Kurt Weill

 
Kurt Weill
1900 - 1950
 

Artiste, Compositeur (Art, Musique).

Nationalité allemande Allemand, né le 2 mars 1900 et mort le 3 avril 1950

50 ans Mort à l'âge de 50 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Kurt Weill ?


Contribuez !

Biographie

Kurt Weill est un compositeur allemand né à Dessau le 2 mars 1900 et mort à New York le 3 avril 1950.

Sa musique, considérée par les nazis comme « dégénérée », lui vaudra de voir ses partitions brûlées. Ses origines juives et ses sympathies pour le communisme font qu'il est contraint de quitter l'Allemagne en 1933 avec Lotte Lenya qu'il avait épousée en 1927 et qu'il ré-épousera en 1937 après un divorce en 1933. Il séjourne à Paris où il compose Les Sept Péchés capitaux (Die sieben Todsünden) sur un texte de Brecht pour le Théâtre des Champs-Élysées et termine sa Seconde symphonie avant de se rendre aux États-Unis en 1935.

Kurt Weill est issu d'une famille juive. Son père, Albert Weill, était originaire de Kippenheim, une importante communauté juive rurale du Pays de Bade. À l'époque de la naissance de Kurt, il est chantre de la communauté juive de Dessau et l'a ensuite été à Eichstetten am Kaiserstuhl. Kurt était son troisième fils. Ses frères Nathan et Hans étaient nés en 1898 et 1899, sa soeur Ruth en 1901.

À l'âge de 5 ans, Kurt commence le piano et il compose dès sa jeunesse. Il fréquente le collège supérieur (Oberrealschule) de Dessau et y brille par ses capacités musicales. Avant l'âge de 18 ans, il accompagne au piano une cantatrice locale lors de soirées de chant, grâce auxquelles il peut faire entendre ses premiers airs.

En 1918, il commence des études de musique à l'École supérieure (Hochschule) de Berlin. Il suit l'enseignement de Ferruccio Busoni, qui sera déterminant pour son oeuvre future, surtout pour son esthétique de l'opéra. En 1920, il est engagé comme chef d'orchestre au théâtre de la ville de Lüdenscheid. À partir de 1925, il travaille à ses premiers projets d'opéras avec des écrivains importants comme Georg Kaiser et Yvan Goll. En 1927, il commence à collaborer avec Bertolt Brecht, ce qui aboutit à L'Opéra de quat'sous en 1928.

Très tôt, son travail est influencé par la musique de danse contemporaine, par exemple dans l'opéra Royal Palace. Le style (Songstil) de Weill, qui se développe à partir de 1927, est fortement marqué par cette musique, particulièrement par le Jazz-Stil de Paul Whiteman. Cette stylistique est des plus prégnantes dans L'Opéra de quat'sous et dans Happy End. Parallèlement, il fait aussi usage d'une expression musicale néoclassique, précisément néobaroque, par exemple dans l'ouverture de L'Opéra de quat'sous, dans les scènes d'ouragan de Grandeur et décadence de la ville de Mahagony, et dans l'ensemble de l'opéra Die Bürgschaft.

L'accueil fait à sa musique (particulièrement de la part des autres compositeurs) est mitigé. Il acquiert une grande popularité avec L'Opéra de quat'sous. Parmi ses collègues, Arnold Schönberg et Anton Webern la rejettent complètement. D'autres comme Alban Berg, Theodor Adorno et Alexander Zemlinsky montrent un grand intérêt pour son travail. Berg assiste à une représentation de Mahagony et Zemlinsky dirige le Quodlibet (de 1923) et Mahagony (1930).

Weill est reconnu dès 1925 comme un « espoir » de la musique allemande grâce à plusieurs concerts qui ont lieu au cours de l'année.

La représentation d'une adaptation française de L'Opéra de quat'sous en 1930 n'est pas une grande réussite, mais la version française du film de Georg Wilhelm Pabst en 1931 assure à Weill une grande popularité, soutenue par la diffusion de deux disques de chansons du film avec Albert Préjean (Mackie), Jacques Henley (Tiger Brown) et Margo Lion (Jenny).

En décembre 1932 a lieu à la Salle Gaveau un concert en présence de Weill. Ce concert, qui a lieu à l'instigation du vicomte Charles de Noailles et de sa femme Marie-Laure et qui comporte Mahagonny-Songspiel et Der Jasager est un grand succès, aussi bien dans les milieux mondains, que chez les artistes et intellectuels; la presse est bien disposée et au début de l'année 1933, Weill est évoqué dans trois articles importants.

Il paraît donc normal qu'il choisisse pour lieu d'exil un pays où il a, de plus, quelques amis : Georges-Henri Rivière, directeur du Musée d'ethnographie du Trocadéro, Henri Monnet (frère de Jean Monnet), Darius Milhaud et sa femme Madeleine.

