Laurent De médicis

 
Laurent De médicis
1449 - 1492
 

Homme d'état, Homme politique (Histoire, Politique).

Nationalité italienne Italien, né le 1er janvier 1449 et mort le 9 avril 1492

43 ans Mort à l'âge de 43 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Laurent De médicis ?


Contribuez !

Biographie

Laurent de Médicis (1er janvier 1449 – 9 avril 1492) dit aussi Laurent le Magnifique, (en italien Lorenzo il Magnifico) Lorenzo di Piero de' Medici fut un homme d'État italien et le dirigeant de facto de la république florentine durant la Renaissance italienne. Surnommé le Magnifique par ses contemporains, il a été l'un des personnages les plus remarquables de son époque. Au delà de ses talents de diplomate et d'homme politique, il a côtoyé un groupe de brillants érudits, d'artistes, et de poètes et a également excellé dans des disciplines aussi variées que la joute, la chasse, la poésie, le maniement des armes ou l'athlétisme : par cet éventail de talents, il constitue ainsi l'une des plus belles incarnations de l'idéal de l'Homme de la Renaissance.

Laurent fut un homme très charismatique, ferme et énergique, partageant ses talents entre sa cité, sa famille, la religion et les arts. Sa vie coïncida avec la Première Renaissance des Arts et il disparut à l'apogée de la puissance florentine. La paix fragile qu'il concourut à établir entre différents États italiens ne lui survécut pas : deux années seulement après sa mort, l'invasion française de 1494 marque le point de départ d'une présence étrangère dans la péninsule italienne qui dura près de quatre siècles. Bien que les Médicis gardèrent leur puissance à Florence durant plusieurs siècles, engendrant trois papes et deux reines de France, aucun de ses successeurs ne parvint à égaler son niveau d'accomplissement personnel dans tant de domaines. Son surnom de « Magnifique » ne lui vient pas d'une beauté qu'il ne possédait d'ailleurs pas, mais du sens ancien du mot en français. Magnifique signifiait en effet jadis « généreux, prodigue ».

Laurent le Magnifique est né dans l'une des plus grandes familles florentines, propriétaire de la banque Médicis ainsi que de ses filiales à travers toute l'Europe. Son grand-père, Cosme de Médicis, a été le premier Médicis à allier la gestion de la banque familiale à la gestion de facto de Florence ainsi qu'à une implication philanthropique, en consacrant une très grande partie de sa fortune (qui faisait de lui l'un des hommes les plus riches du monde) au service des arts et de la charité. Le père de Laurent, Pierre de Médicis dit le Goutteux, a également joué un rôle central dans les affaires florentines à travers le mécénat et le développement de sa collection personnelle ; cependant, sa constitution valétudinaire ne lui permit pas de faire rayonner la famille au même niveau que son père ou son fils le firent. Sa mère Lucrezia Tornabuoni, issue d'un vieille famille florentine, fut également poétesse, côtoyant Luigi Pulci ou Ange Politien.

Son grand-père vit très tôt en lui un potentiel immense et s'attacha à lui donner une éducation de prince recouvrant tous les domaines de la connaissance à travers l'enseignement de grands érudits (comme Marsile Ficin) : latin, grec, sciences naturelles, mathématiques, poésie, art, littérature et philosophie. Il n'oublia cependant pas de l'initier aux contacts humains, à la gestion de la banque, ainsi qu'à la vie politique, en l'emmenant tous les jours à ses côtés. Laurent prit officiellement la direction des affaires familiales à la mort de son père en 1469 à l'âge de 20 ans, même si l'on peut considérer qu'à cause de l'état fragile de santé de son père, il en fut à la tête dès la mort de son grand-père, en 1464 : il était alors âgé de 15 ans seulement ! Dès 1478, après avoir réprimé la conjuration menée par la famille Pazzi, il accroît sa domination et devient le véritable maître de Florence. Éclairé par l'éducation des plus grands maître de son temps, il comprend la nécessité de mener une politique culturelle ambitieuse pour légitimer son pouvoir. C'est ainsi qu'il devient le chef de file du mécénat en faisant venir à sa cour les plus grands hommes de lettres de son temps et en les plaçant sous sa protection.

