Georges Braque

2387ème
Georges Braque
1882 - 1963
Score : 0

Artiste, Peintre, Sculpteur (Art, Peinture, Sculpture).

Nationalité française Francais, né le 13 mai 1882 et mort le 31 août 1963

81 ans Mort à l'âge de 81 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Georges Braque ?


Contribuez !

Anniversaire !

Cela fera 137 ans que Georges Braque est né le lundi 13 mai 2019. Plus que 25 jours...

Pour lui rendre hommage, vous pouvez :

  • Noter Georges Braque (si ce n'est pas encore fait).
  • Voter pour Georges Braque.

Biographie

Le 13 mai 1882, naissance de Georges Braque à Argenteuil. Son père et son grand-père y sont entrepreneurs de peinture en bâtiment. En 189o, la famille quitte Argenteuil pour Le Havre et le jeune Georges poursuit ses études au lycée de la ville, tout en assistant aux cours du soir de l'Ecole des beaux-arts. A dix-huit ans, il vient à Paris comme apprenti chez un ami et ancien employé de son père. Il habite à Montmartre, rue des Trois-Frères. Le soir, il fréquente les cours municipaux de dessin des Batignolles. Enfin, après un an de service militaire au Havre, il s'installe définitivement à Paris, rue Lepic, et s'inscrit à l'académie Humbert. Il y fait la connaissance de Marie Laurencin et de Picabia. A l'automne 1904, il s'installe dans un atelier rue d'Orsel et commence à peintre seul. Son amitié pour Othon Friesz un Havrais de quelques années son aîné, le conduit à adopter le fauvisme.

Avec son ami, il se rend à Anvers durant l'été 1906. Puis, en octobre, il part pour l'Estaque, près de Marseille ; ce sera son premier séjour. Il adopte alors résolument la palette des fauves et, à son retour à Paris, il expose six toiles, au Salon des Indépendants. Elles seront toutes vendues. Ce succès l'encourage et il retourne dans le Midi. Ses toiles auront désormais un sentiment différent. Georges Braque est influencé par Cézanne* : l'horizon remonte, les plans ne s'établissent plus en profondeur, mais en hauteur.

En même temps, les couleurs, tout en restant très lumineuses, perdent leur rôle décoratif, pour un rôle plus constructif. Certaines teintes sombres apparaissent. Une toile très représentative de cette orientation nouvelle est celle de la collection de M. et Mme Werner E. Jorten : l'Estaque, vue depuis l'hôtel Mistral. Georges Braque parle lui-même de ce tournant dans sa carrière : « J'avais appris à peindre d'après nature, et lorsque je fus persuadé qu'il fallait se libérer du modèle, ce ne fut pas du tout facile Mais je m'y suis mis, et le détachement s'est fait par des poussées intuitives qui me séparaient de plus en plus du modèle. A des moments comme ça, on obéit à un impératif presque inconscient, on ne sait pas ce que cela peut donner.

C'est l' aventure !

Pour cette aventure, il allait avoir un compagnon de route : ce sera Picasso*. A son retour à Paris, en octobre 1907, Georges Braque signe un contrat avec le jeune marchand de tableaux Kahnweiler. Celui-ci lui fait connaître Apollinaire, qui lui-même l'amène à Picasso dans son atelier du Bateau-Lavoir : Picasso vient d'achever les Demoiselles d'Avignon**. Pour Braque c'est une révélation et, en décembre, il entreprend un Nu dans des teintes gris bleuté. Il passe de nouveau l'été à l'Estaque en 1908 ; son style est alors fort différent de celui des deux séjours précédents.

Braque décompose la nature en masses compactes et la réorganise avec beaucoup de sobriété dans un espace géométrisé. Les couleurs, elles aussi, sont d'une grande sobriété: verts sombres, gris, beiges,blancs. Braque revient du Midi avec plusieurs toiles, Maisons à l'Estaque, qu'il envisage d'exposer au Salon d'automne. Elles sont toutes refusées et le peintre décide d'organiser une exposition particulière à la galerie Kahnweiler. Elle a lieu du 9 au 28 novembre 1908, préfacée par Apollinaire. Le critique Vauxcelles écrit dans le Gil Blas du 14 novembre : « M. Braque est un jeune homme fort audacieux...

