Kiraz (dessinateur)

 
Kiraz
1923 - 2020
 

Dessinateur de presse français, connu pour être le créateur des Parisiennes, femmes sensuelles et longilignes, qui racontaient l’émancipation de la femme française au coeur des Trente Glorieuses.

Nationalité française Francais, né le 25 août 1923 et mort le 11 août 2020

96 ans Mort à l'âge de 96 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Kiraz ?


Contribuez !

Biographie

Kiraz, nom de plume d'Edmond Kirazian, né le 25 août 1923 au Caire (Égypte) et mort le 11 août 2020 dans le 6e arrondissement de Paris, est un dessinateur de presse français, connu pour être le créateur des Parisiennes, femmes sensuelles et longilignes, qui racontaient l’émancipation de la femme française au coeur des Trente Glorieuses.

Edmond Kirazian naît le 25 août 1923 au Caire de parents d'origine arménienne francophiles : il est prénommé Edmond en hommage à Edmond Rostand. Ses parents, Léon Kiraz et Eliz Setyan, sont venus de Turquie et se sont installés en Égypte. À dix ans, il exécute sa première peinture, visible des deux côtés, car il ignore comment on apprête une toile. L’œuvre se trouve à présent dans l’église arménienne de Bagdad, où chacun peut l’admirer « comme une peinture miraculeuse ». Edmond étudie au collège des frères des Écoles chrétiennes. Il parle arménien, arabe, français et anglais. Il n'a pas de formation artistique : « Je n’ai jamais fait d’études artistiques, jamais ! D’ailleurs, je trouve que cela coupe tout ! ».

À 17 ans, il entame sous le nom de « Kiraz » une carrière de dessinateur politique dans des journaux égyptiens : Image, la revue des troupes britanniques Parade, le quotidien de langue française La Réforme d’Alexandrie, l’hebdomadaire de langue arabe Al Moussavar, l’hebdomadaire Al Itnein… Il devient un caricaturiste réputé, et gagne fort bien sa vie : « Mon père était directeur aux Télégraphes et Téléphones et je gagnais l’équivalent de cinq fois son salaire ! » En 1942, Kiraz, qui produit jusqu’à cinq dessins par jour, découvre avec enthousiasme le travail de David Low, dessinateur politique du Daily Mail.

À 22 ans, en 1946, il se rend à Paris, muni de ses économies et du mot d’une amie dont les parents possèdent un hôtel particulier avenue Montaigne. La gardienne le laisse choisir entre les 30 chambres. Il choisit la plus belle. Pendant un an, il s’applique à découvrir un Paris qui, « vu d’Égypte, est encore la capitale des arts, du goût et de la mode ». Une de ses activités favorites consiste à aller s'asseoir au jardin du Luxembourg, en compagnie d’un ami, et attribuer une note sur dix aux jolies Parisiennes qui passent : « J'ai vu des libellules ! » s’exclame-t-il. Au bout d'un an, ses économies se sont envolées. Il retourne en Égypte.

Mais Kiraz est tombé amoureux de Paris et, en 1948, il revient s’y installer pour de bon, « avec l’intention de tout voir, de vivre intensément et surtout de peindre ». Kiraz est un admirateur de Velasquez, de Vermeer, de Bonnard. À Montparnasse (il a son atelier boulevard Raspail), il côtoie les artistes. Il fréquente l’Académie de la Grande Chaumière, où il étudie le nu.

Avenue Montaigne, il a remarqué la rédaction du journal La Bataille. Il y collabore de 1949 à 1951. Il dessine ensuite dans Le Rouge et le Noir (1951-1952). C’est le 20 janvier 1951, dans le numéro 290 de Samedi Soir, qu’apparaît Line, sa première figure féminine. Et c’est le 6 août 1953, dans le numéro 423 de Samedi Soir, qu’il commence un « Carnet de belles ». Il collabore à ce journal jusqu’en décembre 1955. Mais il abandonne peu à peu le dessin politique, et poursuit sa rubrique « Carnets de belles » dans Ici Paris, de 1955 à 1964.

