Alexis de Tocqueville

 
Alexis de Tocqueville
1805 - 1859
 

Historien, Homme politique, Philosophe, Scientifique (Philosophie, Politique, Science).

Nationalité française Francais, né le 29 juillet 1805 et mort le 16 avril 1859

53 ans Mort à l'âge de 53 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
d'Alexis de Tocqueville ?


Contribuez !

Biographie

Alexis-Henri-Charles Clérel, comte de Tocqueville, généralement appelé par convenance Alexis de Tocqueville, né à Paris le 29 juillet 1805 et mort à Cannes le 16 avril 1859, est un philosophe politique, homme politique, historien, précurseur de la sociologie et écrivain français. Il est célèbre pour ses analyses de la Révolution française, de la démocratie américaine et de l'évolution des démocraties occidentales en général.

Raymond Aron et Raymond Boudon entre autres, ont mis en évidence son apport à la sociologie. François Furet, quant à lui, a mis en avant la pertinence de son analyse de la Révolution française. Son oeuvre a eu une influence considérable sur le libéralisme et la pensée politique, au même titre que celles de Hobbes, Montesquieu, et Rousseau.

Né à Paris le 29 juillet 1805 dans une famille légitimiste de la noblesse normande, Alexis de Tocqueville compte plusieurs aïeux illustres. Il est par sa mère arrière-petit-fils de Malesherbes et neveu du frère aîné de Chateaubriand. En outre, il descend de Saint-Louis par sa grand-mère paternelle. Ses parents, ultra-royalistes, Hervé Clérel de Tocqueville, comte de Tocqueville, soldat de la Garde constitutionnelle du Roi Louis XVI, et Louise Madeleine Le Peletier de Rosanbo, évitent la guillotine grâce à la chute de Robespierre en l'an II (1794). Il est également le frère d'Hippolyte né en 1797 et d'Édouard de Tocqueville né en 1800.

Hervé de Tocqueville s'installe d'abord à Malesherbes puis au château de Verneuil-sur-Seine, « héritage d'échafaud » qui avait appartenu à Madame de Sénozan, soeur de Malesherbes, exécutée en même temps que lui. En 1804, il est nommé maire de la ville. À la Restauration, il entame dès 1818, une carrière préfectorale qui s'achève en 1828. Il occupe alors la préfecture prestigieuse de Versailles qu'il doit quitter en janvier lorsqu'il devient pair de France.

Son père ayant été nommé préfet de la Moselle en 1817, Alexis fréquente le collège des Jésuites de Metz. Il y poursuit ses études jusqu'à l'obtention de son baccalauréat en 1823. À dix-sept ans, il a un enfant naturel avec la couturière de la préfecture.

Bachelier en 1823, licencié en droit en 1826, assistant assidûment aux conférences de François Guizot de 1828 à 1830, Alexis de Tocqueville est nommé juge auditeur en 1827 au tribunal de Versailles, où il rencontre Gustave de Beaumont, substitut, qui collaborera à plusieurs de ses ouvrages. Après avoir prêté à contre-coeur serment au nouveau régime[réf. souhaitée], tous deux sont envoyés aux États-Unis en 1831 pour y étudier le système pénitentiaire américain, d'où ils reviennent avec Du système pénitentiaire aux États-Unis et de son application (1832). Tocqueville s'inscrit ensuite comme avocat. Il rencontre le procureur général de l'État de Louisiane, Étienne Mazureau, qui lui fournit un grand nombre d'informations sur le plan juridique, mais également sociologique, démographique et linguistique. Alexis de Tocqueville publiera en 1835 le premier tome De la démocratie en Amérique (le second en 1840), oeuvre fondatrice de sa pensée politique. En 1835, il se marie à une roturière anglaise émigrée en France, Marie Motley, et est reçu en Angleterre par son ami John Stuart Mill, et publie son essai L'État social et politique de la France avant et depuis 1789 qui formera ses grandes bases de réflexions sur l'Ancien Régime et la Révolution. Grâce à son succès, il est nommé chevalier de la Légion d'honneur (1837) et est élu à l'Académie des sciences morales et politiques (1838), puis à l'Académie française (1841).

À la même époque, il entame une carrière politique, en devenant en 1839 député de la Manche (Valognes), siège qu'il conserve jusqu'en 1851. Il défendra au Parlement ses positions anti-esclavagiste et libre-échangiste, et s'interrogera sur la colonisation, en particulier en Algérie. Ce « libéral-conservateur » se fera aussi témoin du « rapetissement universel » emporté par la promotion au pouvoir d'une classe moyenne « ne songeant guère aux affaires publiques que pour les faire tourner au profit de ses affaires privées » (Souvenirs). Il fit en outre partie de la Société d'Économie Charitable, réunion de députés catholiques sociaux, pour la plupart légitimistes.

En 1842, il est élu conseiller général de la Manche par le canton jumelé de Montebourg/Sainte-Mère-Église, qu'il représente jusqu'en 1852. Le 6 août 1849 il est élu au second tour de scrutin (par 24 voix sur 44 votants) président du conseil général, fonction qu'il occupe jusqu'en 1851.

Après la chute de la Monarchie de Juillet, il est élu à l'Assemblée constituante de 1848. C'est une personnalité éminente du parti de l'Ordre, un parti résolument conservateur. Prenant conscience du poids de la classe ouvrière et de l'émergence du socialisme avec la Révolution française de 1848, qu'il considère comme une trahison de la révolution de 1789, il approuvera sans aucune réserve la répression des Journées de Juin.

Il est membre de la Commission chargée de la rédaction de la Constitution française de 1848. Il y défend surtout les institutions libérales, le bicamérisme, l'élection du président de la République au suffrage universel, et la décentralisation. Il est élu en 1849 à l'Assemblée législative, dont il devient vice-président.

