Edmond Rostand

 
Edmond Rostand
1868 - 1918
 

Écrivain et dramaturge français, auteur de l'une des pièces les plus connues du théâtre français, « Cyrano de Bergerac » (1897), époux de la poétesse Rosemonde Gérard et père de l'écrivain, biologiste et académicien français Jean Rostand.

Nationalité française Francais, né le 1er avril 1868 et mort le 2 décembre 1918

50 ans Mort victime de la grippe (maladie) à l'âge de 50 ans.

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
d'Edmond Rostand ?


Contribuez !

Biographie

Edmond Rostand, né le 1 avril 1868 à Marseille et mort le 2 décembre 1918 à Paris, est un écrivain, dramaturge, poète et essayiste français. Il est l'auteur de l'une des pièces les plus connues du théâtre français, « Cyrano de Bergerac » (1897), l'époux de la poétesse Rosemonde Gérard et le père de l'écrivain, biologiste et académicien français Jean Rostand.

Edmond Eugène Joseph Alexis Rostand naît en avril 1868 à Marseille au n 14 de la rue Monteaux (devenue rue Edmond-Rostand). Issu d'une famille bourgeoise commerçante et banquière, il est le fils de l'économiste Eugène Rostand et d'Angèle Gayet (fille d'un riche fabricant de produits chimiques), et l'arrière-petit-fils d'Alexis-Joseph Rostand, un maire de Marseille.

En 1880, son père mène toute sa famille, Edmond, sa mère et ses deux cousines, dans la station thermale en vogue de Bagnères-de-Luchon. Hébergés d'abord dans le « chalet Spont », puis dans la « villa Devalz », ils font ensuite édifier la « villa Julia », à proximité du casino. Edmond Rostand passe plus de vingt-deux étés à Luchon, qui lui inspire ses premières œuvres. Il y écrit notamment une pièce de théâtre en 1888, Le Gant rouge, et surtout un volume de poésie en 1890, Les Musardises. C'est dans cette station thermale et touristique qu'Edmond Rostand se lie d'amitié avec un homme de lettres luchonnais, Henry de Gorsse, avec lequel il partagea le goût pour la littérature.

De l'âge de 10 à 17 ans, il étudie au lycée Thiers. Il y accumule les prix et les accessit, étant particulièrement remarqué en composition française, en histoire et en latin. Il se rend à Paris en 1884 pour les compléter au collège Stanislas pendant deux ans. Il écrit une pièce restée inédite, Les Petites Manies et une nouvelle en prose, Mon La Bruyère. Muni de son baccalauréat, son père le dirige vers l'école de Droit car il souhaite en faire un diplomate. Il passe sa licence, puis s'inscrit au barreau sans y exercer, avant de se décider à se consacrer à la poésie.

En 1887, il présente à l'Académie de Marseille un essai sur "deux romanciers de Provence", Honoré d'Urfé et Émile Zola, qui obtient le prix du Maréchal de Villars.

Le 1 avril 1888, il fonde avec son ami Maurice Froyez, journaliste parisien, le « Club des natifs du premier avril », dont les statuts stipulent que ses membres jouiront à vie du privilège d'entrer gratuitement dans tous les établissements publics, opéras, théâtres, champs de course et maisons closes, de pouvoir rire aux enterrements afin de les rendre moins sinistres, de bénéficier à leur naissance du parrainage du chef de l'État et, en outre, de se voir attribuer un appartement de fonction dans un des Palais nationaux, résidence pourvue de tout le confort souhaitable et d'une domesticité jeune, accorte et complaisante.

En août 1888, avec son ami Maurice Froyez, ils se rendent au champ de course de Moustajon et ils y décorent leur équipage d'une abondance de fleurs des champs. Ils font sensation devant un établissement à la mode, le café Arnative, et improvisent en terrasse une joyeuse bataille de fleurs avec leurs amis. C'est ainsi que naît le premier « Corso fleuri », ou Bataille des fleurs à Luchon, devenue Fête des fleurs, ayant traditionnellement lieu le dernier dimanche d'août. On remettait une bannière au gagnant.

Dans le train pour Montréjeau, son père fait la rencontre de Madame Lee et de sa fille Rosemonde Gérard (poétesse elle aussi, dont Leconte de Lisle était le parrain, et Alexandre Dumas le tuteur) et les invite à prendre le thé à la villa Julia. Le 8 avril 1890, Edmond épouse Rosemonde en l'église Saint-Augustin de Paris.

Rosemonde et Edmond Rostand auront deux fils : Maurice, né en 1891, et Jean, né en 1894.