Il méprise la forme, réduit tout, sites et figures et maisons, à des schémas géométriques, à des cubes. » Pour la première fois le mot est lancé. En 1909, Braque et Picasso resserrent leur amitié nouée en 1907. Ce sera, jusqu'en 1914, une collaboration étonnante. Les deux peintres s'influencent mutuellement et poursuivent leurs recherches de concert. Ils sont tantôt à Montmartre, tantôt à Céret dans le Roussillon, ou à Sorgues près d'Avignon. Après les paysages, Braque aborde les natures mortes. genre qu'il a abondamment illustré et dans lequel il persévérera toute sa vie : Nature morte aux instruments de musique (1908), Guitare et compotier (1909), Violon et palette (1909-1910) . Piano et mandore (1909-1910) . A ce moment-là, Braque relâche de plus en plus les liens que son art gardait avec la nature : c'est la phase hermétique du cubisme analytique. Puis il aborde la figure. toujours dans la phase hermétique le Torse de femme (1910-1911), Portugais (1911), l'Homme à la guitare (1911), Femme lisant (1911) et Homme au violon (1911).

Braque apporte des innovations : il introduit pour la première fois dans le Portugais des lettres et des chiffres d'imprimerie peints au pochoir. Puis il se livre des imitations de matière, faux bois et faux marbre. Pendant son séjour à Sorgues aux côtés de Picasso, en 1912, il commence à incorporer du sable, la sciure, de la limaille de fers à ses toiles : Nature morte à la grappe raisin. De là, il passe au collage le premier, Compotier et verre, est réalisé en septembre 1912, puis Aria de Bach, et la Clarinette (1913). sont des morceaux de papier peint, de journaux, d'affiches collés, lesquels l'artiste dessine au fusain ou à la gouache. Ces nouveaux éléments le contraignent à élargir les plans : le morcellement minutieux fait place à des aplats, la couleur perd de son austérité.

Le cubisme entre dans sa période synthétique. En 1914, Braque est mobilisé; remarqué par son courage, il obtient deux citations. Le 11 mai 1915, il est blessé à la tête, puis trépané. Sa convalescence est longue, et quand e remet à peindre, en 1907, il est déconcerté par Picasso. Leur étroite collaboration est terminée. Braque évolue vers un cubisme moins anguleux, plus coloré, plus respectueux de l'objet. Il le dit -même : « J'ai le souci de me mettre à l'unisson de la nature, bien plus que de la copier. » Il inaugure sa nouvelle manière en automne 1918, avec les trois natures mortes au guéridon. Il peint plusieurs séries : en plus des Guéridons. ce sont celle des Canéphores et celle des Cheminées qui l'occuperont de 1922 à 1927. En 1925, Braque s'installe au parc Montsouris dans une maison construite pour lui par l'architecte Perret. Aux environs de 1930, sans doute sous l'influence de Picasso, exécute plusieurs séries : des baigneuses, des Plages, des Falaises.

Les années suivantes seront, en qualité, les plus fécondes. Braque est en pleine possession de ses moyens techniques et semble au sommet de son génie. De 1933 à 38, son évolution est jalonnée par une succession de natures mortes décoratives : la Nappe rose (1933), la Nappe Jaune (1935), la Nappe mauve (1936), Femme à la mandoline (1937), le Duo. Braque reste à Paris durant toute la guerre et l'occupation. Il donne quelques chefs-d'oeuvre: les Poissons noirs (1942), le Guéridon rouge (1942), le Salon (1944). En 1945, une grave maladie le contraint à s'arrêter de peindre durant plusieurs mois.

