Maximilien Luce

 
Maximilien Luce
1858 - 1941
 

Peintre français, militant libertaire, il produit de nombreuses illustrations engagées politiquement. S'inscrivant dans le mouvement néo-impressionniste, il use de la technique du divisionnisme (ou pointillisme), développée par Georges Seurat et revient par la suite à une facture plus classique, mais qui garde l'harmonie et la luminosité de sa première période. Parmi ses principales oeuvres : « La Toilette », « La Fonderie », « Notre-Dame de Paris » ou « Une rue de Paris en mai 1871 ».

Nationalité française Francais, né le 13 mars 1858 et mort le 6 février 1941

82 ans Mort à l'âge de 82 ans (de quoi ?).

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Maximilien Luce ?


Contribuez !

Anniversaire !

Cela fera 79 ans que Maximilien Luce est mort le jeudi 6 février 2020. Plus que 17 jours...

Pour lui rendre hommage, vous pouvez :

  • Noter Maximilien Luce (si ce n'est pas encore fait).

Biographie

Maximilien Luce, né le 13 mars 1858 et mort le 6 février 1941 à Paris, est un peintre français. Militant libertaire, il produit de nombreuses illustrations engagées politiquement. Il est également graveur, portraitiste et affichiste. Son premier tableau connu date de 1876. À partir de 1885, et durant une quinzaine d'années, il s'inscrit dans le mouvement néo-impressionniste : il use de la technique du divisionnisme (ou pointillisme), développée par Georges Seurat. Il revient par la suite à une facture plus classique, mais qui garde l'harmonie et la luminosité de sa première période. Parmi ses principales oeuvres : « La Toilette », « La Fonderie », « Notre-Dame de Paris » ou « Une rue de Paris en mai 1871 ».

Il naît à Paris le 13 mars 1858 de Charles Désiré Luce, comptable, et de Louise Joséphine, née Dunas. En 1870, il obtient son certificat d'études. Durant la Commune, il suit les cours de dessin de l'École des arts décoratifs de Paris. En mai 1871, il a 13 ans quand il assiste à la répression contre les communards. Il va rester marqué toute sa vie par ces exactions. En 1872, il entre en apprentissage dans l'atelier de gravure sur bois d'Henri Théophile Hildibrand, et il suit des cours du soir dans l'école de dessin et de modelage de la rue de Vaugirard. Il est admis aux cours de dessin que le peintre Diogène Maillart donne aux ouvriers des Gobelins. En 1876, il devient ouvrier graveur dans l'atelier d'Eugène Froment, qui produit notamment des gravures sur bois pour L'Illustration. Luce fréquente l'Académie Suisse. Il exécute son premier tableau connu, Jardin à Montrouge, ou Le Jardin au Grand Montrouge. Il étudie d'après modèle deux années durant dans le célèbre atelier de Carolus-Duran.

Le 7 novembre 1879, il est incorporé au 48e régiment d'infanterie de ligne, à Guingamp, au titre du service militaire. Il y fait la connaissance du peintre Franck Antoine Bail, du futur président Alexandre Millerand et de Frédéric Givort, un cordonnier anarchiste. En 1881, sur intervention de Carolus-Duran, Luce est mis en subsistance au détachement du 48e RIL, à Paris. Il peut ainsi fréquenter à nouveau l'atelier de Carolus-Duran, et retourner travailler chez Eugène Froment. Par l'intermédiaire de Charles Baillet, ami d'enfance de Frédéric Givort, il intègre le groupe anarchiste du 14e arrondissement. En septembre 1883, il est libéré de ses obligations militaires. L'invention de la zincographie ayant sensiblement réduit les débouchés de la gravure sur bois, Luce devient peintre à plein temps.

