Frédéric Joliot-Curie

 
Frédéric Joliot-Curie
1900 - 1958
 

Physicien et chimiste français ayant obtenu le prix Nobel de chimie en 1935 avec son épouse Irène Joliot-Curie (fille aînée de Pierre et Marie Curie) « en reconnaissance de leur synthèse de nouveaux éléments radioactifs ». Il a joué un rôle majeur comme Haut-Commissaire dans les débuts de l'exploitation de l'énergie atomique en France dans l'immédiat de l'après Seconde Guerre mondiale.

Nationalité française Francais, né le 19 mars 1900 et mort le 14 août 1958

58 ans Mort à l'âge de 58 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Frédéric Joliot-Curie ?


Contribuez !

Biographie

Jean Frédéric Joliot, dit Frédéric Joliot-Curie, (19 mars 1900 à Paris - 14 août 1958 à Paris) est un physicien et chimiste français. Il a obtenu le prix Nobel de chimie en 1935 avec son épouse Irène Joliot-Curie (fille aînée de Pierre et Marie Curie) « en reconnaissance de leur synthèse de nouveaux éléments radioactifs ». Il a été professeur au Collège de France, directeur de l'Institut du radium, et membre de l'Académie des sciences. Il a joué un rôle majeur comme Haut-Commissaire dans les débuts de l'exploitation de l'énergie atomique en France dans l'immédiat de l'après Seconde Guerre mondiale.

Il fait ses études à l'École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris (39e promotion), où il rencontre Paul Langevin et se lie d'amitié avec Pierre Biquard. Grâce à Paul Langevin, il devient préparateur particulier de Marie Curie à l'Institut du Radium. En 1926, il épouse Irène Curie, la fille de Pierre et Marie Curie. Frédéric Joliot obtient son doctorat de sciences en 1930. Il mène ensuite une double carrière à la faculté des sciences de l'université de Paris et à la Caisse nationale des sciences (puis Caisse nationale de la recherche scientifique) : assistant à l'Institut du radium et chargé de recherche en 1932, maître de recherche en 1933, maître de conférences en 1935, directeur de recherche en 1936.

Il participe avec sa femme à des recherches sur la structure de l'atome. En 1935, ils obtiennent le prix Nobel de chimie « en reconnaissance de leur synthèse de nouveaux éléments radioactifs ». En 1937, il est nommé professeur de chimie nucléaire au Collège de France et directeur du laboratoire de synthèse atomique de la Caisse nationale de la recherche scientifique

Le 16 janvier 1939 Otto Hahn et Fritz Strassmann apportent à la communauté scientifique la preuve de la fission de l'uranium par bombardement de neutrons. Cette nouvelle fait sensation et provoque une émulation auprès des scientifiques de l'atome. Le 26 janvier Joliot comprend qu'une réaction en chaine peut être possible sous certaines conditions. Il en informe l'Académie des sciences le 30 janvier.

Durant le mois de février 1939 à Paris, Joliot, Halban, et Kowarski réussissent à démontrer expérimentalement que la réaction en chaine peut se produire. Craignant d'être devancé par l'équipe de Fermi et Szilard aux États-Unis, il charge Halban d'aller déposer par le premier avion au départ pour Londres, un article sur leur découverte pour la revue Nature. L'article de la découverte de la réaction en chaine parut dans le no 143 de la revue.

Fin avril 1939 Joliot demande à Francis Perrin de l'aider à résoudre le calcul complexe de la masse critique. Perrin y parvient et conclut que la masse critique pour l'uranium doit être de 40 tonnes, voire 15 tonnes, si enfermée dans un réflecteur de neutron. À partir de ce moment, Perrin rejoint officiellement l'équipe française sur demande de Joliot.

