Anne De Bretagne

 
Anne De Bretagne
1477 - 1514
 

Archiduchesse, Duchesse, Femme d'état, Reine (Gotha, Histoire).

Nationalité française Française, née le 25 janvier 1477 et morte le 9 janvier 1514

36 ans Morte à l'âge de 36 ans (de quoi ?).

Enterrée (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
d'Anne De Bretagne ?


Contribuez !

Biographie

Anne de Bretagne, née le 25 janvier 1477 à Nantes et morte le 9 janvier 1514 à Blois, est duchesse de Bretagne de 1488 à 1491 et de nouveau de 1498 à sa mort et, par ses mariages, archiduchesse d'Autriche et reine des Romains (1490-1491), puis reine de France (1491-1498) et reine de Sicile et de Jérusalem en droit, puis de nouveau reine de France (1499-1514) et duchesse de Milan.

Elle était la fille de François II (1435-1488), duc de Bretagne, et de sa seconde épouse Marguerite de Foix (v. 1449-1486), princesse de Navarre.

Elle est un enjeu central dans les luttes d'influence qui aboutiront après sa mort à l'union de la Bretagne à la France. Elle a également été élevée dans la mémoire bretonne en un personnage soucieux de défendre le duché face à l'appétit de ses voisins.

Anne de Bretagne naît le 25 janvier 1477 (ou le 15 janvier 1476 ancien style) au château des ducs de Bretagne à Nantes.

De l'éducation d'Anne de Bretagne, nous conservons peu de traces. Il est probable qu'elle reçoit l'éducation d'une jeune noble de son temps : elle apprend à lire et à écrire en français, peut-être un peu de latin. Contrairement à ce que l'on retrouve parfois, il est peu probable qu'elle ait appris le grec ou l'hébreu. Elle est élevée par une gouvernante : Françoise de Dinan, comtesse de Laval. Son maître d'hôtel est le poète Jean Meschinot (de 1488 à la mort de celui-ci en 1491). On lui aurait peut-être enseigné la danse, le chant et la musique.

En cette période, la loi successorale est imprécise, établie principalement par le premier traité de Guérande en 1365 par Jean IV. Celle-ci prévoyait la succession de mâle en mâle dans la famille des Montfort en priorité ; puis dans celle de Penthièvre. En effet, côté Montfort, il ne reste qu'Anne (puis Isabeau) et côté Blois-Penthièvre, Nicole de Penthièvre. Or en 1480, Louis XI achète les droits de la famille de Penthièvre pour 50 000 écus. Anne de Beaujeu confirme cette vente en 1485 à la mort de Jean de Brosse, mari de Nicole de Penthièvre.

Pour la succession du duc François II, le manque d'un héritier mâle menaçait de replonger la Bretagne dans une crise dynastique voire de faire passer le duché directement dans le domaine royal. François II étant en résistance contre les prétentions du roi de France il décide de faire reconnaître héritière sa fille par les États de Bretagne malgré le traité de Guérande. Ceci a lieu en 1486 et accroit les oppositions au duc dans le Duché, la concurrence des prétendants au mariage avec Anne de Bretagne et mécontente l'entourage du roi de France.

En mariant sa fille, François II comptait renforcer sa position contre le roi de France. La perspective de joindre le duché à leur domaine a ainsi permis successivement d'obtenir l'alliance de plusieurs princes d'Europe.

Le vicomte Jean II de Rohan, autre héritier présomptif, proposa avec le soutien du maréchal de Rieux le double mariage de ses fils François et Jean avec Anne et sa soeur Isabeau, mais François II s'y opposa.

En 1488, la défaite des armées de François II à Saint-Aubin-du-Cormier qui conclut la guerre folle le contraint à accepter le traité du Verger dont une clause stipule que François II ne pourra marier ses filles sans le consentement du roi de France.

