Camille Claudel

 
Camille Claudel
1864 - 1943
 

Sculptrice française dont l'art, à la fois réaliste et expressionniste, s'apparente à l'Art Nouveau par son utilisation savante des courbes et des méandres comme «La Jeune Fille à la gerbe» (1886, qui influencera Rodin et déclarée trésor national en novembre 2003). Collaboratrice, maîtresse et muse du sculpteur Auguste Rodin, elle fut également la sœur du poète, écrivain, diplomate et académicien Paul Claudel. Sa carrière est météoritique car brisée par un internement psychiatrique et une mort quasi-anonyme.

Nationalité française Française, née le 8 décembre 1864 et morte le 19 octobre 1943

78 ans Morte victime d'un AVC (maladie) à l'âge de 78 ans.

Enterrée en France à Avignon (Vaucluse).

Cimetière de Montfavet d'Avignon
Zoomez sa tombe

Anniversaire !

Cela fera 155 ans que Camille Claudel est née le dimanche 8 décembre 2019. Plus que 18 jours...

Pour lui rendre hommage, vous pouvez :

  • Noter Camille Claudel (si ce n'est pas encore fait).

Biographie

Soeur de l'écrivain Paul Claudel, Camille verra le jour à Fère-en-Tardenois le 8 Décembre 1864. Elle passera une partie de son enfance à Villeneuve-sur-Fère. Désireuse de devenir sculpteur, elle s'installera à Paris dès l'âge de dix-sept ans. Elle est alors d'une grande beauté : "Un front superbe, surplombant des yeux magnifiques, de ce rare bleu si rare à rencontrer ailleurs que dans les romans", selon les propos de Paul en 1951. Camille, élève de Rodin à partir de 1883, deviendra sa maîtresse. Les deux artistes s'influenceront mutuellement. La Jeune Fille à la gerbe, de 1887, annoncera la Galatée de Rodin, et les Trois Faunesses seront à l'origine des figures féminines de la Vague de Camille Claudel. Le point culminant de leur liaison se situera en 1892, dans leur atelier commun hébergé dans le château délabré du XIIIème siècle - appelé "la folie Payen" - situé boulevard d'Italie, à Paris.

Camille sculptera cette année là deux danseurs nus que Dayot souhaitera voir revêtir d'une draperie. Elle acceptera de les couvrir et l'exposera ainsi au Salon de 1893. Le motif complexe de draperies qui entourait les jambes de la danseuse n'affectera pas la puissante suggestion érotique de l'oeuvre. Jules Renard remarquera alors : "Et ce groupe de la Valse où le couple semble vouloir se coucher et finir la danse par l'amour." La Valse, reprise en 1895, sera éditée en de nombreux exemplaires par Eugène Blot après 1905.

Camille, incapable d'évincer Rose Beuret de la vie de Rodin, quittera son amant en 1898. Elle ne se remettra jamais de cette séparation, même si son art parviendra à s'affranchir de l'influence de son illustre maître. L'Age mûr témoignera du cruel abandon de Rodin. Camille l'implore à genoux pour rejoindre alors que le sculpteur retourne auprès de Rose. Désormais, seule, Camille écrira à son frère Paul consul à New York: "Je suis toujours attelé à mon groupe de trois. Je vais mettre un arbre penché qui exprimera la destinée". Personne ne connaissant l'existence de cette oeuvre, elle demandera à Paul de ne montrer les croquis à quiconque.

"Un mouleur, ajoutera-t-elle, pour se venger à détruit à mon atelier plusieurs choses finies." Cette phrase sera l'un des premiers signes de la paranoïa qui allait anéantir Camille Claudel très affectée par la perte de son amant et le départ de son frère pour les Etats-Unis. L'aspect le plus profondément originale de l'oeuvre de Camille se situera à l'aube du nouveau siècle, quand elle adoptera un nouveau style issu du japonisme alors en vogue et profondément ancré dans l'Art nouveau (les Causeuses, 1897, et la Vague, 1900). Utilisant l'onyx, matériau rare, elle fondera ses compositions sur d'élégants jeux de courbes.

Rodin ne retira pas son soutien à Camille lorsque les symptômes de la maladie se manifesteront plus régulièrement. Il écrira alors à Gauchez : "... vous êtes sévère pour moi, mais ce qui me console, c'est que vous rendez justice à mon élève, qui est un grand sculpteur." Il obtiendra qu'une oeuvre de Camille Claudel soit offerte à Puvis de Chavannes à l'occasion de son soixante-dixième anniversaire. La commission choisira "Clôtho", une figure du Destin en vieille femme.

