Nicolas Boileau

 
Nicolas Boileau
1636 - 1711
 

Poète français, mais aussi théoricien de la littérature, il fut considéré en son temps et par la postérité comme le législateur ou le « Régent du Parnasse » pour son « intransigeance passionnée ». Admirateur et ami de Molière pendant 10 ans, familier de Furetière et de Chapelle, il fut dans le dernier quart du siècle le collègue et interlocuteur privilégié de Racine.

Nationalité française Francais, né le 1er novembre 1636 et mort le 13 mars 1711

74 ans Mort à l'âge de 74 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Nicolas Boileau ?


Contribuez !

Biographie

Nicolas Boileau, dit Boileau-Despréaux, est un homme de lettres français du Grand Siècle, né le 1er novembre 1636 à Paris et mort dans la même ville le 13 mars 1711. Poète, traducteur, polémiste et théoricien de la littérature, il fut considéré en son temps et par la postérité comme le législateur ou le « Régent du Parnasse » pour son « intransigeance passionnée ». Admirateur et ami de Molière pendant dix ans, familier de Furetière et de Chapelle, il fut dans le dernier quart du siècle le collègue et interlocuteur privilégié de Racine.

Quinzième enfant de Gilles Boileau, représentant typique de la petite bourgeoisie parlementaire, greffier de la Grand' Chambre du Parlement de Paris, Nicolas Boileau est, dès son plus jeune âge, destiné au droit.

De constitution fragile, il est opéré de la taille à l'âge de onze ans. Il commence ses études au collège d'Harcourt. Ce n'est qu'en troisième, après avoir rejoint le collège de Beauvais pour étudier le droit, qu'il se fait remarquer par sa passion pour les grands poètes de l'Antiquité.

Son père le destinant à la cléricature, il entreprend des études de théologie à la Sorbonne, mais celles-ci ne sont pas couronnées de succès. Admis au barreau le 4 septembre 1656, il en est rapidement dégoûté.

À la mort de son père, en 1657, il hérite d'une rente de 1 500 livres, ce qui lui permet de vivre modestement et de se consacrer tout entier à la littérature. En 1662, il se voit attribuer le bénéfice du prieuré de Saint-Paterne, doté de 800 livres de rente, qu'il restituera après s'être démis du bénéfice vers la fin de 1670, à la demande, dit-on, de son ami le président Guillaume de Lamoignon.

Boileau, aidé de sa famille, a probablement forgé de toutes pièces une généalogie lui accordant un titre de noblesse et qu'il faisait remonter jusqu'au xive siècle, à Jean Boileau, notaire royal anobli par Charles V. Aussi revendiquait-il un blason dont les armes étaient « de gueules à un chevron d'argent accompagné de trois molettes d'or ». Cependant, rien ne permet de penser qu'il ait pu avoir de véritables titres nobiliaires.

Deux de ses frères aînés, Gilles Boileau et Jacques Boileau, se sont fait un nom dans l'histoire des lettres.

Ses premiers écrits importants sont les Satires (composées à partir de 1657 et publiées à partir de 1666), inspirées des Satires d'Horace et de Juvénal. Il y attaque ceux de ses contemporains qu'il estime de mauvais goût, comme Jean Chapelain, Philippe Quinault ou encore Georges de Scudéry. En revanche, il admire Molière et, plus tard, La Fontaine ainsi que Racine. Selon le critique Charles Weiss, « Sa première satire paraît dans un temps où, malgré les succès de Pierre Corneille et de Molière, Jean Chapelain est encore la principale autorité en littérature. Les sept premières satires, qui paraissent en 1666, obtiennent un succès considérable qu'accroit encore la haine maladroite des auteurs que le jeune poète avait critiqués. Il leur répond dans une nouvelle satire, la neuvième, où se trouvent réunies élégance du style et plaisanterie piquante. » L'abbé Charles Cotin, l'un des auteurs les plus souvent raillés, voire ridiculisés, par Boileau, répondit aux attaques du satiriste dans La Critique désintéressée sur les satyres du temps.

