Edgard Pisani

10212ème
Edgard Pisani
1918 - 2016
Score : 0

Homme d'état, Homme politique, Ministre, Préfet, Résistant, Sénateur (Guerre, Politique).

Nationalité française Francais, né le 9 octobre 1918 et mort le 20 juin 2016

97 ans Mort à l'âge de 97 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
d'Edgard Pisani ?


Contribuez !

Biographie

Edgard Pisani, né le 9 octobre 1918 à Tunis et mort le 20 juin 2016, est un haut fonctionnaire et homme politique français. Résistant, préfet, sénateur puis ministre du Général de Gaulle, il a été l'artisan de la modernisation de l'agriculture française en 1962. Il était considéré comme un "républicain détaché des querelles partisanes".

Né sujet britannique à Tunis dans une famille maltaise originaire d'Italie, arrivé à 18 ans de Tunisie à Paris, Edgard Pisani étudie au lycée Louis-le-Grand, obtient une licence de lettres. Il est ensuite diplômé du Centre de hautes études administratives et de l'Institut des hautes études de Défense nationale.

Il est en khâgne lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate. En 1940, durant la débâcle, il fait partie des passagers du Massilia avec André Le Troquer et sa fille, à laquelle il est fiancé.

Il rejoint ensuite la résistance intérieure française. Participant à la libération de la préfecture de police de Paris le 19 août 1944 puis aux négociations avec l'armée allemande, il est distingué par les membres du Conseil national de la Résistance.

Charles Luizet, préfet de police, fait du jeune résistant son chef de cabinet. Il devient le plus jeune sous-préfet de France en 1944.

Directeur adjoint du cabinet du Préfet en 1945, Edgard Pisani est nommé directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur, André Le Troquer, en 1946. Le 1er août de la même année, il est nommé préfet de la Haute-Loire, devanant le plus jeune préfet de France. Il est ensuite directeur de cabinet de la Défense nationale à partir de janvier 1947 puis devient le 1er décembre préfet de la Haute-Marne.

Il publie des ouvrages sur les collectivités locales et écrit par la suite, dans le Haut-Marnais républicain et la Haute-Marne libérée.

Il est élu sénateur de Haute-Marne le 1er août 1954, après la mort de Charles Barret, et s'inscrit au groupe du Rassemblement des gauches républicaines, présidé par François Mitterrand, et de la Gauche démocratique.

Il est membre de la commission de la reconstruction ainsi que de la commission de la défense nationale, et secrétaire de la sous-commission chargée de suivre et de contrôler l'emploi des crédits affectés à la défense nationale. Il dépose une proposition de loi visant à favoriser les capacités d'investissement de celles-ci (10 mars 1955) et est rapporteur d'une proposition de loi portant sur la réforme du recrutement de l'armée. Il est réélu le 19 juin 1955, siège aux commissions de la reconstruction (1955-1958), de la défense nationale (1955-1958), de la commission du travail et de la sécurité sociale (1955-1958). Edgard Pisani dépose la proposition de loi du 8 mars 1956 visant à fixer le mode d'élection des députés de l'Assemblée nationale et cosigne, avec le sénateur de Maupeau, un rapport favorable à la mise en place d'une politique de dissuasion nucléaire (8 juin 1956). Le 5 février 1957, en qualité de rapporteur de la commission de la reconstruction, il défend la loi cadre relative à la construction de logements et d'équipements collectifs. Partisan de la construction européenne, Pisani vote pour la création du marché commun et de l'Euratom (23 août 1957). Le 16 mai 1958, Edgard Pisani vote contre l'état d'urgence, préférant une solution autour d'une confédération nord-africaine. Les 2 et 3 juin 1958, il vote les pleins pouvoirs et la révision constitutionnelle. Le 11 décembre 1958, il est nommé membre de la commission spéciale chargée d'élaborer le règlement provisoire du Sénat. Il siège au Sénat jusqu'en 1961.

