Roger Vailland

 
Roger Vailland
1907 - 1965
 

Artiste, Écrivain, Essayiste, Scénariste (Art, Cinéma, Littérature).

Nationalité française Francais, né le 16 octobre 1907 et mort le 12 mai 1965

57 ans Mort à l'âge de 57 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Roger Vailland ?


Contribuez !

Biographie

Roger Vailland, né à Acy-en-Multien (Oise) le 16 octobre 1907 et mort le 12 mai 1965 à Meillonnas (Ain) (où il est enterré), est un écrivain, essayiste, grand reporter et scénariste français. Son oeuvre comprend neuf romans, des essais, des pièces de théâtre, des scénarios pour le cinéma, des journaux de voyages, un journal intime et de nombreux articles de journaux rédigés tout au long de sa vie.

Embauché en 1928 comme journaliste à Paris-Midi, il est, cette même année, cofondateur éphémère de la revue expérimentale Le Grand Jeu. Dandy et libertin, il continue son métier de journaliste jusqu'à la guerre et fréquente les milieux littéraires. Replié à Lyon après la défaite de 1940, il s'engage en 1942, après une cure de désintoxication, dans la Résistance aux côtés des gaullistes puis des communistes et écrit ses premiers textes comme Drôle de jeu (Prix Interallié, 1945) où s'associent désinvolture et Résistance.

Après la guerre, il s'installe dans l'Ain à Meillonnas et est inscrit quelques années au Parti communiste. Il écrit alors une série de romans engagés : Les Mauvais Coups (1948) - l'histoire d'un couple qui se défait -, Bon pied bon oeil (1950) - la découverte du militantisme -, Beau Masque (1954) - le thème de la fraternité syndicale et de la lutte contre l'aliénation-, 325 000 francs (1955) - l'exploitation ouvrière - ou La Loi, (Prix Goncourt 1957) - jeux de pouvoir et de vérité dans la région des Pouilles en Italie du sud -. Il travaille également comme scénariste auprès de Roger Vadim ou de René Clément.

Roger Vailland meurt à cinquante-sept ans, le 12 mai 1965, d'un cancer du poumon.

Le père ouvre un cabinet de géomètre-expert dans un petit bourg de l'Oise, Acy-en-Multien, où Roger naît en 1907. La famille s'installe en 1910, 18, rue Flatters à Paris, où naît Geneviève en 1912.

En 1919, après le retour de guerre du père, la famille devient rémoise, toujours pour raisons professionnelles. Reims est en pleine reconstruction. Le père de Roger lui transmet l'amour de la géométrie, de la nature et de la lecture : Plutarque, Shakespeare, Les Mille et Une Nuits. Avec des camarades de lycée, notamment René Daumal et Roger Gilbert-Lecomte, il forme le groupe des Phrères simplistes : ils cherchent à travers les drogues et l'alcool le dérèglement de tous les sens (sur le modèle d'Arthur Rimbaud). Ils sont surréalistes sans le savoir.

En 1925, la famille emménage à Montmorency. Roger entre à Louis-le-Grand, à Paris, en classe d'hypokhâgne. Deux ans plus tard, il loge chez sa grand-mère rue Pétrarque, ce qui est censé faciliter sa préparation d'une licence de Lettres à la Sorbonne. Il est au coeur de la vie parisienne et renonce très vite à ses études.

Grâce aux conseils et à l'appui de Robert Desnos, il est embauché en 1928, à 21 ans, par Pierre Lazareff comme journaliste à Paris-Midi (une édition de Paris-Soir) et emménage dans un hôtel de la rue Bréa. Outre Robert Desnos, il côtoie le tout-Paris littéraire : Cocteau, Gide, Prévert, Marcel Duhamel, Michel Leiris, Raymond Queneau, Benjamin Péret, James Joyce, les papes du surréalisme Louis Aragon et André Breton.

Toujours en 1928, il fonde, grâce à l'appui de Léon Pierre-Quint, la revue Le Grand Jeu avec ses Phrères simplistes René Daumal et Roger Gilbert-Lecomte et le peintre Joseph Sima. La revue se définit comme la « première révélation de la métaphysique expérimentale ». Il s'agit de s'extraire du terne présent, d'accéder à un autre état du « moi » où vie et mort, réel et imaginaire se rejoignent. Roger Vailland se dépense sans compter pour la revue. André Breton s'alarme de ce jeune homme insolent et turbulent, qui pourrait lui faire ombrage, et organise le 11 mars 1929, au Bar du Château, un procès dont Louis Aragon est le procureur, sous prétexte d'un article de Roger Vailland à l'éloge du préfet Chiappe. Le jeune homme, que ses Phrères ne défendent pas, est durablement anéanti et se retire. Lui parti, la revue s'effondre : il n'y aura que trois numéros du Grand Jeu.

(Sur cette époque, voir le témoignage de sa soeur Geneviève : L'enfant couvert de femmes.)

Reporter à Paris-Soir, Roger Vailland parcourt divers pays, voyages dont il fera des récits détaillés. Il publie deux grands romans-feuilletons en 1932-33, Leïla et La Visirova.

En décembre 1934, il habite 38, rue de l'Université, qu'il occupe avec Andrée Blavette (surnommée Boule), sa future femme, en alternance avec l'hôtel particulier des Blavette, villa Léandre à Montmartre, lieu qui sera un de ses ports d'attache jusque pendant la guerre. Il se séparera d'Andrée au début de 1947.

