Auguste

2917ème
Auguste
-63 à -14
Score : 0

Empereur, Homme d'état, Homme politique (Histoire, Politique).

Nationalité romaine Romain, né le 23 septembre de l'an -63 av. jc et mort le 19 août de l'an -14 av. jc

48 ans Mort à l'âge de 48 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
d'Auguste ?


Contribuez !

Biographie

Auguste (Latin : Caius Octavius Thurinus à sa naissance, Imperator Caesar Divi Filius Augustus à sa mort), d'abord appelé Octave puis Octavien, né le 23 septembre 63 av. J.-C. à Rome et mort le 19 août 14 ap. J.-C. à Nola, est le premier empereur romain et le fils adoptif de Jules César.

Petit-neveu et fils adoptif de Jules César, il arrive au pouvoir dans les proscriptions et les guerres civiles qui suivent l'assassinat de ce dernier puis l'élimination de ses propres rivaux. Il parvient à laisser à la postérité l'image du restaurateur de la paix, de la prospérité et des traditions. Par son ami et conseiller Mécène, son règne est caractérisé par une floraison remarquable des arts et des lettres, valant au « siècle d'Auguste » de rester une référence culturelle mythique.

Pour ce qui est de son apparence, on peut se référer à l'historien romain des Ie et IIe siècles, Suétone et à son ouvrage Vie des douze Césars : « Auguste était d'une rare beauté, qui garda son charme tout le long de sa vie [...] Ses yeux étaient vifs et brillants ; il voulait même faire croire qu'il y avait dans son regard une autorité divine et, comme il le fixait sur quelqu'un, il aimait à lui voir baisser la tête, comme ébloui par le soleil. »

Auguste est né à Rome sur le mont Palatin, sous le nom de Caius Octavius, le même nom que son père Gaius Octavius. On lui donne dans son enfance le surnom de Thurinus (soit en l'honneur de la ville d'origine de ses ancêtres, Thurii, soit en l'honneur d'une victoire de son père à proximité de cette ville, peu après la naissance de son fils). Son père appartient à une famille de l'ordre équestre importante mais peu connue ; il est gouverneur de la province de Macédoine jusqu'à sa mort en 59 av. J.-C. Sa mère, Atia Balba Caesonia, est la nièce de Jules César.

Après l'assassinat de Jules César aux ides de mars (le 15 mars) 44 av. J.-C., alors qu'il est encore à Apollonie, il décide de rentrer à Rome pour récupérer son héritage. En effet, César, sans descendance légitime, a adopté Octave dans son testament. En débarquant à Brindisi, le jeune homme alors âgé de 19 ans affiche très tôt l'ambition de s'imposer en politique. Il revendique l'usage des tria nomina de César, Caius Iulius Caesar Octavianus, selon l'usage en vigueur à Rome qui veut que l'adopté prenne le nom de son adoptant en y ajoutant souvent un rappel de ses origines. Pour plus de facilités, notre usage veut qu'on l'appelle Octavien à son adoption, ou César dit « le Jeune » après que le sénat a ratifié officiellement son adoption par Jules César. Une comète passant dans le ciel au moment où il célèbre les Ludi Victoriae Caesaris et des jeux en l'honneur des victoires de César, que son père a promis avant sa mort, l'encouragent à continuer ses efforts, arguant que la comète est son père qui, devenant divin, part prendre sa place auprès des dieux.

Cicéron lui apporte son soutien contre l'ancien lieutenant et collègue de César au consulat pour l'année 44 av. J.-C., Marc Antoine, qui comme lui revendique l'héritage césarien. Plus grave, l'idylle entre Marc Antoine et Cléopâtre risque de mettre tout l'empire romain sous l'influence d'une reine considérée barbare par le peuple malgré le prestige culturel de l'Egypte. Contre toute légalité, Cicéron fait voter au sénat les pouvoirs de propréteur pour Octave alors qu'il n'a pas exercé les charges de questeur ni de préteur et qu'il est très en dessous de l'âge minimal requis. Cicéron lance cette phrase célèbre dans sa cinquième Philippique : « la valeur n'attend pas le nombre des années ».

Ayant levé une armée, Octave bat d'abord Antoine à Modène dans une bataille où périssent les deux consuls en exercice Aulus Hirtius, mort au combat, et Caius Vibius Pansa Caetronianus, décédé des suites de ses blessures. Octave est alors acclamé imperator par ses troupes. Mais en dépit de l'avis de Cicéron, prêt à assumer le consulat avec Octave comme collègue, le Sénat refuse cet honneur au jeune homme au motif de son âge, ainsi que l'ovatio.

