Julien Gracq

 
Julien Gracq
1910 - 2007
 

Écrivain français, principalement romancier et fortement influencé par le romantisme noir et par le surréalisme dans la première partie de sa carrière, il abandonne l'écriture de fiction à partir de 1970 pour des livres qui mélangent bribes d'autobiographie, réflexions sur la littérature et méditations géographiques. Ses oeuvres ont valu à leur auteur une consécration critique presque sans équivalent à son époque : « Au château d'Argol » (1938, roman), « La Littérature à l'estomac » (1950, pamphlet), « Le Rivage des Syrtes » (1951, roman), « Un balcon en forêt » (1958, roman), « Les eaux étroites » (1976, recueil d'essais), « En lisant en écrivant » (1980, recueil de notes) ou « Carnets du grand chemin » (1992, recueil de notes).

97 ans Mort à l'âge de 97 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Julien Gracq ?


Contribuez !

Anniversaire !

Cela fera 12 ans que Julien Gracq est mort le dimanche 22 décembre 2019. Plus que 6 jours...

Pour lui rendre hommage, vous pouvez :

  • Noter Julien Gracq (si ce n'est pas encore fait).

Biographie

Julien Gracq (de son vrai nom Louis Poirier) est un écrivain français, né le 27 juillet 1910 à Saint-Florent-le-Vieil et mort le 22 décembre 2007 à Angers.

Il s'est révélé être un auteur discret, estimant que l'écrivain doit disparaître derrière son oeuvre. Inspirée par le romantisme allemand et le surréalisme, l'oeuvre de Julien Gracq mêle l'insolite et le symbolisme fantastique. De son vivant, il a été publié dans la collection de la Pléiade (Gallimard) et mis au programme de l'agrégation des Lettres. Il a été traduit en vingt-six langues.

Il fait ses études au Lycée Georges-Clemenceau à Nantes puis au Lycée Henri-IV à Paris, à l'École normale supérieure (promotion 1930) et à l'École libre des sciences politiques. Choisissant d'étudier la géographie, il est élève d'Emmanuel de Martonne et d'Albert Demangeon[2] ; il est reçu à l'agrégation d'histoire et géographie en 1934. Durant sa carrière de professeur, il est successivement en poste aux lycées de Quimper, ville où il anime le cercle d'échecs, Nantes, et Amiens. Entre 1942 et 1946, il est en poste à l'Université de Caen, années dont il tirera Carnets du grand chemin en 1992[3]. Nommé au lycée Claude-Bernard de Paris en 1947 – où il aura comme élèves Jean-René Huguenin et Renaud Matignon, puis l'écrivain Jean-Paul Goux – il enseigne l'histoire et la géographie jusqu'à son départ en retraite en 1970.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il est mobilisé dans l'infanterie. Fait prisonnier en juin 1940, il est rapatrié d'Allemagne à titre sanitaire.

Après le refus de Gallimard, il publie sa première oeuvre, Au château d'Argol, chez l'éditeur José Corti qui publiera également ses autres oeuvres. André Breton remarque le roman et à sa suite, la critique littéraire. Gracq reste fidèle à la personne de Breton, sans jamais appartenir au mouvement surréaliste. Il écrit d'ailleurs un essai intitulé André Breton, quelques aspects de l'écrivain en 1948.

La découverte en 1943 de Sur les falaises de marbre, le roman emblématique d'Ernst Jünger, est pour Gracq une révélation. Des similitudes stylistiques et thématiques se retrouvent dans les deux oeuvres[4] et les deux hommes entrent en relation. Jünger note dans son journal à la date du 2 avril 1980 en évoquant des personnes venues pour fêter son quatre-vingt-cinquième anniversaire : « Avec mes amis parisiens, Julien Gracq était venu : c'est lui qui, après la mort de mon cher Marcel Jouhandeau, écrit la meilleure prose française[5]. »

Après avoir publié en 1950 dans la revue Empédocle un pamphlet, « La Littérature à l'estomac », sur la situation de la littérature et sur les prix littéraires, Gracq refuse l'année suivante le prix Goncourt pour Le Rivage des Syrtes, ce qui provoque une polémique médiatique.

Il publie en 1958 Un balcon en forêt, un roman qui prend appui sur son expérience de soldat dans les Ardennes au début de la Seconde Guerre mondiale et qui renouvelle le thème de la naissance de l'amour dans le contexte ambigu et tragique de la « Drôle de guerre ». Touché par le caractère étrange du personnage féminin Mona et de la situation amoureuse, le metteur en scène Michel Mitrani en tire en 1979 une adaptation cinématographique qui conserve le même titre.

À partir des années 1960, il publie plusieurs textes de critique littéraire (Préférences, Lettrines I, Lettrines II, En lisant en écrivant).

Se tenant à l'écart de la vie mondaine parisienne et des médias, il reste fidèle à son éditeur José Corti – il n'a changé d'éditeur qu'à l'occasion de la publication de ses oeuvres complètes chez Gallimard dans la Pléiade – en continuant à publier, en particulier des notes de lectures tirées de nombreux « cahiers » qu'il intitule Lettrines, ou encore des récits de voyage ou de promenades, comme Autour des sept collines pour Rome en 1988 et Carnets du grand chemin en 1992. Sa manière d'écrire, en particulier sa capacité à décrire les paysages, et sa formation de géomorphologue en font une référence pour de nombreux géographes.