Le calcul de criticité est déposé à l'Académie des sciences le 1er mai 1939. Le 4 mai 1939 Joliot, Halban et Kowarski déposent via la Caisse nationale de la recherche scientifique trois brevets. Les deux premiers sont en vue de production d'énergie nucléaire, dits « Cas no 1 » et « Cas no 2 » ou encore « Cas A » et « Cas B ». Le dernier brevet, et le plus important, « Cas no 3 » ou encore « Cas C », a pour titre « Perfectionnement aux charges explosives ». Ce brevet est le dépôt intellectuel de la bombe atomique et il est déposé sous le numéro provisoire no 445686.

Daladier, alors Président du conseil et ministre de la défense, voyant la nature de ce « Cas no 3 » portant clairement sur l'armement, décide, alors que la France est en guerre contre l'Allemagne, d'apposer le sceau du secret défense sur cette invention et la réserve à l'État, mettant Joliot et son équipe au service du Ministère de l'armement de Raoul Dautry en novembre 1939. Joliot fait jouer ses relations pour pouvoir acquérir l'ensemble mondial du stock d'eau lourde produit par la Norsk Hydro-Elektrisk Kvaelstofaktieselskbab en Norvège, soit 185,5 kg repartis en 26 bidons. Il passe un accord avec la STR (Société des terres rares) pour acquérir le maximum de matière radioactive. Il organise pour l'État français un contrat d'approvisionnement en uranium avec l'Union minière du Haut Katanga via les actionnaires majoritairement belges. Par ces différents actes, Joliot fait de la France le premier pays au monde à s'assurer un approvisionnement en uranium, et à comprendre l'importance de l'énergie nucléaire civile et militaire.

Le 18 juin 1940, il envoie ses deux proches collaborateurs juifs (donc menacés par l'invasion allemande) Hans Halban et Lew Kowarski en Angleterre pour mettre hors de portée des nazis les découvertes de l'équipe. Cette exfiltration se fera via le navire charbonnier anglais Broompark, emportant à son bord 200 kg d'eau lourde, les documents, les brevets et le plus important : les hommes ayant travaillé avec Joliot et les seuls avec lui à comprendre la portée de leur savoir. Lui-même préfère rester en France car sa femme est malade, au sanatorium de Clairvivre en Dordogne où il part la retrouver. Pendant ce temps, les nazis visitent les laboratoires scientifiques français à Paris et s'installent : le physicien Kurt Diebner et le général Schumann enquêtent sur l'avancement du projet atomique français. Ils envisagent de réquisitionner les laboratoires d'Ivry et du Collège de France.

Début août 1940, un courrier d'Edmond Faral, administrateur du Collège de France, lui demande ainsi qu'aux autres professeurs du Collège de rentrer sans plus tarder à Paris. Il est alors interrogé par Schumann, qui lui fait comprendre qu'il pourra laisser fonctionner les laboratoires français si Joliot s'engage à ne faire que de la recherche pure, sans but militaire. Afin de faciliter le dialogue, les Allemands font appel à un physicien francophone, bien connu de Joliot, Wolfgang Gentner.

Gentner était venu en France, en 1933, étudier la physique au sein de l'Institut du radium de Paris, grâce à une bourse de l'université de Francfort. Mais avec l'arrivée de Hitler au pouvoir, cette bourse fut supprimée : Marie Curie, qui avait accepté Gentner dans ses locaux, réussit à lui obtenir une nouvelle bourse pour qu'il puisse rester à Paris. Gentner avait pu ainsi, à ce moment, rencontrer Joliot, le connaître et nouer une relation sincère.

Joliot décide alors de remettre en service son laboratoire parisien sous le contrôle de Gentner ainsi que le cyclotron. Joliot-Curie entretient à partir de ce moment des relations équivoques avec l'occupant et repousse les mises en gardes formulées dès août 1940 par le Ministère français des affaires étrangères en la personne d'André Basdevant : Il faut noter à cet égard que Joliot-Curie et les membres de son équipe seront à partir de cette date salariés directement par la Wehrmacht puisque dépendants d'une direction scientifique de l'OKW.

