Baltasar Gracian

 
Baltasar Gracian
1601 - 1658
 

Artiste, Écrivain, Philosophe (Art, Littérature, Philosophie).

Nationalité espagnole Espagnol, né le 8 janvier 1601 et mort le 6 décembre 1658

57 ans Mort à l'âge de 57 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Baltasar Gracian ?


Contribuez !

Biographie

Baltasar Gracián y Morales, né à Belmonte del Río Perejil (aujourd'hui Belmonte de Gracián), près de Calatayud en Espagne le 8 janvier 1601 et mort à Tarazona, près de Saragosse, le 6 décembre 1658, est un écrivain et essayiste jésuite du Siècle d'or espagnol.

Fils d'un médecin aragonais dont les cinq enfants embrassèrent la carrière ecclésiastique, Baltasar Gracián fut élevé par son oncle, qui était prêtre, puis étudia à l'école jésuite de Saragosse de 1616 à 1619 où il devint novice à 18 ans. En 1621, il étudia la philosophie au collège de Calatayud et en 1623 la théologie à Saragosse.

Il fut ordonné prêtre en 1627 et, après avoir rejoint la Compagnie de Jésus en 1633, prononça ses voeux en 1635. Il enseigna ensuite dans plusieurs écoles de la compagnie, passant notamment à Huesca où il rencontra l'aristocrate érudit, Vincencio Juán de Lastanosa, qui devint son mécène et lui ouvrit les portes de son prestigieux salon, où il rencontra probablement Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII.

En 1640, Baltasar Gracian devint le confesseur du vice-roi d'Aragon, l'Italien Francesco Maria Carafa, duc de Nocera, qu'il accompagna à la cour de Philippe IV, à Madrid, et à qui il dédia son ouvrage El Político don Fernando (Le Politique don Ferdinand le Catholique, 1640.) Malgré la disgrâce dans laquelle devait tomber le vice-roi un peu plus tard (injustement accusé d'entente avec l'ennemi français, il fut jeté en prison, où il devait périr un an plus tard), Gracián fera de celui qui était devenu son ami un vibrant éloge dans El discreto (L'Homme universel), paru en 1646, en même temps qu'il « condamne[rait], par de transparentes allusions, la conduite du roi. »

C'est en cette même année 1646 qu'il fut l'aumônier de l'armée qui reprit Lérida aux troupes françaises du comte d'Harcourt, lors de la guerre entre la Catalogne et la France. Le zèle dont il fit preuve à cette occasion lui attira les éloges des soldats et officiers espagnols, qui le surnommèrent « le Père la Victoire. »

Gracián, qui avait par ailleurs acquis une grande réputation de prédicateur, fut nommé recteur de la Compagnie de Jésus à Tarragone, où il écrivit El Héroe (Le Héros), El Político (Le Politique) et El Discreto (L'Homme universel), ouvrages signés du semi-pseudonyme de Lorenzo Gracián (Lorenzo était le prénom de l'un de ses frères.)

En 1648, il reprit et amplifia son ouvrage de théorie esthétique paru une première fois en 1642, Agudeza y arte del ingenio (Art et figures de l'esprit.) Il y ajouta de très nombreuses citations de poètes aragonais plus ou moins obscurs, et notamment du chanoine Salinas, cousin de son protecteur et mécène Lastanosa. On suppose que Gracián, obligé de faire une place à Salinas pour complaire à son protecteur, entreprit de noyer les extraits de celui-ci dans la masse de tous ces auteurs cités, et que les éloges qu'il ne manqua pas de lui décerner sont en réalité, dans leur démesure, des moqueries déguisées.

Gracián avait eu depuis longtemps de multiples démêlés avec ses supérieurs : qu'il s'agisse, en 1643 alors qu'il était à Valence, d'une lettre qu'il disait lui avoir été envoyée depuis les Enfers et que, pour attirer la foule à son sermon, il avait annoncé qu'il décachetterait et lirait en chaire (il fut obligé par ses supérieurs à se rétracter publiquement), ou de l'insolence avec laquelle il se vantait de l'argent que lui rapportaient ses livres, sans se soucier outre mesure de l'entorse qu'il faisait ainsi au voeu de pauvreté, il s'était acquis une réputation telle que le Supérieur général de la Compagnie de Jésus, Goschwin Nickel, alla jusqu'à le qualifier de « croix de ses supérieurs et fauteur de troubles. » Ces libertés prises avec les règles de l'Église finirent par le perdre.

En 1651, il publia la première partie du Criticon sans l'autorisation de ses supérieurs : le fait était d'autant plus grave que, d'une part, Gracián avait toujours publié des oeuvres profanes sans se soumettre à cette obligation, et que d'autre part la Compagnie ne cessait de rappeler à ses membres que, face aux attaques de ses détracteurs (Jansénistes en tête), ils se devaient de conserver une attitude et un comportement irréprochables. Gracián fit comme il avait toujours fait : il ignora les remontrances de ses supérieurs et publia en 1654 la seconde partie du Criticon, malgré l'interdiction expresse de ses supérieurs.

En 1655, Baltasar Gracián sembla enfin rentrer dans le rang, au grand soulagement de ses supérieurs : il sollicita leur approbation, qu'il obtint, en vue de publier sous son nom, et en sa qualité de jésuite, un ouvrage de piété : El Comulgatorio (L'Art de communier.)

Deux ans plus tard, Gracián publia pourtant la troisième partie du Criticon. Cette fois, c'en était trop pour le Supérieur général : aussi Gracián fut-il sanctionné et dut partir en exil à Graus, où il fut mis au pain et à l'eau, avant d'être nommé, sa santé déclinant rapidement à la suite de ce régime sévère, à Tarazona, ce qui constituait une demi-réhabilitation. Il mourut l'année suivante.

L'oeuvre de Baltasar Gracián peut se diviser en deux parties : dans la première, qui va du Héros (1637) à l'Homme de cour (1646), il s'attache à construire la figure de « L'Homme universel », sorte de héros mondain doué des vertus nécessaires à la réussite dans la société (au premier rang desquelles la vertu de prudence), dans une perspective qui n'est pas sans rappeler, au moins en apparence, le Prince de Machiavel. Dans la seconde partie de son oeuvre, constituée par le Criticon, Gracián s'emploie à anéantir cette figure construite au fil des ouvrages antérieurs, et à condamner « sans appel [le] monument élevé par lui à la gloire du Héros. »

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Baltasar Gracian en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Baltasar Gracian.

Vous savez où se trouve la tombe de Baltasar Gracian ?

Citations

Les meilleures citations de Baltasar Gracian.

Ne combat jamais un homme qui n'a rien à perdre.
La reflexion personnelle est l'école de la sagesse.
Le sage tire plus de profit de ses ennemis que le fou n'en tire de ses amis.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Baltasar Gracian. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Baltasar Gracian, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Baltasar Gracian.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Espagnole Drapeau espagnol
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Baltasar Gracian
  • Nom complet : --
  • Prénom : Baltasar
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Gracian
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Baltasar Gracián, Baltasar Gracian y Morales

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 57 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Baltasar Gracian ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Baltasar Gracian, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Baltasar Gracian ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Baltasar Gracian et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.