Abel Bonnard

3104ème
Abel Bonnard
1883 - 1968
Score : 0

Écrivain, poète et politicien français, connu pour ses 2 recueils de poèmes « Les Familiers » (1906) et « Les Royautés » (1908), il devient une figure des milieux mondains grâce à sa réputation d'homme d'esprit. Grand voyageur, auteur d'environ 20 d'ouvrages, il connaît le succès grâce à « En Chine » (1924, grand prix de littérature) et aux « Modérés » (1936). Élu à l'Académie française en 1932, il évolue vers le fascisme dans les années 1930, devient artisan d'un rapprochement franco-allemand, et durant la Seconde Guerre mondiale, devient une figure de la collaboration avec l'occupant nazi. Nommé ministre de l'Éducation nationale en 1942, il fait partie des « ultras » et des derniers partisans du régime de Vichy qui se réfugient à Sigmaringen en 1944. À la Libération, condamné à la peine de mort par contumace, il est déchu de l'Académie française et s'exile en Espagne où il meurt en 1968.

Nationalité française Francais, né le 19 décembre 1883 et mort le 31 mai 1968

84 ans Mort à l'âge de 84 ans (de quoi ?).

Enterré en Espagne à Madrid.

Cimetière Sacramental de San Lorenzo et San José
Zoomez sa tombe

Anniversaire !

Cela fera 135 ans que Abel Bonnard est né le mercredi 19 décembre 2018. Plus que 36 jours...

Pour lui rendre hommage, vous pouvez :

  • Noter Abel Bonnard (si ce n'est pas encore fait).
  • Voter pour Abel Bonnard.

Biographie

Abel Bonnard, né le 19 décembre 1883 à Poitiers et mort le 31 mai 1968 à Madrid (Espagne), est un poète, romancier, essayiste et homme politique français. Maurrassien, il évolue vers le fascisme dans les années 1930. Élu à l'Académie française en 1932, il devient, au cours de la Seconde Guerre mondiale, une figure de la collaboration avec l'occupant nazi. Ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse du régime de Vichy, il fait partie des « ultras » qui se réfugient à Sigmaringen à la Libération. Il est déchu de son siège à l'Académie française, condamné à mort par contumace, puis rejugé en 1960 où sa peine est commuée en « bannissement » ; il passe néanmoins le reste de sa vie en exil en Espagne.

Considéré comme le fils d'Ernest Bonnard et de son épouse Pauline, née Benielli, il est donc corse par sa mère ; en réalité, son père biologique est le comte Joseph Primoli. Il fait ses études au lycée Thiers à Marseille, puis au lycée Louis-le-Grand à Paris. Ayant obtenu une licence de lettres, il devient élève de l'École du Louvre, puis membre de l'École française de Rome. À 22 ans, il publie un recueil de vers, Les Familiers, couronné par l'Académie française en 1906. Il écrit ensuite et publie deux autres volumes de poésie, Les Royautés et Les Histoires, puis un roman, La Vie et l'Amour (1913).

Journaliste littéraire, il est un ami de Marcel Proust. Il collabore à un recueil littéraire et poétique avec Colette et Paul Morand ainsi qu'au second tome d'un ouvrage où il succède à Paul Valéry.

Chroniqueur, il écrit pour plusieurs journaux : Le Figaro, dès 1912, Le Journal, Comoedia, le Journal des débats, ou encore Paris-Midi. D'un long voyage en Extrême-Orient, il tire un ouvrage Notes de voyage : en Chine, que l'Académie française couronne en 1924. Il publie bien d'autres livres, sur la littérature, les civilisations, la philosophie : La Vie amoureuse d'Henri Beyle, La Vie de saint François d'Assise, Au Maroc, Rome, L'Enfance, Éloge de l'ignorance, L'Argent, L'Amitié, etc.

Après un échec en 1931, il est élu membre de l'Académie française en 1932. Son talent d'écrivain, mais aussi son entregent, son activité mondaine et ses dons de « causeur » expliquent son élection.

Il se fait connaître des milieux politiques nationalistes à partir de 1925 par sa collaboration au quotidien de Georges Valois, Le Nouveau Siècle, puis au Courrier royal avec Henry Bordeaux et Georges Bernanos. Proche de l'Action française, sa pensée politique est celle d'un nationalisme maurrassien, antiparlementariste. Il préside en novembre 1933 l'ouverture des cours de l'Institut d'Action française, aux côtés de Maurras. C'est un habitué des dîners des « Affinités françaises », qu'il a présidés à plusieurs reprises et où il valorise le rôle des élites, un thème qui lui est cher. On le trouve à des réunions de la Jeune Droite : il préside en février 1935 un dîner de La Revue du XXe siècle de Jean de Fabrègues, et participe à des réunions de la revue Combat, en juin et à l'automne 1936.

