 1984

4 ans Mort à l'âge de 4 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Gregory Villemin ?


Contribuez !

Biographie

L'affaire Grégory est une affaire judiciaire française commencée en 1984 après le meurtre d'un jeune garçon, Grégory Villemin.

Dans la soirée du 16 octobre 1984, le corps de Grégory Villemin, âgé de quatre ans, est découvert dans la Vologne. L'enfant est mort noyé, mains et jambes liées, à Docelles, à sept kilomètres en aval de Lépanges-sur-Vologne, où il vivait avec ses parents, Christine et Jean-Marie Villemin.

Le lendemain, le 17 octobre, une lettre anonyme adressée à Jean-Marie Villemin revendique le crime. « J'espère que tu mourras de chagrin, le chef. Ce n'est pas ton argent qui pourra te redonner ton fils. Voilà ma vengeance, pauvre con », écrit un mystérieux corbeau. Au village, Jean-Marie Villemin est jalousé bien que sa réussite sociale ne soit pas arrogante.

Bernard Laroche, cousin germain de Jean-Marie Villemin, est dénoncé par Muriel, sa belle-soeur de quinze ans. Elle se rétracte, et il clame son innocence, mais il est inculpé du crime par le juge d'instruction d'Épinal, Jean-Michel Lambert, le 5 novembre 1984.

Le 4 février 1985, le juge, contre l'avis du ministère public, libère Bernard Laroche, qui reprend son travail. Le 29 mars, il est abattu d'un coup de fusil par Jean-Marie Villemin qui lui impute l'assassinat de son fils.

La rumeur dans la région laisse entendre que le corbeau et meurtrier pourrait être la mère de Grégory, qui aurait été vue à la Poste la veille du drame. Le 5 juillet 1985, le juge Lambert inculpe Christine Villemin d'assassinat et la place sous mandat de dépôt. Onze jours plus tard, la chambre d'accusation de Nancy, constatant l'absence totale de charges, la libère. Son cas divise radicalement les acteurs de l'affaire, entre ceux qui sont persuadés de son innocence et ceux qui la considèrent coupable. Marguerite Duras, dans un article publié par le quotidien Libération, qualifiera le crime, qu'elle lui attribue, de « sublime, forcément sublime ». Au bout de sept ans d'une enquête qui ne fait apparaître aucun indice l'accusant, Christine Villemin bénéficie d'un non-lieu le 3 février 1993, non-lieu rendu pour "absence totale de charges", une première en droit pénal (il s'agissait par là de rappeler que le dossier d'instruction était vide de charges contre elle).

L'enquête sera l'occasion de tous les dérapages : violations du secret de l'instruction et de la vie privée ; partis-pris de la presse ; manque de précautions des enquêteurs dans la collecte des indices ; indécision des magistrats ; rivalité exacerbée entre la Gendarmerie et le SRPJ ; inexpérience du juge d'instruction. Bien que l'affaire passionne l'opinion publique, le meurtrier n'a jamais pu être identifié.

Début 2003, l'espoir a été relancé par l'analyse de l'ADN présent sur un demi-timbre qui aurait pu conserver la salive du « corbeau ». Les analyses n'ont rien donné. Le 3 février 2003, le dossier du meurtre de Grégory Villemin, non élucidé, est définitivement clos. L'État français est condamné le 28 juin 2004 à verser 35 000 euros d'indemnités pour « faute lourde » à chacun des époux Villemin, qui vivent désormais dans l'Essonne.

Contre l'avis du parquet, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris rejette en 2007 la demande de réhabilitation de Jean-Marie Villemin, condamné en 1993 à cinq ans d'emprisonnement pour l'assassinat de son cousin Bernard Laroche, qu'il suspectait d'avoir tué son fils. Jean-Marie Villemin n'a jamais contesté être l'auteur du meurtre de son cousin mais la loi permet à tout condamné de déposer une requête en réhabilitation, ce qu'il avait fait en avril 2005. Il bénéficia automatiquement de sa réhabilitation en décembre 2008.

À la demande des parents de l'enfant, le 9 juillet 2008, le procureur général de la cour d'appel de Dijon a annoncé qu'il requerrait la réouverture de l'instruction judiciaire concernant l'assassinat du garçonnet pour procéder à des tests sur l'ADN, auparavant jugé inexploitable, qui aurait pu être laissé par le « corbeau » sur un timbre. Le 3 décembre 2008, la cour d'appel de Dijon a ordonné la réouverture de l'enquête.