Camille, devenue totalement folle en 1906, sera internée à Montfavet. Elle manifestera le souhait de revenir dans la maison familiale: "Quel bonheur si je pouvais me retrouver à Villeneuve, ce jolie Villeneuve qui n'a rien de pareil" dira t'elle en 1927. Elle n'y reviendra jamais et décédera en 1943.

Source : www.insecula.com  

Tombe

Où se trouve la tombe de Camille Claudel ?

La position exacte de la tombe de Camille Claudel n'est pas renseignée.
Vous pouvez nous transmettre l'emplacement exact de sa tombe.

Où est enterré Camille Claudel ?

Cimetière de Montfavet d'Avignon
8T Avenue Stuart Mill
84000 Avignon
Vaucluse
France Drapeau francais

La tombe de Camille Claudel est au Cimetière de Montfavet d'Avignon, 8T Avenue Stuart Mill, 84000 Avignon, Vaucluse, France Drapeau francais.

Citations

Les meilleures citations de Camille Claudel.

Je réclame la liberté à grands cris.
Il faut me retirer de ce milieu, après quatorze ans, aujourd'hui d'une vie pareille, je réclame la liberté à grands cris.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Camille Claudel. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Camille Claudel, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Dans la série artiste maudit... Répondu à 0%
0 Valerie33
Photos des sculptures de Camille Claudel Répondu à 0%
0 Crom
Acte de naissance de Camille Claudel Répondu à 0%
0 Crom

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Féminin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Camille Claudel
  • Nom complet : --
  • Prénom : Camille
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Claudel
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 78 ans
  • Cause de mort : Accident vasculaire cérébral (Maladie cardio-vasculaire)

Obsèques

Que recherchez-vous sur Camille Claudel ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Camille Claudel, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
1 note
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Camille Claudel est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Camille Claudel au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 1 note. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 J'adore ses oeuvres, leur beauté et leur style.
J'adore ses oeuvres, leur beauté et leur style.
Commentez - il y a 1 an

Commentaires

Vous avez des questions sur Camille Claudel ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias Camille Claudel meurt à l'asile de Montfavet, le 19 octobre 1943 à 2 h du matin, d'un ictus apoplectique, vraisemblablement par suite de la malnutrition sévissant à l'hôpital, à l'âge de 78 ans. Selon Max Lafont, entre 1940 et 1944, 40 000 malades mentaux meurent de faim dans les hôpitaux psychiatriques en France.
Deux mois avant la mort de Camille Claudel, le directeur de l'hôpital psychiatrique avait affirmé à Paul Claudel : « Mes fous meurent littéralement de faim : 800 sur 2 000. » En août 1942 il lui écrivait que l'état général de Camille Claudel « a marqué un fléchissement net depuis les restrictions qui touchent durement les psychopathes. Votre sœur […] en juillet, a dû être alitée pour œdème malléolaire en rapport avec une carence et le déséquilibre alimentaire ». »

Elle est inhumée, quelques jours après sa mort, au cimetière de Montfavet, accompagnée du seul personnel de l'hôpital ; ni sa famille ni son frère Paul ne s'y rendent.
Ses restes seront transférés dans une fosse commune, son corps n'ayant pas été réclamé par ses proches qui s'étaient progressivement détachés d'elle
Répondre - il y a 1 an
Donias Stèle commémorative au cimetière de Montfavet.
Répondre - il y a 1 an
Donias Le 25 février 1917, depuis Montdevergues, Camille Claudel adresse au docteur Michaux cette lettre :