En 1949, il termine les premiers tableaux de la grande série des Ateliers et exécute les décors du Tartuffe de Molière à la demande de Jouvet. Lui qui ne s'était guère intéressé à la décoration va faire plusieurs travaux : en 1948, il sculptera la porte du tabernacle de l'église d'Assy, puis il exécutera les cartons de quatre tapisseries sur le thème du Guéridon. En 1952, il reçoit la commande d'un plafond pour la salle Henri-Il du Louvre : de grands oiseaux noirs cernés de blanc sur fond bleu. Ces mêmes oiseaux lui serviront de thème pour la décoration qu'il exécute à la fondation Maeght, à Saint-Paulde-Vence. En 1956, il crée cinq vitraux pour une chapelle de Varengeville, où il possède une maison. Deux ans plus tard, il termine la série des Ateliers et peint une suite sur le thème de l'Oiseau. Braque meurt en septembre 1963.

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Georges Braque en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Georges Braque.

Vous savez où se trouve la tombe de Georges Braque ?

Citations

Les meilleures citations de Georges Braque.

Le vase donne une forme au vide, et la musique au silence.
La peinture est de plus en plus proche de la poésie, maintenant que la photographie l'a libérée du besoin de raconter une histoire.
J'aime la règle qui corrige l'émotion. J'aime l'émotion qui corrige la règle.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Georges Braque. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Georges Braque, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Georges Braque.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Georges Braque
  • Nom complet : --
  • Prénom : Georges
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Braque
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : goerges braque

Naissance

  • Date de naissance : 13 mai 1882
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 81 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Georges Braque ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Georges Braque, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Votez !

x
= ? points

Tirez une carte pour faire gagner des points ? à Georges Braque afin qu'il grimpe dans le Top 50.

Top 50

2387ème
0 point
cumulés en 30 jours
Portrait de Georges Braque
2387ème
Notez-le !

Drapeau France 1882 - 1963
Francais, 81 ans

Artiste, Peintre, Sculpteur (Art, Peinture, Sculpture).
+1
place depuis hier
0 point
cumulés hier

C'est le classement de Georges Braque dans le Top 50. Sa position est déterminée selon un score calculé à partir de points cumulés sur les 30 derniers jours. Si vous êtes un fan fidèle votant chaque jour, si vous incitez vos amis à vous soutenir et voter pour Georges Braque, vous améliorez sont classement à chaque point gagné. Pour en savoir plus sur le fonctionnement du Top 50.

Les Fans

Il n'y a pas encore de fan de Georges Braque.
Soyez le 1er fan en votant pour Georges Braque.

Commentaires

Vous avez des questions sur Georges Braque ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias Georges Braque
Répondre - il y a 12 mois
Donias Cubism – Georges Braque
Répondre - il y a 12 mois
Donias tombe de Georges Braque
Répondre - il y a 12 mois
Donias Cimetière marin de Varengeville-sur-Mer où se trouve la tombe de Georges Braque décorée d'un oiseau.
Répondre - il y a 12 mois
Donias Georges Braque meurt le 31 août 1963 à Paris. Alberto Giacometti, qui est venu dessiner son portrait funérairet, écrit : « Ce soir tout l'œuvre de Braque redevient pour moi actuel […]. De tout cette œuvre, je regarde avec le plus d'intérêt, de curiosité et d'émotion les petits paysages, les natures mortes, les modestes bouquets des dernières années, des toutes dernières années. » Des funérailles nationales ont lieu pour l'artiste le 3 septembre. André Malraux prononce son éloge funèbre devant la Colonnade du Louvre.

Georges Braque est enterré le lendemain au cimetière marin de Varengeville-sur-Mer. Son épouse, Marcelle Lapréu, née le 29 juillet 1879 à Paris, avait trois ans de plus que le peintre. Elle est morte deux ans après lui mais, auparavant, « en 1965, peu de temps avant sa disparition, et conformément au souhait de son mari, madame Braque a effectué une donation de […] quatorze peintures et cinq sculptures que le peintre ne voulait pas voir sortir de France ». Elle est enterrée aux côtés de son époux dans le cimetière marin de Varengeville.
Répondre - il y a 12 mois

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Georges Braque et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres points communs avec Georges Braque