Maurice Ronet

 
Maurice Ronet
1927 - 1983
 

Acteur français connu pour ses films : « Ascenseur pour l'échafaud » (1958, drame), « Plein Soleil » (1960, thriller), « Le Feu follet » (1963, drame), « La Femme infidèle » (1969, drame), « La Piscine » (1969, drame/policier).

Nationalité française Francais, né le 13 avril 1927 et mort le 14 mars 1983

55 ans Mort à l'âge de 55 ans (de quoi ?).

Enterré en France dans le Roussillon (Vaucluse).

Cimetière de Bonnieux
Zoomez sa tombe

Biographie

Maurice Ronet, de son vrai nom Maurice Robinet, est un acteur et un réalisateur français né le 13 avril 1927 à Nice et décédé d'un cancer le 14 mars 1983 à Paris (France).

Il fut marié avec les actrices Maria Pacôme de 1950 à 1956 et de 1980 jusqu'à sa mort à Josephine Chaplin, avec laquelle il a eu un enfant. Il est enterré au cimetière de Bonnieux, dans le Luberon.

Acteur prolifique, il fit son intervention la plus remarquable dans le sublime Feu follet de Louis Malle (1963), où il interprétait le rôle d'un trentenaire velléitaire qui, à la suite d'une cure de désintoxication alcoolique, décide de mettre fin à ses jours. Malle, un grand optimiste, réalise ici son film le plus obscur, mais réussit le tour de force de faire de cette histoire un chant à la vie au lieu d'un éloge de l'option morale du suicide. Pour cela, il compte sur la profonde humanité qui peut se lire à tout instant sur le visage de Maurice Ronet : en se mettant dans la peau d'un idéaliste qui vit dans une désillusion permanente, Ronet transmet l'incapacité dont souffre l'Homme d'atteindre la plénitude. La présence de l'acteur est bouleversante à tout moment du métrage, mais c'est peut-être la séquence d'ouverture qui donne la mesure de son talent : au lit avec une belle femme qu'il n'arrive pourtant pas à sentir, à toucher, il est là sans y être, sa voix en off expliquant ses sensations, la musique de Satie creusant les silences. Du pur cinéma.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Où se trouve la tombe de Maurice Ronet ?

Ci-dessous l'emplacement exacte de la tombe de Maurice Ronet :

Où est enterré Maurice Ronet ?

Cimetière de Bonnieux
84220 Roussillon
Vaucluse
France Drapeau francais

La tombe de Maurice Ronet est au Cimetière de Bonnieux, 84220 Roussillon, Vaucluse, France Drapeau francais.

Citations

Nous n'avons pas de citations de Maurice Ronet pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Maurice Ronet, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Filmographie de Maurice Ronet Répondu à 99%
3 Jesuismort (admin)
François Pacome, l'un des fils de Maurice Ronet. Répondu à 10%
1 Piagauthier
Photos de la tombe de Maurice Ronet Répondu à 0%
1 Jesuismort (admin)
Recherche film documentaire de Maurice Ronet (réalisé en 1963) Répondu à 0%
0 Aurore70
Un des plus important comédiens de tous les temps Répondu à 0%
0 Raluca
je recherche un titre de film dans lequel à joué Maurice Ronet Répondu à 0%
0 Jechercheuntitre

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Maurice Ronet
  • Nom complet : --
  • Prénom : Maurice
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Ronet
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : Maurice Robinet

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 55 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

Que recherchez-vous sur Maurice Ronet ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Maurice Ronet, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

4.91 sur 5
  ?
11 notes
5 étoiles
10
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
4,91

Au Paradis !

Maurice Ronet est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Maurice Ronet au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 4.91 sur 5 avec 11 notes. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Souvenir émouvant dans le film "Le Feu Follet"
Par hasard, à la fin des années 80, je suis allé à Bonnieux et je suis tombé sur une rue qui portait son nom; j'ai demandé pourquoi à un villageoise qui passait et qui m'a répondu, il vivait ici !!!
Je garde un souvenir émouvant de ses participations aux films comme "Le Feu Follet" et "Raphaël le débauché", et tant d'autres...
Commentez - 1 - il y a 3 ans
 Un sacré bon acteur que j'aimais bien surtout son rôle dans le film « La piscine ».
un sacré bon acteur que j'aimais bien surtout son rôle dans le film (la piscine)
Commentez - il y a 2 ans
 Un grand acteur qui par deux fois a été le rival à l'écran d'Alain Delon dans "la piscine" et dans "plein soleil".
un grand acteur qui par deux fois a été le rival à l'écran d'Alain Delon dans "la piscine" et dans "plein soleil".... un superbe face à face
Commentez - il y a 2 ans
11 notes ►

