Mallarmé

 
Mallarmé
1842 - 1898
 

Artiste, Écrivain, Poète (Art, Littérature).

Nationalité française Francais, né le 18 mars 1842 et mort le 9 septembre 1898

56 ans Mort à l'âge de 56 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Mallarmé ?


Contribuez !

Anniversaire !

Cela fera 121 ans que Mallarmé est mort le lundi 9 septembre 2019. Plus que 16 jours...

Pour lui rendre hommage, vous pouvez :

  • Noter Mallarmé (si ce n'est pas encore fait).

Biographie

De son vrai nom Étienne Mallarmé, Stéphane Mallarmé naquit le 18 mars 1842, à Paris. Orphelin de mère, enfant sensible et solitaire, il fut placé dans diverses pensions, à Auteuil puis à Sens, où il passa des années malheureuses. Il était destiné par sa famille à entrer dans l'administration mais, passionné par Edgar Allan Poe, «!le poète las que la vie étiole!», il préféra se tourner vers l'enseignement de l'anglais, à Tournon, Besançon, Avignon et enfin à Paris à partir de 1871. L'essentiel de l'existence de Mallarmé réside en vérité dans son expérience poétique et spirituelle.

Influencé par Théophile Gautier mais plus encore par Charles Baudelaire et par Edgar Poe, Mallarmé commença très jeune à écrire des poèmes dans l'ombre des parnassiens. Ceux qu'il envoya en 1866 au Parnasse contemporain furent tous acceptés!; parmi eux, «!l'Azur!» («!Je suis hanté. L'Azur!! l'Azur!! l'Azur!! l'Azur!!!») ou «!Brise marine!» sont devenus célèbres. Ces premiers poèmes, écrits entre 1862 et 1864, reprennent l'écriture et les motifs baudelairiens pour exprimer la douleur d'un idéal inaccessible. En 1866, l'oeuvre connut un tournant («!je suis mort et ressuscité!»).

Mallarmé collabora encore à diverses revues, publiant une traduction de Poe, «!le Corbeau!», dans la Renaissance artistique et littéraire (1874) et donnant divers essais, comme «!le Démon de l'analogie!», paru dans la Revue du monde nouveau (1874).

C'est à partir de 1870 que sa poésie devint plus personnelle et plus hermétique!; les audaces lexicales et syntaxiques signent alors la «!disparition élocutoire du poète, qui cède l'initiative aux mots!» : citons «!Le vierge et le vivace et le bel aujourd'hui...!», «!Une dentelle s'abolit...!», et le sonnet en yx («!Ses purs ongles très haut dédiant leur onyx...!»).

Mallarmé composa alors un de ses chefs-d'oeuvre, Hérodiade, pièce poétique sur la difficulté d'être et sur l'absence se présentant comme un fragment de drame en vers. Mallarmé déclarait que son but était d'y «!peindre, non la chose, mais l'effet qu'elle produit!». La pièce fut publiée à l'état fragmentaire dans le deuxième Parnasse en 1871, mais ne fut jamais achevée.

Son poème l'Après-midi d'un faune ayant été refusé par Lemerre en 1874, Mallarmé se consacra à des travaux littéraires plus «!aisés!», comme la rédaction d'une préface au conte Vathek de William Beckford (1876)!; il écrivit aussi, parmi d'autres «!tombeaux et hommages!», le Tombeau d'Edgar Poe (1877), un livre scolaire (les Mots anglais) et l'adaptation française d'un essai de mythologie de G. W. Cox, les Dieux antiques (1880). Ces deux derniers ouvrages gardent des traces des réflexions de Mallarmé sur le langage. L'Après-midi d'un faune fut finalement publié en 1876. En 1877, Mallarmé mit au point un recueil de ses poèmes, les Poésies de Stéphane Mallarmé (1887), puis son Album de vers et de prose (1887). L'année suivante, il fit paraître ses traductions des poèmes de Poe.

Peu à peu, son oeuvre poétique avait été reconnue, notamment grâce à Paul Verlaine et ses Poètes maudits (1883) et grâce à Joris-Karl Huysmans (avec À rebours, 1884), à qui en retour le poète rendit hommage avec Prose pour Des Esseintes en 1885. Mallarmé commença alors à être connu dans un milieu restreint et ses «!mardis!», au 89 de la rue de Rome, attirèrent bientôt, aux côtés des vieux symbolistes, une cour de jeunes écrivains : Gustave Kahn, Saint-Pol Roux, Henri de Régnier, Paul Claudel, Paul Valéry, André Gide et Pierre Louÿs.