La douzième satire, Sur l’Équivoque, composée en 1705, fut interdite de publication sur l'intervention du père Le Tellier, confesseur du roi, malgré les démarches contraires du duc Adrien-Maurice de Noailles. Elle circula cependant, après avoir été imprimée clandestinement sur instruction de l'abbé Boileau qui voulait se venger des Jésuites tout en vengeant son frère.

Au cours de l'été 1674, Boileau fait paraître un volume intitulé Œuvres diverses du Sieur D***, avec le Traité du sublime ou du merveilleux dans le discours. On y trouve les neuf premières Satires, les quatre premières Épîtres, L'Art poétique en vers, encore inédit, les quatre premiers chants du Lutrin, lui aussi inédit, et la traduction du Traité du sublime attribué au rhéteur Longin.

Parvenu à l'âge de la maturité, il compose douze Épîtres, qu'il fera paraître entre 1670 et 1697. « Aucune, écrit Charles-Henri Boudhors, ne s'emploie à versifier, sans intérêt actuel, sans motif personnel, quelque lieu commun de philosophie bourgeoise ou de morale universelle. Et toutes sont des satires encore, dont la pointe "rebouchée", la griffe ouatée (parfois) attestent que l'auteur a su "fléchir aux temps sans obstination", s'accommoder, se renouveler, s'ingénier, mais n'abandonne rien de ses intimes convictions politiques et morales, rien de son caractère de poète, rien de son "génie" propre. »

Au cours des premières années 1670, il compose les quatre chants de L'Art poétique et les quatre premiers de l'épopée burlesque du Lutrin, dont il a entrepris l'écriture pour répondre à un défi du premier président du Parlement Guillaume de Lamoignon. « Il définit les différents genres avec précision, et donne les règles du beau en même temps qu'il en offre le modèle. »

Parallèlement, il fait paraître en 1674 la première traduction en langue vernaculaire du Traité du sublime attribué au rhéteur Longin.

Il est au xviie siècle l'un des principaux théoriciens de l'esthétique classique en littérature, ce qui lui vaudra d'être considéré comme le « législateur du Parnasse ». Il apparaît comme le chef de file des « Anciens » dans la fameuse Querelle des Anciens et des Modernes, qui divise les milieux littéraires et artistiques à la fin du xviie siècle. Comme poète, il entreprend de définir le goût, et cherche à fixer d'une manière claire et précise les lois et les ressources de la poésie classique. Prenant modèle sur les grands poètes de l'Antiquité, qu'il défend et admire, il travaille avec une lente rigueur. Malgré la prévention des philosophes du xviiie siècle, il était, naguère encore, pris comme référence scolaire pour la justesse, la solidité et le goût, l'art de conserver à chaque genre la couleur qui lui est propre, l'objectivité dans ses tableaux comme dans ses jugements, l'art de faire valoir les mots par leur arrangement, de relever les petits détails, d'agrandir son sujet, d'enchâsser des pensées fortes et énergiques dans des vers harmonieux mais toujours dominés par la raison.

Paru au cours de l'été 1674, son Art poétique est, selon Pierre Clarac, « un résumé de la doctrine classique telle qu'elle avait été élaborée en France dans la première moitié du siècle. L'ouvrage n'a rien, et ne pouvait rien avoir d'original dans son inspiration. Mais ce qui le distingue de tous les traités de ce genre, c'est qu'il est en vers et qu'il cherche à plaire plus qu'à instruire. Composé à l'usage des gens du monde, il obtient auprès d'eux le plus éclatant succès ».

Madame de Sévigné lui dit un jour qu'il était « tendre en prose et cruel en vers ».

Louis Simon Auger fait un éloge de Boileau couronné par l'Institut en 1805.

Nicolas Boileau est mort le 13 mars 1711, à l'âge de 74 ans, à Paris (France).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Nicolas Boileau en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Nicolas Boileau.

Vous savez où se trouve la tombe de Nicolas Boileau ?

Citations

Les meilleures citations de Nicolas Boileau.