La victoire du Front populaire en 1936 le pousse à publier ce qui est son oeuvre politique majeure, Les Modérés, qui critique les parlementaires ainsi que la démocratie. Il rejoint des personnalités « nationales » comme René Gillouin et Gaston Le Provost de Launay au comité directeur du Rassemblement national pour la reconstruction de la France (1936-1937), aux côtés du général Maxime Weygand ou Bernard Faÿ notamment, qu'il a pu côtoyer aux « Affinités françaises ». Il préside un meeting nationaliste en juin 1936, avec comme orateurs Louis Darquier de Pellepoix, Henri Massis, qui célèbre l'action antibelliciste de Maurras, Thierry Maulnier, et y préconise la « Révolution nationale ». On le trouve encore aux côtés de Maurras, à un dîner de « L'OEillet blanc » (cercle aristocratique royaliste) en 1936 et comme président d'une conférence de Bernard Faÿ donnée en 1939 sous les auspices de ce cercle.

Il s'inscrit au Parti populaire français de Jacques Doriot, préside ses Cercles populaires français en 1937, participe à des meetings. Il préside en 1937 une conférence de Doriot donnée au Cercle des chambres syndicales patronales, ce qui donne l'occasion à la gauche de moquer le prétendu caractère « populaire » du PPF. Il ne rompt pas pour autant avec les milieux d'Action française et les autres cercles « nationaux ». C'est alors que le PPF prône alors l'union des « nationaux », avec notamment la création du Front de la liberté. Bonnard est ainsi annoncé à Nancy en 1937 comme orateur d'une manifestation de ce Front avec Doriot, Louis Marin et Pierre Taittinger. Il devient en 1936 membre du comité d'honneur du Cercle Jacques Bainville de Paris, aux côtés de Maurras et Léon Daudet notamment. Il prend la parole en juillet 1937 au meeting organisé au Vélodrome d'hiver pour célébrer la sortie de prison de Charles Maurras, comme d'autres personnalités du monde des « nationaux ». Maurras mérite alors selon lui « la gratitude et l'amour de tous les Français ». En 1939, on le trouve encore à la table d'honneur lors d'une réunion organisée par Charles Trochu salle Wagram pour célébrer l'élection de Maurras à l'Académie française, en présence du « maître » évidemment, aux côtés de Le Provost de Launay, Henri Lémery, Gillouin, Georges Claude, Firmin Roz, etc. Et il préside une réunion du cercle Fustel de Coulanges, aux côtés de Maurras, au cours de laquelle les orateurs montrent « avec une vigueur vengeresse, la fausseté de quelques-unes des légendes à la gloire de la Révolution », dans le contexte du 150e anniversaire de la Révolution française. Une réunion « nécessaire pur sauver l'honneur de l'esprit français devant une glorification frauduleuse » selon Bonnard, qui affirme : « Il faut sauver la France des suites chaque jour plus néfastes de la Révolution. [...] Nous voulons revenir, tenant compte des conjonctures nouvelles, à la France d'amitié d'avant 1789. La démocratie meurt de sa propre infection ».

S'il prend position en 1933 contre le racisme dans un article du Journal des débats, et si Les Modérés reçoit les louanges de personnalités juives comme Henry Bernstein, André Maurois, Henri Bergson, il prend des notes sur le racisme et la question juive en 1937, qui ne seront publiées qu'un demi-siècle plus tard et qui montrent son évolution vers l'antisémitisme — laquelle lui vaut les attaques de la LICA.

Ce futur ministre de l'Éducation est convaincu qu'il n'est pas « bon de répandre aveuglement l'instruction » et qu'elle doit être réservée à une élite. Ce qu'il affirme souvent dans ses conférences et ses écrits, depuis son Éloge de l'ignorance en 1926 - un pamphlet contre l'école unique voulue par le Cartel des gauches -, notamment dans les cercles « nationaux » qui partagent ses convictions réactionnaires sur ce sujet, comme le cercle Fustel de Coulanges. Selon lui, l'instruction n'est bonne ni pour les femmes, ni pour le peuple. Bonnard fait l'apologie de l'instinct, de l'élitisme, de la sélection, du bon sens populaire. Il figure au comité de patronage de la Ligue de l'éducation française, lancée en 1936.