Commentaires

Vous avez des questions sur Maurice Ronet ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Anonyme 69522 Durant toute sa vie, Maurice Ronet, acteur inclassable aura fait l'expérience de la mort. Ayant intériorisé dès son plus jeune âge la philosophie tragique et esthétique de Schopenhauer, au point de vouloir lui consacrer une étude, il traversa l'existence comme une épreuve du feu. Aujourd'hui deux ouvrages sortent qui relatent cette vie intense et trop brève : "Maurice Ronet, le splendide désenchanté" de José-Alain Fralon et un essai biographique plus intimiste "Maurice Ronet, les vies du feu follet" de Jean-Pierre Montal qui cerne de près son être profond et sa vision du monde.

Appartenant, selon sa propre expression, à une génération sacrifiée, celle qui avait dix-huit ans à la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'acteur rêvait néanmoins de grandeur éthique et d'aventure politique. Mais la réalité de l'époque ne correspondait pas à ses aspirations. A la guerre et à ses rudesses avait succédé une paix douce et émolliente dont les objectifs s'avéraient chaque jour davantage ceux de la consommation et de la finance, d'où un mal de vivre engendré par un monde moderne partant à la dérive, en proie à un effrayant vide spirituel. A la mort de l'acteur, François Chalais rapportait dans un quotidien ces propos tenus par celui-ci : " Mon ambition est d'être quelqu'un, pas quelque chose... Pas commode. A mon âge, les hommes sont tous PDG ou anciens combattants. Quant à la jeunesse, elle ne sait plus que se réfugier dans la drogue ou dans le dynamisme à reculons. Je ne suis plus dans le coup. Et mes amis sont déjà morts."