Les républicains (Brutus et Cassius) s'arment en Orient pendant que dans les iles Sextus Pompée construit sa flotte. Il y a donc un vrai danger. Devant cela, les trois césariens, Octave, Lépide et Marc Antoine vont devoir s'entendre. En -43, les trois hommes se réconcilient et instaure le Second Triumvirat qui est sanctionné par la lex Titia (novembre 43 av. J.-C.), c'est donc légalement qu'ils accèdent au pouvoir. Les triumvirs sont alors chargés de refonder les institutions. Cette loi donne un imperium consulaire pour cinq ans aux trois bénéficiaires, ils sont autorisés à prendre toutes les mesures nécessaires: convoquer le Sénat, le peuple, proposer des lois, désigner des candidats pour les magistratures et ils peuvent aussi nommer des gouverneurs qui seront alors leurs propres légats. Les comices se sont dessaisis de leur pouvoir au profit des triumvirs.

Entre novembre et décembre 43 av. J.-C., les triumvirs éliminent leurs ennemis par des proscriptions. Ainsi, 300 sénateurs et chevaliers devaient être éliminés. La plupart sont morts durant la bataille d'Actium en 31 av. J.-C. Après le triumvirat, le Sénat est vidé de l'ancienne aristocratie. Parmi ces 300 noms, une des victimes les plus illustres fut Cicéron, sa tête et ses mains furent exposés sur les rostres. Alors que Lépide reste à Rome, Octave et Antoine partent en Orient pour mener la guerre aux césaricides.

En octobre 42 av. J.-C., à la bataille de Philippes en Grèce, Octave et Antoine écrasent Brutus et Cassius, âmes de la conjuration anticésarienne de 44 av. J.-C. Cassius, vaincu par Antoine, se suicide et Brutus, vaincu trois semaines après, le 23 octobre 42 av. J.-C., se suicide à son tour. L'année suivante, le frère de Marc Antoine, Lucius Antonius Pietas, alors consul et la femme de Marc Antoine, Fulvie, s'opposent à Octave, qui décide des opérations militaires contre Pérouse. En février 40 av. J.-C., la guerre de Pérouse se termine et les Triumvirs, réconciliés grâce à l'entremise d'Asinius Pollion et de Mécène, se partagent à nouveau le monde romain : Antoine reçoit l'Orient, Octave l'Occident, et Lépide l'Afrique.

En 39 av. J.-C., Sextus Pompée est solidement ancré en Sicile et se voit reconnaître son autorité sur la Sicile, la Sardaigne et la Corse. Les relations entre Octave et Sextus se dégradent progressivement, notamment en 38 av. J.-C., quand Octave répudie son épouse, Scribonia, belle-soeur de Sextus Pompée. Octave entreprend une campagne contre Sextus en Sicile. Il confie le commandement de sa flotte à son fidèle ami Marcus Vipsanius Agrippa, qui défait finalement Sextus Pompée à Nauloque en 36 av. J.-C. Lépide, qui est alors basé en Afrique, est accusé d'avoir soutenu Sextus et de ne pas être intervenu à Nauloque. Il est alors écarté du triumvirat, ne conservant que son titre de Pontifex Maximus.

L'année suivante, en 35 av. J.-C., les relations entre Antoine et Octave se détériorent rapidement. Antoine exige que les provinces anciennement attribuées à Lépide soient partagées équitablement. Il demande aussi l'autorisation de lever des légions romaines pour sa campagne en préparation contre les Parthes. Octave refuse catégoriquement les deux demandes, appuyé par un Sénat qui perçoit Antoine de plus en plus comme un étranger soumis à la reine d'Égypte, Cléopâtre, et se comportant comme un monarque oriental. Antoine oppose à Octave, l'héritier testamentaire de César, le fils illégitime de celui-ci qu'il a probablement eu avec Cléopâtre, Césarion.