Il s'engage dans la Résistance en juin 1941 et prend la tête du Front national, organisation créée par le Parti communiste français, dont les militants se rencontrent clandestinement dans son laboratoire. Il prend part en août 1944 à l'insurrection de Paris contre l'occupation nazie. Il est l'inventeur du cocktail « Joliot-Curie », qui fit des ravages contre les chars Allemands à la libération de Paris puisque ces « cocktails », composés de trois éléments faciles à trouver à l'époque, n'avaient pas besoin d'être enflammés pour neutraliser les véhicules visés

Il est directeur du CNRS du 20 août 1944 au 3 février 1946. En 1945, il participe à la fondation du Commissariat à l'énergie atomique (CEA), dont il est nommé haut-commissaire par le général de Gaulle. En 1947, il devient membre étranger de la Royal Society qui lui décerne, l'année suivante, la médaille Hughes. En 1948, il supervise la construction du premier réacteur nucléaire français, la pile Zoé. À la mort de sa femme, il reprend la charge de sa chaire de physique nucléaire à la Faculté des sciences de Paris ainsi que la direction de l'Institut du Radium tout en conservant son poste au Collège de France. Il est élu membre de l'Académie des sciences en 1958. À sa mort, Jean Teillac lui succède à la chaire de physique et à la direction de l'Institut du radium.

Frédéric et Irène Joliot ont eu deux enfants : Hélène Langevin-Joliot née en 1927 et Pierre Joliot-Curie né en 1932. Ils ont reçu en même temps le titre de docteur honoris causa de l'Université Jagellon de Cracovie en 1951.

Frédéric Joliot était membre du Parti communiste français depuis 1942, membre du Comité central en 1956. Il fut par ailleurs président du Conseil Mondial de la Paix de 1949 à 1958. Dans ce cadre, il lance en 1950 l'Appel de Stockholm visant à l'interdiction de la bombe atomique. À ce titre, il reçoit le prix Staline international pour la paix (nommé Prix Lénine depuis 1956 lors de la déstalinisation) et il est relevé de ses fonctions de haut-commissaire du CEA la même année. Il fait ensuite partie des signataires du Manifeste Russell-Einstein.

Il était commandeur de la Légion d'honneur au titre de la Résistance. De 1946 à 1955 il a assumé aussi la présidence de l'Union rationaliste.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Frédéric Joliot-Curie en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Frédéric Joliot-Curie.

Vous savez où se trouve la tombe de Frédéric Joliot-Curie ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Frédéric Joliot-Curie pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Frédéric Joliot-Curie, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Frédéric Joliot-Curie.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : Jean Frédéric Joliot
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Frédéric Joliot-Curie
  • Nom complet : --
  • Prénom : Jean
  • Prénom (2) : Frédéric
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Joliot
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : Frédéric Joliot-Curie
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Date de naissance : 19 mars 1900
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 58 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Frédéric Joliot-Curie ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Frédéric Joliot-Curie, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
1 note
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Frédéric Joliot-Curie est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Frédéric Joliot-Curie au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 1 note. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Très grand physicien et homme politique de gauche.
très grand pysicien et homme politique de gauche
Commentez - il y a 1 an

Commentaires

Vous avez des questions sur Frédéric Joliot-Curie ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias tombe de Frédéric Joliot-Curie
Répondre - il y a 1 an
Donias En 1935, ils obtiennent le prix Nobel de chimie « en reconnaissance de leur synthèse de nouveaux éléments radioactifs1 ». En janvier 1937, une chaire de chimie nucléaire est créée pour lui au Collège de France. Joliot se consacre à la construction du premier cyclotron français.
En 1937, le site d’une ancienne propriété de la Compagnie générale d'électro-céramique à Ivry-sur-Seine est acquis par le Caisse nationale recherche scientifique pour la construction du Laboratoire de synthèse atomique. Dirigé par Frédéric Joliot, le laboratoire est spécialisé pour la production des nouveaux radioéléments et de leurs applications biologiques et physico-chimiques. F. Joliot s’implique personnellement dans des recherches biologiques utilisant des traceurs radioactifs.

