Coluche

40ème
Coluche
1944 - 1986
Score : 2 849 385

Comique et comédien français très populaire en France dans les années 1980, connu pour son style humoristique nouveau et sarcastique par sa liberté d'expression en s’attaquant notamment aux tabous, puis aux valeurs morales et politiques de la société contemporaine. Il devient célèbre en parodiant le jeu télévisé « Le Schmilblick » et se présentera à l'élection présidentielle de 1981 avant de se retirer, à la suite de pressions et de menaces. Il obtient un César du meilleur acteur pour son rôle dramatique dans « Tchao Pantin » (1984, de Claude Berri) et fondera en 1985 l'association « Les Restos du cœur » (relais d'aide aux plus pauvres). Mort dans un accident de moto, les circonstances de sa mort demeurent l'objet de vives spéculations (accident, suicide ou assassinat).

Nationalité française Francais, né le 28 octobre 1944 et mort le 19 juin 1986

41 ans Mort victime d'un accident de la route (accident) à l'âge de 41 ans.

Enterré en France à Paris (Île-de-France).

Cimetière de Montrouge
Zoomez sa tombe

Anniversaire !

Coluche aurait fêté ses 74 ans le dimanche 28 octobre 2018. Plus que 9 jours...

Pour lui rendre hommage, vous pouvez :

  • Noter Coluche (si ce n'est pas encore fait).
  • Voter pour Coluche.

Biographie

C'est le 28 octobre 1944, à Paris, que Michel Colucci voit le jour au sein d'une famille originaire du nord de l'Italie. Une mère fleuriste et un père peintre en bâtiment. Malheureusement ce dernier décède en 1947 et laisse son épouse Simone élever seule ses deux enfants avec son maigre salaire. Michel traîne sa jeunesse en banlieue sud où, avec ses copains, il prend goût à la musique. Le garçon fabrique d'ailleurs sa propre guitare au son très approximatif et tellement lourde qu'il ne peut la soulever seul. Les études ne le passionnent pas et ne le mènent guère plus loin que le Certificat d'études primaires qu'il décroche en juin 1958. Il niera même l'avoir obtenu d'un « je ne voulais pas posséder un truc primaire ». Mais les responsabilités frappent à la porte. Michel touche à toutes les professions (14 au total parmi lesquelles télégraphe, photographe, garçon de café, fleuriste ou marchand de légumes).

C'est finalement à l'usine qu'il se pose en tant que manutentionnaire après un court passage sous les drapeaux, ponctué par une exclusion pour indiscipline. Lorsqu'il ne travaille pas, il apprend la guitare et le chant du côté de la Contrescarpe et décide un jour de se lancer dans la carrière d'artiste qui le fait rêver. Sur l'Île de la Cité, « Le vieux bistrot » accueille ses premiers accords musicaux. Puis, il est pris dans le cabaret « Chez Bernadette » pour faire la vaisselle et y user ses cordes vocales. En ce lieu naît un patronyme pour l'éternité : Coluche.

Un soir, l'acteur Romain Bouteille vient à passer et repart avec ce jeune talent de 23 ans sous le bras. Il l'emmène dans son célèbre « Café de la gare » aménagé par ses soins. S'y escrimeront notamment Patrick Dewaere et Sylvette Herry, alias Miou-Miou. Les spectateurs paient leur entrée selon une loterie qui leur permet de payer de 0 à 30 francs. Deux entractes ont lieu où les comédiens font le service. Le public est conquis. Coluche fonde avec des amis la troupe « Le vrai chic parisien ». En 4 ans, il joue avec succès « Thérèse est triste » et « Ginette Lacaze » avant que Dick Rivers n'impose lui-même cette jeune bande en première partie de son Rock'n Roll Show à l'Olympia. La troupe joue également « Introduction à l'esthétique fondamentale » avant que Coluche ne la quitte. « J'ai eu deux coups de pot dans ma vie : être découvert par Bouteille et être viré par Bouteille » avouait-il quelques mois après. Nous sommes en 1974 et tout le monde se rend compte que le jeune trublion peut faire rire seul.