À la mort de François II quelques jours plus tard, s'ouvre une nouvelle période de crise qui mène à une dernière guerre franco-bretonne, le duc, sur son lit de mort, ayant fait promettre à sa fille de ne jamais consentir à l'assujettissement au royaume de France. Avant de mourir, François II a nommé le maréchal de Rieux tuteur de sa fille, avec pour mission de la marier. Dans la cathédrale de Rennes le 19 décembre 1490, Anne, devenue duchesse, épouse en premières noces et par procuration le futur Maximilien I, (devenu par la suite empereur romain germanique) qui était alors titré roi des Romains. Ce faisant, elle devient reine, conformément à la politique de son père. Cependant, ce mariage est une grave provocation à l'égard du camp français qui considère qu'il viole le traité du Verger, il réintroduit un ennemi du roi de France en Bretagne, ce que leur politique a toujours tenté d'éviter aux XIV et XV siècles. De plus, il est conclu au mauvais moment : les alliés de la Bretagne sont occupés sur un autre front (siège de Grenade pour le roi de Castille, succession de Hongrie pour Maximilien d'Autriche).

En dépit de renforts anglais et castillans venus soutenir les troupes ducales, le printemps 1491 voit de nouveaux succès de La Trémoille (déjà vainqueur à Saint-Aubin-du-Cormier), et, se posant en héritier, Charles VIII vient mettre le siège devant Rennes où se trouve Anne, afin qu'elle renonce à ce mariage avec l'ennemi du royaume de France.

Après un siège, sans assistance et n'ayant plus aucun espoir de résister, la ville se rend et Charles VIII y fait son entrée le 15 novembre, les deux parties signant le traité de Rennes. Anne ayant refusé toutes les propositions de mariage avec des princes français, les fiançailles avec Charles VIII sont célébrées à la chapelle des Jacobins de Rennes le 17 novembre 1491. Puis Anne de Bretagne se rend, escortée de son armée (et donc libre, ce qui était important pour la légitimité du mariage et du rattachement de la Bretagne) jusqu'à Langeais pour les noces des deux fiancés. L'Autriche combat désormais sur le terrain diplomatique (notamment devant le Saint-Siège), soutenant que la duchesse vaincue a été enlevée par le roi de France et que leur descendance est donc illégitime.

Le 6 décembre 1491, Anne épouse officiellement dans la petite chapelle du château de Langeais le roi de France Charles VIII. Ce mariage est conclu en urgence, et validé après coup par le pape Innocent VIII (le 15 février 1492) qui se décide à adresser à la cour de France l'acte d'annulation antidaté du mariage par procuration d'Anne avec Maximilien, considéré comme n'ayant jamais existé grâce au droit canonique qui pouvait invalider le mariage non consommé et une cérémonie entérinée par le nombre de personnes non prévu par ce droit. Le contrat de mariage comprend une clause de donation mutuelle au dernier vivant de leurs droits sur le duché de Bretagne. En cas d'absence d'héritier mâle, il est convenu qu'elle ne pourra épouser que le successeur de Charles VIII. De cette union naissent six enfants, tous morts en bas âge.

Par le mariage de 1491, Anne de Bretagne est reine de France. Son contrat de mariage précise qu'il est conclu pour assurer la paix entre le duché de Bretagne et le royaume de France. Il fait de Charles VIII son procureur perpétuel. Le 8 février 1492, Anne est couronnée et sacrée reine de France à Saint-Denis. Son époux lui interdit de porter le titre de duchesse de Bretagne. Gabriel Miron sera chancelier de la reine et premier médecin. Il a signé le contrat de la reine, le 1 janvier 1499, avec le roi Louis XII,

Elle passe beaucoup de temps en grossesses (avec un enfant tous les quatorze mois en moyenne). Lors des guerres d'Italie, la régence est attribuée à Anne de Beaujeu, qui a déjà tenu ce rôle de 1483 à 1491. Anne de Bretagne est encore jeune, et sa belle-soeur la suspecte. Elle n'a qu'un rôle réduit en France comme en Bretagne et doit parfois accepter d'être séparée de ses enfants en bas-âge. Anne vit essentiellement dans les châteaux royaux d'Amboise, de Loches et du Plessis ou dans les villes de Lyon, Grenoble ou Moulins (lorsque le roi est en Italie). À Amboise, Charles VIII fait faire des travaux, tandis qu'elle réside à côté, au Clos Lucé futur logis du créateur de la Joconde, Léonard de Vinci. Elle y a sa petite chapelle.

