Georges Perec

405ème
Georges Perec
1936 - 1982
Score : 149 556

Artiste, Écrivain (Art, Littérature).

Nationalité française Francais, né le 7 mars 1936 et mort le 3 mars 1982

45 ans Mort à l'âge de 45 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Georges Perec ?


Contribuez !

Biographie

Georges Perec, né le 7 mars 1936 à Paris et décédé le 3 mars 1982 à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), est un écrivain français, membre de l'Oulipo, dont les oeuvres sont fondées sur l'utilisation de contraintes formelles, littéraires ou mathématiques.

Son père, Icek Perec (1909-1940), et sa mère, Cyrla Szulewicz (1913-1943), tous deux juifs d'origine polonaise, se marient en 1934. Georges Perec naît le samedi 7 mars 1936 vers 21h dans une maternité du 19e arrondissement de Paris. Il passera sa petite enfance rue Vilin à Ménilmontant.

Icek Perec succombe à ses blessures en juin 1940. En 1941 un train de la Croix-Rouge emmène Georges Perec vers Villard-de-Lans, où il passera le reste de la guerre avec une partie de sa famille paternelle. Sa mère disparaît en déportation en 1943. Il retourne à Paris en 1945 où il est adopté par la soeur de son père, Esther Bienenfeld, et son mari.

De 1946 à 1954, il fait ses études à l'école communale de la rue des Bauches (Paris XVI), non loin du fameux numéro 7, avant d'intégrer le lycée Claude-Bernard puis le collège d'Étampes. Il entame une psychothérapie avec Françoise Dolto en 1949. En 1954, après une hypokhâgne au Lycée Henri-IV, il commence des études d'histoire qu'il abandonne vite. En 1956, il commence une psychanalyse avec Michel de M'Uzan.

De 1958 à 1959, il fait son service militaire à Pau, dans un régiment de parachutistes. En 1960, il se marie avec Paulette Pétras puis il part pour Sfax en Tunisie d'où il revient l'année suivante. Il devient en 1962 documentaliste en neurophysiologie au CNRS. En 1965, il remporte le Prix Renaudot pour Les choses puis, en 1967 il entre à l'Oulipo. Cela marque un point important dans son oeuvre littéraire puisque désormais ses textes suivront en général des contraintes de type oulipienne. De plus, Perec est toujours l'auteur emblématique de l'Oulipo, celui de ses membres dont les ouvrages ont eu le plus de succès.

De 1971 à 1975 il fait une psychanalyse avec Jean-Bertrand Pontalis. En 1976 il publie des Mots croisés à un rythme hebdomadaire dans le journal Le Point. En 1978, il publie La Vie mode d'emploi et, suite au succès de cette oeuvre, il quitte son emploi au CNRS pour se consacrer entièrement à l'écriture.

Il passe les six dernières années de sa vie avec la cinéaste Catherine Binet dont il produit le film Les Jeux de la comtesse Dolingen de Gratz. Il meurt d'un cancer des bronches le 3 mars 1982 à l'hôpital d'Ivry et repose désormais au columbarium du cimetière du Père-Lachaise à Paris. Il y aura de nombreuses publications posthumes de romans et regroupements de textes.

Georges Perec s'est fait connaître dès la parution de son premier roman, Les Choses. Une histoire des années soixante, publié par Maurice Nadeau dans sa collection des Lettres nouvelles, chez Julliard. Cet ouvrage, qui restituait l'air du temps à l'orée de la société de consommation, fut couronné par le Prix Renaudot et rencontra un vif succès.

Ayant signé chez Denoël pour ses trois prochains livres, il surprit avec son opus suivant, Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ?. La critique, qui ne retrouvait pas l'auteur qu'elle connaissait - un fin observateur de la vie quotidienne - dans ce roman faussement drôlatique, au ton primesautier, au comique notamment basé sur la récurrence d'une incertitude onomastique, qui plus est doté d'un index savamment incomplet, fut déroutée : elle ne lui réserva pas le meilleur accueil.