Tout s'enchaîne alors très vite pour lui. Il apparaît au cinéma dans des petits rôles comme dans « Le grand bazar ». Aperçu dans plusieurs publicités, il enregistre la bande son de son premier one-man-show « Mes adieux au music-hall » avec lequel il remplit le Caf'Conc, inauguré pour l'occasion, non loin des Champs-Elysées. C'est ici qu'apparaissent pour la première fois la mythique salopette rayée bleu et blanche et les inoubliables brodequins jaunes qui feront ce personnage inoubliable dans la carrière de l'artiste. Sous contrat avec Paul Lederman et Claude Martinez, Coluche entreprend des tournées à travers la France, la Suisse, la Belgique, à guichets fermés et participe abondamment aux plateaux des émissions de variétés télévisées.

En février 1975, Coluche revient à l'Olympia. Mais cette fois, c'est son nom qui s'étale en grand. Le « Schmilblick » est le tube de l'été et plus d'un million de 45 tours se vendent à travers le pays. Amoureux des femmes, Coluche cède cependant aux sirènes du mariage et épouse en octobre la seule qui lui fasse tourner la tête, Véronique, avec qui il aura deux enfants. Un mois plus tard, il est de nouveau sur les planches. Bobino a les yeux de Chimène pour lui et les critiques sont cette fois unanimes devant ce comédien aux gants de boxe qui conclut son spectacle par une interprétation du « temps des cerises » sur une pochette.

Coluche devient incontournable. En 1976, Patrice Leconte lui offre un rôle dans son premier long métrage au succès mitigé « Les vécés étaient fermés de l'intérieur » dont certaines critiques peu élogieuses diront que les cinémas l'étaient aussi. Mais c'est surtout sa production suivante qui sera retenue. Il oeuvre auprès du maître Louis de Funès dans « L'aile ou la cuisse » et laisse une première empreinte cinématographique marquante. « Il possède un talent explosif. Je n'aime jouer qu'avec les grands et Coluche est un grand » dira de Funès par la suite. Ce à quoi Coluche répliquera: « Travailler avec de Funès, ça me fait la même impression que si j'allais tourner avec Chaplin. Il est une école à lui tout seul. » L'année suivante, il se lance dans la réalisation et sort « Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine ». Mais un an plus tard, Coluche revient à ses premiers amours et prend possession de la scène du théâtre du Gymnase-Marie-Bell pour 18 mois le tout à guichet fermé, jusqu'en février 1981.

La radio lui ouvre également son antenne dès 1978. Europe 1 lui offre la tranche 15h30-16h avec l'émission « On n'est pas là pour se faire engueuler » qui fera un carton pendant un an et demi avant que son animateur vedette ne reparte en tournée. Le touche-à-tout ne fera qu'un court passage à RMC en février 1980, renvoyé au bout de quinze jours, officiellement pour incompatibilité d'humeur, officieusement pour avoir cité le Canard Enchaîné sur l'affaire des diamants de Bokassa, déplaisant à l'entourage du Président Giscard. Mais politiquement parlant, le personnage à d'autres desseins. Toujours en 1980, il avoue à un journaliste son désir de se présenter comme candidat aux présidentielles, mais il pense que les autorités ne le laisseront pas faire. « Personne ne m'attend au tournant vu qu'on sait pas où je vais tourner. » L'idée dans un coin de sa tête, Coluche rôde son nouveau spectacle dans son fidèle Café de la Gare avant de partir tourner « L'Inspecteur La Bavure ». Ce n'est qu'en novembre de la même année qu'il donne vie à ses pensées. Il se déclare officiellement candidat à l'élection présidentielle de 1981.

Son appel au vote reste célèbre : « j'appelle tous ceux qui ne comptent pas pour les hommes politiques à voter pour moi, à s'inscrire dans les mairies et à colporter la nouvelle. Tous ensemble pour leur foutre au cul. » Pour lui, l'ensemble des minorités forment la majorité. Sous sa bannière « bleu-blanc-merde », Coluche grimpe dans les sondages au prix d'une campagne rocambolesque dans les colonnes de Hari-Kiri. Crédité jusqu'à 16% des intentions de vote, le « clown » dérange la classe politique. Persona non grata, il se lance dans une grève de la faim pour lutter contre la fermeture des espaces d'expression après une conférence de presse au plat de spaghetti. Le 7 avril, il doit capituler et abandonner son ambition.

