Mircea Eliade

 
Mircea Eliade
1907 - 1986
 

Artiste, Écrivain, Historien, Philosophe, Romancier, Scientifique (Art, Histoire, Littérature, Philosophie).

Nationalité roumaine Roumain, né le 13 mars 1907 et mort le 22 avril 1986

79 ans Mort à l'âge de 79 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Mircea Eliade ?


Contribuez !

Biographie

Mircea Eliade (13 mars 1907 à Bucarest - 22 avril 1986 à Chicago) est un historien des religions, mythologue, philosophe et romancier roumain. Polyglotte, il parlait et écrivait couramment cinq langues (roumain, français, allemand, italien et anglais) et savait lire aussi l'hébreu, le persan et le sanskrit, mais la majeure partie de ses travaux universitaires a été écrite d'abord en roumain, puis en français et en anglais.

Mircea Eliade est considéré comme l'un des fondateurs de l'histoire moderne des religions. Savant studieux des mythes, Eliade élabora une vision comparée des religions, en trouvant des relations de proximité entre différentes cultures et moments historiques. Au centre de l'expérience religieuse de l'homme, Eliade situe la notion du « Sacré ».

Sa formation d'historien et philosophe l'a amené à étudier les mythes, les rêves, les visions, le mysticisme et l'extase. En Inde, Eliade étudia le yoga et lut, directement en sanscrit, des textes classiques de l'hindouisme qui n'avaient pas été traduits dans des langues occidentales.

Auteur prolifique, il cherche à trouver une synthèse dans les thèmes qu'il aborde (excepté dans son Histoire des religions, qui reste purement analytique). De ses documents est souvent souligné le concept de « Hiérophanie », par lequel Eliade définit la manifestation du transcendant dans un objet ou dans un phénomène de notre cosmos habituel.

Vers la fin du XXe siècle, quelques textes d'Eliade nourrissent la vision gnoséologique de mouvements religieux, apparus avec la contre-culture des années 1960.

Mircea Eliade a grandi dans une famille chrétienne orthodoxe. En 1921, à l'âge de 14 ans, il publie son premier article Comment j'ai découvert la pierre philosophale. Il s'intéresse très tôt à la philosophie, la philologie et l'étude des langues étrangères. Vers 1925, il maîtrise déjà l'allemand, l'anglais, le français et l'italien.

Il s'inscrit à la faculté de philosophie de l'université de Bucarest en 1925. C'est alors qu'il subit l'influence de Nicolae C. Ionescu (mieux connu en Roumanie sous le nom de Nae Ionescu), qui était alors assistant professeur de logique et de mathématique et journaliste. L'engagement de ce confrère à l'extrême-droite et le sien fut critiqué et a terni la réputation d'Eliade.

Il consacre son mémoire de maîtrise à la Renaissance italienne et, en particulier, aux philosophes Marsile Ficin et Giordano Bruno. L'humanisme de la Renaissance est demeuré une influence majeure dans les travaux d'Eliade.

Mais de récentes recherches (par Alexandra Laignel-Lavastine et de Daniel Dubuisson) montrent qu'Eliade a aussi cédé aux sirènes à la mode dans sa jeunesse, en devenant l'un des chefs de file de la « Jeune Génération roumaine » (un mouvement nationaliste) en 19275. À cette époque, ses articles dans la revue Vremea et le quotidien Cuvântul ont contribué à donner une assise philosophique au « Mouvement Légionnaire » (Garde de fer) de Codreanu. On le voit alors ennemi des Lumières, des francs-maçons, du bolchévisme, de la démocratie parlementaire (instaurée en Roumanie en 1921), influences considérées comme « d'importation étrangère », et partisan de « l'insurrection ethnique » de la majorité roumaine (globalement moins instruite) contre les minorités locales et « l'invasion juive ».

En 1928, il fait la connaissance, à l'université de Bucarest, d'Émile Cioran lui aussi lié à la Garde de fer et Eugène Ionesco, prélude à une longue amitié qui se poursuit par la suite en France.

Après l'obtention d'une licence de philosophie en 1928, il part pour l'Inde à l'âge de vingt et un ans. Il séjourne durant trois ans à Calcutta (Bengale occidental, Inde) où il prépare son doctorat. Ce voyage est pour lui une véritable initiation qui marquera ses travaux ultérieurs. Il rentre en Roumanie en décembre 1931 et commence la rédaction de sa thèse sur le yoga qui deviendra Le Yoga, immortalité et liberté.

Parallèlement, il poursuit une carrière d'écrivain. Son roman Maitreyi. La Nuit bengali (trad. franç., Gallimard, 1950) obtient un prix au printemps 1933. La même année, il devient docteur en philosophie. De 1933 à 1940, il enseigne la philosophie indienne à l'université de Bucarest.

Dans la revue Vremea (« Le Temps » en roumain) du 10 septembre 1936, publie des écrits antimaçonniques. Il suggère un rapprochement entre la « mentalité » des francs-maçons et celle des communistes russes qu'il juge « monovalente » et « abstraite ».

