Roger Scruton

 
Roger Scruton
1944 - 2020
 

Philosophe britannique, grand théoricien du conservatisme, il laisse derrière lui une oeuvre marquée par le souci de préserver la beauté. Il est l’auteur de plus de 30 livres, parmi lesquels « Art and Imagination » (1974), « Sexual Desire » (1986), « The Aesthetics of Music » (1997).

Nationalité anglaise Anglais, né le 27 février 1944 et mort le 12 janvier 2020

75 ans Mort victime d'un cancer (maladie) à l'âge de 75 ans.

Enterré (où exactement ?).




Où se trouve la tombe
de Roger Scruton ?


Contribuez !

Biographie

Sir Roger Vernon Scruton, né le 27 février 1944 à Buslingthorpe (Royaume-Uni) et mort le 12 janvier 2020, est un philosophe britannique. Grand théoricien du conservatisme, il laisse derrière lui une oeuvre marquée par le souci de préserver la beauté. Il est l’auteur de plus de 30 livres, parmi lesquels Art and Imagination (1974), Sexual Desire (1986), The Aesthetics of Music (1997), A Political Philosophy : Arguments for Conservatism (2006), The Palgrave Macmillan Dictionary of Political Thought (2007), Beauty (2009) et Our Church (2012). Scruton a aussi écrit 2 romans, un certain nombre d’ouvrages généraux sur la philosophie et la culture, et composé deux opéras. En 1969, il entre au Peterhouse College de l’université de Cambridge, comme Research Fellow en esthétique. Entre 1971 et 1992, Scruton enseigne l’esthétique à Birkbeck College à Londres où il devient professeur en 1985. Depuis 1992, il occupe des postes de professeur invité à Boston University, à l’American Enterprise Institute de Washington D.C., à l’université de St Andrews, et à l’université d’Oxford où il est membre du Blackfriars Hall. En 1982, il cofonde la Salisbury Review, revue politique conservatrice qu’il dirige pendant 18 ans. Il fonde Claridge Press en 1987 et siège au comité de rédaction du British Journal of Aesthetics. En 2012, il est élu Membre Senior au Ethics and Public Policy Center (en) de Washington D.C. En dehors de sa carrière de philosophe et d’écrivain, Scruton a participé à la création d’universités clandestines et de réseaux éducatifs dans l’Europe centrale sous contrôle soviétique pendant la guerre froide. Il fut récompensé pour ses efforts dans ce domaine.

Roger Scruton et ses deux sœurs sont nés de John « Jack » Scruton, instituteur, et de sa femme Beryl Claris (née Haynes). Ils grandissent à Marlow et à High Wycombe dans le Buckinghamshire, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Londres. Scruton confie au Guardian que Jack venait d’une famille d’ouvriers de Manchester – il détestait l’aristocratie et aimait la campagne – tandis que Beryl lisait des romans à l’eau de rose et recevait des « amies à la chevelure bleu-argent ». Il décrit sa mère comme étant attachée à un idéal de galanterie masculine et de distinction sociale que son père « jubilait à détruire ». Bien que ses parents aient été élevés dans la religion chrétienne, ils se considéraient avant tout comme « humanistes ».

Entre 1954 et 1961, Scruton fréquente la Royal Grammar School de High Wycombe (en) où il gagne une bourse de mérite pour poursuivre ses études à l’Université de Cambridge en sciences naturelles. Il se plonge alors dans la musique, l’art, la littérature (Franz Kafka, Rainer Maria Rilke et T. S. Eliot entre autres l’influencent dès son adolescence), et décide de devenir écrivain. Il entre à l’université en 1962, et le premier jour, il change de cursus et y étudie les sciences morales (la philosophie) à Jesus College (Cambridge). Son modèle était alors Jean-Paul Sartre, chez qui il appréciait le passage de l’abstrait au concret, et du général au particulier, y voyant alors une association fertile entre philosophie et poésie. De Sartre, il apprend que la vie intellectuelle ne doit pas être confinée à l’université, mais que ses manifestations les plus importantes résident dans l’art, la littérature et la musique où la société acquiert une conscience d’elle-même. Scruton, dont les études de philosophie à Cambridge sont marquées par une distance vis-à-vis de la politique, cesse de suivre Sartre lorsque celui-ci affirme que la finalité de la vie intellectuelle est l’engagement politique. Il reçoit son Bachelor of Arts en 1965 et son Master of Arts en 1967.