Huit mois plus tard, il divorce et prend du recul en s'installant dans les Caraïbes. En 1982, entre les tournages de « Deux heures moins le quart avant Jésus Christ », « Le maître d'école » et « Banzaï », il participe masqué à l'émission de Michel Polac dont le sujet est « Faut-il se débarrasser de Coluche ? ». L'annonce du suicide de son grand ami Patrick Dewaere est un choc tout comme la mort du dessinateur Jean-Marc Reiser. Coluche se fait plus rare. Il participe aux tournages de « La femme de mon pote » et « Le roi Dagobert » en 1983, « La vengeance du serpent à plume » et « Le fou de guerre » en 1984. Mais c'est surtout sa magistrale interprétation dans « Tchao Pantin » qui marque les esprits. Le César du meilleur acteur récompense cette performance de haut vol.

L'époque de la convalescence passe doucement et le trublion refait son apparition sur le devant de la scène. En mai 1985, l'émission de Patrick Sabatier « Le jeu de la vérité » qui lui est consacré est un incroyable succès en terme d'audimat. Coluche était décidé à ne faire l'impasse sur aucune question. Puis il revient à Europe 1 pour animer « Y'en aura pour tout le monde » avec Maryse. Coluche est bel et bien de retour !

En septembre, il participe à un gigantesque canular en épousant Thierry Le Luron « pour le meilleur et pour le rire » avant de partir battre le record du monde de vitesse à moto, sa grande passion. En Italie, il est le premier homme au monde à atteindre 252.087 km/h sur deux roues. La toute jeune Canal + lui fait ensuite des avances, qu'il accepte en animant quotidiennement l'émission « Coluche 1-faux ».

En 1986, une idée lumineuse lui traverse l'esprit. Depuis l'antenne d'Europe 1, Coluche lance un appel, passé à la postérité, aux plus démunis : « Moi je file un rencard à ceux qui n'ont plus rien ... » car pour lui et la troupe d'Enfoirés qu'il s'apprête à créer « aujourd'hui, on n'a plus le droit, ni d'avoir faim, ni d'avoir froid ». Homme de coeur, il lance ses Restos du même nom, chargés de collecter des denrées alimentaires pour les gens dans le besoin. Le 26 janvier, sur la première chaîne, sa grand'messe permet de récolter près de 26 millions de francs dans ce but. Le personnage multiplie les apparitions fantasques, qu'il soit interviewé au fond d'une piscine par Michel Denisot ou qu'il débarque au festival de Cannes déguisé en « France Moche » pastiche de la chroniqueuse France Roche.

Le 19 juin 1986, Michel Colucci prend sa moto pour rejoindre Cannes depuis Opio où il s'est installé. Sans motif apparent, un poids lourd stoppe net devant lui. La lumière s'éteint sous ce « Putain de camion » - comme le chantera Renaud deux ans plus tard. Aujourd'hui encore, Coluche est plus qu'un comique, un homme engagé, dont les mots résonnent encore dans nos têtes vingt ans après sa disparition.

Source : programmes.france2.fr  

Tombe

Où se trouve la tombe de Coluche ?

La position exacte de la tombe de Coluche n'est pas renseignée.
Vous pouvez nous transmettre l'emplacement exact de sa tombe.

Où est enterré Coluche ?

Cimetière de Montrouge
18 Avenue de la Porte de Montrouge
75014 Paris
Île-de-France
France Drapeau francais

La tombe de Coluche est au Cimetière de Montrouge, 18 Avenue de la Porte de Montrouge, 75014 Paris, Île-de-France, France Drapeau francais.

Citations

Les meilleures citations de Coluche.

La différence qu'il y a entre les oiseaux et les hommes politiques, c'est que de temps en temps les oiseaux s'arrêtent de voler !
Certains ont l'air honnête, mais quand ils te serrent la main, tu as intérêt à recompter tes doigts.
Les portes de l'avenir sont ouvertes à ceux qui savent les pousser.