Le jeudi 22 octobre 2009, Le Parisien annonce que l'expertise, réalisée par le laboratoire lyonnais Biomnis (ex-Mérieux), a révélé la présence de deux traces ADN, qui sont celles d'un homme et d'une femme. Ces traces ne sont pas celles des parents de Grégory. Le dossier va être rouvert, et les protagonistes de l'affaire de nouveau entendus.

Le mardi 2 novembre 2009, invitée dans l'émission Les Grandes Gueules sur la radio RMC, Marie-Ange Laroche affirme qu'elle ne s'opposera pas à l'exhumation du corps de son mari Bernard Laroche à des fins d'analyse ADN si cela se révèle nécessaire.

Les analyses ADN faites sur la lettre du corbeau envoyée aux Villemin ne donnent rien. En effet, les traces identifiées ne correspondent à aucun des cent cinquante protagonistes de l'affaire.

Le laboratoire chargé de ces expertises concluait uniquement qu'aucun des profils établis dans le cadre de la présente mission ne ressortait des mélanges présents sur les cordelettes, sur les vêtements et sur les enveloppes en l'absence de corrélation évidente entre les profils de l'ensemble des personnes étudiées avec les mélanges présents sur les scellés, absence de corrélation imputée à une insuffisance de matériel biologique sur les scellés examinés, une perte de matériel biologique sur les vêtements et cordelettes ayant séjourné dans l'eau et la contamination des scellés, beaucoup manipulés par des tiers. En bref, ces scellés n'étaient pas exploitables.

La police scientifique décide d'analyser plus minutieusement les appels téléphoniques passés à la famille. Les époux Villemin demandent cependant une nouvelle analyse ADN, demande sur laquelle la justice doit se prononcer initialement le 30 juin 2010 et qui est reportée au 29 septembre puis au 20 octobre 2010.

Le 20 octobre 2010, Jean-Marie Beney, le procureur général de la cour d'appel de Dijon, ordonne que la justice rouvre l'enquête pour « l'analyse du cheveu retrouvé sur le pantalon du petit Grégory », « l'analyse du coeur des cordelettes » ayant servi à l'attacher, « la comparaison des enregistrements des voix du corbeau et les voix des différents protagonistes de l'affaire », «la recherche des traces digitales sur les parties collantes des enveloppes » et « la recherche des traces de foulage sur la lettre de revendication du crime » . Le 16 janvier 2012, "Il n'a pas été possible d'extraire d'ADN du noeud des cordelettes", annonce le procureur général, Jean-Marie Beney. Le cheveu a, quant à lui, révélé un ADN mitochondrial qui n'a pu être mis en relation avec quiconque.

Marie-Ange Laroche, la veuve de Bernard Laroche, un temps suspecté de l'assassinat du petit Grégory Villemin, a été condamnée à 1 000 euros d'amende avec sursis pour avoir diffamé Etienne Sesmat, premier enquêteur sur l'affaire..

Maître Thierry Moser, avocat des époux Villemin, a déclaré à la presse le 1er septembre 2012 que l'expertise de la voix du corbeau, conservée sur des cassettes audio aujourd'hui numérisées, va bientôt être rendue possible : "Les gendarmes de l'IRCGN, après consultation des techniciens, ont répondu que l'expertise peut être tentée malgré les difficultés de faisabilité". Il attend désormais de la présidente de la chambre de l'instruction une "ordonnance de commission d'expert" . La nouvelle enquête consisterait à comparer la voix du corbeau avec les enregistrements réalisés par des journalistes lors de reportages.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Gregory Villemin en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Gregory Villemin.