Le roman suivant, Un Homme qui dort, portrait d'une solitude urbaine autant inspiré par Kafka que par le Bartleby de Melville, acheva de classer son auteur parmi les inclassables. Ce que confirma la parution de La Disparition, premier roman oulipien de Perec. Au-delà de l'extravagante prouesse lexicographique de ce roman lipogrammatique, les contorsions qu'y subit la langue sont à la mesure de sa thématique : l'absence, et la douleur qu'elle engendre.

Comme d'autres auteurs français des années soixante, Georges Perec a également, en Allemagne, une activité d'auteur radiophonique. Sa pièce Die Maschine (avec Eugen Helmlé) remporte un grand succès lors de sa diffusion par la Saarländischer Rundfunk. Elle sera suivie de quatre autres pièces, dont certaines seront également jouées au théâtre en France (Wucherungen, devenue L'Augmentation pour la mise en scène de Marcel Cuvelier en février 1970).

Après la parution de La Disparition, Georges Perec publie en collaboration un traité sur le jeu de Go, qu'il pratique notamment au Moulin d'Andé. Il mène de front plusieurs travaux d'écriture - dont certains (L'Arbre, Lieux) n'aboutiront pas.

Il pratique l'écriture feuilletonnesque à partir du 81e numéro de la Quinzaine littéraire, le bimensuel de Maurice Nadeau, où il livre ce qui deviendra la partie fictionnelle de W ou le souvenir d'enfance. Mais la noirceur de son invention déroute le lectorat ; éprouvant par ailleurs des difficultés d'écriture, Georges Perec interrompt cette publication périodique.

En 1974, Georges Perec portera Un Homme qui dort à l'écran, en collaboration avec Bernard Queysanne. L'interprétation de l'unique acteur du film, Jacques Spiesser, le travail de la bande son du film Philippe Drogoz (qui fut même diffusée à la radio !) comme de la bande image de Bernard Zitzermann sont remarquables.

Georges Perec oublie la forme romanesque en publiant la relation de 124 de ses rêves (La Boutique obscure, 1973) et un livre examinant son rapport à l'espace, de celui de la page blanche à l'espace du vide sidéral, en passant par l'espace urbain (Espèces d'espaces, 1974).

Puis il achève enfin W ou le souvenir d'enfance, qui paraît en 1975. Très estimé, ce grand roman moderne obtient un succès critique qui place son auteur parmi les meilleurs de son temps. L'alternance binaire (ternaire dans les premiers manuscrits) d'une fiction olympique fascisante et d'une écriture autobiographique fragmentaire adosse une histoire collective fantasmé au destin singulier de l'orphelin qu'est l'auteur.

La consécration attend Georges Perec en 1978, lors de la publication de La Vie mode d'emploi. Cet ouvrage, qui arbore en couverture le mot « romans » - au pluriel - obtient le Prix Médicis et un grand succès public, qui permet à son auteur de se consacrer exclusivement à son art : il abandonne son travail de documentaliste. Mais il ne lui reste que quelques années à vivre.

Il produit un film de sa compagne Catherine Binet, écrit les dialogues d'un autre (Série Noire d'Alain Corneau, 1978), voyage, donne des conférences, verbicrucise avec régularité, filme à Ellis Island avec Robert Bober l'exploration de leurs racines juives, publie une longue nouvelle dans la collection L'Instant romanesque chez Balland (Un Cabinet d'amateur), des poèmes (La Clôture) et un premier tome de pièces de théâtre (resté unique) chez Hachette.

Mais il n'achève pas son roman 53 jours, dont le titre fait référence au temps que la rédaction de La Chartreuse demanda à Stendhal.

Au nombre de ses exercices de style les plus remarquables figurent notamment :

► un roman lipogrammatique de trois cents pages, La Disparition (1969), écrit sans utiliser la lettre e.