Merci à notre partenaire Citation Célèbre qui nous a proposer de partager son catalogue de phrases de Coluche. Vous pouvez consulter les meilleures citations de Coluche, proverbes, petites phrases et pensées sur le site Citation Célèbre.

Forum

Versions de la mort de Coluche Répondu à 20%
6 Zabou1
Qu'est devenu le chauffard ? Répondu à 0%
2 Messager
J'ai rencontré Coluche quand sa voiture est tombée en panne Répondu à 0%
2 Zavion
Coluche 63ème ? Répondu à 0%
2 Zitoune01
Portrait physique de Coluche Répondu à 0%
2 Line
Le vrai Coluche était bien loin de l'image que l'on s'en fait aujourd'hui ! Répondu à 0%
1 Milady
Sa dernière ballade à moto Répondu à 0%
0 Pierre
Un pote de coeur Répondu à 0%
0 Ld59
Ton oeuvre n'est pas morte ! Répondu à 0%
0 1986
Merci pour tout ton coeur de tout coeur Répondu à 0%
0 Laura

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

  • Activités principales : Comique, Acteur
  • Autres activités : Artiste
  • Domaines : Art, Cinéma, Humour

Noms

  • Nom usuel : Coluche
  • Nom complet : --
  • Prénoms : --
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Coluche
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : michel colucci, coluches, colluche, michel collucci, coluhe, cauluche

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 41 ans
  • Cause de mort : Accident de la route (Accident)

Obsèques

Que recherchez-vous sur Coluche ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Coluche, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

4.76 sur 5
  ?
34 notes
5 étoiles
28
4 étoiles
4
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
4,76

Au Paradis !

Coluche est au Paradis ! Les membres du site ont décidé de porter Coluche au plus haut niveau du site en lui attribuant une note moyenne de 4.76 sur 5 avec 34 notes. Seules les célébrités ayant une note de 4 ou + peuvent prétendre à une place au Paradis.


 Humoriste doublé d'un généreux mécène désintéressé
Un humoriste doublé d'un généreux mécène désintéressé. Un grand humoriste parfois acide mais toujours une grande sensibilité. Tchao pantin !!!!
Commentez - il y a 10 mois
 Généreux et droit
Un homme genereux et droit, qui, j'espére ne sera jamais oublié
Commentez - il y a 12 mois
 Grand talent
un homme de grand talent !!
Commentez - il y a 11 mois
34 notes ►

Votez !

x
= ? points

Tirez une carte pour faire gagner des points ? à Coluche afin qu'il grimpe dans le Top 50.

Top 50

40ème
2 849 385 points
cumulés en 30 jours
Portrait de Coluche
40ème

Drapeau France 1944 - 1986
Francais, 41 ans

Comique et comédien français très populaire en France dans les années 1980, connu pour son style humoristique nouveau et sarcastique par sa liberté d'expression en s’attaquant notamment aux tabous, puis aux valeurs morales et politiques de la société contemporaine. Il devient célèbre en parodiant le jeu télévisé « Le Schmilblick » et se présentera à l'élection présidentielle de 1981 avant de se retirer, à la suite de pressions et de menaces. Il obtient un César du meilleur acteur pour son rôle dramatique dans « Tchao Pantin » (1984, de Claude Berri) et fondera en 1985 l'association « Les Restos du cœur » (relais d'aide aux plus pauvres). Mort dans un accident de moto, les circonstances de sa mort demeurent l'objet de vives spéculations (accident, suicide ou assassinat).
-2
places depuis hier
118 950 points
cumulés hier

C'est le classement de Coluche dans le Top 50. Sa position est déterminée selon un score calculé à partir de points cumulés sur les 30 derniers jours.Comme Claude François possède une note de 4.7647 / 5 (et donc supérieure à 2), ilestautoriséà participer au Top 50. Si vous êtes un fan fidèle votant chaque jour, si vous incitez vos amis à vous soutenir et voter pour Coluche, vous améliorez sont classement à chaque point gagné. Pour en savoir plus sur le fonctionnement du Top 50.