Conseiller général de Maine-et-Loire (élu dans le canton de Montreuil-Bellay en 1964 et 1965), il est maire de Montreuil-Bellay de 1965 à 1975.

En 1961, il est nommé ministre de l'Agriculture du gouvernement Michel Debré puis des gouvernements Pompidou jusqu'en 1966. A ce poste, il lance une grande loi de modernisation de l'agriculture française, participe à la mise en place de la Politique agricole commune (PAC) de la Communauté économique européenne. Il sépare également l'administration des eaux et des forêts.

Il est ensuite ministre de l'Équipement et du Logement dans les gouvernements Pompidou III et IV jusqu'à sa démission en avril 1967, opposé à la volonté du Premier ministre de gouverner par ordonnances. Redevenu député, il vote la motion de censure en 1968 et démissionne de l'Assemblée après un discours à la tribune ou, attaquant Georges Pompidou, il déclare « Ce faisant, j'ai le sentiment d'être plus fidèle que vous à l'homme que j'ai soutenu depuis la Résistance ».

Fondateur du Mouvement pour la réforme (MPR, gaulliste de gauche), il siège à l'Assemblée nationale en 1967 comme député UD-V République de la première circonscription de Maine-et-Loire puis au Sénat de 1974 à 1981, comme sénateur socialiste de la Haute-Marne.

Il est nommé à la Commission européenne, après mai 1981. Il y reste deux années. Membre de la commission Brandt, il participe à l'élaboration du Rapport Nord-Sud.

Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie en 1984 et 1985 en pleine période d'affrontements violents entre partisans et opposants de l'indépendance (appelée période « des événements »), puis ministre chargé de la Nouvelle-Calédonie de mai à novembre 1985, il propose notamment un projet d'indépendance-association, rapidement rejeté par les deux camps, puis contribue à l'élaboration, avec le Premier ministre Laurent Fabius, du statut « Fabius-Pisani », qui sépare notamment la Nouvelle-Calédonie en quatre circonscriptions et prévoit la tenue d'un référendum d'autodétermination.

Tout en étant chargé de mission auprès du président de la République de 1986 à 1992, il est président de l'Institut du monde arabe de 1988 à 1995. Sa présidence est controversée à cause de problèmes financiers et de projets inaboutis et est écourtée par Jacques Chirac.

En 1992, il devient membre du Conseil économique et social.

Edgard Pisani est mort le lundi 20 juin 2016 à l'âge de 97 ans.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe d'Edgard Pisani en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture d'Edgard Pisani.

Vous savez où se trouve la tombe d'Edgard Pisani ?

Citations

Nous n'avons pas de citations d'Edgard Pisani pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Edgard Pisani, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Edgard Pisani.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Edgard Pisani
  • Nom complet : --
  • Prénom : Edgard
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Pisani
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 97 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Edgard Pisani ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Edgard Pisani, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Votez !

x
= ? points

Tirez une carte pour faire gagner des points ? à Edgard Pisani afin qu'il grimpe dans le Top 50.

Top 50

10212ème
0 point
cumulés en 30 jours
Portrait de Edgard Pisani
10212ème
Notez-le !

Drapeau France 1918 - 2016
Francais, 97 ans

Homme d'état, Homme politique, Ministre, Préfet, Résistant, Sénateur (Guerre, Politique).
-1
place depuis hier
0 point
cumulés hier

C'est le classement de Edgard Pisani dans le Top 50. Sa position est déterminée selon un score calculé à partir de points cumulés sur les 30 derniers jours. Si vous êtes un fan fidèle votant chaque jour, si vous incitez vos amis à vous soutenir et voter pour Edgard Pisani, vous améliorez sont classement à chaque point gagné. Pour en savoir plus sur le fonctionnement du Top 50.

Les Fans

Il n'y a pas encore de fan de Edgard Pisani.
Soyez le 1er fan en votant pour Edgard Pisani.

Commentaires

Vous avez des questions sur Edgard Pisani ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle d'Edgard Pisani et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres points communs avec Edgard Pisani