Le 6 janvier 1939, Otto Hahn et Fritz Strassmann apportent à la communauté scientifique la preuve de la fission de l'uranium par bombardement de neutrons. Cette nouvelle fait sensation et provoque une émulation auprès des scientifiques de l'atome. Il publie dès le 30 janvier dans les Comptes rendus hebdomadaires de l'Académie des sciences9 une preuve physique de la fission, indépendamment de celle donnée par Otto Frisch et met sur pied une équipe avec Hans Halban et Lew Kowarski, pour étudier les conditions pouvant rendre possible une réaction en chaîne.

D'autres équipes de physiciens, en particulier celle de Fermi et Szilard aux États-Unis, s’engagent dans des recherches analogues. Durant le mois de février 1939 à Paris, Joliot, Halban et Kowarski réussissent à démontrer expérimentalement que la réaction en chaîne peut se produire. En mars, Joliot charge Halban d'aller déposer par le premier avion au départ pour Londres, un article sur leur découverte pour la revue Nature. L'article de la découverte de la réaction en chaîne parut dans le no 143 de la revue, établissant l’émission de neutrons lors de la fission, suivi deux autres en avril et mai sur le nombre et l’énergie des neutrons libérés. L'équipe de Joliot dépose le 30 octobre un pli cacheté à l’Académie des sciences sur la possibilité de produire des réactions nucléaires en chaîne illimitée.

Fin avril 1939, Francis Perrin se joint à l'équipe afin de résoudre le calcul complexe de la masse critique. Perrin y parvient et conclut que la masse critique pour l'uranium doit être de 40 tonnes, voire 15 tonnes, si enfermée dans un réflecteur de neutron.
Répondre - il y a 1 an
Donias Irène et Frédéric Joliot-Curie, dans les années 1940.
Répondre - il y a 1 an
Donias https://fr.wikipedia.org/wiki/Ir%C3%A8ne_Joliot-Curie

Irène Joliot-Curie
Répondre - il y a 1 an

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Frédéric Joliot-Curie et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres physicien francais

Portrait de Pierre Binetruy
 
Notez-le !

Drapeau France 1955 - 2017
Francais, 62 ans

Physicien français spécialiste de la cosmologie et des interactions fondamentales de l'Univers, connu pour ses recherches sur les ondes gravitationnelles et pour avoir créé le laboratoire Astroparticules et Cosmologie (APC).
Portrait de Jean-Paul Marat
 

Drapeau France 1743 - 1793
Francais, 50 ans

Révolutionnaire français, député montagnard à la Convention à l’époque de la Révolution, son assassinat par Charlotte Corday permet aux hébertistes d'en faire un martyr de la Révolution et d'installer pendant quelques mois ses restes au Panthéon.
Portrait de Blaise Pascal
 

Drapeau France 1623 - 1662
Francais, 39 ans

Mathématicien, Philosophe, Physicien, Scientifique, Théologien (Histoire, Science).
Portrait de René Descartes
 
Notez-le !

Drapeau France 1596 - 1650
Francais, 53 ans

Mathématicien, Philosophe, Physicien, Scientifique (Art, Histoire, Littérature, Philosophie, Science).
Portrait de Henri Poincaré
 

Drapeau France 1854 - 1912
Francais, 58 ans

Mathématicien, Physicien, Scientifique (Science).
Portrait de Pierre-Simon De Laplace
 
Notez-le !

Drapeau France 1749 - 1827
Francais, 77 ans

Astronome, Homme d'état, Homme politique, Mathématicien, Ministre, Ministre de l'intérieur, Physicien, Scientifique (Histoire, Mathématiques, Physique, Politique, Science).

Autres points communs avec Frédéric Joliot-Curie