Raymond Poulidor

 
Raymond Poulidor
1936 - 2019
 

Cycliste français, très populaire en France, en dépit de son statut d'« éternel second » sur le Tour de France, épreuve qu'il a courue entre 1962 et 1976, qu'il n'a jamais gagnée et au cours de laquelle il n'a jamais porté le maillot jaune, mais dont il détient le record de podiums (8, dont 3 deuxièmes places) et sur lequel il a remporté 7 étapes.

Nationalité française Francais, né le 15 avril 1936 et mort le 13 novembre 2019

83 ans Mort à l'âge de 83 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Raymond Poulidor ?


Contribuez !

Biographie

Raymond Poulidor, dit « Poupou », est un coureur cycliste français, né le 15 avril 1936 à Masbaraud-Mérignat, dans le département de la Creuse et mort le 13 novembre 2019 à Saint-Léonard-de-Noblat en Haute-Vienne. Sa popularité reste exceptionnelle en France, en dépit de son statut d'« éternel second » sur le Tour de France, épreuve qu'il a courue entre 1962 et 1976, qu'il n'a jamais gagnée et au cours de laquelle il n'a jamais porté le maillot jaune mais dont il détient le record de podiums (huit, dont trois deuxièmes places) et sur lequel il a remporté sept étapes. Il a en revanche gagné le Tour d'Espagne en 1964. Il fait partie des rares coureurs de l'histoire à avoir terminé au moins dix fois sur un podium final de grand tour. Parmi ses autres victoires, figurent notamment, quatre étapes du Tour d'Espagne, deux titres sur Paris-Nice, des classiques comme Milan-San Remo et la Flèche wallonne, ou encore un maillot de champion de France sur route. Il est aussi monté à quatre reprises sur le podium des championnats du monde de cyclisme sur route.

Ses parents sont des métayers installés dans la Creuse avant de gagner Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne), qui devient sa terre d'adoption. Il est habitué jeune à manier les charrues. Rien ne semble le destiner à une carrière cycliste malgré son intérêt envers les exploits du coureur cycliste italien Gino Bartali, qui remporta trois Tours d'Italie et deux Tours de France.

Sa famille est elle aussi intéressée par l'univers du vélo. Ses frères aînés, Henri et André étaient pratiquants. Raymond, quant à lui, devait se contenter du vélo de sa mère qu'il empruntait parfois en cachette. Raymond était privé de vélo car il butait sur l'opposition de sa mère que les nombreuses chutes dans le peloton local effrayaient. Mais, au cours de sa croissance, son intérêt envers le vélo ne s'épuise pas, si bien qu'André Marquet, un marchand de cycles de Sauviat-sur-Vige, offre à Poulidor un demi-course pour ses 16 ans. En dépit de l'opposition de sa mère, il prit sa première licence auprès de « La pédale marchoise », dont le siège se trouvait à Montboucher. Il participe à sa toute première course en 1952 à Saint-Moreil. Il termine septième, tandis que son frère Henri l'emporte.

Il est entré dans la légende en tant que « l'éternel second » du tour et de Jacques Anquetil dans les années 1960 puis d'Eddy Merckx dans les années 1970. Légende née d'exploits inachevés et d'infortunes rencontrées dans le Tour de France. Mais légende erronée au regard de nombreux succès majeurs. Au XXe siècle, il est l'une des personnalités les plus populaires en France. Au début du XXIe siècle, « Poupou » déclenche encore des applaudissements nourris lors de ses passages au sein de la caravane du Tour de France.

Cycliste professionnel entre 1960 et 1977. Il a ainsi pu courir avec Louison Bobet, Jacques Anquetil, Eddy Merckx et Bernard Hinault. Il est en contrat avec « Cycles Mercier » durant toute sa carrière, sous différentes dénominations : « Mercier-BP » (1960-1967), « Fagor-Mercier » (1970-1971), « Gan-Mercier » (1972-1976) et « Miko-Mercier » (1977).

La rivalité Jacques Anquetil - Poulidor est l'une des grandes oppositions du sport français. Avec en point d'orgue un combat coude à coude sur les pentes du Puy de Dôme dans le Tour 1964. La rivalité avec Merckx intervient dans la seconde partie de la carrière de Poulidor, trentenaire puis quadragénaire, ou « quadragêneur » selon Antoine Blondin. « Poupou » l'emporte à Paris-Nice en 1972 mais s'incline dans le Tour 1974 malgré une victoire au Pla-d'Adet.