Et pourtant, ainsi que le confia Georges Perec « il y a plein de E dans la Disparition » ( Rêve n°95 au sein de La Boutique obscure). Cette confidence décontenance quelque peu les exégètes. Si sa judaïté ne tint pas la place que certains lui accordent, Perec savait assez d'hébreu - comme de grec - pour savoir que la lettre e est équivalente au hé hébraïque et que cette lettre « représente le principe de l'aspiration vitale », l'esprit et donc la vie. Par l'occultation de cette voyelle, Georges Perec suggéra à ses lecteurs de ne pas prendre la lettre d'un texte - fut-elle absente - pour l'esprit de ce texte. Il s'agissait d'une invitation à lire autrement, de manière infra-textuelle. C'est également ce que pointe la célèbre citation, tirée du Michel Strogoff de Jules Verne : « Regarde de tous tes yeux, regarde. », placée en tête de La Vie mode d'emploi. Il s'agit de ne pas perdre de vue le fil conducteur - le fil télégraphique coupé chez Verne. Mais où peuvent se trouver ces e ? Il suffit de transcrire les chiffres inclus dans la Disparition par la lettre dont ils désignent le rang dans l'alphabet. Certes, il s'agit d'un code enfantin... le même que celui dont use Arsène Lupin, dans Les Jeux du soleil et qui lui livre la solution du puzzle (énigme, en l'occurrence le nom d'un cheval, ETNA, mais aussi celui d'un VOLCAN). Georges Perec possédait bien son Maurice Leblanc, comme son Gaston Leroux. Il éprouvait surtout une admiration réelle pour l'oeuvre de Raymond Roussel qui, lui même, admirait Jules Verne. A noter que le mot Volcan apparaît plusieurs fois dans la Disparition - imprimé ou suggéré comme lorsque Perec évoque Malcolm Lowry (Au-dessous du Volcan).

En fait, ce que la Disparition nous invite à découvrir, c'est un nom, jamais cité, et qui contient la lettre E. Roussel eut la même démarche dans un texte de grande jeunesse, intitulé le Haut de la figure, écrivant: « Un beau jour, la manie des sciences m'ayant repris, j'étais allé sonner au petit rez-de-chaussée de Volcan, dont les anciennes leçons m'avaient laissé un souvenir de grande clarté ». (Comment j'ai écrit certains de mes livres). Ce pseudonyme en masque un autre dissimulant l'état civil de celui pour qui Raymond Roussel fit construire - Bd Richard Wallace - un laboratoire destiné, notamment à des travaux portant sur l'utilisation du vide. Et cette énigme se décèle aussi en filigrane dans la Vie mode d'emploi, et de manière plus évidente dans le singulier texte de Perec « Allées et venues rue de l'Assomption », à mettre en relation avec « la Vue » de Roussel.

Inversant cette contrainte, il écrivit à la suite de La Disparition un roman intitulé Les Revenentes, dans lequel il utilise comme seule voyelle le e (c'est donc aussi un lipogramme, puisque les lettres a, i, o, u et y n'y sont pas utilisées ; c'est même un lipogramme d'un genre particulier, à savoir un monovocalisme en e). Toutefois, et comme son titre l'indique, le roman les Revenentes est un pastiche des oeuvres de Perec lui-même.

► des monovocalismes en a (What a man !), en o (Morton's ob).

► la transposition en poésie d'un principe de la musique dodécaphonique : ne pas réutiliser une consonne d'un ensemble avant d'avoir fait usage de toutes les autres consonnes du même ensemble. Ce sera son ouvrage Alphabets, qui est un recueil de onzains hétérogrammatiques.

► un palindrome de 1247 mots qui resta pendant longtemps le plus long existant (cf. Le Grand Palindrome).

► l'incroyable enchevêtrement de contraintes que représente La Vie mode d'emploi (1978, Prix Médicis), probablement son livre le plus abouti, dans lequel Georges Perec explore de façon méthodique la vie des différents habitants d'un immeuble, selon une contrainte de circulation : la polygraphie du cavalier. À cette première contrainte s'ajoutent de nombreuses autres, qui sont ordonnées selon un bi-carré latin orthogonale d'ordre 10. Bien que ces contraintes soient invisibles à la lecture de ce livre-puzzle, elles ont été mises à la disposition du lecteur par l'édition du Cahier des charges de La Vie mode d'emploi (CNRS/Zulma, 1993).