Les Fans

1 1
Jp78
804 515 points en 30 jours (202 actions).
75 750 points hier (6 actions).
Même position depuis hier.
2 2
David6
783 630 points en 30 jours (187 actions).
12 350 points hier (4 actions).
Même position depuis hier.
3 3
Did42
428 540 points en 30 jours (175 actions).
12 500 points hier (1 action).
Même position depuis hier.
4
Sergio2
263 775 points en 30 jours (31 actions).
3 000 points hier (2 actions).
Même position depuis hier.
5
Anonyme 59448
214 950 points en 30 jours (27 actions).
250 points hier (1 action).
Même position depuis hier.
6
Mimidunor82
74 485 points en 30 jours (60 actions).
100 points hier (2 actions).
↗ +1 position depuis hier.

Ce sont les membres de la communauté qui aiment le plus Coluche. Pour devenir fan, il vous suffit de voter pour Coluche et tous les scores que vous obtiendrez seront cumulés à votre score de fan ainsi qu'au score de Coluche pour son classement dans le Top 50. Vous êtes qualifiés de fan tant que vous votez au moins 1 fois par mois. Pour en savoir plus sur le fonctionnement des fans.

Commentaires

Vous avez des questions sur Coluche ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image
Anonyme 59693 Ce cher Coluche , un très grand homme de coeur , qui avait de son tempérament naturel de dire et dénoncer ce qu'il pensait à haute voix , ce que tout le monde pensait dans son fond intérieur . Un personnage remarquable aussi dans sa nature de soutenir le petit peuple en grande difficulté.
Répondre - il y a 12 mois
Spectre-du-vexin1968 tombe de coluche
Répondre - il y a 9 mois
Jesuismort (admin) Merci pour la photo de sa tombe.
Répondre - il y a 9 mois
Buck-rogers Un très grand homme, qui nous fait et fera toujours du bien. Les films, les DVD, les restos du coeur...Merci Monsieur COLUCCI.
Répondre - il y a 8 mois
Radium Putain de camion!
Répondre - il y a 7 mois
Pierre Salut l'Ami.
Répondre - il y a 5 mois
Pierre Un homme comme on en fait plus.
Répondre - il y a 5 mois
Pierre Un sacré Mec et une sacrée moto.
Répondre - il y a 5 mois
Donias Le 19 juin 1986, Coluche, accompagné de deux de ses amis, Ludovic Paris et Didier Lavergne, quitte Cannes à 16 h 15 pour rentrer à Opio sur une moto (Moto Honda 1100 VFC, siège rouge et carrosserie noire).

Il trouve la mort sur le trajet entre ces deux localités à 16 h 35 ; soit à moins de quatre kilomètres de la villa qu'il a louée et qu'il doit quitter, d'après Philippe Boggio, le lendemain.

Conformément aux résultats de l'enquête de gendarmerie et contrairement aux déclarations du chauffeur du poids lourd à l'origine de l'accident, Albert Ardisson, si Coluche ne porte pas de casque (accroché au guidon) durant ce trajet, il roule à vitesse modérée ; soit, selon l'expertise, à environ 60 km/h, en-deçà des 90 km/h maximaux autorisés.

Dans une ligne droite entre deux virages, le camion en face lui coupe brusquement la route (selon ses deux amis derrière lui), sur la route de Grasse, Départementale 3 entre Valbonne et Châteauneuf-Grasse.
Le drame survient en fin de ligne droite, peu avant le croisement de la route de Cannes et du chemin du Piol à Opio alors que le camion, un semi-remorque benne chargé de gravats provenant de la gendarmerie de Grasse, tournait vers une décharge.

Le choc se produit entre 16 h 30 et 16 h 35, heure de la mort selon l'Agence France-Presse.

Pourtant motard expérimenté, l'humoriste ne peut rien faire, sinon braquer le guidon de sa moto pour l'éviter, espérant passer sous le camion mais il ne réussit pas cette manœuvre.

Sa tête percute l'avant droit du véhicule, au niveau du phare.

Le choc violent lui est fatal.

Les circonstances entourant cet accident vont donner lieu à plusieurs rumeurs d'assassinat. Un ouvrage, publié en 2006, Coluche, l'accident, de Jean Depussé et Antoine Casubolo décrit les conditions dans lesquelles l'intervention de la gendarmerie locale et l'enquête policière ont été menées en 1986.