De tous les animaux qui s'élèvent dans l'air, Qui marchent sur la terre, ou nagent dans la mer, De Paris au Pérou, du Japon jusqu'à Rome, Le plus sot animal, à mon avis, c'est l'homme.
L'or, même à la laideur, donne un teint de beauté.
La montagne en travail enfante une souris.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Nicolas Boileau. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Nicolas Boileau, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Nicolas Boileau.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : Nicolas Boileau-Despréaux
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Nicolas Boileau
  • Vrai nom : Nicolas Boileau
  • Prénom : Nicolas
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Boileau
  • Nom de famille (2) : Boileau-Despréaux
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 74 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Nicolas Boileau ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Nicolas Boileau, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Nicolas Boileau ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Anonyme 73477 La première de ces citations me semble cruellement d'actualité !

On aimerait tout de même quelques éléments de biographie...
Répondre - il y a 3 mois

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Nicolas Boileau et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres poète francais

Portrait de Victor Hugo
 

Drapeau France 1802 - 1885
Francais, 83 ans

Le plus grands écrivain français du 19e siècle et l'un des plus importants écrivains de langue française au monde. Grand romancier, il est l'auteur de « Les Misérables » (1862) et « Notre-Dame de Paris » (1831). À la tête du mouvement romantique, il a révolutionné le théâtre : « Cromwell » (1827), « Hernani » (1830) et « Ruy Blas » (1838). Grand poète, il est l'auteur de « Les Châtiments » (1853), « Les Contemplations » (1856) et « La Légende des siècles » (1859). Personnalité politique et un intellectuel engagé, il a joué un rôle majeur dans l’histoire du 19e siècle.
Portrait de Arthur Rimbaud
 

Drapeau France 1854 - 1891
Francais, 37 ans

Poète français, une des figures premières de la littérature française, dont l'oeuvre est aussi dense que brève et dont la précocité de son génie et sa vie aventureuse (notamment avec Paul Verlaine) contribuent à forger la légende du poète. Selon lui, le poète doit être « voyant » et « absolument moderne ». Il est connu pour ses poèmes comme « Le Bateau ivre » (1871), « Une saison en enfer » (1873), « Illuminations » (1872-1875) ou « Voyelles » (1871) qui comptent parmi les plus célèbres de la poésie française.
Portrait de Petr Kral
 
Notez-le !

Drapeau France 1941 - 2020
Francais, 78 ans

Poète et essayiste tchèque naturalisé français, installé à Paris en 1968 après l’invasion de la Tchécoslovaquie, il est l'auteur de recueils de poésie et d’essais, et a reçu de nombreux prix dont le Grand prix de la francophonie (2019).
Portrait de Léo Ferré
 

Drapeau Monaco 1916 - 1993
Monégasque, 76 ans

Chanteur et poète français, ses chansons les plus connus sont « Avec le temps », « Ni Dieu ni maître » ou « C'est extra », ayant réalisé environ 40 albums originaux couvrant une période d'activité de 46 ans, de culture musicale classique, il dirige à plusieurs reprises des orchestres symphoniques, en public ou à l'occasion d'enregistrements discographiques. Léo Ferré se revendiquait anarchiste et ce courant de pensée inspire grandement son oeuvre.
Portrait de Jean Cocteau
 

Drapeau France 1889 - 1963
Francais, 74 ans

Poète, cinéaste et dramaturge français, élu à l'Académie française en 1955, comptant parmi les artistes qui ont marqué le XXe siècle, il a côtoyé la plupart de ceux qui ont animé la vie artistique de son époque. Il a été l'imprésario de son temps, le lanceur de modes, le bon génie d'innombrables artistes. En dépit de ses œuvres littéraires et de ses talents artistiques, Jean Cocteau insista toujours sur le fait qu'il était avant tout un poète et que tout travail est poétique. Il est connu pour son film « Le Sang d'un poète » (1930) et sa pièce de théâtre « La Machine infernale » (1934).
Portrait de Jean De la Fontaine
 

Drapeau France 1621 - 1695
Francais, 73 ans

Poète français, connu principalement pour ses « Fables » comme « Le Corbeau et le Renard » ou « La Cigale et la Fourmi ». Le brillant maniement des vers et la visée morale des textes, parfois plus complexes qu'il n'y paraît à la première lecture, ont déterminé le succès de cette oeuvre à part et les Fables de La Fontaine sont toujours considérées comme un des plus grands chefs-d’oeuvre de la littérature française.