Il vit retiré dans son village natal, avec sa soeur aînée, dans la maison de famille de Saint-Florent. Il meurt des conséquences d'un malaise à l'âge de 97 ans, après avoir signé 19 ouvrages qui ont fait de lui une figure majeure de la littérature contemporaine.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Julien Gracq en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Julien Gracq.

Vous savez où se trouve la tombe de Julien Gracq ?

Citations

Les meilleures citations de Julien Gracq.

Tant de mains pour transformer ce monde, et si peu de regards pour le contempler !
Le monde fleurit par ceux qui cèdent à la tentation.
Cette chose plus compliquée et plus confondante que l'harmonie des sphères : un couple.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Julien Gracq. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Julien Gracq, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Julien Gracq.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Julien Gracq
  • Nom complet : --
  • Prénom : Julien
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Gracq
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Louis Poirier

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 97 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Julien Gracq ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Julien Gracq, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Julien Gracq ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Julien Gracq et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres romancier francais

Portrait de Victor Hugo
 

Drapeau France 1802 - 1885
Francais, 83 ans

Le plus grands écrivain français du 19e siècle et l'un des plus importants écrivains de langue française au monde. Grand romancier, il est l'auteur de « Les Misérables » (1862) et « Notre-Dame de Paris » (1831). À la tête du mouvement romantique, il a révolutionné le théâtre : « Cromwell » (1827), « Hernani » (1830) et « Ruy Blas » (1838). Grand poète, il est l'auteur de « Les Châtiments » (1853), « Les Contemplations » (1856) et « La Légende des siècles » (1859). Personnalité politique et un intellectuel engagé, il a joué un rôle majeur dans l’histoire du 19e siècle.
Portrait de Jules Verne
 

Drapeau France 1828 - 1905
Francais, 77 ans

Écrivain français, l'un des plus grands romanciers du monde dont l'œuvre est principalement constituée de romans d'aventures utilisant les progrès scientifiques propres au XIXe siècle dont : « Voyage au centre de la Terre » (1864), « Vingt mille lieues sous les mers » (1870), « Le Tour du monde en quatre-vingts jours » (1873), « L'Île mystérieuse » (1874-1875) ou « Michel Strogoff » (1876). L’œuvre de Jules Verne est populaire dans le monde entier et, selon l’Index Translationum, avec un total de 4 702 traductions, il vient au deuxième rang des auteurs les plus traduits en langue étrangère après Agatha Christie. Il est ainsi en 2011 l'auteur de langue française le plus traduit dans le monde. L'année 2005 a été déclarée « année Jules Verne », à l'occasion du centenaire de la mort de l'écrivain.
Portrait de Guy De Maupassant
 

Drapeau France 1850 - 1893
Francais, 42 ans

Écrivain français a marqué la littérature française par ses romans dont « Une vie » (1883), « Bel-Ami » (1885), « Pierre et Jean » (1887), et surtout par ses nouvelles comme « Boule de suif » (1880), les « Contes de la bécasse » (1883) ou « Le Horla » (1887). Ses œuvres retiennent l’attention par leur force réaliste, la présence importante du fantastique et par le pessimisme qui s’en dégage le plus souvent, mais aussi par la maîtrise stylistique. Reconnu de son vivant, la carrière littéraire de Maupassant se limite seulement à une décennie (de 1880 à 1890) avant qu'il ne sombre peu à peu dans la folie et ne meure à 42 ans.
Portrait de Romain Gary
 

Drapeau France 1914 - 1980
Francais, 66 ans

Écrivain français de la seconde moitié du XXe siècle connu pour la mystification littéraire qui le conduisit, dans les années 1970, à signer plusieurs romans sous le nom d'emprunt d’Émile Ajar, en les faisant passer pour l'œuvre d'un tiers. Il est ainsi le seul romancier à avoir reçu le prix Goncourt à deux reprises, sous deux pseudonymes avec « La Promesse de l'aube » (1960) et « Les Racines du ciel » (1956).
Portrait de Emile Zola
 

Drapeau France 1840 - 1902
Francais, 62 ans

Écrivain et journaliste français, considéré comme le chef de file du naturalisme, ses romans les + célèbres sont « L'Assommoir » (1876), « Nana » (1879) et « Germinal » (1885). Il est l'un des romanciers français les plus populaires, les plus publiés, traduits et commentés au monde et dont les oeuvres ont connu de très nombreuses adaptations au cinéma et à la télévision. Les dernières années de sa vie sont marquées par son engagement dans l'affaire Dreyfus avec la publication en janvier 1898, dans le quotidien L'Aurore, de l'article intitulé « J'accuse » qui lui a valu un procès pour diffamation et un exil à Londres la même année.
Portrait de Jean D'Ormesson
 

Drapeau France 1925 - 2017
Francais, 92 ans

Romancier français, membre de l'Académie française, connu pour ses romans La Gloire de l'Empire (1971), Au plaisir de Dieu (1974), Dieu, sa vie, son œuvre (1981), Histoire du Juif errant (1992), C'est une chose étrange à la fin que le monde (2010) ou Je dirai malgré tout que cette vie fut belle (2016).

Autres points communs avec Julien Gracq