De plus, le livre précise que l'enquête est alors dirigée par le juge Jean-Paul Renard, dont les auteurs indiquent qu'il sera (dix-huit ans plus tard), impliqué dans l'affaire du tribunal de Nice et dont les pratiques locales considérées comme peu déontologiques ont entraîné une condamnation et de lourdes sanctions du conseil supérieur de la magistrature.

Très longtemps resté silencieux, Albert Ardisson, le chauffeur impliqué dans l'accident, dit avoir été traumatisé par l'événement.

Coluche est inhumé le mardi 24 juin 1986 à 10 h 30, au cimetière de Montrouge, dans le 14e arrondissement parisien, près de la porte d'Orléans.

De nombreuses personnalités de l'industrie du spectacle sont présentes à son enterrement.

La cérémonie funéraire est célébrée par l'Abbé Pierre, lequel déclare alors :
« Si vous entendez quelqu'un dire qu'il ne respectait rien, dites-leur que ce n'est pas vrai ! Je suis témoin ».

À une centaine de mètres de l'accident, à hauteur du carrefour du Piol, entre Opio et Valbonne, un lieu de recueillement est aménagé et fait l'objet d'un rassemblement annuel de motards, au mois de juin.
Une peinture murale représentant Coluche est peinte sur une petite bâtisse abritant un transformateur électrique.
À côté se trouve une stèle, régulièrement fleurie par des riverains et visiteurs.
Le carrefour du Piol a été rebaptisé « rond-point Coluche » le 23 juin 2013.

La bataille autour de l'héritage de Coluche commence dès sa mort, ses deux fils Marius et Romain Colucci (qui ont d'abord refusé la succession, « à cause des dettes colossales », puis ont accepté l'héritage au début des années 1990) étant en conflit ouvert avec Paul Lederman, l'imprésario-producteur de l'humoriste.

Cette bataille prend une dimension juridique quand Marius et Romain assignent la société de production de Paul Lederman en justice, d'abord au civil en 1998, puis au pénal en 2009.

Le conflit porte sur les redevances des droits d'auteur attachés à l'exploitation des enregistrements phonographiques de Coluche, son ex-femme Véronique Kantor ayant reçu la totalité de ces redevances pour la période de leur mariage et ayant cédé ces droits en 1988 à Lederman moyennant une contrepartie financière
Répondre - il y a 4 mois
Donias Célèbre comme humoriste, il est également connu comme le fondateur des Restos du Cœur. Issu d'un milieu défavorisé (« Je ne suis pas un nouveau riche, je suis un ancien pauvre »), il a pris conscience de grosses défaillances en France, pour l'entraide envers les plus démunis ; cette association étant conçue pour provisoirement pallier les carences.

Cependant, l'histoire de la misère sociale de la France a rendu son initiative pérenne.
Il est également à l'origine d'une loi dite « Loi Coluche », votée en 1988.
Cette loi permet à un particulier ou à une entreprise qui souhaite faire un don à certains organismes d’aide aux personnes en difficulté, de déduire, dans une certaine limite, 75 % de la somme donnée de ses impôts.

Sa célèbre salopette bleue et blanche qu'il arbore depuis le début de sa carrière d'humoriste, provient du mouvement Emmaüs.

Devenu célèbre, il « renvoie l'ascenseur » à l'association humanitaire, en remettant un chèque d'un montant élevé, solde des dons réunis pour les Restos du cœur à son fondateur, l’Abbé Pierre.
Répondre - il y a 4 mois
Donias La place Coluche à Paris.
Répondre - il y a 4 mois
Donias Coluche les restaurants du cœur
Répondre - il y a 4 mois
Donias Tombe de Coluche, cimetière de Montrouge.
Répondre - il y a 4 mois
Pierre Sacré Coluche.
Répondre - il y a 4 mois
Anonyme 59920 Sacré Coluche... un véritable visionnaire de la politique..
RIP
Répondre - il y a 3 semaines
Pierre Tu nous manques beaucoup Coluche.
Répondre - il y a 3 semaines

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Coluche et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres comique (hommes) francais