Elle devient reine de Sicile et de Jérusalem lors de la conquête de Naples par Charles VIII.

Dès la mort de Charles VIII, héritière des droits des rois de France sur la Bretagne, elle reprend la tête de l'administration du duché de Bretagne. Elle restaure notamment la chancellerie de Bretagne au profit du fidèle Philippe de Montauban, nomme lieutenant général de Bretagne son héritier Jean de Chalon, convoque les États de Bretagne, émet un monnayage à son nom.

Parmi ses poètes de cour, il faut rappeler l'humaniste italien Fauste Andrelin de Forlì.

Trois jours après la mort de son époux, le principe du mariage avec Louis XII est acquis, à la condition que Louis obtienne l'annulation de son mariage avant un an. Elle retourne pour la première fois en Bretagne en octobre 1498, après avoir échangé une promesse de mariage avec Louis XII à Étampes le 19 août, quelques jours après le début du procès en annulation de l'union entre Louis XII et Jeanne de France.

Le contrat de son troisième mariage, en 1499 est conclu dans des conditions radicalement différentes du second. À l'enfant vaincue a succédé une jeune reine douairière et duchesse souveraine désormais incontestée, en face de qui l'époux est un ancien allié, ami et prétendant. Contrairement aux dispositions du contrat de mariage avec Charles VIII, le nouveau lui reconnaît l'intégralité des droits sur la Bretagne comme seule héritière du duché et le titre de duchesse de Bretagne. En revanche, le pouvoir régalien en Bretagne est exercé par Louis XII, qui prend alors le titre de duc consort, quoique les décisions soient prises au nom de la duchesse. Anne vit à Blois où la présence de la duchesse de Bretagne est partout signée. Elle fait édifier le tombeau de ses parents en la cathédrale de Nantes (où son coeur reviendra également selon ses dernières volontés) avec les symboles des 4 vertus : prudence, force, tempérance, justice, qu'elle aura toujours essayé de porter. Tous les arts italiens seront appréciés par cette reine de plus en plus cultivée. Durant la maladie de Louis XII elle fera son Tro Breizh et les bretons peuvent lui savoir gré d'avoir aussi longtemps que possible, maintenu les impôts seulement sur les états, les octrois sur les pays et les jugements également sur les pays.

Leur fille Claude de France, héritière du duché, est fiancée à Charles de Luxembourg en 1501, pour faciliter la conduite de la 3 guerre d'Italie en renforçant ainsi l'alliance espagnole, et pour convenir au dessein d'Anne de lui faire épouser le petit-fils de son premier mari Maximilien d'Autriche. Ce contrat de mariage est signé le 10 août 1501 à Lyon par François de Busleyden, archevêque de Besançon, Guillaume de Croÿ, Nicolas de Rutter et Pierre Lesseman, les ambassadeurs du roi Philippe I de Castille le Beau, père de Charles de Luxembourg. Les fiançailles sont annulées quand le risque d'encerclement plus complet du royaume peut être évité par l'absence d'un dauphin, à qui le contrat de mariage de Louis et Anne aurait interdit d'hériter de la Bretagne. C'est désormais au futur François I que sa fille est fiancée. Anne refusera jusqu'au bout ce mariage, qui aura lieu quatre mois après sa mort, et tentera de revenir à l'alliance matrimoniale avec le futur Charles Quint. C'est à ce moment qu'elle commencera son « tour de Bretagne », visitant bien des lieux qu'elle n'avait jamais pu fréquenter enfant. Ses vassaux la reçoivent fastueusement et elle se fait connaître du peuple à l'occasion de festivités, de pèlerinages et d'entrées triomphales dans les villes du duché.