En 1959, Marcel Dassault remarque les dessins de Kiraz dans Ici Paris. Il lui demande d’assurer deux pages de dessins d’humour dans son hebdomadaire, Jours de France. Marcel Dassault propose d’intituler ces deux pages « Les Parisiennes ». Kiraz trouve le titre affligeant, mais il accepte.

Jours de France voit apparaître les créatures sophistiquées de Kiraz — chaque semaine dans un décor nouveau : Parisiennes au bureau, Parisiennes au volant, Parisiennes en vacances… Ces nunuches filiformes, aux jambes démesurées, commencent par déconcerter. Puis elles séduisent. Écervelées, acidulées, pimpantes, sexy, elles proposent « une vision de la futilité française que seul un œil étranger pouvait capter ».

« Tout en ces filles élancées semblait défier la pesanteur », relève le peintre et essayiste Ange-Henri Pieraggi. Les yeux en amande, les lignes fluides, un trait stylisé de beaucoup de classe, les reflets de la mode, l’univers des beaux quartiers, le détail fashion, une aisance à interpréter l'air du temps, un humour très personnel imposent Kiraz comme un dessinateur complètement hors normes, et lui valent un grand succès. « Indépendantes, se souvient Carla Bruni, frivoles, infidèles mais traditionnelles, naïves mais aussi malignes, calculatrices mais spontanées, c’étaient les Parisiennes […] Les Parisiennes sont les Parisiennes, légères et intemporelles, et je souhaite bien du courage à leurs futurs maris ».

Le 26 décembre 1964, dans le numéro 528, apparaît sur toute une page, en plus des deux pages noir et blanc, un grand dessin couleur : le premier « Kiraz-color ». « Cette page phare était le rendez-vous hebdomadaire de nombreux lecteurs », rappelle Olivier Dassault. Un Kiraz-color n’est pas un dessin « mis en couleur », mais une exigeante composition tonale où Kiraz, qui semble ne travailler que par plaisir, peut s’adonner à sa passion première de la peinture. La légende humoristique vient souvent en dernier, le mercredi, vers quatre heures moins cinq, lorsque l’artiste « paniqué » reconnaît dans l’escalier le pas du coursier de Jours de France.

« Kiraz captait, dit Christian Lacroix, semaine après semaine, l'essence de la mode, d'une manière qui était celle d'un couturier. » Et le fait est que l’élégance des Parisiennes va inspirer plus d’un créateur. Le style de grands couturiers, celui de pionniers du prêt-à-porter (le New Look de Dior, Chanel, Courrèges, Cardin, Lacroix, Scherrer) trouvent une nouvelle impulsion dans les dessins de Kiraz. Modestement, Kiraz prétend s'inspirer lui-même de silhouettes aperçues dans la rue, de ces terrasses de café où il aime s’installer pour écouter et observer : « Les Parisiennes seules m’apportent un spectacle complet, une source d’énergie. Elle courent, elles bougent… Après quoi courent-elles ? […] À Paris seulement je trouve cette énergie et cette clarté, ou cette apparence de clarté. Parce que, bien sûr, je n’en sais pas plus… Je m’arrête avant d’en connaître davantage ».

Les choses se passent au mieux avec Marcel Dassault : « C’était un fan ! […] Pendant trente ans, il m’a foutu une paix totale ! Je faisais ce que je voulais, personne dans la rédaction n’avait le droit de me faire une remarque, c’était sacré ! Dassault attendait mon dessin tous les mercredis, il voulait qu’on le lui apporte en premier ! ». De 1959 à 1987, Kiraz publie dans Jours de France des milliers de dessins (jamais un dessin n’a été refusé). Quelques mois après la mort de Marcel Dassault, Kiraz arrête sa collaboration à Jours de France (no 1672, du 31 janvier 1987). L’hebdomadaire cesse de paraître deux ans plus tard.

Si le nom de Kiraz reste associé à l’histoire de Jours de France, le dessinateur collabore aussi à Gala (de 1995 à 2000), à Paris Match, à Vogue, à Glamour (septembre à décembre 1991), à ABC hebdomadaire (Espagne), à Ola (Espagne), à Grazia (Italie), et aussi à Playboy (dès 1970) où le dessin se fait plus coquin.