Scruton admirait la façon dont la philosophie était enseignée à Cambridge, à savoir comme prélude aux sciences dures, dans la tradition de la philosophie analytique. Scruton souhaitait néanmoins réconcilier cette façon d’envisager la philosophie avec un mode de vie artistique. C’est afin de poursuivre cette quête que Scruton part un an en France où il enseigne au Collège universitaire de Pau. Il passe ensuite quelques mois en Italie où il écrit un premier roman qui ne sera jamais publié.

Il revient ensuite en Angleterre et prépare un Doctorat qu'il obtient en 1972 de l’université de Cambridge pour une thèse sur l’esthétique.

En 1969, il entre comme chercheur (Research Fellow) à Peterhouse qu’il quitte en 1971 pour entrer au Birkbeck College à Londres où il enseigne la philosophie de l’esthétique jusqu’en 1992, d’abord en qualité de Lecturer (maître de conférences), puis de Reader (statut intermédiaire entre maître de conférences et de professeur, consacrant une activité de recherche exceptionnelle), puis de professeur. Il épouse Danielle Laffitte en 1973 ; le couple divorce en 1979. Son premier livre, Art and Imagination, paraît en 1974. En 1974 également, il devient un des quatre membres du comité de direction du Conservative Philosophy Group (en) fondé cette année-là par le député conservateur Hugh Fraser (en) pour développer les bases intellectuelles du conservatisme. Il étudie le droit aux Inns of Court entre 1974 et 1976 et est admis au barreau en 1978. Il n’a jamais exercé cependant. Son ouvrage suivant porte également sur l’esthétique, The Aesthetics of Architecture (1979). Dans The Meaning of Conservatism (1980), il appelle les conservateurs à se préoccuper non seulement de l’économie mais aussi et avant tout de questions morales . Il dit au Guardian en 2010 que ce livre a gâché sa carrière universitaire ; Scruton a en effet été diabolisé par ses collègues de Birkbeck pour ses positions politiques.

Il publie alors The Politics of Culture and Other Essays (1981), puis une histoire et un dictionnaire de philosophie en 1982, puis The Aesthetic Understanding (1983), des ouvrages didactiques sur Kant et Spinoza (1983 et 1987), Thinkers of the New Left (1985) qui est un recueil d’essais critiques concernant 14 intellectuels éminents, et Sexual Desire: a Moral Philosophy of the Erotic (1986).

L’influence du concept de Lebenswelt d’Edmund Husserl prend alors toute son importance dans le parcours de Scruton qui assiste dans les années 1980 à sa destruction dans l’Europe de l’Est sous contrôle soviétique. Il prend alors connaissance des tentatives de certains intellectuels dissidents (parmi lesquels le disciple de Husserl Jan Patočka) de restaurer ce Lebenswelt. Il devient vite persuadé que c’est le devoir des philosophes de sauver les idées à travers lesquelles l’homme perçoit le monde et s’y adapte. Son expérience à Paris en mai 1968 l’avait convaincu que la politique révolutionnaire mène inévitablement au nihilisme et à un monde fragmenté par le doute et le ressentiment.

Scruton a été profondément marqué par la première phrase des Mémoires de guerre du Général de Gaulle : « Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France ». Cette idée et le Lebenswelt d’Husserl ont façonné le home que Scruton érige en concept. Scruton partage l’idée de la France que se faisait le général de Gaulle, et défend à son tour une certaine idée de l’Angleterre.

Loin d’une définition particulariste de son identité, Scruton se définit respectivement comme « intellectuel français, Anglais de naissance, romantique allemand, Virginien fidèle, patriote tchèque, et, comme Sylvia Plath, peut-être un peu juif aussi (voir le chapitre « How I discovered my name » dans Gentle Regrets)».

En 1990, Scruton part travailler pendant un an pour la Jan Hus Educational Foundation (en) en Tchécoslovaquie, puis enseigne la philosophie à mi-temps de 1992 à 1995 à l’Université de Boston, tout en continuant d’habiter au Royaume-Uni. Il revient définitivement, s’installe à la campagne et se découvre une passion pour la chasse à courre. C’est dans ce cadre qu’il rencontre Sophie Jeffreys, historienne de l’architecture, qu’il épouse en 1996. Ils ont deux enfants, et vivent actuellement dans une ferme du Wiltshire (ouest de l’Angleterre). Entre 2001 et 2009, Scruton tient une rubrique sur le vin au journal New Statesman, écrit des articles pour la revue World of fine wine (en) et contribue à l’ouvrage Questions of Taste : The Philosophy of Wine (2007) par un chapitre intitulé « The Philosophy of Wine ». Son ouvrage I Drink Therefore I am: A Philosopher’s Guide to Wine (2009) reprend certains articles publiés dans The New Stateman.