En 32 av. J.-C., le triumvirat prend fin selon ce qui avait été établi en 37 av. J.-C., prorogé pour 5 nouvelles années. Les deux consuls pour 32 av. J.-C., Cn. Domitius Ahenobarbus et Caius Sosius, sont des partisans d'Antoine. Octave prend le Sénat en y entrant accompagné de quelques soldats. Les consuls et près du tiers des sénateurs (soit environ 300) se réfugient auprès d'Antoine. Du côté d'Antoine, Lucius Munatius Plancus fait défection. Le Sénat donne carte blanche par un sénatus-consulte à Octave pour lancer une campagne contre l'Égypte. En 31 av. J.-C., se vantant d'être auréolé d'un serment donné par tous les citoyens italiens et les pérégrins d'occident, il se lance dans sa campagne.

Après avoir vaincu Marc Antoine à la bataille navale d'Actium en septembre 31 av. J.-C., il devient seul détenteur du pouvoir. Il prend ensuite position autour d'Alexandrie au cours de l'année 30, année des suicides d'Antoine et de Cléopâtre.

En 28 av. J.-C., le sénat lui confère le titre de Princeps senatus, « le premier du sénat », ce qui signifie qu'il est le premier à prendre la parole devant l'assemblée et l'année suivante, il lui donne même le titre d'Augustus, qui signifie « sacré ». Nous sommes en 27 av. J.-C. et Octavien devient alors le premier empereur romain.

Ce titre d'Auguste est assez particulier. Conformément à la tradition romaine, il s'agit d'un surnom ou cognomen qu'on rajoute aux prénoms, tout comme on ajoute au nom d'un général vainqueur un surnom formé sur le nom du peuple vaincu. Il est décerné au général si le territoire de Rome a été accru par la victoire. Le terme Augustus est à forte connotation religieuse : avant d'être décerné à Octave, il n'est employé comme adjectif qu'à l'égard d'un dieu. En effet, le terme est rattaché à une double étymologie : augur, le devin, et augere, faire croître naturellement. Par ce titre, on considère donc qu'Octave est doué d'une auctoritas ou autorité naturelle, et qu'il est celui qui augmente perpétuellement l'ager publicus, le territoire du peuple romain (à ne pas confondre avec l'ager romanus, le territoire de Rome).

Le 13 janvier 27 av. J.-C., au terme d'un long discours au Sénat, Octave se voit attribuer le pouvoir proconsulaire pour dix ans. L'empire est divisé en provinces sénatoriales (pacifiées) et impériales (où se trouvent les forces armées). Les provinces sénatoriales sont les plus anciennes : Espagne, Afrique, Sicile, Narbonnaise, Asie. Les provinces impériales sont administrées par des gouverneurs qui peuvent être des sénateurs.

Le 16 janvier, il reçoit le titre sacré d'Auguste, qui signifie « celui dont la parole a force d'augure », sur l'initiative du sénateur Lucius Munatius Plancus. Par ce règlement constitutionnel, le régime personnel, régime d'exception jusque-là, entre dans sa période organique. Octave, reconnu comme Princeps, ce qui signifie le « premier des citoyens », devient le chef officiel de l'État romain. Il prend le contrôle absolu de l'armée, dont il assure le financement et est protégé en permanence par la garde prétorienne, stationnée dans l'Urbs (jusqu'alors aucune troupe n'avait résidé à Rome). Par définition, le régime comporte un partage d'attribution entre le nouveau pouvoir — le Princeps — et les pouvoirs traditionnels — comices, magistratures et sénat —. En fait, politique extérieure et armée mise à part, le sénat conserve ou reçoit d'importantes prérogatives dans les domaines de l'administration civile (Rome, Italie, provinces), des finances, de la justice et de la monnaie. Auguste entend qu'il soit, en face de l'armée, le seul élément civil qui compte dans l'État. Il contrôle l'élection des magistrats par un système de recommandation officielle, la commendatio. La destinatio permet également l'intervention d'un organisme spécial de chevaliers et de sénateurs répartis en dix ou quinze centuries pour la désignation des candidats (tabula hebana, inscription découverte à Magliano). Les comices ont perdu tout contrôle véritable. L'empereur fait entrer au sénat des provinciaux (à l'époque de César, 45 familles patriciennes sont représentées ; on n'en trouve plus qu'une seule à la fin du Ier siècle). Pour les remplacer, il y a des Gallo-romains (ceux de Lugdunum et de Vienne, très tôt), puis des Hispaniques, des Africains et même des Orientaux.

Auguste règne de 27 av. J.-C. à 14 ap. J.-C. Il meurt à 76 ans, et laisse son trône à Tibère qui est son fils adoptif, et fils de sa troisième femme (Livie), qui l'a eu d'un précédent mariage.