Les années 1884 à 1886 marquent un tournant important dans l'histoire de la peinture. En 1884, des artistes souhaitant exposer librement et s'affranchir de l'influence de tout jury créent le Salon des indépendants. L'un d'eux, Georges Seurat, s'inspirant de travaux scientifiques, renonce à la trituration des couleurs sur la palette, qui fait perdre de la luminosité. Il procède par juxtaposition de points de couleurs complémentaires. Il compose ainsi une lumière que l'œil du spectateur va synthétiser. Georges Seurat parle de cette division des tons comme de chromo-luminarisme ou de divisionnisme (tandis que des critiques parlent de pointillisme). Cette application scientifique du Traité des couleurs rompt avec la spontanéité « romantique » de l'impressionnisme. Le premier grand tableau de Seurat appliquant sa théorie, Un dimanche après-midi à l'île de la Grande-Jatte, fait sensation en mai 1886, à la huitième et dernière exposition impressionniste. En septembre, le critique Félix Fénéon, donne au divisionnisme le nom de néo-impressionnisme. De 1884 à 1886, Luce effectue plusieurs séjours à Lagny-sur-Marne, en compagnie d'Émile-Gustave Cavallo-Péduzzi et de Léo Gausson, qu'il a connus à l'atelier d'Eugène Froment. Les deux peintres le tiennent informé des recherches de Seurat, ils l'initient à sa technique. C'est à Lagny-sur-Marne, en 1885, que Luce commence à produire dans une facture divisionniste.

Au printemps 1887, les œuvres des néo-impressionnistes sont réunies pour la première fois au Salon des indépendants. Luce y expose sept toiles divisionnistes. Il y fait la connaissance de Georges Seurat, du critique anarchiste Félix Fénéon et des peintres néo-impressionnistes et anarchistes Camille Pissaro et Paul Signac. Ce dernier lui achète La Toilette. Les œuvres de Luce sont à cette époque de couleurs sombres, d'une « touche serrée ». Ce sont bien souvent des paysages de banlieue.

Luce est aussi un militant libertaire. Le 24 décembre 1887, son premier dessin politique paraît dans La Vie moderne. Le 22 mai 1888, il monte à la tribune lors d'une réunion publique du Comité révolutionnaire des Quatre Chemins. Il incite des ouvriers en grève à la violence, « seul moyen pour eux d'avoir gain de cause ». Le 24 février 1889, Émile Pouget lance l'hebdomadaire anarchiste Le Père Peinard , auquel Luce collabore régulièrement.

En février-mars 1889, il est invité à exposer au Salon des XX, à Bruxelles. Il y fait la connaissance du poète Émile Verhaeren et du peintre divisionniste Théo Van Rysselberghe. En 1891, il entame une liaison avec Ophélie Bresdin. En 1892, il retourne au Salon des XX. Cette année-là, il vit très mal le départ d'Ophélie. Pour lui changer les idées, Camille Pissarro l'entraîne à Londres où ils louent un logement à Kew. Puis, Paul Signac l'accueille à Saint-Tropez. À la fin de l'année, Luce participe à l'Exposition des peintres néo-impressionnistes. C'est, autour d'œuvres de Seurat, la première manifestation du groupe néo-impressionniste « en tant que mouvement uni ».

En 1893, Luce rencontre Ambroisine Bouin, une jeune fille d'Audierne qui devient sa compagne. L'année suivante, le 6 juin, le couple a un fils, Frédéric. Le 24 juin, le président de la République Sadi Carnot est assassiné par l'anarchiste italien Caserio. Suspecté de complicité, notamment en raison de sa collaboration au Père Peinard, Luce est arrêté le 6 juillet. Il est incarcéré à la prison Mazas. Mais il est trop tard pour l'inclure dans le Procès des Trente, qui a lieu du 6 au 12 août. Il est relâché le 17 août, faute d'éléments sérieux contre lui. Il tire de cet épisode dix lithographies sur la vie carcérale. Elles sont réunies dans l'album Mazas, accompagnées d'un texte de Jules Vallès.

