Jean-Claude Boulard

 
Jean-Claude Boulard
1943 - 2018
 

Politicien français, maire socialiste du Mans de 2001 à 2018, membre du Parti socialiste (PS), président de Le Mans Métropole à partir de 1983, il a été sénateur de la Sarthe de 2014 à 2017, administrateur de France Urbaine et président de la Commission des Finances et Fiscalité de France Urbaine. Il fut membre du Comité des Finances Locales (CFL) et membre du Conseil National d’Évaluation des Normes (CNEN). Il est l'auteur, avec Alain Lambert, du rapport de la Mission de lutte contre l'inflation normative, établi le 26 mars 2013.

Nationalité française Francais, né le 28 mars 1943 et mort le 1er juin 2018

75 ans Mort victime d'une maladie à l'âge de 75 ans.

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Jean-Claude Boulard ?


Contribuez !

Biographie

Jean-Claude Boulard, né le 28 mars 1943 à Nantes et mort dans la nuit du 31 mai au 1er juin 2018 au Mans, est un haut fonctionnaire et homme politique et écrivain français, membre du Parti socialiste (PS). Il est maire du Mans de 2001 à 2018 et président de Le Mans Métropole à partir de 1983. Il a été sénateur de la Sarthe de 2014 à 2017. Administrateur de France Urbaine, et président de la Commission des Finances et Fiscalité de France Urbaine, il est membre du Comité des Finances Locales (CFL) et membre du Conseil National d’Évaluation des Normes (CNEN). Il est l'auteur, avec Alain Lambert, du rapport de la Mission de lutte contre l'inflation normative, établi le 26 mars 2013.

Après des études primaires à Saint-Marceau, dans la Sarthe, il accomplit toute sa scolarité secondaire au Lycée Henri-IV, à Paris. Il a alors pour professeur Jean-Louis Bory, prix Goncourt en 1945 et pour condisciples André Vingt-Trois, futur archevêque de Paris, Jean-Michel Belorgey, futur député socialiste de l'Allier et conseiller d'État.

Il étudie ensuite à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po Paris), où il obtient une licence en sociologie, puis intègre l'École nationale d'administration (ENA) en 1966. Il fait partie de la promotion Turgot, où l'on trouve entre autres Claude Érignac, Bernard Attali, Jean Drucker et Alain Lamassoure.

À sa sortie de l'ENA, en mai 1968, il devient maître des requêtes au Conseil d'État. Nommé adjoint au secrétaire général de la Marine marchande huit ans plus tard, il réintègre la haute juridiction administrative en 1978.

En 1981, à la suite de la victoire du socialiste François Mitterrand lors de l'élection présidentielle, il est choisi par Louis Le Pensec, ministre de la Mer, comme directeur de cabinet. Il quitte ces fonctions quand Le Pensec sort du gouvernement, en 1983.

Déjà conseiller général du canton de Ballon depuis les élections cantonales du 14 mars 1976, il décide de se présenter aux élections municipales du 9 mars 1983 au Mans, à la tête d'une liste d'union PS-PRG.

Avec 22,8 % des voix, il se classe troisième du premier tour et fusionne avec la liste du maire communiste sortant, Robert Jarry. Grâce à cette alliance, il devient président de la communauté urbaine du Mans.

À l'occasion des élections législatives anticipées de juin 1988, il est candidat dans la nouvelle cinquième circonscription de la Sarthe, qu'il remporte. Aux municipales de mars 1989, il participe à la liste de rassemblement de la gauche menée par Robert Jarry, qui s'impose dès le premier tour.

Lors de son premier mandat parlementaire, il travaille sur la loi créant le revenu minimum d'insertion (RMI).

Battu aux élections législatives de mars 1993 par Pierre Gascher, il est réélu, en mars 1995, conseiller municipal du Mans sur la liste de Jarry, qui s'impose au second tour. À peine deux ans plus tard, aux élections législatives anticipées de mai 1997, il retrouve sa circonscription. Au cours de ce second mandat, il est rapporteur de la loi qui donne naissance à la couverture maladie universelle (CMU) et à celle qui crée les emplois-jeunes.

En 2014, il est candidat tête de liste victorieux pour le Parti Socialiste lors des élections sénatoriales en Sarthe. Il est membre de la Commission des Finances du Sénat, présidée par Michèle André. Le 1er octobre 2017, il fait partie des treize derniers sénateurs (sur un total de 41) à démissionner pour privilégier leur mandats locaux, en application de la loi du 14 février 2014 sur le non-cumul des mandats en France. Nadine Grelet-Certenais, qui le suivait sur la liste en 2014, le remplace.

Lors des élections municipales du 11 mars 2001, il prend la succession de Robert Jarry, maire depuis 1977, comme tête de liste d'une vaste alliance rassemblant le PS, le PCF, le MGP (dissidence du PCF fondée par Jarry), le PRG, le MDC et Les Verts.

À cette occasion, il renonce à se présenter aux élections cantonales dans son canton de Ballon.

Il se place en tête du premier tour, avec 47,6 % des voix, devant la liste RPR-UDF-DL du député RPR Jean-Marie Geveaux. Au second tour, Jean-Claude Boulard s'impose avec 51,65 % des suffrages, ce qui lui donne 42 élus sur 55. Dans le même temps, il conserve la présidence de la communauté urbaine.

Il ne se représente pas aux élections législatives de juin 2002, qui voient le candidat de l'Union pour la majorité présidentielle (UMP), Dominique Le Mèner, battre le maire socialiste de Coulaines, Christophe Rouillon, au second tour.