En 1935, il signe le Manifeste pour la défense de l'Occident et la paix en Europe. Il soutient l'Espagne du général Franco. Proche ensuite du comité France-Allemagne, il voyage en Allemagne en 1937; le quotidien Le Journal publie ses impressions et ses interviews d'Adolf Hitler et du théoricien nazi Alfred Rosenberg. La presse nazie souligne ses prises de position en faveur du rapprochement franco-allemand.

Il est davantage collaborationniste que maréchaliste sous l'Occupation : membre d'honneur du Groupe Collaboration, il soutient des initiatives comme la formation de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme (LVF), et sera l'auteur d'éditoriaux dans Je suis partout dans lesquels il marque sa rupture avec le royalisme et l'antigermanisme de Maurras qu'il ne devait plus revoir. Son collaborationnisme exacerbé et le soutien apporté par Otto Abetz lui valent le surnom d'« Abetz Bonnard ».

La conjugaison de son soutien extrême au nazisme et de son homosexualité affichée lui valent également les surnoms de « la Belle Bonnard », ou encore par le chroniqueur Jean Galtier-Boissière, repris par Pétain, « la Gestapette ». Patrick Buisson relève à cet égard que : « avant d'entrer dans le gouvernement, l'auteur de Pensées dans l'action (1941) apparaît comme l'une des figures de cette homosexualité individualiste, élitiste, aristocratique qui, depuis Proust, se répand dans les milieux littéraires sans pour autant s'identifier à une quelconque « cause homosexuelle » [...]. Une fois ministre, il n'est plus perçu, par une majorité de Français, qu'à travers la seule identité que lui confère son orientation sexuelle, comme si celle-ci avait réduit ou phagocyté toutes les autres composantes de sa personnalité. Il faut dire que d'entrée, ni le comportement ni les propos du ministre n'ont été de nature à faire se dégonfler la rumeur. Choquer l'amuse et le divertit [...] » et souligne que : « tous ses choix politiques, sa conception même de la collaboration, découlent d'une vision sexuée de l'histoire selon laquelle l'Allemagne serait l'élément mâle du vieux continent, le principe viril et fécondant de l'Europe nouvelle [...] Quels que soient les lieux et les auditoires, le discours d'Abel Bonnard durant les quatre années de l'occupation se ramène à un thème unique, obsessionnel, envahissant : c'est un discours sur le corps, un discours qui fait du corps la projection et le réceptacle de la race, un enjeu idéologique, un objet d'affrontement entre partisans de l'« homme nouveau » et adeptes de l'« homme du refus ». »

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Où se trouve la tombe d'Abel Bonnard ?

La position exacte de la tombe d'Abel Bonnard n'est pas renseignée.
Vous pouvez nous transmettre l'emplacement exact de sa tombe.

Où est enterré Abel Bonnard ?

Cimetière Sacramental de San Lorenzo et San José
Calle de la Verdad
s/n
28019 Madrid
Espagne Drapeau espagnol

Ses obsèques, qui ont lieu le lundi de la Pentecôte 1968, se déroulent de manière quasi-confidentielle. Son acte de décès, signé par un simple employé des pompes funèbres, porte la mention « défunt de père et de mère inconnus ». Enterré au Sacramental de San Lorenzo y San José, sa tombe porte simplement :

ABEL BONNARD
MDCCCLXXXIII
MCMLXVIII

Il a interdit, par testament, le rapatriement de ses cendres en France.

La tombe d'Abel Bonnard est au Cimetière Sacramental de San Lorenzo et San José, Calle de la Verdad, s/n, 28019 Madrid, Espagne Drapeau espagnol.

Citations

Les meilleures citations d'Abel Bonnard.

Aimer, c'est s'augmenter en s'oubliant, c'est échapper par un seul être à la médiocrité de tous les autres.
L'amour est surtout la poésie des gens qui n'en sauraient avoir d'autre.
La richesse illumine la médiocrité.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases d'Abel Bonnard. Vous pouvez consulter les meilleures citations d'Abel Bonnard, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Abel Bonnard.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Abel Bonnard
  • Nom complet : --
  • Prénom : Abel
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Bonnard
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 84 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

Que recherchez-vous sur Abel Bonnard ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Abel Bonnard, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Votez !

x
= ? points

Tirez une carte pour faire gagner des points ? à Abel Bonnard afin qu'il grimpe dans le Top 50.

Top 50

3104ème
0 point
cumulés en 30 jours
Portrait de Abel Bonnard
3104ème
Notez-le !