Fin 1940, la guerre et son métier de journaliste le mènent cours Gambetta à Lyon où Paris-Soir s'est replié. Il vit mal cette époque de latence, brasse beaucoup de projets et en 1942, après une cure de désintoxication, il s'engage dans la Résistance aux côtés des gaullistes puis des communistes. La guerre est le catalyseur qui va libérer Vailland de l'angoisse de l'écriture.

Engagé dans la Résistance dès 1942 et en mission au domicile de Daniel Cordier, un agent de la Résistance, il découvre un exemplaire de Lucien Leuwen, se plonge dans sa lecture... et se lance aussitôt dans l'écriture de Drôle de jeu. Recherché par la Gestapo et désireux de se retirer au calme pour écrire son roman, il s'installe en juin 1942, sur le conseil d'un ami, au château Mignon, un peu à l'écart de Chavannes-sur-Reyssouze près de Bourg-en-Bresse. À la fin de la guerre, il reprend son métier de reporter-journaliste et est correspondant de guerre pour plusieurs journaux. Drôle de jeu paraît à la Libération et reçoit le prix Interallié en 1945. Vailland y a mis le quotidien de la vie d'un réseau de résistants, dont son héros Marat, partagé entre ses convictions politiques et son âme de séducteur.

Il rêvait depuis longtemps d'écrire un grand roman sans y parvenir, puis, jusqu'à la fin de sa vie, il va en enchaîner neuf, avec des périodes de production, des périodes de remise en cause... et une méthode efficace : un diagramme accroché au mur indique en abscisse les jours d'écriture et en ordonnée le nombre de pages écrites. Il poursuit ses activités de journaliste mais n'écrit plus que pour des journaux progressistes : avec Pierre Courtade, Claude Roy, Pierre Hervé et Jacques-Francis Rolland, il participe à la belle aventure du journal Action et collabore aussi à Libération ou à La Tribune des nations.

Vailland et le cinéma : l'année 1947 marque sa première collaboration comme dialoguiste pour le film de Louis Daquin Les Frères Bouquinquant, première étape d'un parcours qui l'amènera à travailler avec Roger Vadim vers la fin de sa vie, même si son activité dans ce domaine n'a pas toujours été bien comprise et bien appréciée. En décembre 1947, ses amis De Meyenbourg, installés à Sceaux, ont pitié de sa situation matérielle et lui offrent l'hospitalité jusqu'en décembre 1950. Cette même année 1950, il se joint à d'autres écrivains comme Marcelle Auclair, Jacques Audiberti, Hervé Bazin, Émile Danoën et André Maurois pour le numéro de La Nef (revue de Lucie Faure) intitulé « L'Amour est à réinventer ».

Après un voyage en Extrême-Orient, il emménage au printemps 1951 avec Elisabeth Naldi (rencontrée fin 1949) à La Grange aux Loups (aussi appelée dans ses livres La Grange aux Vents), une austère petite maison des Allymes, hameau à six kilomètres d'Ambérieu-en-Bugey. Hébergés dans la simplicité de la maison de campagne d'André Ullmann et de Suzanne Tenand, loin des intellectuels de gauche parisiens, il découvre la vie des ouvriers et des paysans. Élisabeth et Roger vivent dans une certaine austérité les années les plus heureuses de leur vie.

En 1954, Roger et Élisabeth se marient et s'installent, à l'automne, dans une belle maison du centre de Meillonnas, un village du Revermont situé à une vingtaine de kilomètres de Bourg-en-Bresse. Élisabeth Vailland sera aussi sa muse, celle qui veillera sur sa mémoire, celle qui le protégera et l'emmènera en Italie dans les Pouilles puis jusque dans l'île de La Réunion dans ses périodes de crise profonde, quand il aura besoin de retrouver plus de sérénité.

Toute sa vie, Roger Vailland aura rejeté les contraintes et aura cherché avec une désinvolture élégante, à connaître le bonheur : une pratique hédoniste qui le marginalise.

Grand reporter, romancier communiste qui roulera en Jaguar à la fin de sa vie, drogué, grand résistant, alcoolique, amateur de cyclisme et de montagne, ascète lorsqu'il écrit, ex-surréaliste, libertin, Roger Vailland a commencé tôt à opérer le « dérèglement de tous les sens » cher à son maître Arthur Rimbaud.

Roger Vailland meurt à cinquante-sept ans, le 12 mai 1965, d'un cancer du poumon. Il repose dans le cimetière de Meillonnas, près de Bourg-en-Bresse.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Roger Vailland en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Roger Vailland.

Vous savez où se trouve la tombe de Roger Vailland ?

Citations

Les meilleures citations de Roger Vailland.

L'histoire n'est pas à quelques dizaines d'années près.
Dans les sociétés moribondes, l'ambition satisfaite a le goût amer de l'échec.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Roger Vailland. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Roger Vailland, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Son fils Frédéric est mort... Répondu à 0%
0 Jeanmichel

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Roger Vailland
  • Nom complet : --
  • Prénom : Roger
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Vailland
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 57 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Roger Vailland ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Roger Vailland, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Roger Vailland ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Roger Vailland et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.