Vainqueur de 189 courses dont Milan-San-Remo, la Vuelta, les Nations etc., il est classé n°1 mondial en 1964, Raymond Poulidor n'a jamais remporté la Grande Boucle en 14 participations, ni même porté le maillot jaune serait-ce une journée. Il échoua à 14 secondes du maillot jaune au sommet du Puy de Dôme en 1964, ou encore à 8/100 de seconde lors du prologue de 1973.

Ses inconditionnels affirment qu'il aurait dû gagner au moins 3 Tours de France, sans la malchance et la maladresse en 1964 (oubli d'un tour de parcours à Monaco qui donne la victoire et la minute de bonification à Anquetil, chute et crevaison dans l'étape Andorre-Toulouse, mauvais choix de braquet dans le Puy-de-Dôme avec lesquels il prend tout de même 42 secondes à Anquetil), le secours « étonnant » d'Anglade à Gimondi dans le Ventoux en 1965, et la moto qui le renversa en 1968, le contraignant à abandonner à Aurillac alors que la victoire lui était promise. Il codétient cependant avec Lance Armstrong, le record du nombre de podiums sur la grande boucle (8) et remporta plusieurs victoires d'étapes dans la plus grande adversité.

Puncheur de très haute lignée, très bon rouleur, il a gagné sur tous les terrains. Selon Antonin Magne, son premier directeur sportif, il ne pouvait y avoir de gloire sans vertu. Poulidor ne fut jamais suspecté de dopage en 17 ans de carrière. Toutefois dans le journal L'Équipe du 17 janvier 1997 il indiquait : « Bien sûr, nous aussi, on prenait bien quelques vitamines, quelques excitants,

Il se retire du peloton en décembre 1977, après 18 saisons au plus haut niveau.

Il travaille un temps pour Manufrance puis France Loire, qui fabrique alors des vélos sous les marques Mercier et Poulidor.

Depuis quelques années, il intervient dans le Tour de France pour le compte de la banque LCL (partenaire du maillot jaune).

En janvier 2003, il est élevé au grade d'officier de la Légion d'honneur.

En 2004 sont sorties ses mémoires Poulidor par Poulidor avec la complicité de Jean-Paul Brouchon et la préface d'Eddy Merckx.

En 2008, il accepte de devenir, après Henri Desgrange et Jacques Goddet, le 3e président d'honneur des Audax.n 1974).

En 2012, en collaboration avec les journalistes Serge Laget et Jean-Paul Vespini, il publie, à soixante-seize ans, le livre Mes 50 tours de France, racontant tous ceux qu'il a suivis, en tant que coureur, reporter et amoureux de ce sport.

En 2015, en collaboration avec le journaliste Bernard Verret, il publie un ouvrage encore plus complet, retraçant sa vie et sa carrière : Champion !, aux Éditions Le Cherche midi. « C'est le meilleur », confie-t-il.

Le 6 juillet 2016, le Tour de France passe à Saint-Léonard-de-Noblat, et une fête y est organisée en l'honneur du plus célèbre Miauletou. Il s'arrête et découpe un gâteau géant, symbolisant ses quatre-vingts ans. Bernard Hinault et Bernard Thévenet partagent cette halte conviviale.

À la fin du mois de juillet 2019, au moment où le Tour de France est sur le point de s'achever, sa santé se détériore. En août, des examens révèlent l'usure avancée de son cœur. Il souffre d'un œdème pulmonaire et doit subir deux ponctions dans une clinique de Limoges. Il est hospitalisé à partir du 27 septembre 2019 suivant à Saint-Léonard-de-Noblat.

Raymond Poulidor est mort le mercredi 13 novembre 2019, à l'âge de 83 ans, à l’hôpital de Saint-Léonard-de-Noblat (France, Haute-Vienne).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Raymond Poulidor en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Raymond Poulidor.