Scruton a occupé plusieurs postes universitaires dans les années 2000 : entre 2005 et 2009, il est chercheur à l'Institute for the Psychological Sciences (en) à Arlington en Virginie aux États-Unis. Depuis 2009, il est professeur invité à l’American Enterprise Institute de Washington D. C. où il effectue des travaux de recherche sur l’impact culturel de la neuroscience. En janvier 2010, il est sollicité comme professeur invité (non-rémunéré) à l’Université d'Oxford afin d’enseigner l’esthétique à des étudiants de 3e cycle. En 2011, il accepte aussi un poste à quart-temps de professeur invité en philosophie morale à l’Université de St Andrews en Écosse. Il est également chercheur (non-rémunéré) à l’Université de Buckingham. En 2010, c’est lui qui prononce à St Andrews la série de conférences Gifford Lectures sur le sujet suivant : « The Face of God » (« Le Visage de Dieu »).

En 2000, Anthony Grayling, philosophe et professeur à Birkbeck, décrit Scruton comme « un merveilleux professeur de philosophie. Ses ouvrages didactiques écrits pour les étudiants et le grand public sont clairs, honnêtes et précis. C’est en partie grâce à la présence de Roger Scruton que le département de philosophie de Birkbeck est un des meilleurs du pays ».

En 1982, Scruton devient membre fondateur de la Salisbury Review, revue défendant le conservatisme traditionnel par opposition au Thatchérisme. Cette revue est créée par un groupe de Parti Tory connu sous le nom de Salisbury Group, avec le soutien de la Peterhouse Right (en), cercle de conservateurs associés au Peterhouse College de l’Université de Cambridge qui compte parmi ses membres Maurice Cowling (en), David Watkin et le mathématicien Adrian Mathias. En 2002, il écrit que cette activité éditoriale a mis un terme à sa carrière universitaire au Royaume-Uni. La revue essayait en effet de fournir une base intellectuelle au conservatisme, et était très critique vis-à-vis de certaines des préoccupations majeures de l’époque, à savoir le mouvement pour la paix, la Campagne pour le Désarmement Nucléaire, l’égalitarisme, le féminisme, l’aide aux pays du tiers monde, le multiculturalisme et le modernisme. « Enfin, il était possible d’être conservateur et aussi d’être à gauche de quelque chose », écrit Scruton, et « cela valait la peine de sacrifier ses chances de devenir membre de la British Academy, vice-chancelier ou professeur émérite pour pouvoir dire la vérité ». Scruton a néanmoins été nommé membre de la British Academy en 2008. Scruton dirige la revue pendant 18 ans jusqu’en 2001 et siège toujours au comité de rédaction.

Entre 1979 et 1989, Scruton soutient activement les dissidents du bloc de l’Est et notamment de Tchécoslovaquie alors sous contrôle du parti communiste. Il contribue à créer des liens entre des universitaires dissidents tchèques et leurs homologues d’Europe de l’Ouest. Dans le cadre de la Jan Hus Educational Foundation (en), lui et d’autres universitaires se rendent à Prague et Brno pour soutenir un réseau universitaire clandestin créé par le dissident tchèque Julius Tomin (en) ; ils aident à faire entrer des livres sous le manteau et à organiser des conférences. Ils parviennent à offrir à des étudiants de suivre à distance un diplôme de Cambridge en théologie (la faculté de théologie ayant été choisie parce que c’était la seule à répondre à la demande d’aide). Selon Scruton, les programmes d’étude étaient structurés, des traductions de livres circulaient sous forme de samizdat, et les étudiants passaient leurs examens dans des caves sur des copies infiltrées dans des valises diplomatiques. Scruton a été arrêté et détenu en 1985 à Brno avant d’être expulsé du pays. Le 17 juin de cette même année, il fut mis à l’Index des Personnes Indésirables de Tchécoslovaquie. Il a aussi été suivi lors de déplacements en Pologne et en Hongrie. Pour son travail de soutien aux dissidents, Scruton reçut de la ville de Plzeň en 1993 le Prix du Premier Juin, et en 1998, le Président Václav Havel lui remet la Médaille du Mérite (Première Classe).