En 1937, il rencontre Julius Evola – admirateur de Codreanu, alors en voyage en Roumanie – chez Nae Ionescu. Ce sera le début d'une correspondance régulière entre les deux hommes.

Ses agissements au sein de la garde de Fer lui valent d'être arrêté le 14 juillet 1938 et brièvement incarcéré5.

En octobre 1940, lorsque la « Garde de fer » arrive au pouvoir en même temps que la dictature militaire de Ion Antonescu (l'État national légionnaire, Statul Național Legionar), Eliade est nommé attaché culturel du régime auprès de la légation de Roumanie à Londres. Il sera considéré par les services secrets britanniques comme "le plus nazi" des membres de la légation roumaine. Il remplit la même fonction de janvier 1941 jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale à l'ambassade du Portugal, à Lisbonne. Il rédige alors un livre à la gloire de « L'État chrétien et totalitaire » de Salazar (Salazar și revoluția în Portugalia, 1942).

À l'automne 1945, il s'installe à Paris et Georges Dumézil l'invite à la Ve section de l'École pratique des hautes études pour présenter les premiers chapitres de ce qui deviendra plus tard son Traité d'histoire des religions.

La même année, il rédige en roumain Les Prolégomènes à l'histoire des religions, qui paraîtront par la suite en français sous le titre de Traité d'histoire des religions (1949) avec une préface de Dumézil. En 1949, il se fait particulièrement connaître du public français avec la parution de son essai sur Le Mythe de l'éternel retour (Gallimard).

En 1956, il fait paraître son ouvrage le plus célèbre, Le Sacré et le Profane (Gallimard, 1956). Durant ces années, il fréquente régulièrement les rencontres d'Eranos (fondées par Carl Gustav Jung) à Ascona (Suisse).

À partir de cette période, Eliade et son épouse Christinel Cottesco voyagent en Europe et aux États-Unis, poursuivant leurs recherches, tout en étant sollicités de part et d'autre pour des conférences et des colloques.

En 1953 Eliade publia « Les mythes du monde moderne », un essai très remarqué qui expliquait que la lecture quotidienne de l'homme du XXe siècle prolonge les activités mythologiques de l'ère des religions déistes. Il note aussi que les grandes idéologies (nazisme, communisme...) de notre temps sont des créations mythologiques. Mais ces idées n'ont pas été poursuivies, ni par Eliade, ni par l'histoire des religions. (Elles l'ont été, par contre, par toute la branche de la psychologie archétypique dont James Hillman est le promoteur). Dans les premiers volumes de son « Histoire des croyances et des idées religieuses » on promet une suite comportant l'analyse des « théologies athéistes (sic) contemporaines », mais un deuxième volume parut, puis un troisième sans parvenir aux temps présents. Eliade ne désirait probablement pas « transférer » les idéologies dans le domaine religieux. Deux lectures sont possibles de l'essai: Pour beaucoup de lecteurs, notamment de l'édition en anglais, Eliade prend ses distances avec tout ce qui est profane (« secular »). En traitant le communisme de mythe, il le diminue et le met devant ses propres contradictions. Les mythologies modernes seraient des fragments ou des survivances de la créativité d'autrefois. Mais selon une autre lecture de l'essai, Eliade voulait, au contraire, souligner la continuité dans l'évolution. En conclusion de l'essai il dit : « Il est indispensable de reconnaître qu'il n'existe plus de solution de continuité entre le monde « primitif » ou « arriéré » et l'Occident moderne. Il ne suffit plus, comme il suffisait il y a un demi-siècle, de découvrir et d'admirer l'art nègre ou océanien ; il faut redécouvrir les sources spirituelles de ces arts en nous-mêmes, il faut prendre conscience de ce qui reste encore de « mythique » dans une existence moderne, et qui reste tel, justement parce que ce comportement est, lui aussi, consubstantiel à la condition humaine, en tant qu'il exprime l'angoisse devant le Temps. »

La première lecture focalise sur le marxisme anti-religieux comme l'« adversaire » des religions. La deuxième considère que beaucoup des pionniers du mouvement social français ont revendiqué l'étiquette religieuse pour le mouvement et cela jusqu'à Léon Blum en 1945 (À l'échelle humaine). Dans son essai Eliade s'empare de l'idée de l'absence de « solution de continuité » dans l'histoire des idées, mais ensuite il l'abandonne.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Mircea Eliade en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Mircea Eliade.

Vous savez où se trouve la tombe de Mircea Eliade ?

Citations

Les meilleures citations de Mircea Eliade.

Quand on ne croit plus au Paradis, on commence à croire au spiritisme.
Qu'est ce que la capacité d'apprendre, sinon un aspect de l'éternité ?

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Mircea Eliade. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Mircea Eliade, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Liste de toutes les oeuvres de Mircea Eliade ? Répondu à 0%
0 Jesuismort (admin)

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Roumaine Drapeau roumain
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Mircea Eliade
  • Nom complet : --
  • Prénom : Mircea
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Eliade
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Date de naissance : 13 mars 1907
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 79 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Mircea Eliade ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Mircea Eliade, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Mircea Eliade ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Mircea Eliade et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres points communs avec Mircea Eliade