Ses Parisiennes sont également très demandées en publicité : Perrier (à partir de 1962), Scandale (1968-1969), Candia (début des années 1970), Loto, les stylos Parker (1978), Clio Chipie de Renault (1995), Canderel (1995 à 2003), Gaston De Lagrange, Monoprix, Nivea (1997), boutique Serendipity (à Sony Plaza, au Japon, en 2004)…

Kiraz est mort le mardi 11 août 2020, à l'âge de 96 ans, dans le 6e arrondissement de Paris (France).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Kiraz en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Kiraz.

Vous savez où se trouve la tombe de Kiraz ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Kiraz pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Kiraz, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Kiraz.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Kiraz
  • Vrai nom : Edmond Kirazian
  • Prénom : Edmond
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Kirazian
  • Pseudonyme : Kiraz
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 96 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Kiraz ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Kiraz, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Kiraz ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Kiraz et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres dessinateur francais

Portrait de Charb
 

Drapeau France 1967 - 2015
Francais, 47 ans

Dessinateur satirique et journaliste français, directeur du journal satirique Charlie Hebdo, il travailla aussi pour L'Écho des savanes, Télérama, Fluide glacial et L'Humanité. Ses dessins, agrémentés pour la plupart des dessins symboliques de Maurice et Patapon, le chien et le chat anticapitalistes, font mouche par leur esprit corrosif et leur irrévérence. On peut citer aussi Marcel Keuf, le flic dans Fluide Glacial. Il est mort assassiné lors de l'attentat contre le Charlie Hebdo.
Portrait de Albert Uderzo
 

Drapeau France 1927 - 2020
Francais, 92 ans

Auteur de bande dessinée français, connu pour avoir été le dessinateur d’Astérix et d'être, avec René Goscinny, le papa de la saga de bande-dessinée « Astérix et Obélix ».
Portrait de Tomi Ungerer
 

Drapeau France 1931 - 2019
Francais, 87 ans

Dessinateur français, considéré comme l'un des plus brillants dessinateurs de sa génération, ses livres pour enfants « Les Trois Brigands » et « Jean de la Lune » ont connu une grande renommée, son affiche contre la ségrégation raciale Black Power/White Power est devenue célèbre.
Portrait de Michel Plessix
 
Notez-le !

Drapeau France 1959 - 2017
Francais, 57 ans

Dessinateur français de bande-dessinée, connu pour avoir dessiné la série « Julien Boisvert » (1989-1995, 4 volumes, écrite par Dieter). Michel Plessix touchait un public assez large tant son style s'adressait à la fois aux enfants et aux adultes. Il avait adapté le « Vent dans les saules » (1996, adaptation dessinée du roman de Kenneth Grahame) et avait imaginé une suite, « Le Vent dans les sables » (2005). En 2016, il remporta le Prix de l'affiche au 36e Quai des Bulles de Saint-Malo.
Portrait de Fabien Lacaf
 
Notez-le !

Drapeau France 1954 - 2019
Francais, 65 ans

Dessinateur français de bande dessinée et storyboardeur pour le cinéma. Auteur de BD, il a travaillé pour Charlie Hebdo et Métal Hurlant ; on lui doit notamment 3 tomes « Les Patriotes » avec Giroud (entre 1988 et 1992) et 3 albums « Macadam » (entre 1999 et 2001). Au cinéma, il a travaillé sur les story-board des films « Les Couloirs du temps : Les Visiteurs 2 » (1998), « Le Hussard sur le toit » (1995) ou « Astérix et Obélix contre César » (1999).
Portrait de Georges Wolinski
 

Drapeau France 1934 - 2015
Francais, 80 ans

Dessinateur français pour la presse et auteur de bande dessinée, il fut dessinateur dans la revue Hara-Kiri, puis dans Action, Paris-Presse, Hara-Kiri Hebdo, Charlie Hebdo, L'Humanité et enfin Paris Match. Il fut rédacteur en chef de Charlie Mensuel. Il est connu pour ses oeuvres « Elles ne pensent qu'à ça », « Sales gosses » ou « La folle ». Il est mort le 7 janvier 2015 lors de l'attentat contre le journal satyrique Charlie Hebdo.

Autres points communs avec Kiraz