Lioudmila Alexeeva

 
Lioudmila Alexeeva
1927 - 2018
 

Dissidente russe et militante des droits de l'homme, membre fondatrice du groupe Helsinki de Moscou, elle était l'une des dernières dissidentes soviétiques à être encore en activité en Russie. Elle s'est battu pour faire connaître la vérité sur la mort en prison du juriste Sergueï Magnitski.

Nationalité américaine Américaine, née le 20 juillet 1927 et morte le 8 décembre 2018

91 ans Morte à l'âge de 91 ans (de quoi ?).

Enterrée (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Lioudmila Alexeeva ?


Contribuez !

Biographie

Lyudmila Mikhaïlovna Alexeyeva, née le 20 juillet 1927 à Eupatoria en Crimée et morte le 8 décembre 2018 à Moscou (Russie) est une historienne soviétique puis apatride et enfin américaine et russe, et une dissidente et militante des droits de l'homme, membre fondatrice du groupe Helsinki de Moscou, elle était l'une des dernières dissidentes soviétiques à être encore en activité en Russie. Elle s'est battu pour faire connaître la vérité sur la mort en prison du juriste Sergueï Magnitski.

Lyudmila Alexeyeva est née à Eupatoria en Crimée. Elle suit une formation d'archéologue et est diplômée du département d'Histoire de l'université d'État de Moscou en 1950. Elle étudie ensuite à l'Institut d'économie et de statistiques de Moscou, en 1956. Elle rejoint le Parti Communiste en 1952. Entre 1959 et 1968, elle est éditrice à la section d'ethnographie et d'archéologie de la maison d'édition "Science".

Les idées politiques de Lyudmila Alexeyeva sont significativement affectées par l'assouplissement du régime sous l'ère Khrouchtchev. Elle appartient à un groupe de personnes, pour la plupart issues des milieux intellectuels , qui forme au cours des années 1960 un groupe d'opposants au régime.

En 1966, Lyudmila Alexeyeva fait campagne pour défendre Andrei Sinyavsky et Iouli Daniel, deux écrivains arrêtés et jugés à cause de la publication de leurs œuvres à l'étranger. À la fin des années 1960, elle signe des pétitions pour la défense des dissidents qui ont été poursuivis par les autorités soviétiques, notamment Alexandre Ginsburg et Iouri Galanskov.

En avril 1968, Lyudmila Alexeyeva est expulsée du Parti Communiste et congédiée de son poste dans l'édition. Néanmoins, elle continue ses activités, étant militante pour la défense des droits de humains. Entre 1968 et 1972, elle est dactylographe, de manière clandestine, pour la première publication d'opposition nommée La Chronique des événements actuels, consacrée aux violations des droits de l'homme en URSS.

Entre 1970 et 1977, elle travaille à l'Institut d'Information sur les Sciences Sociales, affilié à l'Académie des Sciences de l'URSS. Désabusée par l'idéologie soviétique, Lyudmila Alexeyeva décide de ne pas soutenir sa thèse et abandonne sa carrière de chercheuse.

En 1976, elle est l'une des fondatrices du Groupe Helsinki de Moscou. En tant que membre, elle participe à l'élaboration d'un certain nombre de documents émis par le groupe. Elle doit aussi éditer clandestinement et cacher ces publications.

En février 1977, Lyudmila Alexeyeva et sa famille sont obligées de quitter l'URSS, et s'installent aux États-Unis. Elle y poursuit ses activités sur les droits humains, devenant une représentante à l'étranger du Groupe Helsinki de Moscou. Elle écrit régulièrement sur le mouvement de dissidence soviétique, à la fois en anglais et en russe. En 1985, elle publie la première monographie exhaustive sur l'histoire de cette dissidence, intitulée Soviet Dissent, publié aux Wesleyan University Press. Luydmila Alexeyeva, devient aussi journaliste indépendante à Radio Liberty, et anime le segment en Russe de Voice of America. En 1990, elle publie The Thaw Generation, une autobiographie dans laquelle elle décrit la formation du mouvement de dissidence soviétique. L'ouvrage est co-écrit avec Paul Goldberg.

En 1989, Lyudmila Alexeyeva rejoint à nouveau le Groupe Helsinki de Moscou, relancé après sa dissolution en 1981. En 1993, après la dislocation de l'Union soviétique, elle revient en Russie, et devient présidente du Groupe en 1996. En 2000, Lyudmila Alexeyeva rejoint une commission mise en place pour conseiller le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, sur les questions de droits humains, un choix qui entraîne des critiques de certains autres militants des droits de l'homme en Russie.

En décembre 2004, Lyudmila Alexeyeva cofonde et copréside avec Garry Kasparov et Georgy Satarov (en) le Congrès Civique russe, qu'elle quitte après désaccords en janvier 2008. Par la suite, elle a cofonde la Réseau civique russe avec Satarov. En février 2009, elle rejoint le Conseil présidentiel russe pour les droits humains et la société civile auprès du président de la Fédération de Russie.

Elle est critique à l'encontre du Kremlin en matière de droits humains. Elle accuse le gouvernement de nombreuses violations des droits humains, notamment la régulière interdiction de réunions et manifestations non-violentes, l'encouragement des mouvements extrémistes par le biais de politiques nationalistes, tels que les déportations de Géorgiens en 2006 et les raids de la police à l'encontre des étrangers qui travaillent dans les marchés. Elle également également la politique menée en Ingouchie et souligne les risques de l'augmentation de la violence qui peut se propager selon elle dans toute la fédération. En 2006, elle est accusée par les autorités russes de contacts avec les services anglais, et reçoit des menaces de groupes nationalistes.