« Monsieur le docteur,

Vous ne vous souvenez peut-être pas de votre ex-cliente et voisine, Mlle Claudel, qui fut enlevée chez elle le 13 mars 1913 et transportée dans les asiles d'aliénés d'où elle ne sortira peut-être jamais. Cela fait cinq ans, bientôt six, que je subis cet affreux martyre, je fus d'abord transportée dans l'asile d'aliénés de Ville-Evrard puis, de là, dans celui de Montdevergues près de Montfavet (Vaucluse). Inutile de vous dépeindre quelles furent mes souffrances. J'ai écrit dernièrement à Monsieur Adam, avocat, à qui vous aviez bien voulu me recommander, et qui a plaidé autrefois pour moi avec tant de succès ; je le prie de vouloir bien s'occuper de moi. Mais, dans cette circonstance, vos bons conseils me seraient nécessaires car vous êtes un homme de grande expérience et, comme docteur en médecine, très au courant de la question. Je vous prie donc de bien vouloir causer de moi avec M. Adam et réfléchir à ce que vous pourriez faire pour moi. Du côté de ma famille, il n'y a rien à faire : sous l'influence de mauvaises personnes, ma mère, mon frère et ma sœur n'écoutent que les calomnies dont on m'a couverte. On me reproche (ô crime épouvantable) d'avoir vécu toute seule, de passer ma vie avec des chats, d'avoir la manie de la persécution ! C'est sur la foi de ces accusations que je suis incarcérée depuis cinq ans et demi comme une criminelle, privée de liberté, privée de nourriture, de feu, et des plus élémentaires commodités. J'ai expliqué à M. Adam dans une longue lettre les autres motifs qui ont contribué à mon incarcération, je vous prie de la lire attentivement pour vous rendre compte des tenants et des aboutissants de cette affaire.

Peut-être pourriez-vous, comme docteur en médecine, user de votre influence en ma faveur. Dans tous les cas, si on ne veut pas me rendre ma liberté tout de suite, je préférerais être transférée à la Salpêtrière ou à Sainte-Anne ou dans un hôpital ordinaire où vous puissiez venir me voir et vous rendre compte de ma santé. On donne ici pour moi 150 F par mois, et il faut voir comme je suis traitée, mes parents ne s'occupent pas de moi et ne répondent à mes plaintes que par le mutisme le plus complet, ainsi on fait de moi ce qu'on veut. C'est affreux d'être abandonnée de cette façon, je ne puis résister au chagrin qui m'accable. Enfin, j'espère que vous pourrez faire quelque chose pour moi, et il est bien entendu que si vous avez quelques frais à faire, vous voudrez bien en faire la note et je vous rembourserai intégralement.

J'espère que vous n'avez pas eu de malheur à déplorer par suite de cette maudite guerre, que M. votre fils n'a pas eu à souffrir dans les tranchées et que Madame Michaux et vos deux jeunes filles sont en bonne santé. Il y a une chose que je vous demande aussi, c'est quand vous irez dans la famille Merklen, de dire à tout le monde ce que je suis devenue. »
Répondre - il y a 1 an
Donias Plaque commémorative, no 19 quai de Bourbon à Paris.
Répondre - il y a 1 an
Donias L'hôtel de Jassaud, no 19 quai de Bourbon à Paris, où Camille Claudel habita et travailla de 1899 jusqu'à son internement.
Répondre - il y a 1 an
Donias Camille Claudel, L'Âge mûr (1899), bronze, Paris, musée Rodin.
Répondre - il y a 1 an
Donias Camille Claudel, Sakountala (1905, détail), marbre, Paris, musée Rodin.
Répondre - il y a 1 an
Donias Camille Claudel sculptant Vertumne et Pomone vers 1903
Répondre - il y a 1 an

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Camille Claudel et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres sculptrice française

Portrait de Claude Lalanne
 
Notez-la !

Drapeau France 1925 - 2019
Française, 93 ans

Sculptrice française, connue pour ses créations « L’homme à la tête de chou », ou encore la série de sculptures « Pomme bouche ». Elle formait un duo artistique célèbre avec son mari François-Xavier Lalanne, sculpteur et graveur.
Portrait de Mick Micheyl
 

Drapeau France 1922 - 2019
Française, 97 ans

Chanteuse française, vedette de la chanson française, elle est connue pour son interprétation de la chanson « Un gamin de Paris » (1951).
Portrait de Louise Bourgeois
 
Notez-la !

Drapeau France 1911 - 2010
Française, 98 ans

Artiste, Plasticienne, Sculptrice (Art, Sculpture).
Portrait de Niki De Saint Phalle
 

Drapeau France 1930 - 2002
Française, 71 ans

Artiste, Cinéaste, Peintre, Plasticienne, Sculptrice (Art, Art plastique, Cinéma, Peinture, Sculpture).
Portrait de Ludmila Tchérina
 
Notez-la !

Drapeau France 1924 - 2004
Française, 79 ans

Danseuse et actrice française, connue pour ses rôles dans les films « Les Chaussons rouges » (1948) et « Les Contes d'Hoffmann » (1951), elle reçoit les prix de l'Ordre des arts et des lettres, puis le titre d'Officier de la Légion d'honneur en 1980.
Portrait de Silviane Léger
 
Notez-la !

Drapeau France 1945 - 2012
Française, 67 ans

Artiste, Sculptrice (Art, Sculpture).