Le petit Frédéric meurt en septembre 1895 des suites d'une insolation. Les amis tentent de soutenir les malheureux parents. Les Verhaeren invitent le couple à Bruxelles. Luce et Théo Van Rysselberghe se rendent ensemble à Charleroi. Luce visite une aciérie. Il éprouve un choc. Le fort caractère du pays Noir et de la vallée de la Sambre le laisse tout étourdi. La couleur étant « à peu près absente », il ne juge pas utile de recourir ici à la division des tons, il préfère se fier à son instinct : à partir de cette année-là, il délaisse peu à peu le divisionnisme.

Un second fils, prénommé lui aussi Frédéric, qui sera lui aussi artiste peintre, naît le 19 juillet 1896. Luce retourne à Charleroi pour travailler. Il y séjourne trois mois. Il visite Couillet, Marchiennes, Marcinelle, Châtelet. Il est fasciné par les mines, les terrils, les usines, les cheminées, les hauts fourneaux. Cet univers sidérurgique marque profondément son œuvre, lui inspirant des visions d'enfer, de brasiers, de flamboiements dans la nuit, « d'hommes peinant dans une atmosphère étouffante » : L'Aciérie (1895), Hauts Fourneaux à Charleroi (1896)… Au printemps 1897, Luce expose ses premières toiles de Charleroi. En fin d'année, il retourne à Couillet. Il descend dans une mine, visite une aciérie.

En 1898 et 1899, durant l'affaire Dreyfus, il soutient Zola, puis le colonel Picquart. Il signe une pétition, il produit des dessins dreyfusards. En 1899, il effectue un dernier séjour dans la vallée de la Sambre. Du 16 octobre au 1er novembre, son exposition personnelle à la galerie Durand-Ruel connaît un grand succès public et critique.

Au début du xxe siècle, il renonce définitivement aux points de couleur qui ont valu aux divisionnistes le surnom de pointillistes : sa touche s'étire et s'adoucit, il en vient à une facture plus traditionnelle, mais qui garde l'harmonie et la luminosité de sa première période. En 1902, meurt Eugénie Marie Bouin, la sœur d'Ambroisine. Maximilien et Ambroisine recueillent son fils, Georges. En 1905, au moment de la venue à Paris du roi d'Espagne Alphonse XIII, Luce est emprisonné quelques jours à titre préventif. De 1902 à 1912, il peint les grands chantiers qui remodèlent le visage de Paris. Il consacre une dizaine de toiles à la Semaine sanglante qui a marqué son enfance : Une rue de Paris en mai 1871 (1903-1905), Le 18 mars, place Pigalle (1906), Vive la Commune (vers 1910), Les Derniers Défenseurs de la Commune, le 28 mai 1871 (1915), L'Exécution de Varlin (1910-1917), La République et la Mort (sans date)…

À la même époque, il fournit des illustrations au journal anarchiste Les Temps nouveaux. Il dessine aussi pour La Bataille syndicaliste. Au début de la Première Guerre mondiale, il colle à la ligne éditoriale de ce journal, qui défend l'Union sacrée. Il y publie des dessins bellicistes, au grand émoi de Paul Signac. Il refuse de signer la pétition de soutien au pacifiste Romain Rolland, considéré par beaucoup comme un traître. La correspondance de Luce montre qu'il croit toujours être un antimilitariste, voyant dans l'Allemagne une incarnation du militarisme. Il refuse de signer, tout en l'approuvant, le Manifeste des Seize.

En 1915 et 1916, il cherche à montrer la portée sociale du conflit en peignant l'activité des gares parisiennes et l'arrière des combats. Loin de l'héroïsation de la propagande patriotique, il témoigne de « la réalité grise, pesante et dépourvue d'éclat » de la guerre. En août 1916, son fils est mobilisé. En 1917, il découvre Rolleboise, sur les bords de la Seine. Il y acquiert une maison en 1920 et se partage désormais entre ce lieu et Paris où il quitte, la même année, le 16e arrondissement pour s'installer 16 rue de Seine.