Vous savez où se trouve la tombe de Gregory Villemin ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Gregory Villemin pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Gregory Villemin, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

  • Activités principales : --
  • Autres activités : Victime de meurtre
  • Domaines : Crime, Justice

Noms

  • Nom usuel : Gregory Villemin
  • Nom complet : --
  • Prénom : Gregory
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Villemin
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : le petit gregory, gregory vilemin, gregory villemain

Naissance

  • Date de naissance : Dimanche 24 août 1980
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 4 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Gregory Villemin ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Gregory Villemin, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
6 notes
5 étoiles
6
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Gregory Villemin est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Gregory Villemin au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 6 notes. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Paix à ton âme, petit bonhomme... une pensée pour ton anniversaire
Paix à ton ame, petit bonhomme... une pensée pour ton anniversaire
Commentez - il y a 2 mois
 Cet ange doit aller au paradis
cet ange doit aller au paradis tout simplement
Commentez - il y a 1 an
 N'a sûrement vraiment rien fait pour mériter ce qui lui est arrivé.
Il n'a sûrement vraiment rien fait pour mériter ce qui lui est arrivé!
(je dis "sûrement" parce-que je ne connais rien de sa vie... of course! )
Commentez - 1 - il y a 1 an
6 notes ►

Commentaires

Vous avez des questions sur Gregory Villemin ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias Lettre anonyme par laquelle un « corbeau » revendique le crimeJ'espère que tu mourras de chagrin le chef Ce n'est pas ton argent qui pourra te redonner ton fils Voilà ma vengeance. pauvre con
Répondre - il y a 1 an
Donias Le mardi 16 octobre 1984, vers 16 h 55, Christine Villemin, suivant ses habitudes, quitte son travail à Lépanges et récupère Grégory chez sa nourrice, Christine Jacquot, aux HLM du Gai Champ, situé dans ce même village.
Selon ses déclarations, de retour au domicile familial, après avoir enfilé à son fils un bonnet en raison du froid car l'enfant veut rester dehors pour jouer un peu dans le jardin sur le tas de graviers d'excavation situé devant la maison, elle se prépare à faire du repassage.
Elle met la radio à un volume élevé, de façon à entendre l'émission Les Grosses Têtes depuis la pièce où elle repasse du linge et dont elle laisse les volets fermés.
Peu après 17 h 20, elle sort pour demander à son fils de rentrer mais ne reçoit aucune réponse.
Ne le trouvant pas, elle est prise de panique, se précipite sur son véhicule et part à sa recherche, pensant qu'il a pu vouloir retourner chez sa nourrice ou se rendre chez un ami.
En chemin, elle interroge des voisins, qui tous déclarent ne pas avoir vu l'enfant.

La police est alertée de la disparition de Grégory vers 17 h 50.
Entre-temps, une quatrième lettre anonyme a été postée pour revendiquer l'assassinat de Grégory. Elle sera reçue le lendemain, le cachet de la poste sur le timbre portant l'heure de 17 h 15. Le « corbeau » a aussi appelé Michel, le frère de Jean-Marie Villemin, pour le prévenir du crime (à 17 h 27 ou 17 h 32 selon les reconstitutions).
Si le contenu ou même l'existence de l'appel téléphonique à Michel ont pu être mis en doute, il est avéré que c'est lui qui a alerté sa famille vers 17 h 30.

Le corps sans vie du petit garçon est retrouvé quelques heures plus tard, vers 21 h 15, plaqué contre un barrage dans la Vologne, à Docelles, à sept kilomètres en aval de Lépanges, des cordelettes lui liant les mains (sur le ventre), les pieds et le cou. Philippe Jéchoux et Patrick Gless, respectivement pigiste et photographe du quotidien La Liberté de l'Est, assistent au repêchage du corps de Grégory par les pompiers.

La photographie prise par Patrick Gless (un pompier encordé tenant dans ses bras l'enfant vêtu d'un anorak bleu, d'un pantalon velours vert foncé et d'un bonnet de laine, rayé de bleu et blanc, rabattu sur son visage)25 est publiée dans la presse le lendemain et va bouleverser tous ceux qui l'auront sous les yeux.
Répondre - il y a 1 an
Donias Gregory Villemin retrouver
Répondre - il y a 1 an
Donias tombe de Gregory Villemin
Répondre - il y a 1 an
Donias L'autopsie du corps se déroule le lendemain des faits, le mercredi 17 octobre 1984.
Le corps de Grégory ne présente aucune trace de violence apparente. Il n'est pas remarqué d'hématome ou d'ecchymose.
L'anorak et le bonnet qu'il porte lorsqu'il est retrouvé inanimé dans la Vologne sont propres et les cordelettes n'ont provoquées aucune égratignure.
Il est relevé que sa bouche et ses narines sont couvertes en partie de spume (salive écumeuse), que ses lèvres sont cyanosées et que ses poumons, distendus, présentent des traces d'agonie asphyxique. Cependant, ils ne sont remplis que d'une faible quantité d'eau et rien ne permet d'affirmer que celle-ci provient bien de la Vologne.
L'estomac contient, de son côté, les résidus de la pomme que Grégory a consommée pour son goûter. Aucune trace d'alcool n'est retrouvée dans le sang, bien que celui-ci ait été prélevé en quantité insuffisante pour établir un bilan toxicologique complet. Aucune trace d'adrénaline, symptômatique de la peur, n'est retrouvée non plus.