Auguste se vante, par une formule célèbre, d'avoir « trouvé une Rome de briques, et laissé une Rome de marbre. »

Sous le principat d'Auguste, Rome est divisée en 14 « régions ». Des travaux sont entrepris pour stabiliser les rives du Tibre. Afin de lutter contre les incendies, assez fréquents dans la capitale, un corps de vigiles est instauré. De nouveaux aqueducs sont construi

Entre autres travaux publics, Auguste fait construire le forum d'Auguste. Il modifie l'aspect du vieux forum républicain dans un sens plus dynastique, en y reconstruisant la Curie (Curia Julia), en y apposant le milliaire d'or censé marquer le départ de toutes les routes principales de l'empire, et en y terminant la basilique Julia ou encore le temple du divin Jules à l'emplacement où a été brûlé le corps de son père adoptif César, désormais divinisé.

L'empereur veille aussi à la bonne marche de la religion en construisant ou en rénovant environ 80 sanctuaires ; ainsi, le temple de Mars vengeur, le temple de Jupiter Tonnant au Capitole. Auguste fait également restaurer une statue étrusque d'Apollon.

Une partie de sa propre maison au Palatin, qui a été touchée par la foudre, est transformée en temple d'Apollon Palatin, renforçant le caractère sacré de la demeure et de la personne du maître de Rome. Il ajoute au temple d'Apollon des portiques et une bibliothèque grecque et latine, et y fait transférer les Livres Sibyllins et un foyer dédié à Vesta. Auguste ne se fait jamais bâtir de palais, affectant un train de vie sobre dans cette maison très simple du Palatin, jadis celle habitée par l'orateur Quintus Hortensius Hortalus. Mais c'est bien à partir de son règne que le Palatin devient la colline de l'empereur, ouvrant la voie aux constructions de plus en plus grandioses de ses successeurs, notamment Tibère, Caligula, Domitien et les Sévères.

Auguste fait également reconstruire la basilique Julia qui a été incendiée. Elle est dédiée à ses fils adoptifs Lucius et Caius. En l'honneur de son épouse Livie, Auguste fait construire, entre 15 et 7 av. J.-C., à la limite du quartier populaire de Subure, le « portique de Livie », proche de l'Esquilin, au centre duquel se trouvait le petit temple de la Concordia Augusta.

En 13 av. J.-C., alors qu'il revient d'Hispanie et de Gaule après trois ans d'absence, pendant lesquels il a mené des opérations de pacification et organisé les provinces du sud de la Gaule, il fait construire à Rome, sur le Champ de Mars, un monument afin de célébrer la paix qui règne désormais sur les territoires romains : l'Ara Pacis, l'« Autel de la Paix ». La dédicace, c'est-à-dire la cérémonie de consécration solennelle aux dieux qui marque le début du fonctionnement de l'édifice, n'aura lieu que plus tard, en 9 av. J.-C. La date a son importance car c'est le jour de l'anniversaire de l'épouse d'Auguste, Livie : l'aspect dynastique s'en trouve nettement souligné.

Il fait encore exécuter d'autres travaux sous d'autres noms, sous ceux de ses petits-fils, de sa femme et de sa soeur : tels sont le portique et la basilique de Caius et de Lucius, le portique de Livie et celui d'Octavie, le théâtre de Marcellus.

C'est d'après ses exhortations que Marcius Philippus érige le temple de l'Hercule des Muses ; Lucius Cornificius, celui de Diane ; Asinius Pollion, le vestibule de la Liberté ; Lucius Munatius Plancus, le temple de Saturne; Cornelius Balbus, un théâtre ; Statilius Taurus, un amphithéâtre ; Marcus Vipsanius Agrippa, de nombreux et beaux édifices dont les thermes d'Agrippa et le premier Panthéon de Rome. Après son règne, les grands travaux d'urbanisme devinrent l'apanage de la famille impériale.

Sur le Forum Romanum, deux arcs de triomphe célébrèrent les victoires du prince. Il ne reste que la base de l'un d'eux.

Passée à la postérité sous le nom de « Siècle d'Auguste », cette période faste de la littérature romaine est marquée par les noms des poètes Virgile, Horace, Ovide, Tibulle, Properce, ou encore de l'historien Tite-Live. Tous ces auteurs doivent beaucoup à la protection du fidèle conseiller d'Auguste : Mécène, un nom propre devenu nom commun.