À sa retraite en 1893, Mallarmé s'installa dans sa maison de campagne à Valvins, près de la Seine, pour composer son Grand oeuvre, le «!Livre!», mais il fut emporté prématurément, le 9 septembre 1898, alors qu'un poème qui condensait une grande partie de ses aspirations poétiques venait de paraître dans la revue Cosmopolis, «!Un coup de dés jamais n'abolira le hasard!» (1897).

Ce poème se présente comme une vaste phrase dont la typographie complexe forme une constellation noire sur les pages blanches. Le Grand oeuvre inachevé de Mallarmé resta donc simplement une «!étude en vue de mieux!» : «!Il n'y a pas d'héritage littéraire [...] croyez que ce devait être très beau.!»

Les articles réunis en 1897 (Crise de vers, la Musique et les Lettres, etc.) sous le titre de Divagations donnent une idée de la méditation de Mallarmé sur la crise de la littérature et la nécessité de lui restituer sa valeur sacrée.

Une grande partie des textes de Mallarmé fut publiée après sa mort : une édition augmentée des Poésies de Stéphane Mallarmé parut en 1899, ses Vers de circonstance en 1920 et Igitur ou la Folie d'Elbehnon (conte fantastique et philosophique écrit entre 1867 et 1870) en 1925. Son abondante correspondance a également fait l'objet d'une édition entre 1959 et 1985. On a en outre réédité la Dernière Mode, un magazine féminin que le poète écrivit et publia.

Stéphane Mallarmé avait perdu sa mère à l'âge de six ans, et vu mourir sa soeur Maria alors qu'il en avait treize : cette double mort et ce double amour enfantin expliquent selon certains l'irrésistible nostalgie des premiers poèmes.

L'érotisme de sa poésie restait marqué par ces deux femmes absentes, donc idéalisées et inaccessibles : il évoqua d'une part les jeunes filles chastes, farouches, intangibles mais nues et désirables (c'est la chasteté d'une Hérodiade), et il peignit par ailleurs des amantes sous des traits maternels.

Peu à peu, cependant, «!en creusant le vers!», Mallarmé se dégagea de cette sensualité originelle pour prendre une direction sans précédent. Son oeuvre est en effet la première qui rompt toute attache avec l'expérience humaine pour devenir expérimentation sur la littérature. Mallarmé souhaite égarer son lecteur par le jeu des coupes, des inversions, des rejets, par la complexité de la construction et la rareté du vocabulaire (utilisé pour son sens étymologique plus que pour son sens actuel), cela afin de l'engager dans l'obscurité sacrée d'un poème qu'il ne peut éclairer qu'à condition de le reconstruire. Mallarmé souhaite faire du vers «!un mot total, neuf, étranger à la langue et comme incantatoire!» qui «!rémunère le défaut de la langue!».

Car, pour ce poète, le mot poétique est l'absence de la chose : «!Je dis une fleur!! et, hors de l'oubli où ma voix relègue aucun contour, en tant que quelque chose d'autre que les calices sus, musicalement se lève, idée même et suave, l'absente de tous bouquets.!» L'enjeu de cette poésie est la création d'un Poème qui constituerait un absolu (Mallarmé propose ainsi, en quelque sorte, le versant poétique de l'idéalisme hégélien).

L'oeuvre inachevée de Mallarmé nous suggère aussi que l'échec de la littérature est peut-être une des conditions mêmes de l'expérience littéraire.

Source : www.chez.com  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Mallarmé en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Mallarmé.

Vous savez où se trouve la tombe de Mallarmé ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Mallarmé pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Mallarmé, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Mallarmé.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Mallarmé
  • Nom complet : --
  • Prénoms : --
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Mallarmé
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : stéphane mallarmé, malarmé

Naissance

  • Date de naissance : 18 mars 1842
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 56 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Mallarmé ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Mallarmé, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Mallarmé ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias MALLARMÉ Stéphane - Tombes colonne
Répondre - il y a 12 mois
Donias Tombe de Stéphane Mallarmé
Répondre - il y a 12 mois
Donias En 1898, Stéphane Mallarmé se range aux côtés d'Émile Zola qui publie dans le journal L'Aurore, le 13 janvier, son article « J'accuse », en faveur du capitaine Alfred Dreyfus (voir l’Affaire Dreyfus). Le 8 septembre 1898, Mallarmé est victime d'un spasme du larynx qui manque de l'étouffer. Le soir même, Stéphane Mallarmé recommande dans une lettre à son épouse et à sa fille de détruire ses papiers et ses notes, déclarant : « Il n'y a pas là d'héritage littéraire... ». Le lendemain matin, victime du même malaise,Stéphane Mallarmé meurt dans les bras de son médecin, en présence de son épouse et de sa fille. Stéphane Mallarmé est enterré auprès de son fils Anatole au cimetière de Samoreau, près de Valvins. Maria Mallarmé meurt en 1910
Répondre - il y a 12 mois

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Mallarmé et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.