À partir du 31 août 2009, Lyudmila Alexeyeva participe activement à Stratégie-31, qui milite pour la défense de l'article 31 de la Constitution de la Fédération de Russie, portant sur la liberté de réunion. En décembre 2009, lors d'une tentative de manifestation, Alexeyeva est arrêtée par les forces anti-émeute (OMON), avec des dizaines d'autres militants. Cet événement provoque une forte réaction en Russie et à l'étranger. Jerzy Buzek, président du Parlement européen, de dit « profondément déçu et choqué » de ce traitement par les forces de l'ordre. Le Conseil de sécurité nationale des États-Unis d'Amérique exprime « sa consternation » concernant les détentions qui ont suivi. Le New York Times publie un article en première page sur cet événement.

En mars 2010, Lyudmila Alexeyeva est agressée en direct à la télévision dans la station de métro Park koultoury par un homme alors qu'elle est en train de rendre hommage aux victimes des attentats de Moscou du 29 mars 2010. Elle est décrite comme une ennemie de la Russie par le mouvement nationaliste pro-Poutine Nachi.

Le 22 juin 2012, elle annonce sa démission à Mikhaïl Fedotov, président du Conseil présidentiel russe pour les droits humains et la société civile. Selon elle, la nouvelle méthode d'élection des membres du Conseil par vote électronique demandée par Vladimir Poutine vise à détruire le conseil en tant qu'organisation de défense des droits de l'homme opérationnelle. Peu après,d'autres personnes actives membres du conseil démissionnent également.

Lyudmila Alexeyeva est morte le samedi 8 décembre 2018 à l'âge de 91 ans à Moscou (Russie).

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Lioudmila Alexeeva en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Lioudmila Alexeeva.

Vous savez où se trouve la tombe de Lioudmila Alexeeva ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Lioudmila Alexeeva pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Lioudmila Alexeeva, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Lioudmila Alexeeva.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : Lyudmila Mikhaïlovna Alexeyeva
  • Nationalité (à sa mort) : Américaine Drapeau américain
  • Nationalité (à sa naissance) : Russe Drapeau russe
  • Sexe : Féminin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Lioudmila Alexeeva
  • Vrai nom : Lioudmila Alexeeva
  • Prénom : Lyudmila
  • Prénom (2) : Mikhaïlovna
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Alexeyeva
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Людми́ла Миха́йловна Алексе́ева (russe)

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 91 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Lioudmila Alexeeva ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Lioudmila Alexeeva, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

3 sur 5
  ?
1 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
3,00

 Militer pour ses idées, vivre pour sa liberté...
militer pour ses idées, vivre pour sa liberté...
Commentez - il y a 1 an

Commentaires

Vous avez des questions sur Lioudmila Alexeeva ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Lioudmila Alexeeva et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres militante des droits de l'homme

Portrait de Doina Cornea
 
Notez-la !

Drapeau Roumanie 1929 - 2018
Roumaine, 88 ans

Écrivaine et universitaire roumaine, militante des droits de l'homme, figure de la résistance roumaine au communisme et l’une des rares dissidents à s’être élevés contre la dictature de Nicolae Ceausescu.
Portrait de Asma Jahangir
 
Notez-la !

Drapeau Pakistan 1952 - 2018
Pakistanaise, 66 ans

Avocate et militante des droits humains pakistanaise connue pour avoir été rapporteur spécial des Nations unies pour le Conseil des droits de l’homme et avoir reçu en 2014 les insignes d’officier de la Légion d’honneur.
Portrait de Fadwa Suleimane
 
Notez-la !

Drapeau Syrie 1970 - 2017
Syrienne, 47 ans

Actrice et militante syrienne, connue pour avoir participé à de nombreuses manifestations contre le régime de Bachar el-Assad à Homs avant de devenir une figure de proue de la révolte syrienne de 2011-2012, puis d'être contrainte de prendre la route de l'exil, et de rejoindre la France.
Portrait de Maya Jribi
 
Notez-la !

Drapeau Tunisie 1960 - 2018
Tunisienne, 58 ans

Politicienne tunisienne, icône tunisienne et inlassable combattante pour la démocratie et les droits des femmes.
Portrait de Kate Millett
 
Notez-la !

Drapeau États-unis d'amérique 1934 - 2017
Américaine, 82 ans

Écrivaine féministe américaine qui a milité toute sa vie pour les droits des femmes, les droits de l'homme et l'antipsychiatrie. Figure du féminisme, considérée comme la principale théoricienne du mouvement de libération des femmes, elle incarnait le féminisme de la deuxième vague, celui des années 1960 et 1970. Son livre « La Politique du mâle » (1970) fut salué par la presse comme le 1er livre féministe d'importance depuis la parution, en 1949, du « Deuxième Sexe », de Simone de Beauvoir. Kate Millett fit la couverture de Time Magazine le 31 août 1970.
Portrait de Marielle Franco
 
Notez-la !

Drapeau Brésil 1979 - 2018
Brésilienne, 38 ans

Militante brésilienne des droits humains et LGBT, membre du Conseil municipal de Rio de Janeiro, représentante du PSOL (Parti socialisme et liberté), elle est assassinée en 2018 alors qu'elle représentait l'opposé du Brésil de Jair Bolsonaro.

Autres points communs avec Lioudmila Alexeeva