Edmond quitte Rosemonde en 1915 pour son dernier amour, l'actrice Mary Marquet.

Edmond Rostand obtient ses premiers succès en 1894 avec Les Romanesques, pièce en vers présentée à la Comédie-Française et en 1897 avec la pièce La Samaritaine, mais la postérité retiendra surtout le succès de Cyrano de Bergerac, qui triomphe dès la première en 1897, alors qu'il n'a que 29 ans. En 1900, il connaît un nouveau succès avec L'Aiglon. Mal remis d'une pleurésie après la première représentation de cette pièce, il part, quelques mois après, en convalescence à Cambo-les-Bains. Séduit par le lieu, il y acquiert des terrains sur lesquels il fait édifier sa résidence, la villa Arnaga. Dans les années 1910, il collabore à La Bonne Chanson, Revue du foyer, littéraire et musicale, dirigée par Théodore Botrel.

Pendant plusieurs années, il travaille irrégulièrement à la pièce Chantecler, dont la première a lieu le 7 février 1910. Après son relatif insuccès critique, Rostand ne fait plus jouer de nouvelles pièces. À partir de 1914, il s'implique fortement dans le soutien aux soldats français.

Edmond Rostand est mort le mercredi 2 décembre 1918, à l'âge de 50 ans, de la grippe espagnole, à Paris (France). Il est décédé au 4 avenue de La Bourdonnais (Paris, France), de la grippe espagnole, peut-être contractée pendant les répétitions d'une reprise de L'Aiglon. Il repose au cimetière Saint-Pierre de Marseille, sa ville de naissance.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe d'Edmond Rostand en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture d'Edmond Rostand.

Vous savez où se trouve la tombe d'Edmond Rostand ?

Citations

Les meilleures citations d'Edmond Rostand.

Ah ! que pour ton bonheur je donnerais le mien - Quand même tu devrais n'en savoir jamais rien - S'il se pouvait, parfois, que de loin j'entendisse - Rire un peu le bonheur né de mon sacrifice !
Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles, si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles !
Tous les mots sont fins quand la moustache est fine.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases d'Edmond Rostand. Vous pouvez consulter les meilleures citations d'Edmond Rostand, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Edmond Rostand.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : Edmond Eugène Joseph Alexis Rostand
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Edmond Rostand
  • Vrai nom : Edmond Rostand
  • Prénom : Edmond
  • Prénom (2) : Eugène
  • Prénom (3) : Joseph
  • Prénom (4) : Alexis
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Rostand
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 50 ans
  • Cause de mort : Grippe (Maladie)

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Edmond Rostand ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Edmond Rostand, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

5 sur 5
  ?
1 note
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
5,00

Au Paradis !

Edmond Rostand est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Edmond Rostand au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 5 sur 5 avec 1 note. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Génie de l'intrigue, de l'esprit du verbe. A apporté un bonheur insigne à ses contemporains.
Génie de l'intrigue, de l'esprit du verbe. A apporté un bonheur insigne à ses contemporains.
Je l'aime plus qu'hier et bien moins que demain.
Commentez - il y a 5 mois

Commentaires

Vous avez des questions sur Edmond Rostand ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Anonyme 62686 Edmond Rostand est inhumé au cimetière Saint-Pierre de Marseille
Répondre - il y a 2 ans
Donias Edmond Rostand
Répondre - il y a 1 an
Donias Le dramaturge français Edmond Rostand en uniforme officiel de l'Académie française
Répondre - il y a 1 an
Donias Edmond Rostand est mort au 4 avenue de La Bourdonnais à Paris, le 2 décembre 1918, de la grippe espagnole, peut-être contractée pendant les répétitions d'une reprise de L'Aiglon.

Edmond Rostand repose au cimetière Saint-Pierre de Marseille, sa ville de naissance.
Répondre - il y a 1 an
Donias tombe d'Edmond Rostand repose au cimetière Saint-Pierre de Marseille, sa ville de naissance
Répondre - il y a 1 an
Anonyme 72284 Il n'est pas cité son oeuvre principale Cyrano de Bergerac !
Répondre - il y a 10 mois
Anonyme 72284 Pas un mot sur Cyrano de Bergerac qui fut son oeuvre maitresse ...!
Répondre - il y a 3 semaines
Jesuismort (admin) Merci, nous allons mettre sa biographie à jour.
Répondre - il y a 3 semaines

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle d'Edmond Rostand et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres dramaturge (hommes) francais