Sa principale réalisation au cours de ce premier mandat est l'ouverture de la première ligne du tramway du Mans, qui conduit à un important réaménagement du centre-ville. Candidat à sa propre succession aux élections municipales du 9 mars 2008, il est élu dès le premier tour avec 58,9 % des suffrages et 46 sièges sur 55.

Ayant lancé, en décembre 2011, le chantier de la seconde ligne de tramway, il est chargé, en décembre 2012 avec Alain Lambert, d'une mission auprès du comité interministériel pour la modernisation de l'action publique pour établir une liste de normes à abroger pour les collectivités territoriales.

Le 30 mars 2014, il est réélu avec 45,74 % des voix lors des élections municipales au Mans devant Christelle Morançais (42,7 %) candidate UMP, et Louis Noguès (FN, 11,54 %).

En janvier 2017, il annonce apporter officiellement son soutien à Emmanuel Macron pour la présidentielle 2017, tout en refusant de quitter le Parti socialiste.

Jean-Claude Boulard, est mort dans la nuit du 31 mai au 1er juin 2018 à l'âge de 75 ans des suites d'une « longue maladie » au Mans (Sarthe, Pays de la Loire, France).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Jean-Claude Boulard en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Jean-Claude Boulard.

Vous savez où se trouve la tombe de Jean-Claude Boulard ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Jean-Claude Boulard pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Jean-Claude Boulard, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Jean-Claude Boulard.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Jean-Claude Boulard
  • Nom complet : --
  • Prénom : Jean-Claude
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Boulard
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Date de naissance : 28 mars 1943
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 75 ans
  • Cause de mort : Maladie (Maladie)

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Jean-Claude Boulard ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Jean-Claude Boulard, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

4 sur 5
  ?
1 note
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
4,00

Au Paradis !

Jean-Claude Boulard est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Jean-Claude Boulard au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 4 sur 5 avec 1 note. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Un homme simple qui parlait a tout le monde et qui vous abordait.
Un homme simple qui parlait a tout le monde et qui vous abordait
Commentez - il y a 9 mois

Commentaires

Vous avez des questions sur Jean-Claude Boulard ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Anonyme 72003 C'était un grand homme, non seulement par la taille, un homme charmant, abordable, un homme qui aimait tellement sa ville
et ses habitants, j'aurai aimé pouvoir me recueillir sur sa tombe. Il avait aussi beaucoup d'humour, au Paradis, ils ne doivent pas s'ennuyer. Reposer en paix Monsieur BOULARD.
Répondre - il y a 5 mois

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Jean-Claude Boulard et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres maire (hommes) francais

Portrait de Jacques Chirac
 

Drapeau France 1932 - 2019
Francais, 86 ans

Politicien français, 22e président de la République française de 1995 à 2007, premier ministre de Valéry Giscard d'Estaing de 1974 à 1976 puis, inaugurant la première cohabitation, celui du socialiste François Mitterrand de 1986 à 1988 (Jacques Chirac est d'ailleurs, sous la Ve République, le seul homme politique à avoir été 2 fois Premier ministre). Député de la 3e circonscription de la Corrèze en 1967, 1968, 1973, de 1976 à 1986 et de 1988 à 1995, maire de Paris entre 1977 et 1995, il est le 22e président de la République française du 17 mai 1995 au 16 mai 2007, période incluant la troisième cohabitation avec Lionel Jospin entre 1997 et 2002. Il est aussi le fondateur de 2 partis politiques majeurs : le Rassemblement pour la République (RPR), en 1976, et l'Union pour un mouvement populaire (UMP), en 2002. Retiré de la vie politique, il siège jusqu’en 2011 au Conseil constitutionnel, dont il est membre de droit en tant qu'ancien président de la République.
Portrait de Gaston Gérard
 

Drapeau France 1878 - 1969
Francais, 90 ans

Politicien français, premier membre d'un gouvernement français à être en charge du tourisme, maire de Dijon de 1919 à 1935, député de la Côte-d'Or dans les années 1930 et plus brièvement sous-secrétaire d'État sous la IIIe République.
Portrait de Michel Teulet
 
Notez-le !

Drapeau France 1941 - 2019
Francais, 78 ans

Politicien français, maire de Gagny de 1995 à son décès en 2019 et président puis vice-président de l'établissement public territorial Grand Paris - Grand Est. Il est également conseiller général du canton de Gagny de mars 1985 à décembre 2015. Il a marqué l'histoire de la Seine-Saint-Denis.
Portrait de Jean-Louis Lorrain
 

Drapeau France 1948 - 2013
Francais, 65 ans

Politicien français, sénateur du Haut-Rhin (1994-2004 puis 2010-2013), conseiller général du Haut-Rhin (1979-2011) et maire de Landser (1977-2008).
Portrait de Charles Ceccaldi-Raynaud
 
Notez-le !

Drapeau France 1925 - 2019
Francais, 94 ans

Politicien français, maire de Puteaux pendant 35 ans (de 1969 à 2004) tout en étant député de la sixième circonscription des Hauts-de-Seine (de 1993 à 1995), puis sénateur des Hauts-de-Seine (de 1995 à 2004).
Portrait de Jean-Claude Antonini
 
Notez-le !

Drapeau France 1940 - 2019
Francais, 78 ans

Politicien français, maire de la ville d'Angers de 1998 à 2012, président la communauté d'agglomération d'Angers Loire Métropole de 2001 à 2014.

Autres points communs avec Jean-Claude Boulard