Georges Séguy

 
Georges Séguy
1927 - 2016
 

Communiste, Homme d'état, Homme politique, Résistant, Syndicaliste, Victime, Victime de déportation (Guerre, Parti communiste français, Politique, Politique de gauche).

Nationalité française Francais, né le 16 mars 1927 et mort le 13 août 2016

89 ans Mort à l'âge de 89 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Georges Séguy ?


Contribuez !

Biographie

Georges Séguy est un homme politique, résistant et syndicaliste français, né le 16 mars 1927 à Toulouse (Haute-Garonne) et mort le 13 août 2016 à Amilly (Loiret), à l'âge de 89 ans, à l'hôpital de Montargis (situé à Amilly). Il est de 1967 à 1982 le secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT).

Fils d'un cheminot syndicaliste et communiste, et d'une mère qui le fait baptiser, Georges Séguy effectue ses études « primaires » à Toulouse et obtient en 1939 le certificat d'études primaires. Élève au cours complémentaire, il abandonne ses études pour devenir apprenti typographe et entrer dans la vie active. Cela se passe au printemps 1942 et il vient d'apprendre l'exécution par les Allemands du dirigeant syndicaliste cheminot Pierre Semard, ami personnel de son père : « l'annonce de cette mort m'a déterminé à venger un homme comme lui », dit-il dans ses Mémoires. Il entre donc en apprentissage dans l'imprimerie d'un petit patron libertaire du labeur de Toulouse, Henri Lion, qui travaille clandestinement pour la Résistance. L'apprenti imprimeur adhère, évidemment clandestinement aussi, aux Jeunesses communistes et il devient un des responsable d'un groupe des Francs-tireurs et partisans français (FTPF).

Le 4 février 1944, il est arrêté par la Gestapo, sur dénonciation, avec tout le personnel de l'imprimerie, y compris le patron qui est torturé au cours de ses interrogatoires. La police ignore les activités exactes de Georges Séguy. Cela lui permet après trois semaines à la prison de Toulouse d'être envoyé au camp de Compiègne d'où il part vers le 23 mars 1944 pour l'inconnu de la Déportation. Il est âgé de 17 ans. Il arrive deux nuits plus tard au camp de Mauthausen (Autriche). Le camp est libéré fin avril 1945 par les armées américaines et soviétiques.

À son retour à Toulouse le 5 mai 1945, il pèse 38 kilos et selon ses termes « a du mal à "refaire surface" » Il place cet épisode de sa vie comme le moment fondateur de toute son existence : « J'ai tout de suite pensé que dans la mesure où j'avais eu la chance inespérée de figurer parmi les rescapés, de revenir vivant de la déportation, ma vie en quelque sorte ne m'appartenait plus ; elle appartenait à la cause pour laquelle nous avions combattu et pour laquelle tant des nôtres étaient morts ». Le survivant Georges Séguy, est devenu, l'âge de la transmission venu, un militant de la mémoire des déportés.

Une pleurésie contractée à Mauthausen lui interdit de reprendre son travail dans l'Imprimerie. Après quelques études il passe un essai professionnel d'électricien et est admis à la SNCF en 1946. Il mène dès lors activités politiques (il entre au comité fédéral du Parti communiste de la Haute-Garonne dès 1945) et activités syndicales au sein de sa profession. De 1946 à 1949, il est membre du Syndicat des cheminots de Toulouse. De 1949 à 1957, il est secrétaire de la Fédération CGT des cheminots. Parallèlement en 1954, il entre au comité central du Parti communiste français puis en 1956 il accède au bureau politique de ce parti. Il n'a pas encore 30 ans et est le plus jeune des dirigeants du PCF. Il reste dans cette instance jusqu'en 1982. De 1961 à 1965, il est secrétaire général de la Fédération des cheminots de la CGT. En 1965, lors du 35e Congrès de la CGT il devient membre du Bureau confédéral de la CGT. Il en est aussi, à ce moment-là, le plus jeune des membres.

Au congrès suivant, le 16 juin 1967 il est élu secrétaire général de la CGT. Il succède au militant historique Benoît Frachon, dont il a 34 ans de moins. Frachon reste à ses côtés en tant que président de la Confédération. À ce poste de secrétaire général, il tient un rôle de premier plan au cours des grandes grèves de Mai-Juin 1968, un mouvement social d'une ampleur inédite depuis 1936, et il acquiert une stature d'homme politique national. Il témoigne de ces événements et répond à quelques interrogations qu'ils ont suscitées dans un livre publié en 1972, Le mai de la CGT. En 1970, il est élu membre du bureau exécutif de la Fédération syndicale mondiale (FSM). Il reste 15 années secrétaire général de la première organisation syndicale française. Il quitte cette fonction lors du 41e Congrès de la CGT, le 18 juin 1982.

Le 17 août 1975, Jacques Chirac alors Premier ministre affirme à propos de la crise que l'on aperçoit « la sortie du tunnel », Georges Séguy lui répond que « s'il voit le bout du tunnel, c'est qu'il marche à reculons et qu'il confond l'entrée avec la sortie. »

Il quitte la direction de la CGT lors de son 41e Congrès en 1982, année officielle de sa retraite professionnelle. Mais il ne cesse pas de militer. De 1982 à 1992, il continue à être membre de la commission exécutive (CE) de la CGT. En même temps il anime un appel de 100 personnalités pour la Paix (Appel des 100) et contre l'installation en Europe de fusées atomiques américaines. De 1982 à 2002, il est président de l'Institut CGT d'histoire sociale (IHS-CGT) dont il est l'un des fondateurs. À partir de 2002, il en est le Président d'honneur.

Il soutient, en 2010, les listes Front de Gauche menée par le PCF, le Parti de Gauche et la Gauche Unitaire aux élections régionales françaises.

Lors du 50e Congrès de la CGT (18 au 22 mars 2013) qui s'est déroulé dans sa ville natale de Toulouse, Georges Séguy, âgé de 86 ans, est acclamé à la tribune par les militants.

Marié en 1949 avec Cécile Sedeillan , vendeuse, fille d'un cheminot dont elle est très tôt orpheline, Georges Séguy est père de trois enfants.

Georges Séguy est mort le samedi 13 août 2016 à l'âge de 89 ans, après avoir affronter durant les mois qui ont précédé son décès, de douloureuses épreuves, dont la mort de son épouse Cécile, et de sévères problèmes de santé : plusieurs accidents vasculaires cérébraux (AVC) suite à son diabète ainsi que l'amputation de ses deux jambes en dessous des genoux.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Georges Séguy en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Georges Séguy.

Vous savez où se trouve la tombe de Georges Séguy ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Georges Séguy pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Georges Séguy, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Georges Séguy.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Georges Séguy
  • Nom complet : --
  • Prénom : Georges
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Séguy
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Date de naissance : 16 mars 1927
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 89 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Georges Séguy ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Georges Séguy, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
1 note
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Georges Séguy est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Georges Séguy au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 1 note. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Grand militant de la cause ouvrière.
grand militant de la cause ouvriere
Commentez - il y a 1 an

Commentaires

Vous avez des questions sur Georges Séguy ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Georges Séguy et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres points communs avec Georges Séguy