Introduits auprès du Prince par l'intermédiaire de Mécène, tous ces auteurs sont des amis personnels du maître de Rome. Ils chantent sans réserves la gloire de sa personne et de sa famille, prennent parti pour lui contre Antoine. Ils soutiennent aussi sa politique traditionaliste visant à restaurer les cultes romains anciens, l'agriculture, les « moeurs des ancêtres » (mos maiorum) aux dépens des séductions de l'orientalisme et de la libéralisation des moeurs, incarnées jadis par Antoine. Telles sont du moins les apparences.

Si Auguste pardonne à Tite-Live, qu'il traite affectueusement de « pompéien », ses sympathies pour le régime républicain des anciens temps, il exile brusquement Ovide de Rome pour le restant de ses jours, en l'an 8. Diverses hypothèses ont été émises pour expliquer cette relégation, la dernière en date étant qu'Ovide a été puni pour avoir voulu révéler l'implication de l'empereur dans la mort de Virgile. Il se peut aussi que les conseils sur les moyens de tromper son conjoint contenus dans L'Art d'aimer n'aient pas été du goût d'un empereur souhaitant restaurer les valeurs traditionnelles romaines, et qui avait déjà banni sa propre fille pour la même raison. C'est en tout cas la thèse d'un documentaire sur Auguste diffusé sur la chaîne Arte.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe d'Auguste en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture d'Auguste.

Vous savez où se trouve la tombe d'Auguste ?

Citations

Nous n'avons pas de citations d'Auguste pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Auguste, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Quelle image Auguste a-t-il voulu donner de lui ? Répondu à 0%
1 Auguste1617

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Romaine Drapeau romain
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Auguste
  • Nom complet : --
  • Prénoms : --
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Auguste
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Caius Octavius Thurinus, Caius Julius Cæsar Octavianus, Imperator Cæsar Divi Filius Augustus, octave, octavien, Octave-Auguste, Auguste Octave

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 48 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Auguste ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Auguste, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

4.67 sur 5
  ?
3 notes
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
4,67

Au Paradis !

Auguste est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Auguste au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 4.67 sur 5 avec 3 notes. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 L'antiquité moderne vient par lui, la culture et les arts, il mérite son surnom d'auguste, même si c'était au prix de la vie de César.
L'antiquité moderne vient par lui, la culture et les arts, il mérite son surnom d'auguste, même si c'était au prix de la vie de César.
Commentez - il y a 3 mois
 Génialissime fondateur de la modernité
Génialissime fondateur de la modernité
Commentez - il y a 10 mois
 Un grand chef militaire, un grand bâtisseur et administrateur : le digne successeur de César.
Auguste fût un grand chef militaire un grand bâtisseur et administrateur, le digne successeur de César.
Commentez - il y a 8 mois

Votez !

x
= ? points

Tirez une carte pour faire gagner des points ? à Auguste afin qu'il grimpe dans le Top 50.

Top 50

2917ème
0 point
cumulés en 30 jours
Portrait de Auguste
2917ème
Empereur, Homme d'état, Homme politique (Histoire, Politique).
+1
place depuis hier
0 point
cumulés hier

C'est le classement de Auguste dans le Top 50. Sa position est déterminée selon un score calculé à partir de points cumulés sur les 30 derniers jours.Comme Claude François possède une note de 4.6667 / 5 (et donc supérieure à 2), ilestautoriséà participer au Top 50. Si vous êtes un fan fidèle votant chaque jour, si vous incitez vos amis à vous soutenir et voter pour Auguste, vous améliorez sont classement à chaque point gagné. Pour en savoir plus sur le fonctionnement du Top 50.

Les Fans

Il n'y a pas encore de fan de Auguste.
Soyez le 1er fan en votant pour Auguste.

Commentaires

Vous avez des questions sur Auguste ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Anonyme 60889 C important de dire qu’il joue dans l’an serie Rome que j’en vous conseille
Répondre - il y a 11 mois
Freddy C'est une très bonne série sur l'époque romaine.
Répondre - il y a 8 mois
Donias Auguste Bevilacqua, buste de l'empereur portant la couronne civique.
Répondre - il y a 3 mois
Donias Auguste meurt en 14 apr. J.-C., à l'âge de 75 ans, probablement de causes naturelles, mais des rumeurs font état d'un possible empoisonnement à l'instigation de son épouse Livie. Son fils adoptif Tibère lui succède à la tête de l'Empire Romain.
Répondre - il y a 3 mois

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle d'Auguste et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.