Drapeau France 1883 - 1968
Francais, 84 ans

Écrivain, poète et politicien français, connu pour ses 2 recueils de poèmes « Les Familiers » (1906) et « Les Royautés » (1908), il devient une figure des milieux mondains grâce à sa réputation d'homme d'esprit. Grand voyageur, auteur d'environ 20 d'ouvrages, il connaît le succès grâce à « En Chine » (1924, grand prix de littérature) et aux « Modérés » (1936). Élu à l'Académie française en 1932, il évolue vers le fascisme dans les années 1930, devient artisan d'un rapprochement franco-allemand, et durant la Seconde Guerre mondiale, devient une figure de la collaboration avec l'occupant nazi. Nommé ministre de l'Éducation nationale en 1942, il fait partie des « ultras » et des derniers partisans du régime de Vichy qui se réfugient à Sigmaringen en 1944. À la Libération, condamné à la peine de mort par contumace, il est déchu de l'Académie française et s'exile en Espagne où il meurt en 1968.
+5
places depuis hier
0 point
cumulés hier

C'est le classement de Abel Bonnard dans le Top 50. Sa position est déterminée selon un score calculé à partir de points cumulés sur les 30 derniers jours. Si vous êtes un fan fidèle votant chaque jour, si vous incitez vos amis à vous soutenir et voter pour Abel Bonnard, vous améliorez sont classement à chaque point gagné. Pour en savoir plus sur le fonctionnement du Top 50.

Les Fans

Il n'y a pas encore de fan de Abel Bonnard.
Soyez le 1er fan en votant pour Abel Bonnard.

Commentaires

Vous avez des questions sur Abel Bonnard ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle d'Abel Bonnard et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres poète francais

Portrait de Victor Hugo
119ème

Drapeau France 1802 - 1885
Francais, 83 ans

Le plus grands écrivain français du 19e siècle et l'un des plus importants écrivains de langue française au monde. Grand romancier, il est l'auteur de « Les Misérables » (1862) et « Notre-Dame de Paris » (1831). À la tête du mouvement romantique, il a révolutionné le théâtre : « Cromwell » (1827), « Hernani » (1830) et « Ruy Blas » (1838). Grand poète, il est l'auteur de « Les Châtiments » (1853), « Les Contemplations » (1856) et « La Légende des siècles » (1859). Personnalité politique et un intellectuel engagé, il a joué un rôle majeur dans l’histoire du 19e siècle.
Portrait de Jean Cocteau
193ème
Notez-le !

Drapeau France 1889 - 1963
Francais, 74 ans

Poète, cinéaste et dramaturge français, élu à l'Académie française en 1955, comptant parmi les artistes qui ont marqué le XXe siècle, il a côtoyé la plupart de ceux qui ont animé la vie artistique de son époque. Il a été l'imprésario de son temps, le lanceur de modes, le bon génie d'innombrables artistes. En dépit de ses œuvres littéraires et de ses talents artistiques, Jean Cocteau insista toujours sur le fait qu'il était avant tout un poète et que tout travail est poétique. Il est connu pour son film « Le Sang d'un poète » (1930) et sa pièce de théâtre « La Machine infernale » (1934).
Portrait de Jean De la Fontaine
481ème

Drapeau France 1621 - 1695
Francais, 73 ans

Poète français, connu principalement pour ses « Fables » comme « Le Corbeau et le Renard » ou « La Cigale et la Fourmi ». Le brillant maniement des vers et la visée morale des textes, parfois plus complexes qu'il n'y paraît à la première lecture, ont déterminé le succès de cette oeuvre à part et les Fables de La Fontaine sont toujours considérées comme un des plus grands chefs-d’oeuvre de la littérature française.
Portrait de Arthur Rimbaud
277ème

Drapeau France 1854 - 1891
Francais, 37 ans

Poète français, une des figures premières de la littérature française, dont l'oeuvre est aussi dense que brève et dont la précocité de son génie et sa vie aventureuse (notamment avec Paul Verlaine) contribuent à forger la légende du poète. Selon lui, le poète doit être « voyant » et « absolument moderne ». Il est connu pour ses poèmes comme « Le Bateau ivre » (1871), « Une saison en enfer » (1873), « Illuminations » (1872-1875) ou « Voyelles » (1871) qui comptent parmi les plus célèbres de la poésie française.
Portrait de Léo Ferré
329ème