Hostile à la candidature de Louis-Napoléon Bonaparte à la présidence de la république, lui préférant Cavaignac, il accepte cependant le ministère des Affaires étrangères entre juin et octobre 1849 au sein du deuxième gouvernement Odilon Barrot. Opposé au Coup d'État du 2 décembre 1851, il fait partie des parlementaires (dont Berryer et Lanjuinais) qui se réunissent à la [[Mairie du 10e arrondissement de Paris|mairie du Xe arrondissement]] et votent la déchéance du président de la République. Incarcéré à Vincennes, puis relâché, il quitte la vie politique. Le 14 janvier 1852, il n'en adresse pas moins une lettre au comte de Chambord, lui conseillant de devenir, face au césarisme renaissant, le champion des libertés. Retiré en son château de Tocqueville, il entame l'écriture de L'Ancien Régime et la Révolution, paru en 1856, dont le sujet porte sur le centralisme français. La seconde partie reste inachevée, quand il meurt en convalescence à la Villa Montfleury de Cannes le 16 avril 1859, où il s'était retiré six mois plus tôt avec sa femme pour soigner sa tuberculose. Il est enterré au cimetière de Tocqueville.

Tocqueville défend la liberté individuelle et l'égalité en politique. Exprimant parfois des réserves sur l'évolution possible de la démocratie vers une dictature de la majorité au nom de l'égalité, et rejetant nettement à ce titre toute orientation socialiste, il est l'une des plus grandes références de la philosophie politique libérale.

Théoricien du colonialisme, légitimant l'expansion française en Afrique du Nord (1841-1846), il fustige néanmoins les violences des armées françaises en Afrique, s'oppose à l'application du régime militaire en Algérie (1848), et défend parmi les premiers l'abolition de l'esclavage dans les colonies (1839). Parallèlement, Tocqueville refuse les considérations de la thèse de son ami Joseph Arthur de Gobineau (Essai sur l'inégalité des races humaines). Sceptique et hanté par la corruption de la démocratie et le déclin des valeurs aristocratiques, il défendra aussi une vision « de la puissance et de la grandeur nationale », annonçant le « nationalisme du siècle suivant ».

Son oeuvre fondée sur ses voyages aux États-Unis (1831-1832) est une base essentielle pour comprendre ce pays, en particulier les fondements de la démocratie américaine au cours du XIXe siècle. Même si une des raisons profondes de son voyage est de partir pour éviter les regards malveillants dus à ses origines aristocratiques, Tocqueville est surtout avide de rencontrer une « grande république », libérale et fédérale. On sait qu'il a aussi consulté une documentation dont on peut citer trois ouvrages essentiels : Le Fédéraliste par Alexander Hamilton, James Madison, et John Jay, puis James Kent (Commentaries on American Law) et Joseph Story (Commentaries on the Constitution of the United States), deux juristes aux opinions conservatrices. Ces ouvrages et commentaires ont le point commun de défendre des positions fédéralistes.

De la Démocratie en Amérique parait en deux volumes en 1835 et 1840. Beaumont écrira Marie ou l'esclavage aux États-Unis, texte également inspiré par leur parcours des États-Unis sous le président Jackson.

Tocqueville est partisan d'une réforme des prisons, qu'il défendra dans le livre sur le système pénitentiaire, co-écrit avec Gustave de Beaumont, après le voyage en Amérique: Du système pénitentiaire aux Etats-Unis de de son application (1833).

Il sera l'auteur de plusieurs rapports et projets de loi. Il préconise le principe du panoptisme (décrit par Michel Foucault dans Surveiller et punir) pour réformer les prisons françaises, basé sur l'isolement cellulaire individuel (prison de Cherry-Hill à Philadelphie). Cet objectif ne sera réalisé en France qu'à la fin du XIXe siècle.

Plus encore que l'amendement du prisonnier, son objectif majeur en matière de politique pénale est la protection de la société. Il est également un des membres fondateurs de la colonie pénitentiaire de Mettray pour jeunes mineurs délinquants. Mettray est le modèle où se concentrent toutes les technologies coercitives du comportement.... C'est la face sombre, occultée, de ce libéral démocrate.

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe d'Alexis de Tocqueville en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture d'Alexis de Tocqueville.

Vous savez où se trouve la tombe d'Alexis de Tocqueville ?

Citations

Les meilleures citations d'Alexis de Tocqueville.

Les hommes ne sauraient jouir de la liberté politique sans l'acheter par quelques sacrifices, et ils ne s'en emparent jamais qu'avec beaucoup d'efforts.
Dans les démocraties, chaque génération est un peuple nouveau.
Il n'y a que Dieu qui puisse sans danger être tout-puissant.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases d'Alexis de Tocqueville. Vous pouvez consulter les meilleures citations d'Alexis de Tocqueville, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Alexis de Tocqueville
  • Nom complet : --
  • Prénom : Alexis de
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Tocqueville
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Alexis Henri Charles de Clérel, vicomte de Tocqueville

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 53 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Alexis de Tocqueville ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Alexis de Tocqueville, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Alexis de Tocqueville ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Donias Alexis de Tocqueville
Répondre - il y a 1 an
Donias je ne suis pas très sur que c'est "là" tombe d'Alexis de Tocqueville, mais c'est une tombe "de Tocqueville"
Répondre - il y a 1 an
Jesuismort (admin) à : Ok, merci. Si quelqu'un a + d'info à ce sujet ou peut confirmer (ou infirmer) ?
Répondre - il y a 1 an
Donias à : oui si quelqu'un en sait plus sur la tombe ...se serais bien, a savoir ou est enterré Alexis de Tocqueville
Répondre - il y a 1 an

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle d'Alexis de Tocqueville et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.