Peter Hitchens écrit en 2009 son admiration pour Roger Scruton et d’autres qui ont œuvré dans ce sens. En 1994, Roger Kimball (en) avait écrit qu'« à la fin des années 1980, Scruton avait travaillé de manière courageuse et efficace pour aider les mouvements sur place à mettre fin à la tyrannie communiste en Pologne et en Tchécoslovaquie ». Scruton est très critique envers certains commentateurs et certaines personnalités du monde occidental – et en particulier Eric Hobsbawm – qui « ont fait le choix d’innocenter les anciens régimes communistes de leurs crimes et atrocités».

Roger Scruton est mort le dimanche 12 janvier 2020, à l'âge de 75 ans, d'un cancer.

Source : fr.wikipedia.org  

Tombe

Aidez-nous à localiser la tombe de Roger Scruton en nous envoyant l'adresse du lieu où se trouve sa sépulture (cimétière...). Facultatif : transmettez-nous également les coordonnées GPS de l'emplacement exact de la sépulture de Roger Scruton.

Vous savez où se trouve la tombe de Roger Scruton ?

Citations

Nous n'avons pas de citations de Roger Scruton pour le moment...

Si vous connaissez des citations de Roger Scruton, nous vous proposons de nous les suggérer.
Proposez une citation.

Forum

Soyez le premier à poser une question sur Roger Scruton.

Fiche d'identité

Identité

  • Nom complet : Roger Vernon Scruton
  • Nom complet (2) : Sir Roger Vernon Scruton
  • Nationalité (à sa mort) : Anglaise Drapeau anglais
  • Nationalité (à sa naissance) : --
  • Sexe : Masculin

Domaines d'activité

Noms

  • Nom usuel : Roger Scruton
  • Vrai nom : Roger Scruton
  • Prénom : Roger
  • Noms dans d'autres langues : --
  • Homonymes : 0 (aucun)
  • Nom de famille : Vernon Scruton
  • Pseudonyme : --
  • Surnom : --
  • Erreurs d'écriture : --

Naissance

  • Signe astrologique du zodiaque : --
  • Signe astrologique chinois : --

Décès

  • Âge de mort : 75 ans
  • Cause de mort : Cancer (Maladie)

Obsèques

  • Date des obsèques : --
  • Lieu de sépulture : --
  • Type de funérailles : --

Que recherchez-vous sur Roger Scruton ?

Si vous ne trouvez ce que vous recherchez sur Roger Scruton, décrivez-nous votre demande et nous vous répondrons personnellement dans les plus brefs délais.

Demandez-nous

Notez !

Aucune note pour le moment...
  ?
0 note
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
0 étoile
0
--

Commentaires

Vous avez des questions sur Roger Scruton ? Des remarques ? Des infos à partager ?

Image

Liens

Liens externes

Si vous connaissez un site qui parle de Roger Scruton et susceptible d'apporter des informations complémentaires à cette page, vous pouvez nous proposer le lien. Après délibération (si nous pensons que le contenu proposé est intéressant), nous afficherons le lien vers cette nouvelle source d'infos et nous vous préviendrons par e-mail quand il sera publié.

Autres philosophe (hommes) anglais

Portrait de George Steiner
 
Notez-le !

Drapeau États-unis d'amérique 1929 - 2020
Américain, 90 ans

Philosophe et critique littéraire américain, spécialiste de littérature comparée et de théorie de la traduction. Auteur de nombreux essais sur la théorie du langage et de la traduction et sur la philosophie de l'éducation, il est surtout réputé pour ses critiques littéraires, notamment dans The New Yorker et le Times Literary Supplement. Parmi ses oeuvres connues : « La Mort de la tragédie » (1961), « Après Babel » (1975), « Réelles présences » (1986) ou « Le transport de A.H. » (1982).
Portrait de John Locke
 
Notez-le !

Drapeau Royaume-uni 1632 - 1704
Anglais, 72 ans

Philosophe (Philosophie).
Portrait de Thomas Hobbes
 
Notez-le !

Drapeau Royaume-uni 1588 - 1679
Anglais, 91 ans

Philosophe (Philosophie).
Portrait de Thomas More
 
Notez-le !

Drapeau Royaume-uni 1478 - 1535
Anglais, 57 ans

Historien, Homme politique, Philosophe, Scientifique, Théologien (Histoire, Philosophie, Politique).
Portrait de Roger Bacon
 
Notez-le !

Drapeau Royaume-uni 1214 - 1294
Anglais, 80 ans

Musicologue, Philosophe, Scientifique, Théologien (Philosophie).
Portrait de David Hume
 
Notez-le !

Drapeau Royaume-uni 1711 - 1776
Anglais, 65 ans

Économiste, Historien, Philosophe, Scientifique (Philosophie, Science).

Autres points communs avec Roger Scruton