Jean Mermoz

 
Jean Mermoz
1901 - 1936
 

Aviateur (Histoire).

34 ans Mort à l'âge de 34 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Jean Mermoz ?


Contribuez !

Biographie

Jean Mermoz, né à Aubenton (Aisne) le 9 décembre 1901 et mort dans l'océan Atlantique le 7 décembre 1936, est un aviateur français, figure légendaire de l'Aéropostale, surnommé l'« Archange ».

Il est aussi un des fondateurs en 1936 du Parti social français (PSF) avec le colonel de La Rocque.

Il est le fils de Jules Mermoz, maître d'hôtel, et de Gabrielle Gillet dite « Mangaby » (1880-1955, chevalier de la Légion d'honneur en 1952). Le couple se sépare dès 1902 et divorcera en 1922. Mermoz passe une partie de son enfance chez son grand-père à Mainbressy, village situé au sud d'Aubenton avant d'intégrer l'École supérieure professionnelle d'Hirson en tant que pensionnaire, puis le lycée d'Aurillac. En 1917 sa mère l'amène à Paris où il est admis au lycée Voltaire avec une bourse de demi-pensionnaire1.

En 1930, Jean Mermoz épouse Gilberte Chazottes, qui, veuve, se remariera avec l'ingénieur René Couzinet. Gilberte Chazottes et René Couzinet se suicideront le 16 décembre 1956.

En avril 1920, il signe un engagement dans l'armée pour quatre ans ; il choisit l'aviation sur les conseils de Max Delty, un chanteur d'opérettes.

Après un passage à la 7e escadrille du 11e régiment de bombardement de Metz-Frescaty, il a l'occasion de quitter la grisaille des casernes et de partir en Syrie en 1922 : il y réalise 600 heures de vol en 18 mois et découvre le désert, notamment lors d'un atterrissage forcé.

Cependant, il doit revenir en France au 1er régiment de Chasse à Thionville. Son dégoût pour la chose militaire se renforce. Il est démobilisé en mars 1924.

C'est alors que Mermoz connaît l'une des périodes les plus noires de son existence. Ne trouvant pas d'emploi auprès des compagnies aériennes, il connaît la misère et doit vivre de petits boulots.

Enfin, il reçoit le 28 septembre 1924 une proposition de contrat dans la compagnie les Lignes aériennes Latécoère dirigée par Didier Daurat.

Mermoz commence comme mécano. Mais il est rapidement affecté en qualité de pilote sur la ligne Toulouse-Barcelone, sur Breguet XIV. La ligne franchissant les Pyrénées est un défi pour les avions de l'époque.

En 1925, Mermoz assure la liaison Barcelone/Malaga.

En 1926, il prend en charge le courrier sur la liaison Casablanca/Dakar. En mai 1926, perdu au milieu du désert avec son mécano, il est capturé par les Maures, puis est libéré contre rançon. En novembre, il sauve Ville, contraint à atterrir dans le désert.

Les 10 et 11 octobre 1927, Mermoz et Négrin réussissent un vol sans escale de Toulouse à Saint-Louis du Sénégal à bord d'un Laté 26. Cependant, à la suite d'un incident à l'atterrissage, sans dommage pour l'équipage, la traversée de l'Atlantique Sud est reportée.

En 1927, Marcel Bouilloux-Lafont, président et fondateur de la Compagnie Générale Aéropostale (qui prend la suite des Lignes Aériennes Latécoère) envoie Mermoz à Rio de Janeiro afin de développer de nouvelles liaisons en Amérique du Sud.

Pour cela, il faut franchir un obstacle majeur : la Cordillère des Andes. Au cours d'une tentative de franchissement, Mermoz doit se résoudre à un atterrissage en montagne, puis parvient à redécoller acrobatiquement, en lançant son avion dans un précipice, parvenant ainsi à prendre de la vitesse en piquant. Le 15 juillet 1929, il ouvre la ligne des Andes avec Henri Guillaumet.

En 1930, avec le radiotélégraphiste Léopold Gimié et le navigateur Jean Dabry, il réalise la première liaison 100 % aérienne entre la France et l'Amérique du Sud. Il établit plusieurs lignes régulières.

Les 12 et 13 mai 1930, il relie d'un trait Saint-Louis (Sénégal) à Natal (Brésil) au terme d'un vol de 21 heures et 10 minutes sur un hydravion Laté 28-3 baptisé le « Comte de la Vaulx », du nom du président de la Fédération aéronautique internationale (FAI) qui venait de disparaître tragiquement dans un accident d'avion.

Moins de trois ans plus tard, parti le 12 janvier 1933 de l'aérodrome de Paris-Le Bourget, Mermoz atterrit à Buenos Aires le 22 à bord du Couzinet 70 « Arc en Ciel ».