Après la prise de pouvoir par les nazis (30 janvier 1933), Weill s'enfuit en France en mars. Ses oeuvres sont victimes d'un autodafé en juin 1933 et il n'est plus question de les jouer en Allemagne. Son contrat avec Universal, qui remontait à 1924, est révisé à la baisse et Weill en obtient la résiliation en octobre ; il conclut un nouveau contrat le 31 octobre avec la maison d'édition Heugel (Paris), représentée par Paul Bertrand ; ce contrat, valable de novembre 1933 à décembre 1938, sera résilié d'un commun accord en juin 1936.

L'atmosphère de l'année 1933 à Paris est beaucoup moins favorable que celle de 1932. Les représentations des oeuvres de Weill, nouvelles ou plus anciennes (Mahagonny-Songspiel en juin 1933) sont moins bien accueillies; le concert qui a lieu le 26 novembre 1933 à la salle Pleyel est perturbé par le compositeur Florent Schmitt, qui après la chanson La Ballade de César (du Lac d'argent), s'écrie « Vive Hitler ! », avec l'approbation d'une partie du public ; il est finalement expulsé, mais la presse « apolitique » prend son parti contre Weill ; dans l'Action française, Lucien Rebatet se déchaîne contre le « virus judéo-allemand ».

Après avoir vécu dans des hôtels à Paris, puis chez les Noailles, Kurt Weill occupe une résidence à Louveciennes (Yvelines, alors en Seine-et-Oise) ; il est du reste très souvent en voyage, soit pour des raisons professionnelles (à Londres, pour mettre au point les représentations de Der Kuhhandel, à Rome), soit pour des visites (une fois en Suisse, une fois en Tchécoslovaquie) à sa famille, qui, un peu plus tard, émigrera en Palestine (1936).

Durant cette période, il compose, sur commande du Théâtre des Champs-Élysées, la musique d'un ballet avec chants, Les Sept Péchés capitaux, représenté en juin 1933 ; la musique de Marie Galante, représentée seulement trois semaines au Théâtre de Paris en décembre 1934; celle de Der Kuhhandel, représentée à Londres en juin 1935 sous le titre My Kingdom for a Cow ; il achève sa Deuxième symphonie, avec l'aide d'une mécène, la princesse de Polignac (Winnaretta Singer, veuve du prince Edmond de Polignac). Il participe aussi à la mise en onde radiophonique (novembre 1933) de Fantômas avec Robert Desnos et Paul Deharme, dont il apprécie une conception didactique de l'art.

En septembre 1935, il part pour les États-Unis. Une oeuvre majeure des premiers temps de l'exil est Der Weg des Verheissung/The Eternal Road, une pièce biblique, qui présente l'histoire du peuple juif. Il s'agit d'un mélange de théâtre, de liturgie et d'opéra. Kurt Weill connaît ensuite le succès à Broadway, surtout avec Lady in the Dark (466 représentations à New York) et One Touch of Venus (567 représentations).

À partir de 1941, il participe à l'effort de guerre en entrant (octobre 1941) dans l'organisation Fight For Freedom; il accomplit un service civil d'observateur aérien en 1942 (ce que Bertolt Brecht évoque avec un peu d'ironie dans son Journal). Il réalise plusieurs oeuvres liées à la situation, en particulier We Will Never Die, représentée à New York et Los Angeles (25 000 spectateurs le 9 mars 1943) et radiodiffusée. En 1943, il obtient la nationalité américaine, qu'il demandait depuis 1937.

Les oeuvres les plus remarquables de la dernière période créatrice de Weill sont l'« opéra américain » Street Scene, qui présente une intéressante synthèse entre opéra européen (on ne peut pas ne pas y percevoir les influences de Puccini) et de la comédie musicale américaine, ainsi que de la « tragédie musicale » Lost in the Stars, sur le thème de l'apartheid sud-africain avec, sur le plan musical, une certaine influence africaine.

Il meurt d'un infarctus le 3 avril 1950 à New York, au cours du travail sur une comédie musicale d'après Mark Twain, Huckleberry Finn.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Kurt Weill en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Kurt Weill.

Vous savez où se trouve la tombe de Kurt Weill ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Kurt Weill pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Kurt Weill, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Kurt Weill.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Allemande Drapeau allemand
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

  • Activités principales : --
  • Autres activités : Artiste, Compositeur
  • Domaines : Art, Musique

Noms

  • Nom usuel : Kurt Weill
  • Nom complet : --
  • Prénom : Kurt
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Weill
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Date de naissance : 2 mars 1900
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 50 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Kurt Weill ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Kurt Weill, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Kurt Weill ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Kurt Weill et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.