Durant les années 1930, il fait partie du comité d’honneur de la Ligue internationale des combattants de la paix, la plus radicale des organisations pacifistes, qui a pour mot d’ordre : « Non à toutes les guerres ! » En 1934, après les émeutes de février, il signe Appel à la lutte, le tract antifascite d'André Breton. En novembre, il succède à Paul Signac en tant que président de la Société des artistes indépendants.

Il épouse sa compagne Ambroisine Bouin le 30 mars 1940. Elle meurt à Rolleboise le 7 juin. À la fin de l'année, Luce démissionne de la présidence des Artistes indépendants pour protester contre la politique de discrimination de Vichy à l’égard des artistes juifs.

Maximilien Luce est mort le vendredi 7 février 1941, à l'âge de 82 ans, à Paris (France). Il est inhumé aux côtés de son épouse, au cimetière de Rolleboise.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Maximilien Luce en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Maximilien Luce.

Vous savez où se trouve la tombe de Maximilien Luce ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Maximilien Luce pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Maximilien Luce, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Maximilien Luce.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : --
  • Nationalité (à sa mort) : Française Drapeau francais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Maximilien Luce
  • Vrai nom : Maximilien Luce
  • Prénom : Maximilien
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Luce
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Date de naissance : 13 mars 1858
  • Lieu de naissance : --
  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 82 ans
  • Cause de mort : --

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Maximilien Luce ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Maximilien Luce, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Maximilien Luce ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Maximilien Luce et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres peintre (hommes) francais

Portrait de Max Ernst
 
Notez-le !

Drapeau Allemagne 1891 - 1976
Allemand, 84 ans

Peintre et sculpteur allemand dont l'oeuvre se rattache aux mouvements dadaïste et surréaliste. Ses 2 oeuvres les + connues sont « Le Rossignol chinois » (1920, photomontage) et « L'Éléphant de Célèbes » (1921, tableau).
Portrait de Paul Cézanne
 

Drapeau France 1839 - 1906
Francais, 67 ans

Peintre français, membre du mouvement impressionniste, considéré comme le « père de l'art moderne » et le précurseur du post-impressionnisme et du cubisme, continuateur de l'esprit classique français autant qu'innovateur radical par l'utilisation de la géométrie dans les portraits, natures mortes et les nombreux paysages qu'il peint, d'Île-de-France et de Provence, particulièrement de la campagne d'Aix-en-Provence.
Portrait de Bernard Buffet
 
Notez-le !

Drapeau France 1928 - 1999
Francais, 71 ans

Peintre français expressionniste, composant aussi bien des personnages que des figures, animaux, nus... et dont les tableaux les plus connues sont « Tête de Clown » (1950), « Femme au poêle » (1947) ou « La casserole rouge » (1951).
Portrait de Jules Adler
 
Notez-le !

Drapeau France 1865 - 1952
Francais, 86 ans

Peintre naturaliste français connu pour ses oeuvre « Les Hâleurs », « Retour de la pêche à Boulogne » ou « Mon vieux Luxeuil ».
Portrait de Edouard Manet
 

Drapeau France 1832 - 1883
Francais, 51 ans

Peintre français majeur de la fin du XIXe siècle, précurseur de la peinture moderne qu'il affranchit de l'académisme (à tort considéré comme l'un des pères de l'impressionnisme duquel il se différencie par une facture soucieuse du réel qui n'utilise pas, ou peu, les nouvelles techniques de la couleur et le traitement particulier de la lumière). Ses peintures les plus célèbres sont « Le Déjeuner sur l'herbe » (1862) ou « Olympia » (1863).
Portrait de Odilon Redon
 

Drapeau France 1840 - 1916
Francais, 76 ans

Peintre symboliste de la fin du XIXe siècle connu pour explorer les aspects de la pensée, l'aspect sombre et ésotérique de l'âme humaine, empreinte des mécanismes du rêve : « Le cyclope » (1914), « Flower Clouds » (1903), « Les Yeux Clos » (1890), etc.