Drapeau Monaco 1916 - 1993
Monégasque, 76 ans

Chanteur et poète français, ses chansons les plus connus sont « Avec le temps », « Ni Dieu ni maître » ou « C'est extra », ayant réalisé environ 40 albums originaux couvrant une période d'activité de 46 ans, de culture musicale classique, il dirige à plusieurs reprises des orchestres symphoniques, en public ou à l'occasion d'enregistrements discographiques. Léo Ferré se revendiquait anarchiste et ce courant de pensée inspire grandement son oeuvre.
Portrait de Georges-Emmanuel Clancier
3537ème

Drapeau France 1914 - 2018
Francais, 104 ans

Écrivain et poète français, auteur d’une oeuvre pleine d’énergie et diverse (avec toujours la poésie trônant en majesté), il est surtout connu pour les oeuvres « Le Pain noir » (1956, suite romanesque) et « L'Éternité plus un jour » (1969, roman).

Autres homme politique francais

Portrait de Victor Hugo
119ème

Drapeau France 1802 - 1885
Francais, 83 ans

Le plus grands écrivain français du 19e siècle et l'un des plus importants écrivains de langue française au monde. Grand romancier, il est l'auteur de « Les Misérables » (1862) et « Notre-Dame de Paris » (1831). À la tête du mouvement romantique, il a révolutionné le théâtre : « Cromwell » (1827), « Hernani » (1830) et « Ruy Blas » (1838). Grand poète, il est l'auteur de « Les Châtiments » (1853), « Les Contemplations » (1856) et « La Légende des siècles » (1859). Personnalité politique et un intellectuel engagé, il a joué un rôle majeur dans l’histoire du 19e siècle.
Portrait de Jean Cocteau
193ème
Notez-le !

Drapeau France 1889 - 1963
Francais, 74 ans

Poète, cinéaste et dramaturge français, élu à l'Académie française en 1955, comptant parmi les artistes qui ont marqué le XXe siècle, il a côtoyé la plupart de ceux qui ont animé la vie artistique de son époque. Il a été l'imprésario de son temps, le lanceur de modes, le bon génie d'innombrables artistes. En dépit de ses œuvres littéraires et de ses talents artistiques, Jean Cocteau insista toujours sur le fait qu'il était avant tout un poète et que tout travail est poétique. Il est connu pour son film « Le Sang d'un poète » (1930) et sa pièce de théâtre « La Machine infernale » (1934).
Portrait de Jean De la Fontaine
481ème

Drapeau France 1621 - 1695
Francais, 73 ans

Poète français, connu principalement pour ses « Fables » comme « Le Corbeau et le Renard » ou « La Cigale et la Fourmi ». Le brillant maniement des vers et la visée morale des textes, parfois plus complexes qu'il n'y paraît à la première lecture, ont déterminé le succès de cette oeuvre à part et les Fables de La Fontaine sont toujours considérées comme un des plus grands chefs-d’oeuvre de la littérature française.
Portrait de Arthur Rimbaud
277ème

Drapeau France 1854 - 1891
Francais, 37 ans

Poète français, une des figures premières de la littérature française, dont l'oeuvre est aussi dense que brève et dont la précocité de son génie et sa vie aventureuse (notamment avec Paul Verlaine) contribuent à forger la légende du poète. Selon lui, le poète doit être « voyant » et « absolument moderne ». Il est connu pour ses poèmes comme « Le Bateau ivre » (1871), « Une saison en enfer » (1873), « Illuminations » (1872-1875) ou « Voyelles » (1871) qui comptent parmi les plus célèbres de la poésie française.
Portrait de Léo Ferré
329ème

Drapeau Monaco 1916 - 1993
Monégasque, 76 ans

Chanteur et poète français, ses chansons les plus connus sont « Avec le temps », « Ni Dieu ni maître » ou « C'est extra », ayant réalisé environ 40 albums originaux couvrant une période d'activité de 46 ans, de culture musicale classique, il dirige à plusieurs reprises des orchestres symphoniques, en public ou à l'occasion d'enregistrements discographiques. Léo Ferré se revendiquait anarchiste et ce courant de pensée inspire grandement son oeuvre.
Portrait de Georges-Emmanuel Clancier
3537ème

Drapeau France 1914 - 2018
Francais, 104 ans

Écrivain et poète français, auteur d’une oeuvre pleine d’énergie et diverse (avec toujours la poésie trônant en majesté), il est surtout connu pour les oeuvres « Le Pain noir » (1956, suite romanesque) et « L'Éternité plus un jour » (1969, roman).

Autres points communs avec Abel Bonnard