Laurent a également brillé dans les domaines intellectuels; il est notamment connu pour avoir fréquenté et soutenu la plupart des grands artistes de son époque. Son soutien pour des artistes comme Antonio Pollaiuolo, Andrea del Verrocchio, Léonard de Vinci, Sandro Botticelli, Domenico Ghirlandaio, Filippino Lippi ou, bien sûr, Michel-Ange a énormément contribué à faire de Florence la capitale de la Première Renaissance. Bien que ses ennuis financiers ne lui ont pas permis de passer lui-même toutes les commandes, il a su convaincre nombre de bourgeois de commanditer directement les certains artistes. Michel-Ange a vécu chez Laurent de Médicis pendant plusieurs années et a quasiment fait figure de membre à part entière de la famille ; le sculpteur n'oubliera jamais ce geste de générosité.

Par ailleurs, Laurent fut très attaché à agrandir et à ouvrir au public la bibliothèque familiale initiée par Cosme de Médicis. Il contribua ainsi à retrouver et à rassembler des textes antiques disparus. Laurent de Médicis était également très actif dans le soutien aux humanistes par le biais de la création de cercles de réflexion sur les philosophes grecs. Ces cercles ont permis de jeter les bases d'un courant néo-platonicien comprenant notamment des philosophes comme Pic de la Mirandole, Marsile Ficin ou le poète Ange Politien.

Le seul domaine dans lequel Laurent n'eut pas de succès fut paradoxalement celui qui bâtit la puissance de sa famille : la banque. Sous son contrôle, plusieurs filiales de la banque s'effondrèrent à cause de mauvais placements, à tel point qu'à la fin de sa vie il connut de graves difficultés financières et dut avoir recours à l'argent de la cité pour se renflouer.

Vers la fin de sa vie, Laurent fut très proche de Savonarole, qu'il contribua à installer à Florence. Paradoxalement, Savonarole critiquait la trop grande présence paienne dans la culture chrétienne de l'époque ; ainsi, il haïssait les arts populaires que Laurent avait toute sa vie défendus.

Il décéda dans la nuit du 8 au 9 avril 1492 dans la propriété familiale de Careggi ; il est enterré aux côtés de son frère Julien dans la basilique San Lorenzo, dans une chapelle conçue par Michel-Ange et décorée de magnifiques sculptures.

Après sa mort, son fils Pierre l'Infortuné dilapida sa fortune et fit s'effondrer provisoirement la puissance de la famille Médicis à Florence. Son frère Jean la restaura partiellement, mais la famille redevint réellement puissante grâce au rôle joué par Cosme Ier de Médicis, qui était cependant un membre éloigné de la famille Médicis.

On dit souvent de Laurent de Médicis qu'il fut le protecteur des hommes de lettres de son temps, mais l'on oublie parfois de mentionner qu'il fut lui-même rédacteur d'une littérature riche et diverse. Il compose d'abord dans le style comico-réaliste, parodique et caricatural à l'imitation de Luigi Pulci. Parmi ses oeuvres appartenant à ce genre on peut citer : L'uccellagione di Starne, description d'une partie de chasse, le Simposio, caricature des Florentins avinés, la nouvelle Giacopo qui reprend le motif de la beffa cher à Boccace, ou encore le poème rustique La Nencia di Barberino (1470). Dans la même veine il écrivit également des poèmes aux accents populaires et parfois licencieux : les Canzoni a ballo et les Canti carnascialeschi (destinés à être chanté pendant le carnaval) dont on ignore les dates de composition.