Usée par les nombreuses maternités et les fausses couches, atteinte de la gravelle, elle meurt le 9 janvier 1514 vers six heures du matin au château de Blois, après avoir dicté par testament la partition de son corps (dilaceratio corporis, « division du corps » en coeur, entrailles et ossements) avec des sépultures multiples, privilège de la dynastie capétienne. Elle permet ainsi la multiplication des cérémonies (funérailles du corps, la plus importante et funérailles du coeur) et des lieux (tombeau de corps et de coeur).

La reine Anne de Bretagne est inhumée dans la basilique et nécropole royale de Saint-Denis. Ses funérailles sont d'une ampleur exceptionnelle : elles durent quarante jours, et inspirent toutes les funérailles royales jusqu'au XVIII siècle.

Selon sa volonté, son coeur a été placé dans un reliquaire en or rehaussé d'émail puis transporté à Nantes en grande pompe pour être déposé, le 19 mars 1514, en la chapelle des Carmes, dans le tombeau de François II de Bretagne qu'elle a fait réaliser pour ses parents et transféré plus tard à la cathédrale Saint-Pierre de Nantes.

Le reliquaire du coeur de la duchesse Anne de Bretagne est une boîte ovale, bivalve, en tôle d'or repoussée et guillochée, articulée par une charnière, bordée d'une cordelière d'or et sommée d'une couronne de lys et de trèfles. Ce précieux vaisseau est cerné d'inscriptions en lettres d'or rehaussées d'émail vert, bleu, rouge, à la gloire du coeur d'Anne.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe d'Anne De Bretagne en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture d'Anne De Bretagne.

Vous savez où se trouve la tombe d'Anne De Bretagne ?

Citations

Nous n'avons pas de citations d'Anne De Bretagne pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Anne De Bretagne, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Anne De Bretagne.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Féminin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Anne De Bretagne
  • Nom complet : --
  • Prénom : Anne
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : De Bretagne
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 36 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Anne De Bretagne ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Anne De Bretagne, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
3 notes
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Anne De Bretagne est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Anne De Bretagne au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 3 notes. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Depuis que j'ai visité le château de Langeais j'adore Anne de Bretagne
Depuis que j'ai visité le château de Langeais j'adore Anne de Bretagne 2 fois reine de france
Commentez - il y a 1 an
 Reine de France 2 fois par Charles VIII et Louis XII pour rattacher la Bretagne au royaume de France.
Duchesse de Bretagne, reine de Germanie et reine de France 2 fois par Charles VIII et Louis XII pour rattacher la Bretagne au royaume de France.
Commentez - il y a 1 an
 Deux fois reine de France
Deux fois reine de France, c'est remarquable !
Commentez - il y a 1 an

Commentaires

Vous avez des questions sur Anne De Bretagne ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias Anne De Bretagne
Répondre - il y a 7 mois
Donias je pense que la photo de son profil ne corespond pas a sa représentation cette phot ci dessus est plus adéquate ...je suis Breton et je connais bien son visage Merci pour l'administrateur
Répondre - il y a 7 mois
Donias pour administrateur; pourquoi ma reflexion n'est pas prise en compte ? ci dessus
Répondre - il y a 7 mois
Jesuismort (admin) à : Nous avons sélectionné le visage qui regarde l'internaute.
Répondre - il y a 7 mois
Donias Tombeau de Louis XII et d’Anne de Bretagne à la basilique de Saint-Denis.
Répondre - il y a 7 mois
Donias Écrin en or du cœur d’Anne, musée Dobrée, Nantes. La tache sombre est due au transfert du fer et du plomb des boîtes métalliques qui le contenaient
Répondre - il y a 7 mois
Donias Exposition du corps d'Anne de Bretagne dans la grande salle du château de Blois
Répondre - il y a 7 mois
Donias Blason d'Anne de Bretagne, les armes de son époux royal (fleurs de lys) à dextre, celles de son père (queues d'hermine) à senestre.
Répondre - il y a 7 mois
Donias Statue d’Anne de Bretagne dans la série Reines de France et Femmes illustres du jardin du Luxembourg à Paris (XIXe siècle).
Répondre - il y a 7 mois

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle d'Anne De Bretagne et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.