Source : Arnaud Guyot-Jeannin
Répondre - il y a 2 ans
Anonyme 69522 A « ces yeux faits pour contempler les gouffres » (Eric Neuhoff), vous aviez fini par trouver un point de chute. Quelle singulière obsession vous amena à aller filmer les dragons de Komodo vers la fin de votre vie ? Ca vous ressemblait tellement ça, d’aller filmer des créatures préhistoriques dont tout le monde se foutait, à l’autre bout du monde. Etait-ce pour calmer vos angoisses, panser quelques blessures d’enfance à jamais béantes ? Vous n’envisagiez pas la vie autrement que brûlée par les deux bouts. Vous auriez fait, à coup sûr, un formidable personnage de roman. Vous n’auriez pas aimé le monde tel qu’il va actuellement, sans doute même vous aurait-il dégoûté. Un acteur des années 60, 70. Voilà ce que vous étiez, ce que vous n’avez pas fini d’être. Vous qui représentiez tellement davantage, du moins à mes yeux. Avec vous a disparu un certain art de vivre, une certaine idée du métier de comédien. Et je suis sûr que de là où vous êtes, vous devez bien ricaner de nous voir ainsi, barques luttant contre le courant, sans cesse ramenés vers le passé… Vous qui laissiez de si bonne grâce aux autres les jérémiades.
Répondre - il y a 2 ans
Anonyme 71763 11 août 2014 à 22:02
Une rencontre inoubliable
J'ai décidé de vous faire partager mon histoire qui est je dois le reconnaître trés insolite et inoubliable pour moi. bien que je n'ai pas passé de nuit avec cette personne qui n'était pas un inconnu mais un comédien célèbre à cette époque
Cet épisode de mon existence m'a laissé une empreinte indéfinissable dans ma mémoire et dans le coeur...
j'avais à peine 20 ans , c'était par une belle journée d'été en 1977 et j'étais avec un compagnon qui voulait me faire découvrir le Vaucluse et ses environs, nous avions réservé une chambre d'hôtel à Bonnieux pour faire une halte et au cours de la soirée au cours du repas, une violente dispute éclate entre nous ( mais je n'entrerais pas dans les détails de notre altercation) pour en venir au sujet qui nous interesse ici). A la suite de cette dispute, me voilà errant dans la ville de Bonnieux à la recherche d'un café pour tenter de retrouver un peu de calme intérieur et au hasard de mes errances je m'arrête "à l'heure Bleue" fallait il y voir comme un signe du destin.. ; je m'assoie et commande une collation , après quelques instants je me rappelle que je me suis effondrée en pleurs et j'étais véritablement désamparée à l'idée de me retrouver dans cette situation et un peu apeurée également.. je me souviens que j'avais emporté un ouvrage (Edgard Poe) et que j'eus l'idée de le sortir pour me donner une contenance.
C'est à ce moment que je je le vis arriver.. un sourire éclatant de séduction avec une lueur de gaité dans le regard, seraient-ce les larmes qu'il vit couler sur mon visage qui l'ont ému à ce moment là , je ne saurais le dire mais je ne puis oublier l'impression qu'il fit sur tout mon être et ce parfum étrange et indéfinissable dans son sillage
Je me dis, ce visage ne m'est pas inconnu et j'ai reconnu dans ce personnage élégant à l'allure féline, le comédien Maurice Ronet qui nous as quittés en 1983. Je l'avais souvent vu au cinéma et cela ne pouvait être un sosie. il me demande gentiment la cause de mes larmes et me propose de boire une verre avec lui et un peu troublée par l'émotion et flattée aussi par l'intérêt qu'il me porte soudain, je lui parle de ma mésaventure et de la violence des propos échangés avec mon ami et de la peur que j'avais à retourner la-bas car il m'avait menaçée physiquement.
Au bout d'une heure il réussit à m'apaiser et je me sentais beaucoup mieux et nous avons commencé à parler en toute simplicité. je lui disais mon intérêt pour le cinéma, les arts en général et comme s'il s'agissait d'un ami je lui confiais ma peine et mon insécurité à me retrouver dans cette région isolée, sans pouvoir retourner dans la chambre d'hôtel, il comprit bien ma détresse et me proposant l'hospitalité pour la nuit chez lui. Un peu embarrassée dans un premier temps, je finis par accepter son invitation comprenant que je n'avais pas d'autre solution. La situation me semblait tellement invraisemblable et si innattendue que je retrouvais soudain le sourire et je me disais que je serais plus en sécurité auprès de cet homme délicat et attentionné pour lequel je n'avais aucune raison de me méfier.
C'est ainsi que je découvris sa maison perchée en haut d'une colline sur les hauteurs de Bonnieux, prés du cimetière ou d'ailleurs il repose aujourd'hui. Il me dit qu'il l'a construite lui-même, qu'il en a dessiné les plans et fait venir les matériaux. C'était à l'origine une ancienne ferme provençale en ruines dont il a tenu à conserver certains pans de mur, une mangeoire pour garder à cette maison son charme indéfinissable. Je n'imaginais certes pas ainsi la demeure d'une célébrité mais je compris que cela faisait partie de son personnage
Je garde le souvenir d'un homme chaleureux entier qui aimait rire qui aimait vivre boire et bien manger mais derrière ce sourire éclatant, je pouvais deviner par moments une lueur de désespoir et de mal-être et je compris qu'il noyait son désenchantement dans l'alcool. iI y eut entre nous plus qu'une simple nuit rocamblesque et je pense encore aujourd'hui à cette rencontre magique qui s'est effectivement transformée en histoire de ma vie puisque j'en garde un souvenir ému et attendri 35 ans aprés et je ne vous livrerai qu'une partie de mon secret et de cette étonnante rencontre...
Pour terminer avec mon témoignage je voudrais faire référence à Jacques Salomé
"Il est des rencontres magiques qui surgissent dans notre vie sans prévenir. il est des rencontres qui ont un caractère magique par la qualité de ce qu'elles révèlent, en nous, ou chez l'autre.
il est des rencontres qui nous appellent au plus profond de notre être, du plus lointain de notre histoire, celles qui éclaireront notre parcours de vie d'une lumière plus vive plus féconde....
je souhaite à chacun de pouvoir accueillir l'une de ces rencontres si elle fait irruption dans sa vie et de s'y abandonner de tout son coeur..."
Bien à vous
Yveline
Répondre - il y a 1 an

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Maurice Ronet et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres acteur francais