Portrait de Bourvil
21ème

Drapeau France 1917 - 1970
Francais, 53 ans

Acteur, chanteur et humoriste français, il reçu le prix du meilleur acteur du festival de Venise (la Coupe Volpi) pour son rôle dans le film « La Traversée de Paris ». Puis il deviendra célèbre grâce à « La Grande Vadrouille » (1966, avec Louis de Funès), « Le Jour le plus long » (1962, avec John Wayne), « Le Corniaud » (1965, avec Louis de Funès), « Les Misérables » (1958, avec Jean Gabin), « Le Cercle rouge » (1970, de Jean-Pierre Melville, avec Yves Montand et Alain Delon)... Connu en tant que comique pour ses sketchs, il est également connu en tant que chanteur, notamment pour sa chanson « Les Crayons » ainsi que ses reprises humoristiques des chansons de Fernandel.
Portrait de Thierry Le Luron
106ème

Drapeau France 1952 - 1986
Francais, 34 ans

Humoriste français particulièrement célèbre dans les années 1970 et 1980 pour ses imitations de personnalités politiques et médiatiques. Il a aussi enregistré plusieurs chansons et animé des émissions de radio et de télévision. Ses imitations de Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac, Raymond Barre, François Mitterrand ou Georges Marchais lui valent une très grande popularité, accentuée par des interventions remarquées dans les médias et plusieurs saisons de spectacles dans des théâtres parisiens. Provocateur, il interprète le 10 novembre 1984, dans Champs-Élysées de Michel Drucker, « L'emmerdant, c'est la rose » en direct à la télévision, parodie d'une chanson de Gilbert Bécaud, en s'adressant directement au président François Mitterrand, une de ses cibles favorites. L'année suivante, il organise un faux mariage très médiatisé avec l'humoriste Coluche. Très populaire de son vivant, Thierry Le Luron a été l'un des premiers à transformer l'imitation de personnalités, principalement exercée jusqu'alors par des chansonniers dans des petits cabarets, en un véritable spectacle de music-hall adapté à des grandes salles comme l'Olympia. Son succès, ses performances vocales et sa liberté de ton ont été salués, notamment après sa mort, par de nombreux artistes ou hommes politiques.
Portrait de Bruno Carette
690ème

Drapeau France 1956 - 1989
Francais, 33 ans

Acteur et humoriste français qui faisait partie du groupe comique Les Nuls sur la chaîne de télévision Canal+. Il est connu pour ses personnages comme Zeitoun, le cuisinier pied-noir dans la série « Objectif Nul » (1987, 43 épisodes) ou le pétomane Misou-Mizou avec ses tubes du Top 50.
Portrait de Francis Blanche
267ème

Drapeau France 1921 - 1974
Francais, 52 ans

Humoriste et acteur français, très populaire, il est une figure emblématique de la scène et du cinéma français des années 1950 et 1960 : il est connu pour ses rôles dans les films « Belle de jour » (1967, comédie dramatique, avec Catherine Deneuve), « La Grande Lessive (!) » (1968, comédie, avec Bourvil) ou « Les Tontons flingueurs » (1963, comédie, avec Lino Ventura, Bernard Blier et Jean Lefebvre). Il est sur scène et sur les ondes, le partenaire de Pierre Dac avec qui il créa les célèbres sketchs du « Sar Rabindranath Duval » et du « Parti d'en rire » ainsi que la série radiophonique intitulée « Signé Furax ». Il fut également l'auteur de farces téléphoniques hilarantes qui furent diffusées régulièrement à la radio dans les années 1960.
Portrait de Sim
981ème
Sim

Drapeau France 1926 - 2009
Francais, 83 ans

Acteur, humoriste, chanteur, parolier et écrivain français, connu entre autres pour ses interprétations parodiques (notamment la « baronne de La Tronche-en Biais ») et sa participation à l'émission radiophonique Les Grosses Têtes.
Portrait de Christophe Salengro
638ème

Drapeau France 1953 - 2018
Francais, 64 ans

Acteur et humoriste français, figure historique de Canal+, il est connu pour son personnage du président de Groland dans l'émission éponyme présentée par Jules-Édouard Moustic de 1993 à 2018.