Les conclusions de l'autopsie : « [...] la mort de l'enfant Grégory Villemin est directement et exclusivement en rapport avec une submersion vitale à double origine, asphyxique et inhibitrice » ne permettent pas de déterminer si Grégory est mort noyé ailleurs que dans la Vologne avant d'y être jeté — une noyade préalable dans une baignoire a été estimée possible — ou s'il a été jeté vivant dans les eaux de la Vologne, ni s'il a été ligoté avant ou après sa mort. Il a été reproché à cette autopsie d'avoir été un raté médico-légal ayant tout faussé, car incomplète et bâclée. Le fait que le juge Jean-Michel Lambert n'ait pas ordonné le prélèvement des viscères de l'enfant empêche de savoir si celui-ci avait été drogué au préalable avec une substance quelconque
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 72063 C'est partiellement faux.

Une ecchymose d'environ 1 centimètre de diamètre a été retrouvé lors du décollement du cuir chevelu à l'autopsie, elle n'était pas visible à l'extérieur.

La spume hydro-aérique est dû à un brassage de liquide et d'eau dans les poumons envahissant l'ensemble des voies aériennes et s'extériorisant par la bouche et le nez, ce n'est pas de la salive écumeuse. C'est le marqueur d'une OAP, qu'il soit primaire ou secondaire (à une noyade vraie par exemple.

Il n'a pas été retrouvé d'eau dans les poumons puisqu'ils étaient envahis de cette spume. Une faible quantité d'eau a été retrouvé dans l'ESTOMAC.

La quantité de sang prélevée a non seulement été insuffisante mais en plus centrifugée ce qui a pu éliminer certains produits, on ne parle pas de recherche d'adrénaline dans l'autopsie mais de recherches de toxiques.

La conclusion du rapport d'autopsie que vous citez a été ré-évaluez par des spécialistes :
Professeur Duprez "on n’a jamais vu ces deux formes de décès coexister. On observe l’une ou l’autre mort, le noyé bleu (noyade primaire, l’individu est cyanosé) ou le noyé blanc (hydrocution, pas d’eau dans les poumons et le corps n’est pas cyanosé), pas les deux à la fois. Selon moi la cause de la mort est la noyade par asphyxie"

La noyade asphyxique est donc privilégiée à la vue de certaines constations post-mortem :

- que Grégory VILLEMIN, qui était très beau, ne portait aucune trace apparente de violence, si
ce n'est une ecchymose d'un centimètre de diamètre au milieu du front, à la racine des
cheveux, visible seulement après décollement du cuir chevelu,
- qu'il n'existait notamment ni égratignures, ni griffures, ni ecchymoses sous-jacentes aux
cordelettes, ni strangulation, la cordelette du cou étant vraisemblablement destinée à
maintenir le bonnet sur le visage de l'enfant,
- qu'il y avait au niveau des narines et de la bouche un très important champignon de mousse
montrant que la victime avait respiré dans l'eau,
- que les lèvres étaient cyanosées, que les poumons étaient distendus et présentaient de
nombreuses taches de TARDIEU, que les bronches et les bronchioles étaient remplies de
spume hydroaérique, que l'oreillette droite du coeur contenait un sang fluide, que le foie et les
reins étaient congestifs,
- que l'estomac renfermait de l'eau en faible quantité et des résidus alimentaires ressemblant
à des morceaux de pomme incomplètement digérés que les experts attribuèrent au repas de
midi, mais qui, en réalité, devaient provenir du goûter de l'enfant, aux dires de la mère de
celui-ci.

Ces constatations montrent que le processus asphyxique est la cause de la mort et qu'il ne s'agit pas d'un simple arrêt cardio-respiratoire entraîné par une noyade inhibition (hydrocution).
Répondre - il y a 5 mois

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Gregory Villemin et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.