New 19h
Portrait de Jean-Pierre Bacri
 

Drapeau France 1951 - 2021
Francais, 69 ans

Acteur et scénariste français, connu pour son association avec Agnès Jaoui, avec laquelle il a joué et coécrit plusieurs pièces de théâtre et films. Il a aussi collaboré à plusieurs reprises avec les réalisateurs Cédric Klapisch, Alain Chabat, Alain Resnais, Claude Berri et Pascal Bonitzer. Au théâtre, il reçoit le Molière de l'auteur en 1992 pour « Cuisine et Dépendances » (1993, comédie, avec Agnès Jaoui) et le Molière du comédien dans un spectacle de théâtre privé en 2017 pour son rôle dans « Les Femmes savantes » (de Molière). Au cinéma, il a reçu 4 fois le César du meilleur scénario original, a remporté 1 fois celui du meilleur acteur dans un second rôle et a été nommé 6 fois pour le César du meilleur acteur. Parmi ses films connus : « Subway » (1985, policier, avec Christophe Lambert), « L'été en pente douce » (1987, comédie dramatique, avec Jacques Villeret), « Un air de famille » (1996, comédie), « Didier » (1987, comédie, avec Alain Chabat), « On connaît la chanson » (1997, musical, avec Agnès Jaoui), « Le Goût des autres » (2000, comédie dramatique, avec Alain Chabat), « Les Sentiments » (2003, comédie dramatique, avec Nathalie Baye) ou « Le Sens de la fête » (2017, comédie dramatique, avec Jean-Paul Rouve).
Portrait de Étienne Draber
 

Drapeau France 1939 - 2021
Francais, 81 ans

Acteur français, parmi ses films connus : « Les Sous-doués » (1980, comédie, de Claude Zidi), « P.R.O.F.S. » (1985, comédie, avec Patrick Bruel), « Milou en mai » (1990, comédie, avec Michel Piccoli), « Madame Bovary » (1991, drame, avec Isabelle Huppert) ou « J'ai perdu Albert » (2018, comédie, avec Stéphane Plaza), mais aussi les séries « Plus belle la vie » ou « Les Cordier, juge et flic » (1992-2005).
Portrait de Delphine Serina
 

Drapeau France 1970 - 2020
Francais, 49 ans

Actrice française, connue pour son rôle de Bérénice Paré, co-directrice de la société Sky 34, dans la série « Un si grand soleil » en 2019, mais également dans la série « Avocats et associés » où elle jouait le rôle de Élisabeth Viéville de la saison 8 à 12.
Portrait de Robert Hossein
 

Drapeau France 1927 - 2020
Francais, 93 ans

Acteur, metteur en scène, réalisateur, dialoguiste, et scénariste français, géant du théâtre, il est aussi connu pour ses rôles au cinéma ou la télévision. Parmi ses films connus : « Toi, le venin » (1959, policier), « Madame Sans-Gêne » (1961, historique), « Angélique Marquise des Anges » (1964, aventure, avec Michèle Mercier), « Prêtres interdits » (1973, drame), « Liberté, égalité, choucroute » (1985, comédie, avec Michel Serrault) et « Les Misérables » (182, drame, avec Lino Ventura).
Portrait de Claude Brasseur
 

Drapeau France 1936 - 2020
Francais, 84 ans

Acteur français, a tourné dans plus de 90 films et obtenu 2 César, il fut la vedette d'au moins deux générations avec « La Boum » (1980, comédie, romance, avec Sophie Marceau) et la saga des trois films « Camping » (2006, 2010, 2016, comédie, avec Franck Dubosc). II est aussi connu pour ses rôles dans les films : « Les Seins de glace » (1974, policier, avec Alain Delon), « Un éléphant ça trompe énormément » (1976, comédie, avec Jean Rochefort), « Une histoire simple » (1978, comédie dramatique, avec Romy Schneider), « La Guerre des polices » (1979, policier) ou « Le Souper » (1992, historique, avec Claude Rich).
Portrait de Claude Giraud
 

Drapeau France 1936 - 2020
Francais, 84 ans

Acteur français, très actif dans le milieu du doublage, il a été, entre autres, la voix française régulière des acteurs Robert Redford, Tommy Lee Jones et Alan Rickman et également Liam Neeson (notamment dans « La Liste de Schindler » en 1993 et dans « Batman Begins » en 2005). Il est aussi connu pour être la voix d'Ulysse dans la série d'animation « Ulysse 31 » (1981). Au cinéma, ses rôles les plus connus sont celui de Philippe de Plessis-Bellière (dans la saga des 3 films « Angélique » de 1964 à 1966) et celui de Slimane dans « Les Aventures de Rabbi Jacob » (1973, avec Louis de Funès).

Autres points communs avec Maurice Ronet