► des mots croisés et des jeux de logique, créés pour les hebdomadaires Le Point et Télérama, et pour le mensuel Ça m'intéresse. Georges Perec est considéré comme l'un des grands verbicrucistes francophones, à l'instar de Robert Scipion, Jacques Bens et Michel Laclos.

On lui attribue parfois le célèbre pangramme : Portez ce vieux whisky au juge blond qui fume, qu'il aurait été d'ailleurs certainement capable d'inventer (chaque consonne n'y est qu'une seule fois, et l'ensemble forme un alexandrin à la métrique parfaite, genre de contraintes qu'il affectionnait), mais qui a été publié dans un magazine belge pour enfants (Mickey-Magazine) en 1957. Il est par contre de façon certaine l'auteur du pangramme lipogrammatique suivant : « Portons dix bons whiskys à l'avocat goujat qui fumait au zoo », « post-scriptum tout à fait saisissant » du sixième chapitre de La Disparition.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Georges Perec en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Georges Perec.

Vous savez où se trouve la tombe de Georges Perec ?

Citations

Les meilleures citations de Georges Perec.

Tout portrait se situe au confluent d'un rêve et d'une réalité.
La loi est implacable, mais la loi est imprévisible. Nul n'est censé l'ignorer, mais nul ne peut la connaître.
La discipline fait bel et bien la force principale des armées.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Georges Perec. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Georges Perec, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

  • Activités principales : --
  • Autres activités : Artiste, Écrivain
  • Domaines : Art, Littérature

Noms

  • Nom usuel : Georges Perec
  • Nom complet : --
  • Prénom : Georges
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Perec
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : george perec

Naissance

  • Date de naissance : 7 mars 1936
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Date de mort : Mercredi 3 mars 1982
  • Lieu de mort : --
  • Âge de mort : 45 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Georges Perec ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Georges Perec, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
2 notes
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Georges Perec est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Georges Perec au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 2 notes. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Il se fait connaître dès son premier roman, Les Choses.
Il se fait connaître dès son premier roman, Les Choses. Une histoire des années soixante (prix Renaudot 1965) qui restitue l'air du temps à l'aube de la société de consommation. Suivent, entre autres, Un homme qui dort, portrait d'une solitude urbaine, puis La Disparition, où il reprend son obsession de l'absence douloureuse. Ce premier roman oulipien de Perec est aussi un roman lipogrammatique (il ne comporte aucun « e »).
Commentez - il y a 2 mois
 Parce que c'est un des plus grands écrivains du XXe siècle.
Parce que c'est un des plus grands écrivains du XXe siècle.
Commentez - il y a 1 an

Votez !

x
= ? points

Tirez une carte pour faire gagner des points ? à Georges Perec afin qu'il grimpe dans le Top 50.

Top 50

405ème
149 556 points
cumulés en 30 jours
Portrait de Georges Perec
405ème

Drapeau France 1936 - 1982
Francais, 45 ans

Artiste, Écrivain (Art, Littérature).
+9
places depuis hier
4 000 points
cumulés hier

C'est le classement de Georges Perec dans le Top 50. Sa position est déterminée selon un score calculé à partir de points cumulés sur les 30 derniers jours.Comme Claude François possède une note de 5 / 5 (et donc supérieure à 2), ilestautoriséà participer au Top 50. Si vous êtes un fan fidèle votant chaque jour, si vous incitez vos amis à vous soutenir et voter pour Georges Perec, vous améliorez sont classement à chaque point gagné. Pour en savoir plus sur le fonctionnement du Top 50.

Les Fans

1 1
Anonyme 71252
146 586 points en 30 jours (59 actions).
4 000 points hier (1 action).
Même position depuis hier.

Ce sont les membres de la communauté qui aiment le plus Georges Perec. Pour devenir fan, il vous suffit de voter pour Georges Perec et tous les scores que vous obtiendrez seront cumulés à votre score de fan ainsi qu'au score de Georges Perec pour son classement dans le Top 50. Vous êtes qualifiés de fan tant que vous votez au moins 1 fois par mois. Pour en savoir plus sur le fonctionnement des fans.

Commentaires

Vous avez des questions sur Georges Perec ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Georges Perec et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres points communs avec Georges Perec