Autres acteur francais

Portrait de Bourvil
21ème

Drapeau France 1917 - 1970
Francais, 53 ans

Acteur, chanteur et humoriste français, il reçu le prix du meilleur acteur du festival de Venise (la Coupe Volpi) pour son rôle dans le film « La Traversée de Paris ». Puis il deviendra célèbre grâce à « La Grande Vadrouille » (1966, avec Louis de Funès), « Le Jour le plus long » (1962, avec John Wayne), « Le Corniaud » (1965, avec Louis de Funès), « Les Misérables » (1958, avec Jean Gabin), « Le Cercle rouge » (1970, de Jean-Pierre Melville, avec Yves Montand et Alain Delon)... Connu en tant que comique pour ses sketchs, il est également connu en tant que chanteur, notamment pour sa chanson « Les Crayons » ainsi que ses reprises humoristiques des chansons de Fernandel.
Portrait de Thierry Le Luron
106ème

Drapeau France 1952 - 1986
Francais, 34 ans

Humoriste français particulièrement célèbre dans les années 1970 et 1980 pour ses imitations de personnalités politiques et médiatiques. Il a aussi enregistré plusieurs chansons et animé des émissions de radio et de télévision. Ses imitations de Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac, Raymond Barre, François Mitterrand ou Georges Marchais lui valent une très grande popularité, accentuée par des interventions remarquées dans les médias et plusieurs saisons de spectacles dans des théâtres parisiens. Provocateur, il interprète le 10 novembre 1984, dans Champs-Élysées de Michel Drucker, « L'emmerdant, c'est la rose » en direct à la télévision, parodie d'une chanson de Gilbert Bécaud, en s'adressant directement au président François Mitterrand, une de ses cibles favorites. L'année suivante, il organise un faux mariage très médiatisé avec l'humoriste Coluche. Très populaire de son vivant, Thierry Le Luron a été l'un des premiers à transformer l'imitation de personnalités, principalement exercée jusqu'alors par des chansonniers dans des petits cabarets, en un véritable spectacle de music-hall adapté à des grandes salles comme l'Olympia. Son succès, ses performances vocales et sa liberté de ton ont été salués, notamment après sa mort, par de nombreux artistes ou hommes politiques.
Portrait de Bruno Carette
690ème

Drapeau France 1956 - 1989
Francais, 33 ans

Acteur et humoriste français qui faisait partie du groupe comique Les Nuls sur la chaîne de télévision Canal+. Il est connu pour ses personnages comme Zeitoun, le cuisinier pied-noir dans la série « Objectif Nul » (1987, 43 épisodes) ou le pétomane Misou-Mizou avec ses tubes du Top 50.
Portrait de Francis Blanche
267ème

Drapeau France 1921 - 1974
Francais, 52 ans

Humoriste et acteur français, très populaire, il est une figure emblématique de la scène et du cinéma français des années 1950 et 1960 : il est connu pour ses rôles dans les films « Belle de jour » (1967, comédie dramatique, avec Catherine Deneuve), « La Grande Lessive (!) » (1968, comédie, avec Bourvil) ou « Les Tontons flingueurs » (1963, comédie, avec Lino Ventura, Bernard Blier et Jean Lefebvre). Il est sur scène et sur les ondes, le partenaire de Pierre Dac avec qui il créa les célèbres sketchs du « Sar Rabindranath Duval » et du « Parti d'en rire » ainsi que la série radiophonique intitulée « Signé Furax ». Il fut également l'auteur de farces téléphoniques hilarantes qui furent diffusées régulièrement à la radio dans les années 1960.
Portrait de Sim
981ème
Sim

Drapeau France 1926 - 2009
Francais, 83 ans

Acteur, humoriste, chanteur, parolier et écrivain français, connu entre autres pour ses interprétations parodiques (notamment la « baronne de La Tronche-en Biais ») et sa participation à l'émission radiophonique Les Grosses Têtes.
Portrait de Christophe Salengro
638ème

Drapeau France 1953 - 2018
Francais, 64 ans

Acteur et humoriste français, figure historique de Canal+, il est connu pour son personnage du président de Groland dans l'émission éponyme présentée par Jules-Édouard Moustic de 1993 à 2018.