Entre 1930 et 1936, Mermoz aura effectué 24 traversées de l'Atlantique Sud.

L'avion qu'il pilote, la Croix-du-Sud, disparaît en mer le 7 décembre 1936 avec à son bord : Alexandre Pichodou, copilote ; Henri Ézan, navigateur ; Edgar Cruvelhier, radio et Jean Lavidalie, mécanicien. À 10 h 47, son dernier message radio est "Coupons moteur arrière droit".

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Jean Mermoz en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Jean Mermoz.

Vous savez où se trouve la tombe de Jean Mermoz ?

Citations

Les meilleures citations de Jean Mermoz.

Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Jean Mermoz. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Jean Mermoz, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Gilberte Mermoz (son épouse) Répondu à 0%
0 Jeef

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

  • Activités principales : --
  • Autres activités : Aviateur
  • Domaines : Histoire

Noms

  • Nom usuel : Jean Mermoz
  • Nom complet : --
  • Prénom : Jean
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Mermoz
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : L'Archange

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 34 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Jean Mermoz ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Jean Mermoz, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
1 note
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Jean Mermoz est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Jean Mermoz au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 1 note. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Je suis né l'année de sa mort et tout jeune il a représenté pour moi la figure d'un héros.
Je suis né l année de sa mort et tout jeune il a représenté pour moi la
figure d un héros
Commentez - il y a 1 an

Commentaires

Vous avez des questions sur Jean Mermoz ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias Jean Mermoz
Répondre - il y a 10 mois
Donias Il disparaît à bord de l'hydravion quadrimoteur Latécoère 300, la Croix-du-Sud, le 7 décembre 1936 avec à son bord Alexandre Pichodou, copilote, Henri Ézan, navigateur, Edgar Cruveilher, radio, et Jean Lavidalie, mécanicien, après un premier retour à l'hydrobase de Dakar, suite à un problème de réducteur moteur, empêchant l'hélice arrière droite, de passer au grand pas. Après une réparation sommaire de la pièce défectueuse et un nouveau décollage, sous les yeux d'Henri Guillaumet, alors chef de l'hydrobase, le radio annonce régulièrement le message TVB. Puis, à 10 h 43, Cruveilher lance le dernier message radio depuis la Croix-du-Sud : « Avons coupé moteur arrière droit », sans détail supplémentaire, et complète en répétant les coordonnées de position : 11°08 Nord, 22°40 Ouest.

Malgré de nombreuses recherches, on ne retrouva aucune trace de l'appareil ni de son équipage.

L'hypothèse soulevée serait que le réducteur du moteur aurait finalement cassé et que l'hélice, emportée par sa vitesse de rotation, aurait fini par se détacher, sectionnant au passage la dérive de l'appareil ou une partie du fuselage, derrière laquelle courait la câblerie permettant de commander une partie de l'hydravion.
Quelques jours plus tard, une fausse rumeur annonçant la découverte de l'hydravion, flottant aux larges du Brésil, est due aux nouvelles recherches, relancées par le gouvernement brésilien sous l'insistance de Alexandre Couzinet, alors en voyage au Brésil. Un temps, les spectacles et les cinémas arrêtent leur programme pour diffuser la nouvelle avant de se rendre à l'évidence.

La disparition de Jean Mermoz est alors vécue en France comme une catastrophe nationale et dès le 13 décembre, soit six jours seulement après la catastrophe, il est cité, avec tout l'équipage de la Croix-du-sud, à l'ordre de la nation, sur proposition de Pierre Cot, Ministre de l'air du gouvernement de Léon Blum sous la présidence de Albert Lebrun.

" Sublime figure d'aviateur, d'une valeur morale et professionnelle hors pair. Créateur, aux prix d'efforts surhumains, de l'aviation commerciale transocéanique, a fait de son nom un symbole et de sa carrière une longue suite d'exploits. Allant jusqu'au bout de son entreprise, envisageant la mort avec sérénité, a mérité l'admiration générale par la grandeur de ses actes. Porté disparu avec l'équipage de la Croix-du-sud, dont il était le chef de bord. Accomplissait sa 24e traversée de l'Atlantique sur la ligne postale qu'il avait été le premier à tracer. Entre de plain-pied dans la légende et s'inscrit parmi les héros les plus purs de l'aviation française."

Jean Mermoz totalisait alors 8200 heures de vol.

Une cérémonie officielle à la mémoire de tout l'équipage a ensuit lieu, le 30 décembre 1936, à l'Hôtel national des Invalides, en présence d'Édouard Daladier et de Camille Chautemps
Répondre - il y a 10 mois

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Jean Mermoz et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.