Portrait de Molière
 

Drapeau France 1622 - 1673
Francais, 51 ans

Comédien et dramaturge français devenu le comédien et auteur favori du jeune Louis XIV et de sa cour, pour lesquels il conçoit de nombreux spectacles, en collaboration avec les meilleurs architectes scéniques, chorégraphes et musiciens du temps. Grand créateur de formes dramatiques, interprète du rôle principal de la plupart de ses pièces, Molière a exploité les diverses ressources du comique — verbal, gestuel et visuel, de situation — et pratiqué tous les genres de comédie, de la farce à la comédie de caractère. Il a créé des personnages individualisés, à la psychologie complexe, qui sont rapidement devenus des archétypes. Observateur lucide et pénétrant, il peint les mœurs et les comportements de ses contemporains, n'épargnant guère que les ecclésiastiques et les hauts dignitaires de la monarchie, pour le plus grand plaisir de son public, tant à la cour qu'à la ville. Loin de se limiter à des divertissements anodins, ses grandes comédies remettent en cause des principes d'organisation sociale bien établis, suscitant de retentissantes polémiques et l'hostilité durable des milieux dévots. L'œuvre de Molière, une trentaine de comédies en vers ou en prose, accompagnées ou non d'entrées de ballet et de musique, constitue un des piliers de l'enseignement littéraire en France et continue de remporter un vif succès au théâtre, non seulement en France et à la Comédie-Française, surnommée « la Maison de Molière », mais aussi à l'étranger. Sa vie mouvementée et sa forte personnalité ont inspiré dramaturges et cinéastes. Signe de la place emblématique qu'il occupe dans la culture nationale, le français est couramment désigné comme « la langue de Molière », au même titre que l'anglais est « la langue de Shakespeare ». Il meurt à l’âge de 51 ans, quelques heures après avoir tenu pour la quatrième fois le rôle-titre du Malade imaginaire. Parmi ses pièces de théâtre les plus célèbres : L'École des femmes (1662), Dom Juan ou Le Festin de Pierre (1665), Le Misanthrope (1666), Amphitryon (1668), L'Avare (1668), Le Tartuffe (1669), Les Fourberies de Scapin (1670), Le Bourgeois gentilhomme (1670), Les Femmes savantes (1672) ou Le Malade imaginaire (1673).
Portrait de Albert Camus
 

Drapeau France 1913 - 1960
Francais, 46 ans

Romancier, dramaturge et essayiste français, prix Nobel de littérature en 1957, son œuvre comprend des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles, des films, des poèmes et des essais dans lesquels il développe un humanisme fondé sur la prise de conscience de l'absurde de la condition humaine mais aussi sur la révolte comme réponse à l'absurde, révolte qui conduit à l'action et donne un sens au monde et à l'existence, et « alors naît la joie étrange qui aide à vivre et mourir ». Ses oeuvres les plus connus sont L'Étranger (1942, roman), Le Mythe de Sisyphe (1942, essai), Caligula (1944, pièce de théâtre) La Peste (1947, roman), Les Justes (1949, pièce de théâtre), L'Homme révolté (1951, essai) ou La Chute (1956, roman).
Portrait de Georges Feydeau
 
Notez-le !

Drapeau France 1862 - 1921
Francais, 58 ans

Dramaturge français, connu pour ses nombreux vaudevilles (comédie sans intentions psychologiques ni morales, fondée sur un comique de situations). Ses pièces de théâtre célèbres sont « Le Dindon » (1896), « La Puce à l'oreille » (1907), « La Dame de chez Maxim » (1899).
Portrait de Bernard-Marie Koltès
 
Notez-le !

Drapeau France 1948 - 1989
Francais, 41 ans

Auteur dramatique français de théâtre connu pour ses pièces « Combat de nègre et de chiens » (1980), « Roberto Zucco » (1988) ou « Dans la solitude des champs de coton » (1985).
Portrait de Alexandre Duval
 
Notez-le !

Drapeau France 1767 - 1842
Francais, 74 ans

Dramaturge français, a écrit environ 60 pièces de théâtre qui furent presque toutes jouées à la Comédie-Française ou à l'Opéra-Comique. Membre de l'Académie Française en 1812, il est le frère de l'historien Amaury Duval et l’oncle du peintre Amaury-Duval.
Portrait de Georges Courteline
 
Notez-le !

Drapeau France 1858 - 1929
Francais, 71 ans

Romancier et dramaturge français, connu pour « Le commissaire est bon enfant » (1900, comédie, théâtre), « La paix chez soi » (1903).