Vous savez où se trouve la tombe de Raymond Poulidor ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Raymond Poulidor pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Raymond Poulidor, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Raymond Poulidor.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

  • Activités principales : Coureur cycliste
  • Autres activités : Sportif
  • Domaines : Cyclisme, Cyclisme sur route, Sport

Noms

  • Nom usuel : Raymond Poulidor
  • Nom complet : --
  • Prénom : Raymond
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Poulidor
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : Poupou, L'Éternel Second
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 83 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Raymond Poulidor ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Raymond Poulidor, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
5 notes
5 étoiles
5
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Raymond Poulidor est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Raymond Poulidor au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 5 notes. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Passer de très bons souvenirs en regardant le tour, en particulier celui de 1964 : tu resteras un très grand champion.
passer de très bons souvenirs en regardant le tour en particulier celui de 1964 tu resteras un très grand champion
Commentez - il y a 2 semaines
 Un grand Monsieur du cyclisme et un homme humble et modeste. Il a marqué l'histoire du cyclisme.
Monsieur POULIDOR était un grand Monsieur du cyclisme et un homme humble et modeste. Il a marqué l'histoire du cyclisme. Il était mon idole depuis ma jeunesse.
Commentez - il y a 2 semaines
 "Poupou", une des figures sportives les plus appréciées des Français, éternel second même dans la mort...
"Poupou", une des figures sportives les plus appréciées des Français, éternel second même dans la mort... Tchao l'artiste !
Commentez - il y a 3 semaines
5 notes ►

Commentaires

Vous avez des questions sur Raymond Poulidor ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Bellerophon Cet homme a toujours été humble et simple. C'était un des grands champions du cyclisme malgré ses éternelles 2eme places. Rassures-toi poupou tu resteras dans nos mémoires !
Répondre - il y a 2 semaines
Anonyme 72811 Adieu poupou ,une très très très jolie carrière ,un garçon hunble un homme de la terre,mais qui aimait l,argent, un auvergnat.....repose en paix....
Répondre - il y a 2 semaines

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Raymond Poulidor et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres coureur cycliste francais

Portrait de Jacques Anquetil
 

Drapeau France 1934 - 1987
Francais, 53 ans

Cycliste français, professionnel de 1953 à 1969, considéré comme l'un des plus grands coureurs de l'histoire du cyclisme, il possède l'un des palmarès les plus riches de son sport. Surnommé « Maître Jacques », il est le premier coureur de l'histoire à remporter 5 fois le Tour de France et compte également 2 victoires sur le Tour d'Italie et 1 victoire sur le Tour d'Espagne, ce qui en fait le premier cycliste à remporter les 3 grands tours. Il détient aussi le record du nombre de podiums dans les 3 grands tours, avec 13 podiums. Formidable rouleur, il bat le record de l'heure de Fausto Coppi en 1956 et compte 9 victoires en autant de participations au Grand Prix des Nations, une épreuve individuelle chronométrée qu'il affectionne particulièrement. Parmi ses succès les plus notables, il compte 5 victoires sur Paris-Nice et le doublé Dauphiné libéré-Bordeaux-Paris en 1965, en ayant pris le départ de la deuxième épreuve seulement huit heures après l'arrivée de la première. Sa carrière a été marquée par sa rivalité avec Raymond Poulidor, qui atteint son paroxysme, lors du Tour de France 1964, avec l'épisode mythique de l'ascension du puy de Dôme.
Portrait de Mathieu Riebel
 

Drapeau France 1997 - 2017
Francais, 20 ans

Coureur cycliste français connu pour avoir été Champion de France de l'américaine juniors (2015, avec Guillaume Millasseau) et 3e du Championnat de France de poursuite par équipes (2016).
Portrait de Roger Pingeon
 

Drapeau France 1940 - 2017
Francais, 76 ans

Coureur cycliste français vainqueur du Tour de France en 1967.
Portrait de Armand de Las Cuevas
 

Drapeau France 1968 - 2018
Francais, 50 ans

Cycliste français, professionnel de 1989 à 1999, at été champion de France sur route 1991, a remporté le Critérium du Dauphiné libéré en 1998 et la Classique de Saint-Sébastien en 1994 et a été un équipier de Miguel Indurain au Tour de France. Il était pressenti pour gagner le Tour de France.
Portrait de Roger Walkowiak
 
Notez-le !

Drapeau France 1927 - 2017
Francais, 89 ans

Coureur cycliste français, vainqueur du Tour de France (1956), le plus ancien lauréat du Tour de France au moment de sa disparition, à l'origine de l'expression « Tour à la Walkowiak ».
Portrait de André Desvages
 
Notez-le !

Drapeau France 1944 - 2018
Francais, 74 ans

Cycliste français, vainqueur d'une étape du Tour de France en 1968. Rouleur, il avait pris la 6e place des 100 km contre-la-montre avec l'équipe de France lors des Jeux olympiques de Tokyo, en 1964. Il fut l'un des rares Français à remporter deux étapes de la Course de la Paix en 1965 et 1966.

Autres points communs avec Raymond Poulidor