Après l'affirmation de sa domination politique, ses oeuvres deviennent plus sérieuses : l'Altercazione (1474) dialogue philosophique en vers où l'on retrouve l'influence néoplatonicienne de Marsile Ficin, le Comento ad alcuni sonetti d'amore dans lequel on retrouve l'empreinte de Dante, où encore un Canzoniere (1465-1484) qui s'inscrit dans la lignée du courant Stil Noviste.

Viennent enfin les poèmes d'inspiration classique comme l'Ambra, l'Apollo e Pan ou le Corinto. À la fin de sa vie, il composera même une pièce de théâtre religieuse : la Rappresentazione di San Giovanni e Paolo qui témoigne de la polyvalence de cet amoureux des lettres qui s'essaye à tous les genres.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Laurent De médicis en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Laurent De médicis.

Vous savez où se trouve la tombe de Laurent De médicis ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Laurent De médicis pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Laurent De médicis, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Pourquoi Laurent e Mdédicis est-il connu ? Répondu à 0%
0 Anonyme 71612

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Italienne Drapeau italien
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Laurent De médicis
  • Nom complet : --
  • Prénom : Laurent
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : De médicis
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Laurent Le Magnifique, Lorenzo di Piero de' Medici, lorenzo de medicis

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 43 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Laurent De médicis ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Laurent De médicis, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Laurent De médicis ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias Tombe de Laurent, duc d'Urbin. Une reproduction de la statue est placée devant l'hôtel de ville d'Évian-les-Bains.
Répondre - il y a 8 mois
Donias Laurent De médicis
Répondre - il y a 8 mois
Donias À la fin de l’année 1491, la maladie frappa Laurent. Dès les premiers jours de 1492, il cessa toute activité. Il se fit transporter, le 21 mars 1492, dans sa villa de Carreggi. Politien a raconté les derniers moments de Laurent. Il fit venir son fils Pierre à qui il donna ses ultimes conseils, puis il s’entretint une dernière fois avec Politien. Pic de la Mirandole accompagné de Savonarole fut le dernier visiteur.
Le moine dominicain lui donna l’absolution. Les biographes piagnoni, Giovanfrancesco Pico et Fra Pacifico Burlamacchi donnèrent plus tard une autre version où Savonarole aurait refusé l’absolution à Laurent parce que celui-ci se serait refusé, comme le moine l’exigeait, à rendre la liberté au peuple de Florence. Laurent le Magnifique décéda dans la nuit du 8 au 9 avril 1492.

Il fut inhumé dans la Sagrestia Vecchia, la chapelle de la basilique San Lorenzo à Florence, qui servait de nécropole aux Médicis.
En 1520, Jules de Médicis, futur Clément VII, décida d’élever à l’intérieur de l’église une nouvelle chapelle funéraire pour les tombeaux des Médicis, la Sagrestia Nuova qui devait abriter les tombeaux de Laurent le Magnifique et de son frère Julien, ainsi que ceux de Julien, duc de Nemours (1478-1516) et de Laurent, duc d’Urbino (1492-1519). Michel-Ange fut chargé à la fois de concevoir le plan de la chapelle et de sculpter les tombeaux. Quatre ans plus tard, le projet fut considérablement réduit. On renonça aux monuments funéraires prévus pour Laurent le Magnifique et son frère. Finalement, la dépouille de Laurent le Magnifique fut bien déplacée à l’intérieur de la nouvelle chapelle, mais dans un tombeau dépourvu de toute décoration.

Après sa mort, son fils Pierre l’Infortuné lui succéda. Son absence de sens politique, sa faiblesse devant Charles VIII, l’influence grandissante de Savonarole et la survivance vivace du sentiment républicain causèrent sa perte. Il fut banni de Florence en 1494. En décembre de la même année, les institutions mises en place par les Médicis en 1434 furent abolies. Une révolution mystique et puritaine allait s'installer à Florence avec Savonarole.
Répondre - il y a 8 mois
Anonyme 71912 Mécène des plus grands artistes, génies et fondateur de la renaissance
Répondre - il y a 3 mois

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Laurent De médicis et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.